×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

Le bouchon de cristal, Maurice Leblanc, III. — La vie privée d’Alexis Daubrecq. (2)

III. — La vie privée d'Alexis Daubrecq. (2)

Et elle fit le geste effroyable.

Au même instant, Daubrecq s'aplatissait, bondissait de sa chaise, et, se retournant, attrapait au vol le frêle poignet de la femme.

Chose curieuse, il ne lui adressa aucun reproche, comme si l'acte qu'elle avait tenté ne l'eût point surpris plus qu'un acte ordinaire, très naturel, et très simple. Il haussa les épaules, en homme habitué à courir ces sortes de dangers, et il marcha de long en large, silencieux.

Elle avait lâché l'arme, et elle pleurait, la tête entre ses mains, avec des sanglots qui la secouaient tout entière.

Puis il revint près d'elle, et lui dit quelques paroles en frappant encore sur la table.

Elle fit signe que non, et, comme il insistait, à son tour elle frappa violemment du pied, en criant, et si fort que Lupin entendit :

— Jamais !… Jamais !…

Alors, sans un mot de plus, il alla chercher le manteau de fourrure qu'elle avait apporté, et le posa sur les épaules de la femme, tandis qu'elle s'enveloppait le visage d'une dentelle.

Et il la reconduisit.

Deux minutes plus tard, la grille du jardin se refermait.

— Dommage que je ne puisse pas courir après cette étrange personne et jaser un peu avec elle sur le Daubrecq. M'est avis qu'à nous deux on ferait de la bonne besogne.

En tout cas, il y avait un point à éclaircir. Le député Daubrecq, dont la vie était si réglée, si exemplaire en apparence, ne recevait-il pas certaines visites, la nuit, alors que l'hôtel n'était plus surveillé par la police ?

Il chargea Victoire de prévenir deux hommes de sa bande pour qu'ils eussent à faire le guet pendant plusieurs jours. Et lui-même, la nuit suivante, se tint éveillé.

Comme la veille, à quatre heures du matin, il entendit du bruit. Comme la veille, le député introduisait quelqu'un.

Lupin descendit vivement son échelle et tout de suite, en arrivant au niveau de l'imposte, il aperçut un homme qui se traînait aux pieds de Daubrecq, qui lui embrassait les genoux avec un désespoir frénétique, et qui, lui aussi, pleurait, pleurait convulsivement.

Plusieurs fois, Daubrecq le repoussa en riant, mais l'homme se cramponnait. On eût dit qu'il était fou, et ce fut dans un véritable accès de folie que, se relevant à moitié, il empoigna le député à la gorge et le renversa sur un fauteuil. Daubrecq se débattit, impuissant d'abord, et les veines gonflées. Mais, d'une force peu commune, il ne tarda pas à reprendre le dessus et à réduire son adversaire à l'immobilité.

Le tenant alors d'une main, de l'autre il le gifla, deux fois, à toute volée.

L'homme se releva lentement. Il était livide et vacillait sur ses jambes. Il attendit un moment, comme pour reprendre son sang-froid. Et, avec un calme effrayant, il tira de sa poche un revolver qu'il braqua sur Daubrecq.

Daubrecq ne broncha pas. Il souriait même d'un air de défi et sans plus s'émouvoir que s'il eût été visé par le pistolet d'un enfant.

Durant quinze à vingt secondes peut-être, l'homme resta le bras tendu, en face de son ennemi. Puis, toujours avec la même lenteur où se révélait une maîtrise d'autant plus impressionnante qu'elle succédait à une crise d'agitation extrême, il rentra son arme et, dans une autre poche, saisit son portefeuille.

Daubrecq s'avança.

Le portefeuille fut déplié. Une liasse de billets de banque apparut.

Daubrecq s'en empara vivement et les compta.

C'étaient des billets de mille francs.

Il y en avait trente.

L'homme regardait. Il n'eut pas un geste de révolte, pas une protestation. Visiblement, il comprenait l'inutilité des paroles. Daubrecq était de ceux qu'on ne fléchit pas. Pourquoi perdrait-il son temps à le supplier, ou même à se venger de lui par des outrages et des menaces vaines ? Pouvait-il atteindre cet ennemi inaccessible ? La mort même de Daubrecq ne le délivrerait pas de Daubrecq.

Il prit son chapeau et s'en alla.

À onze heures du matin, en rentrant du marché, Victoire remit à Lupin un mot que lui envoyaient ses complices.

