×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

Le bouchon de cristal, Maurice Leblanc, I — Arrestations (1)

I — Arrestations (1)

Les deux barques se balançaient dans l'ombre, attachées au petit môle qui pointait hors du jardin. À travers la brume épaisse, on apercevait çà et là, sur les bords du lac, des fenêtres éclairées. En face, le casino d'Enghien ruisselait de lumière, bien qu'on fût aux derniers jours de septembre. Quelques étoiles apparaissaient entre les nuages. Une brise légère soulevait la surface de l'eau.

Arsène Lupin sortit du kiosque où il fumait un cigare et, se penchant au bout du môle :

— Grognard ? Le Ballu ?… vous êtes là ?

Un homme surgit de chacune des barques, et l'un d'eux répondit :

— Oui, patron.

— Préparez-vous, j'entends l'auto qui revient avec Gilbert et Vaucheray.

Il traversa le jardin, fit le tour d'une maison en construction dont on discernait les échafaudages, et entr'ouvrit avec précaution la porte qui donnait sur l'avenue de Ceinture. Il ne s'était pas trompé : une lueur vive jaillit au tournant, et une grande auto découverte s'arrêta, d'où sautèrent deux hommes vêtus de pardessus au col relevé, et coiffés de casquettes.

C'étaient Gilbert et Vaucheray — Gilbert, un garçon de vingt ou vingt-deux ans, le visage sympathique, l'allure souple et puissante ; Vaucheray, plus petit, les cheveux grisonnants, la face blême et maladive.

— Eh bien, demanda Lupin, vous l'avez vu, le député ?…

— Oui, patron, répondit Gilbert, nous l'avons aperçu qui prenait le train de sept heures quarante pour Paris, comme nous le savions.

— En ce cas, nous sommes libres d'agir ?

— Entièrement libres. La villa Marie-Thérèse est à notre disposition.

Le chauffeur étant resté sur son siège, Lupin lui dit :

— Ne stationne pas ici. Ça pourrait attirer l'attention. Reviens à neuf heures et demie précises, à temps pour charger la voiture… si toutefois l'expédition ne rate pas.

— Pourquoi voulez-vous que ça rate ? observa Gilbert.

L'auto s'en alla et Lupin, reprenant la route du lac avec ses nouveaux compagnons, répondit :

— Pourquoi ? parce que ce n'est pas moi qui ai préparé le coup, et quand ce n'est pas moi, je n'ai qu'à moitié confiance.

— Bah ! patron, voilà trois ans que je travaille avec vous… Je commence à la connaître !

— Oui… mon garçon, tu commences, dit Lupin et c'est justement pourquoi je crains les gaffes… Allons, embarque… Et toi, Vaucheray, prends l'autre bateau… Bien… Maintenant, nagez les enfants… et le moins de bruit possible.

Grognard et Le Ballu, les deux rameurs, piquèrent droit vers la rive opposée, un peu à gauche du casino.

On rencontra d'abord une barque où un homme et une femme se tenaient enlacés et qui glissait à l'aventure ; puis une autre où des gens chantaient à tue-tête. Et ce fut tout.

Lupin se rapprocha de son compagnon et dit à voix basse :

— Dis donc, Gilbert, c'est toi qui as eu l'idée de ce coup-là, ou bien Vaucheray ?…

— Ma foi, je ne sais pas trop… il y a des semaines qu'on en parle tous deux.

— C'est que je me méfie de Vaucheray… Un sale caractère… en dessous… Je me demande pourquoi je ne me débarrasse pas de lui…

— Oh ! patron !

— Mais si ! mais si ! c'est un gaillard dangereux… sans compter qu'il doit avoir sur la conscience quelques peccadilles plutôt sérieuses.

Il demeura silencieux un instant, et reprit :

— Ainsi tu es bien sûr d'avoir vu le député Daubrecq ?

— De mes yeux vu, patron.

— Et tu sais qu'il a un rendez-vous à Paris ?

— Il va au théâtre.

— Bien, mais ses domestiques sont restés à sa villa d'Enghien…

— La cuisinière est renvoyée. Quant au valet de chambre Léonard qui est l'homme de confiance du député Daubrecq, il attend son maître à Paris, d'où ils ne peuvent pas revenir avant une heure du matin. Mais…

— Mais ?

— Nous devons compter sur un caprice possible de Daubrecq, sur un changement d'humeur, sur un retour inopiné et, par conséquent, prendre nos dispositions pour avoir tout fini dans une heure.