Il lut :

« L'homme qui est venu cette nuit chez Daubrecq est le député Langeroux, président de la gauche indépendante. Peu de fortune, famille nombreuse. » — Allons, se dit Lupin, Daubrecq n'est autre chose qu'un maître chanteur, mais, saprelote, les moyens d'action qu'il emploie sont rudement efficaces ! Les événements donnèrent une nouvelle force à la supposition de Lupin. Trois jours après, il vint un autre visiteur, qui remit à Daubrecq une somme importante. Et il en vint un autre le surlendemain, qui laissa un collier de perles.

Le premier se nommait Dechaumont, sénateur, ancien ministre. Le second était le marquis d'Albufex, député bonapartiste, ancien chef du bureau politique du prince Napoléon.

Pour ces deux-là, la scène fut à peu près semblable à l'entretien du député Langeroux, scène violente et tragique qui se termina par la victoire de Daubrecq.

— Et ainsi de suite, pensa Lupin, quand il eut ces renseignements. J'ai assisté à quatre visites. Je n'en saurai pas davantage s'il y en a dix, vingt ou trente… Il me suffit de connaître, par mes amis en faction, le nom des visiteurs. Irai-je les voir ?… Pour quoi faire ? Ils n'ont aucune raison pour se confier à moi. D'autre part, dois-je m'attarder ici à des investigations qui n'avancent pas et que Victoire peut tout aussi bien continuer seule ?

Il était fort embarrassé. Les nouvelles de l'instruction dirigée contre Gilbert et Vaucheray devenaient de plus en plus mauvaises, les jours s'écoulaient, et il n'était pas une heure sans se demander — et avec quelle angoisse ! — si tous ses efforts n'aboutiraient pas, en admettant qu'il réussît, à des résultats dérisoires et absolument étrangers au but qu'il poursuivait.

Car enfin, une fois démêlées les manœuvres clandestines de Daubrecq, aurait-il pour cela les moyens de secourir Gilbert et Vaucheray ?

Ce jour-là, un incident mit fin à son indécision. Après le déjeuner, Victoire entendit, par bribes, une conversation téléphonique de Daubrecq.

De ce que rapporta Victoire, Lupin conclut que le député avait rendez-vous, à huit heures et demie, avec une dame et qu'il devait la conduire dans un théâtre.

— Je prendrai une baignoire, comme il y a six semaines, avait dit Daubrecq.

Et il avait ajouté en riant :

— J'espère que, pendant ce temps-là, je ne serai pas cambriolé.

Pour Lupin, les choses ne firent pas de doute. Daubrecq allait employer sa soirée de la même façon qu'il l'avait employée six semaines auparavant, tandis que l'on cambriolait sa villa d'Enghien. Connaître la personne qu'il devait retrouver, savoir peut-être aussi comment Gilbert et Vaucheray avaient appris que l'absence de Daubrecq durerait de huit heures du soir à une heure du matin, c'était d'une importance capitale.

Pendant l'après-midi, avec l'assistance de Victoire, et sachant par elle que Daubrecq rentrait dîner plus tôt que de coutume, Lupin sortit de l'hôtel.

Il passa chez lui, rue Chateaubriand ; manda par téléphone trois de ses amis, endossa un frac, et se fit, comme il disait, sa tête de prince russe, à cheveux blonds et à favoris coupés ras.

Les complices arrivèrent en automobile.

À ce moment, Achille, le domestique, lui apporta un télégramme adressé à M. Michel Beaumont, rue Chateaubriand. Ce télégramme était ainsi conçu :

« Ne venez pas au théâtre ce soir. Votre intervention risque de tout perdre. » Sur la cheminée, près de lui, il y avait un vase de fleurs. Lupin le saisit et le brisa en morceaux.

— C'est entendu, c'est entendu, grinça-t-il. On joue avec moi comme j'ai l'habitude de jouer avec les autres. Mêmes procédés. Mêmes artifices. Seulement, voilà, il y a cette différence…

Quelle différence ? Il n'en savait trop rien. La vérité, c'est qu'il était déconcerté, lui aussi, troublé jusqu'au fond de l'être, et qu'il ne continuait à agir que par obstination, pour ainsi dire par devoir, et sans apporter à la besogne sa belle humeur et son entrain ordinaires.

— Allons-y ! dit-il à ses complices.

Sur son ordre, le chauffeur les arrêta non loin du square Lamartine, mais n'éteignit pas le moteur. Lupin prévoyait que Daubrecq, pour échapper aux agents de la Sûreté qui gardaient l'hôtel, sauterait dans quelque taxi, et il ne voulait pas se laisser distancer.

Il comptait sans l'habileté de Daubrecq.

À sept heures et demie, la grille du jardin fut ouverte à deux battants, une lueur vive jaillit, et rapidement une motocyclette franchit le trottoir, longea le square, tourna devant l'auto et fila vers le Bois à une allure telle qu'il eût été absurde de se mettre à sa poursuite.

— Bon voyage, monsieur Dumollet, dit Lupin, qui essaya de plaisanter, mais qui, au fond, ne dérageait pas.

Il observa ses complices avec l'espoir que l'un d'eux se permettrait un sourire moqueur. Comme il eût été heureux de passer ses nerfs sur celui-là !

— Rentrons, dit-il au bout d'un instant.

Il leur offrit à dîner, puis il fuma un cigare, et ils repartirent en automobile et firent la tournée des théâtres, en commençant par ceux d'opérette et de vaudeville, pour lesquels il supposait que Daubrecq et sa dame devaient avoir quelque préférence. Il prenait un fauteuil, inspectait les baignoires et s'en allait.

Il passa ensuite aux théâtres plus sérieux, à la Renaissance, au Gymnase.

Enfin, à dix heures du soir, il aperçut au Vaudeville une baignoire presque entièrement masquée de ses deux paravents et, moyennant finances, il apprit de l'ouvreuse qu'il y avait là un monsieur d'un certain âge, gros et petit, et une dame voilée d'une dentelle épaisse.

La baignoire voisine étant libre, il la prit, retourna vers ses amis afin de leur donner les instructions nécessaires, et s'installa près du couple.

Durant l'entracte, à la lumière plus vive, il discerna le profil de Daubrecq. La dame restait dans le fond, invisible.

Tous deux parlaient à voix basse, et, lorsque le rideau se releva, ils continuèrent à parler, mais de telle façon que Lupin ne distinguait pas une parole.

Dix minutes s'écoulèrent. On frappa à leur porte. C'était un inspecteur du théâtre.

— Monsieur le député Daubrecq, n'est-ce pas ? interrogea-t-il.

— Oui, fit Daubrecq d'une voix étonnée. Mais comment savez-vous mon nom ?

— Par une personne qui vous demande au téléphone et qui m'a dit de m'adresser à la baignoire 22.

— Mais qui cela ?

— Monsieur le marquis d'Albufex.

— Hein ?… Quoi ?

— Que dois-je répondre ?

— Je viens… je viens…

Daubrecq s'était levé précipitamment et suivait l'inspecteur.

Il n'avait pas disparu que Lupin surgissait de sa baignoire. Il crocheta la porte voisine et s'assit auprès de la dame.

Elle étouffa un cri.

— Taisez-vous, ordonna-t-il… j'ai à vous parler, c'est de toute importance.

— Ah !… fit-elle entre ses dents… Arsène Lupin.

Il fut ahuri. Un instant, il demeura coi, la bouche béante. Cette femme le connaissait ! et non seulement elle le connaissait, mais elle l'avait reconnu malgré son déguisement ! Si accoutumé qu'il fût aux événements les plus extraordinaires et les plus insolites, celui-ci le déconcertait.

Il ne songea même pas à protester et balbutia :

— Vous savez donc ?… vous savez ?…

Brusquement, avant qu'elle eût le temps de se défendre, il écarta le voile de la dame.

— Comment ! est-ce possible ? murmura-t-il, avec une stupeur croissante.

C'était la femme qu'il avait vue chez Daubrecq quelques jours auparavant, la femme qui avait levé son poignard sur Daubrecq, et qui avait voulu le frapper de toute sa force haineuse.

À son tour, elle parut bouleversée.

— Quoi vous m'avez vue déjà ?…

III. — La vie privée d’Alexis Daubrecq. (2) III. - Das Privatleben von Alexis Daubrecq (2) III. - The private life of Alexis Daubrecq (2)

Et elle fit le geste effroyable. And she made the frightful gesture.

Au même instant, Daubrecq s'aplatissait, bondissait de sa chaise, et, se retournant, attrapait au vol le frêle poignet de la femme. Im selben Moment wurde Daubrecq flach, sprang von seinem Stuhl auf, drehte sich um und packte das zerbrechliche Handgelenk der Frau. At the same moment, Daubrecq flattened himself, leapt from his chair and, turning, caught the woman's frail wrist in the air.

Chose curieuse, il ne lui adressa aucun reproche, comme si l'acte qu'elle avait tenté ne l'eût point surpris plus qu'un acte ordinaire, très naturel, et très simple. Curiously, he did not address any reproach to her, as if the act she had attempted had not surprised him more than an ordinary, very natural, and very simple act. Il haussa les épaules, en homme habitué à courir ces sortes de dangers, et il marcha de long en large, silencieux. He shrugged, like a man accustomed to facing such dangers, and paced back and forth, silent.

Elle avait lâché l'arme, et elle pleurait, la tête entre ses mains, avec des sanglots qui la secouaient tout entière. She had dropped the weapon, and she was crying, her head in her hands, with sobs shaking her whole body.

Puis il revint près d'elle, et lui dit quelques paroles en frappant encore sur la table. Then he came back to her and said a few words while still banging on the table.

Elle fit signe que non, et, comme il insistait, à son tour elle frappa violemment du pied, en criant, et si fort que Lupin entendit : She signaled no, and as he persisted, she in turn stamped her foot violently, shouting so loudly that Lupin heard:

— Jamais !… Jamais !… "Never! Never!"

Alors, sans un mot de plus, il alla chercher le manteau de fourrure qu'elle avait apporté, et le posa sur les épaules de la femme, tandis qu'elle s'enveloppait le visage d'une dentelle. Then, without another word, he fetched the fur coat she'd brought, and placed it on the woman's shoulders, while she wrapped a lace around her face.

Et il la reconduisit. And he led her away.

Deux minutes plus tard, la grille du jardin se refermait. Two minutes later, the garden gate closed.

— Dommage que je ne puisse pas courir après cette étrange personne et jaser un peu avec elle sur le Daubrecq. — Too bad I can't run after this strange person and chat a bit with them about Daubrecq. M'est avis qu'à nous deux on ferait de la bonne besogne. I think the two of us would do some good work together.

En tout cas, il y avait un point à éclaircir. In any case, there was a point to be clarified. Le député Daubrecq, dont la vie était si réglée, si exemplaire en apparence, ne recevait-il pas certaines visites, la nuit, alors que l'hôtel n'était plus surveillé par la police ? Wasn't Deputy Daubrecq, whose life was so regulated, so exemplary in appearance, receiving certain visits at night, when the hotel was no longer under police surveillance? Eikö apulaissheriffi Daubrecq, jonka elämä oli niin säänneltyä ja esimerkillistä, saanut joitakin vierailuja yöllä, kun hotelli ei ollut enää poliisin valvonnassa?

Il chargea Victoire de prévenir deux hommes de sa bande pour qu'ils eussent à faire le guet pendant plusieurs jours. He instructed Victoire to warn two of his men to keep watch for several days. Et lui-même, la nuit suivante, se tint éveillé. And he himself, the following night, stayed awake.

Comme la veille, à quatre heures du matin, il entendit du bruit. Like the night before, at four in the morning, he heard noise. Comme la veille, le député introduisait quelqu'un. Like the night before, the deputy was bringing someone in.

Lupin descendit vivement son échelle et tout de suite, en arrivant au niveau de l'imposte, il aperçut un homme qui se traînait aux pieds de Daubrecq, qui lui embrassait les genoux avec un désespoir frénétique, et qui, lui aussi, pleurait, pleurait convulsivement. Lupin quickly climbed down his ladder, and as soon as he reached the transom, he saw a man dragging himself to Daubrecq's feet, kissing his knees in frenzied despair, and weeping, weeping convulsively.

Plusieurs fois, Daubrecq le repoussa en riant, mais l'homme se cramponnait. Several times, Daubrecq laughed and pushed him away, but the man held on. On eût dit qu'il était fou, et ce fut dans un véritable accès de folie que, se relevant à moitié, il empoigna le député à la gorge et le renversa sur un fauteuil. Es war, als wäre er verrückt geworden, und in einem wahren Anfall von Wahnsinn packte er den Abgeordneten an der Kehle und warf ihn auf einen Sessel. It was as if he were mad, and it was in a veritable fit of madness that, half rising to his feet, he grabbed the deputy by the throat and knocked him over onto an armchair. Hän näytti hullulta, ja hulluuden vallassa hän nousi puoliksi jaloilleen, tarttui apulaissheriffiä kurkusta ja kaatoi tämän nojatuolille. Daubrecq se débattit, impuissant d'abord, et les veines gonflées. Daubrecq wehrte sich, zunächst hilflos und mit geschwollenen Venen. Daubrecq struggled, helpless at first, and his veins swollen. Mais, d'une force peu commune, il ne tarda pas à reprendre le dessus et à réduire son adversaire à l'immobilité. Doch mit seiner ungewöhnlichen Kraft gewann er bald wieder die Oberhand und brachte seinen Gegner zum Stillstand. But with his uncommon strength, he soon regained the upper hand and reduced his opponent to immobility.

Le tenant alors d'une main, de l'autre il le gifla, deux fois, à toute volée. Mit der einen Hand hielt er ihn fest, mit der anderen versetzte er ihm eine Ohrfeige, zweimal, mit voller Wucht. Then, holding him with one hand, he slapped him with the other, twice, with full force. Hän piteli häntä toisesta kädestä ja löi häntä toisella kädellä, kahdesti, täysillä.

L'homme se releva lentement. The man slowly got to his feet. Il était livide et vacillait sur ses jambes. He was livid and unsteady on his feet. Il attendit un moment, comme pour reprendre son sang-froid. He waited a moment, as if to regain his composure. Et, avec un calme effrayant, il tira de sa poche un revolver qu'il braqua sur Daubrecq. And, with a frightening calm, he pulled a revolver from his pocket and aimed it at Daubrecq.

Daubrecq ne broncha pas. Daubrecq didn't flinch. Il souriait même d'un air de défi et sans plus s'émouvoir que s'il eût été visé par le pistolet d'un enfant. He even smiled defiantly, not even flinching as if he had been targeted by a child's toy gun.

Durant quinze à vingt secondes peut-être, l'homme resta le bras tendu, en face de son ennemi. For fifteen to twenty seconds perhaps, the man stood with his arm outstretched, facing his enemy. Mies seisoi ehkä viidentoista tai kahdenkymmenen sekunnin ajan kätensä ojennettuna ja katsoi vihollista kohti. Puis, toujours avec la même lenteur où se révélait une maîtrise d'autant plus impressionnante qu'elle succédait à une crise d'agitation extrême, il rentra son arme et, dans une autre poche, saisit son portefeuille. Then, still with the same slowness that revealed a mastery all the more impressive as it followed a crisis of extreme agitation, he put away his weapon and, in another pocket, grabbed his wallet. Sitten hän veti aseensa esiin yhä samalla hitaudella, joka paljasti mestaruuden, joka oli sitäkin vaikuttavampi, koska se seurasi äärimmäisen kiihtyneen kriisin jälkeen, ja nappasi toisesta taskusta lompakkonsa.

Daubrecq s'avança. Daubrecq stepped forward.

Le portefeuille fut déplié. The wallet was unfolded. Une liasse de billets de banque apparut.

Daubrecq s'en empara vivement et les compta. Daubrecq snatched them up and counted them.

C'étaient des billets de mille francs. They were thousand-franc bills.

Il y en avait trente. There were thirty of them.

L'homme regardait. The man was watching. Il n'eut pas un geste de révolte, pas une protestation. He did not make a gesture of revolt, not a protest. Visiblement, il comprenait l'inutilité des paroles. Clearly, he understood the futility of words. Daubrecq était de ceux qu'on ne fléchit pas. Daubrecq was one of those who cannot be swayed. Pourquoi perdrait-il son temps à le supplier, ou même à se venger de lui par des outrages et des menaces vaines ? Why should he waste his time begging him, or even taking revenge on him with outrages and vain threats? Pouvait-il atteindre cet ennemi inaccessible ? Could he reach this inaccessible enemy? La mort même de Daubrecq ne le délivrerait pas de Daubrecq. Even Daubrecq's death wouldn't deliver him from Daubrecq. Edes Daubrecqin kuolema ei olisi vapauttanut häntä Daubrecqista.

Il prit son chapeau et s'en alla. He took his hat and left.

À onze heures du matin, en rentrant du marché, Victoire remit à Lupin un mot que lui envoyaient ses complices. At eleven o'clock in the morning, on her way home from the market, Victoire handed Lupin a note sent to her by her accomplices.

Il lut :

« L'homme qui est venu cette nuit chez Daubrecq est le député Langeroux, président de la gauche indépendante. The man who came to Daubrecq's house last night is Deputy Langeroux, president of the independent left. Peu de fortune, famille nombreuse. Little wealth, large family. » — Allons, se dit Lupin, Daubrecq n'est autre chose qu'un maître chanteur, mais, saprelote, les moyens d'action qu'il emploie sont rudement efficaces ! "Lupin sagte sich, dass Daubrecq nichts anderes als ein Erpresser ist, aber seine Mittel sind sehr effektiv. "Well," thought Lupin, "Daubrecq is nothing more than a blackmailer, but, darn it, the methods he uses are really effective!" Les événements donnèrent une nouvelle force à la supposition de Lupin. The events gave new strength to Lupin's assumption. Trois jours après, il vint un autre visiteur, qui remit à Daubrecq une somme importante. Three days later, another visitor came and handed Daubrecq a significant sum of money. Et il en vint un autre le surlendemain, qui laissa un collier de perles. And another one came the day after, leaving behind a pearl necklace. Ja toinen tuli seuraavana päivänä ja jätti helminauhan.

Le premier se nommait Dechaumont, sénateur, ancien ministre. The first was named Dechaumont, senator, former minister. Le second était le marquis d'Albufex, député bonapartiste, ancien chef du bureau politique du prince Napoléon. The second was the Marquis d'Albufex, Bonapartist deputy, former head of the political office of Prince Napoleon.

Pour ces deux-là, la scène fut à peu près semblable à l'entretien du député Langeroux, scène violente et tragique qui se termina par la victoire de Daubrecq. For these two, the scene was almost similar to the conversation with Deputy Langeroux, a violent and tragic scene that ended with Daubrecq's victory.

— Et ainsi de suite, pensa Lupin, quand il eut ces renseignements. - And so on, thought Lupin, when he had this information. J'ai assisté à quatre visites. I attended four visits. Je n'en saurai pas davantage s'il y en a dix, vingt ou trente… Il me suffit de connaître, par mes amis en faction, le nom des visiteurs. I won't know more if there are ten, twenty or thirty... It is enough for me to know, through my friends on duty, the names of the visitors. Irai-je les voir ?… Pour quoi faire ? Will I go see them?... For what purpose? Ils n'ont aucune raison pour se confier à moi. D'autre part, dois-je m'attarder ici à des investigations qui n'avancent pas et que Victoire peut tout aussi bien continuer seule ? On the other hand, do I need to dwell here on investigations that are making no headway and that Victoire can just as easily continue on her own?

Il était fort embarrassé. He was very embarrassed. Les nouvelles de l'instruction dirigée contre Gilbert et Vaucheray devenaient de plus en plus mauvaises, les jours s'écoulaient, et il n'était pas une heure sans se demander — et avec quelle angoisse ! The news about the investigation against Gilbert and Vaucheray was getting worse and worse, the days passed, and there was not an hour without him asking himself - and with what anguish! — si tous ses efforts n'aboutiraient pas, en admettant qu'il réussît, à des résultats dérisoires et absolument étrangers au but qu'il poursuivait. - if all his efforts would not lead, assuming he succeeded, to ridiculous and completely irrelevant results to the goal he was pursuing.

Car enfin, une fois démêlées les manœuvres clandestines de Daubrecq, aurait-il pour cela les moyens de secourir Gilbert et Vaucheray ? After all, once Daubrecq's clandestine manoeuvres had been unravelled, would he have the means to rescue Gilbert and Vaucheray? Kun Daubrecqin salaiset manööverit oli paljastettu, olisiko hänellä keinoja pelastaa Gilbert ja Vaucheray?

Ce jour-là, un incident mit fin à son indécision. That day, an incident ended his indecision. Après le déjeuner, Victoire entendit, par bribes, une conversation téléphonique de Daubrecq. After lunch, Victoire overheard snippets of a phone conversation of Daubrecq.

De ce que rapporta Victoire, Lupin conclut que le député avait rendez-vous, à huit heures et demie, avec une dame et qu'il devait la conduire dans un théâtre. From what Victoire reported, Lupin concluded that the deputy had a meeting at half past eight with a lady and that he was supposed to take her to a theater.

— Je prendrai une baignoire, comme il y a six semaines, avait dit Daubrecq. - I'll have a bath, like six weeks ago," said Daubrecq.

Et il avait ajouté en riant :

— J'espère que, pendant ce temps-là, je ne serai pas cambriolé. - I hope I don't get robbed in the meantime.

Pour Lupin, les choses ne firent pas de doute. For Lupin, there was no doubt. Daubrecq allait employer sa soirée de la même façon qu'il l'avait employée six semaines auparavant, tandis que l'on cambriolait sa villa d'Enghien. Daubrecq was going to use his evening in the same way he had used it six weeks earlier, while his villa in Enghien was being robbed. Connaître la personne qu'il devait retrouver, savoir peut-être aussi comment Gilbert et Vaucheray avaient appris que l'absence de Daubrecq durerait de huit heures du soir à une heure du matin, c'était d'une importance capitale. Knowing who he was supposed to meet, and perhaps how Gilbert and Vaucheray had learned that Daubrecq's absence would last from eight in the evening to one in the morning, was of the utmost importance. Oli äärimmäisen tärkeää tietää, kuka hänen oli löydettävä, ja ehkä myös tietää, miten Gilbert ja Vaucheray olivat saaneet tietää, että Daubrecqin poissaolo kestäisi kahdeksasta illalla yhteen aamulla.

Pendant l'après-midi, avec l'assistance de Victoire, et sachant par elle que Daubrecq rentrait dîner plus tôt que de coutume, Lupin sortit de l'hôtel. In the afternoon, with Victoire's assistance, and knowing from her that Daubrecq would be home for dinner earlier than usual, Lupin left the hotel.

Il passa chez lui, rue Chateaubriand ; manda par téléphone trois de ses amis, endossa un frac, et se fit, comme il disait, sa tête de prince russe, à cheveux blonds et à favoris coupés ras. He went to his home in the rue Chateaubriand, telephoned three of his friends, donned a frac and, as he put it, made himself look like a Russian prince, with blond hair and close-cropped sideburns.

Les complices arrivèrent en automobile. The accomplices arrived by car.

À ce moment, Achille, le domestique, lui apporta un télégramme adressé à M. Michel Beaumont, rue Chateaubriand. At that moment, Achille, the servant, brought him a telegram addressed to Mr. Michel Beaumont, Chateaubriand Street. Ce télégramme était ainsi conçu : This telegram was as follows:

« Ne venez pas au théâtre ce soir. "Don't come to the theater tonight. Votre intervention risque de tout perdre. » Sur la cheminée, près de lui, il y avait un vase de fleurs. Lupin le saisit et le brisa en morceaux.

— C'est entendu, c'est entendu, grinça-t-il. - All right, all right," he squeaked. - Hyvä on, hyvä on, hän vinkui. On joue avec moi comme j'ai l'habitude de jouer avec les autres. They play with me as I'm used to playing with others. Mêmes procédés. Mêmes artifices. Same tricks. Seulement, voilà, il y a cette différence… However, there is this difference...

Quelle différence ? What difference? Il n'en savait trop rien. He didn't really know. La vérité, c'est qu'il était déconcerté, lui aussi, troublé jusqu'au fond de l'être, et qu'il ne continuait à agir que par obstination, pour ainsi dire par devoir, et sans apporter à la besogne sa belle humeur et son entrain ordinaires. The truth is, he too was bewildered, troubled to the core, and continued to act only out of obstinacy, as it were, out of duty, and without bringing to the task his usual good humor and zest for life. Totuus on, että hänkin oli hämmentynyt, levoton sisimpäänsä myöten, ja että hän jatkoi toimintaansa vain jääräpäisyydestä, ikään kuin velvollisuudesta, eikä tuonut tehtävään tavanomaista hyväntuulisuuttaan ja elämäniloaan.

— Allons-y ! - Let's go! dit-il à ses complices.

Sur son ordre, le chauffeur les arrêta non loin du square Lamartine, mais n'éteignit pas le moteur. On his orders, the driver stopped not far from Square Lamartine, but did not turn off the engine. Lupin prévoyait que Daubrecq, pour échapper aux agents de la Sûreté qui gardaient l'hôtel, sauterait dans quelque taxi, et il ne voulait pas se laisser distancer. Lupin anticipated that Daubrecq, in order to escape the security agents guarding the hotel, would jump into a taxi, and he did not want to be left behind.

Il comptait sans l'habileté de Daubrecq. He had not taken into account Daubrecq's skill.

À sept heures et demie, la grille du jardin fut ouverte à deux battants, une lueur vive jaillit, et rapidement une motocyclette franchit le trottoir, longea le square, tourna devant l'auto et fila vers le Bois à une allure telle qu'il eût été absurde de se mettre à sa poursuite. At half past seven, the garden gate was flung open, a bright light flashed out, and a motorcycle quickly crossed the sidewalk, skirted the square, turned in front of the car and sped off towards the Bois at such a pace that it would have been absurd to give chase. Puoli kahdeksan aikaan puutarhan portti aukesi, kirkas valo välähti ulos, ja moottoripyörä ylitti nopeasti jalkakäytävän, kiersi aukion, kääntyi auton eteen ja kiihdytti kohti Bois'ta sellaista vauhtia, että takaa-ajo olisi ollut järjetöntä.

— Bon voyage, monsieur Dumollet, dit Lupin, qui essaya de plaisanter, mais qui, au fond, ne dérageait pas. - Gute Reise, Herr Dumollet", sagte Lupin, der versuchte zu scherzen, aber im Grunde nicht die Nerven verlor. - Bon voyage, Monsieur Dumollet," said Lupin, who tried to joke, but deep down was in no mood to waver. - Bon voyage, Monsieur Dumollet, sanoi Lupin, joka yritti vitsailla, mutta ei ollut pohjimmiltaan hullu.

Il observa ses complices avec l'espoir que l'un d'eux se permettrait un sourire moqueur. He watched his accomplices, hoping that one of them would allow himself a mocking smile. Comme il eût été heureux de passer ses nerfs sur celui-là ! How happy he would have been to spend his nerves on that one! Kuinka onnellinen hän olisi ollutkaan, jos olisi käyttänyt hermonsa tuohon!

— Rentrons, dit-il au bout d'un instant. - Let's go home," he said after a moment.

Il leur offrit à dîner, puis il fuma un cigare, et ils repartirent en automobile et firent la tournée des théâtres, en commençant par ceux d'opérette et de vaudeville, pour lesquels il supposait que Daubrecq et sa dame devaient avoir quelque préférence. He offered them dinner, then smoked a cigar, and they set off again in their automobile and toured the theaters, starting with those of operetta and vaudeville, for which he supposed Daubrecq and his lady must have some preference. Il prenait un fauteuil, inspectait les baignoires et s'en allait. He'd pull up a chair, inspect the tubs and leave. Hän asettui nojatuoliin, tutki kylpyhuonetta ja poistui.

Il passa ensuite aux théâtres plus sérieux, à la Renaissance, au Gymnase. He then moved on to the more serious theaters, the Renaissance and the Gymnase. Sitten hän siirtyi vakavampiin teattereihin, Renaissanceen ja Gymnaseen.

Enfin, à dix heures du soir, il aperçut au Vaudeville une baignoire presque entièrement masquée de ses deux paravents et, moyennant finances, il apprit de l'ouvreuse qu'il y avait là un monsieur d'un certain âge, gros et petit, et une dame voilée d'une dentelle épaisse. Finally, at ten o'clock in the evening, he spotted a bathtub at the Vaudeville almost entirely hidden by its two screens and, for a fee, he learned from the usherette that there was an elderly gentleman, fat and short, and a lady veiled in thick lace.

La baignoire voisine étant libre, il la prit, retourna vers ses amis afin de leur donner les instructions nécessaires, et s'installa près du couple. The neighboring bathtub being free, he took it, returned to his friends to give them the necessary instructions, and settled near the couple.

Durant l'entracte, à la lumière plus vive, il discerna le profil de Daubrecq. During the intermission, in the brighter light, he distinguished Daubrecq's profile. La dame restait dans le fond, invisible. The lady remained in the background, unseen.

Tous deux parlaient à voix basse, et, lorsque le rideau se releva, ils continuèrent à parler, mais de telle façon que Lupin ne distinguait pas une parole. Both of them were speaking in a low voice, and when the curtain rose, they kept talking, but in such a way that Lupin could not distinguish a word.

Dix minutes s'écoulèrent. Ten minutes passed. On frappa à leur porte. There was a knock on their door. C'était un inspecteur du théâtre.

— Monsieur le député Daubrecq, n'est-ce pas ? interrogea-t-il.

— Oui, fit Daubrecq d'une voix étonnée. — Yes, said Daubrecq in a surprised voice. Mais comment savez-vous mon nom ? But how do you know my name?

— Par une personne qui vous demande au téléphone et qui m'a dit de m'adresser à la baignoire 22. — From a person who asked for you on the phone and told me to go to bathtup 22.

— Mais qui cela ?

— Monsieur le marquis d'Albufex.

— Hein ?… Quoi ?

— Que dois-je répondre ? - What should I say?

— Je viens… je viens… - I'm coming... I'm coming...

Daubrecq s'était levé précipitamment et suivait l'inspecteur.

Il n'avait pas disparu que Lupin surgissait de sa baignoire. He had not disappeared when Lupin emerged from his bathtub. Hän oli tuskin kadonnut, kun Lupin tuli kylvystä. Il crocheta la porte voisine et s'assit auprès de la dame. He picked the neighboring door and sat next to the lady. Hän avasi seuraavan oven ja istuutui naisen viereen.

Elle étouffa un cri. She stifled a scream.

— Taisez-vous, ordonna-t-il… j'ai à vous parler, c'est de toute importance. - Be quiet," he ordered, "I've got something to tell you, and it's very important.

— Ah !… fit-elle entre ses dents… Arsène Lupin. — Ah!...she muttered under her breath...Arsène Lupin.

Il fut ahuri. He was stunned. Un instant, il demeura coi, la bouche béante. For a moment, he remained speechless, mouth agape. Cette femme le connaissait ! This woman knew him! et non seulement elle le connaissait, mais elle l'avait reconnu malgré son déguisement ! and not only did she know him, but she recognized him despite his disguise! Si accoutumé qu'il fût aux événements les plus extraordinaires et les plus insolites, celui-ci le déconcertait. Accustomed as he was to the most extraordinary and unusual events, this one disconcerted him.

Il ne songea même pas à protester et balbutia : He didn't even think to protest and stammered:

— Vous savez donc ?… vous savez ?… - So you know?... you know?

Brusquement, avant qu'elle eût le temps de se défendre, il écarta le voile de la dame. Suddenly, before she had time to defend herself, he removed the lady's veil.

— Comment ! est-ce possible ? murmura-t-il, avec une stupeur croissante. he murmured, with growing astonishment.

C'était la femme qu'il avait vue chez Daubrecq quelques jours auparavant, la femme qui avait levé son poignard sur Daubrecq, et qui avait voulu le frapper de toute sa force haineuse. It was the woman he had seen at Daubrecq's a few days earlier, the woman who had raised her dagger against Daubrecq, and who had tried to strike him with all her hateful force.

À son tour, elle parut bouleversée. In turn, she appeared shaken.

— Quoi vous m'avez vue déjà ?… — Have you seen me already?...