— Et tu possèdes ces renseignements ?…

— Depuis ce matin. Aussitôt, Vaucheray et moi nous avons pensé que le moment était favorable. J'ai choisi comme point de départ le jardin de cette maison en construction que nous venons de quitter et qui n'est pas gardée la nuit. J'ai averti deux camarades pour conduire les barques, et je vous ai téléphoné. Voilà toute l'histoire.

— Tu as les clefs ?

— Celles du perron.

— C'est bien la villa qu'on discerne là-bas, entourée d'un parc ?

— Oui, la villa Marie-Thérèse, et comme les deux autres, dont les jardins l'encadrent, ne sont plus habitées depuis une semaine, nous avons tout le temps de déménager ce qu'il nous plaît, et je vous jure, patron, que ça en vaut la peine.

Lupin marmotta :

— Beaucoup trop commode, l'aventure. Aucun charme.

Ils abordèrent dans une petite anse d'où s'élevaient, à l'abri d'un toit vermoulu, quelques marches de pierre. Lupin jugea que le transbordement des meubles serait facile. Mais il dit soudain :

— Il y a du monde à la villa. Tenez… une lumière.

— C'est un bec de gaz, patron… la lumière ne bouge pas…

Grognard resta près des barques, avec mission de faire le guet, tandis que Le Ballu, l'autre rameur, se rendait à la grille de l'avenue de Ceinture et que Lupin et ses deux compagnons rampaient dans l'ombre jusqu'au bas du perron.

Gilbert monta le premier. Ayant cherché à tâtons, il introduisit d'abord la clef de la serrure, puis celle du verrou de sûreté. Toutes deux fonctionnèrent aisément, de sorte que le battant put être entrebâillé et livra passage aux trois hommes.

Dans le vestibule, un bec de gaz flambait.

— Vous voyez, patron… dit Gilbert.

— Oui, oui… dit Lupin, à voix basse, mais il me semble que la lumière qui brillait ne venait pas de là.

— D'où alors ?

— Ma foi, je n'en sais rien… Le salon est ici ?

— Non, répondit Gilbert, qui ne craignait pas de parler un peu fort, non, par précaution il a tout réuni au premier étage, dans sa chambre et dans les chambres voisines.

— Et l'escalier ?

— À droite, derrière le rideau.

Lupin se dirigea vers ce rideau, et déjà, il écartait l'étoffe quand, tout à coup, à quatre pas sur la gauche, une porte s'ouvrit, et une tête apparut, une tête d'homme blême, avec des yeux d'épouvante.

— Au secours ! à l'assassin !… hurla-t-il.

Et précipitamment, il rentra dans la pièce.

— C'est Léonard ! le domestique ! cria Gilbert.

— S'il fait des manières, je l'abats, gronda Vaucheray.

— Tu vas nous fiche la paix, Vaucheray, hein ? ordonna Lupin, qui s'élançait à la poursuite du domestique.

Il traversa d'abord une salle à manger, où il y avait encore, auprès d'une lampe, des assiettes et une bouteille, et il retrouva Léonard au fond d'un office dont il essayait vainement d'ouvrir la fenêtre.

— Ne bouge pas, l'artiste ! Pas de blague !… Ah ! la brute !

Il s'était abattu à terre, d'un geste, en voyant Léonard lever le bras vers lui. Trois détonations furent jetées dans la pénombre de l'office, puis le domestique bascula, saisi aux jambes par Lupin qui lui arracha son arme et l'étreignit à la gorge.

— Sacrée brute, va ! grogna-t-il… Un peu plus, il me démolissait… Vaucheray, ligote-moi ce gentilhomme.

Avec sa lanterne de poche, il éclaira le visage du domestique et ricana :

— Pas joli, le monsieur… Tu ne dois pas avoir la conscience très nette, Léonard ; d'ailleurs, pour être le larbin du député Daubrecq… Tu as fini, Vaucheray ? Je voudrais bien ne pas moisir ici !

— Aucun danger, patron, dit Gilbert.

— Ah vraiment… et le coup de feu, tu crois que ça ne s'entend pas ?…

— Absolument impossible.

— N'importe ! il s'agit de faire vite. Vaucheray, prends la lampe et montons.

Il empoigna le bras de Gilbert, et l'entraînant vers le premier étage :

— Imbécile ! c'est comme ça que tu t'informes ? Avais-je raison de me méfier ?

— Voyons, patron, je ne pouvais pas savoir qu'il changerait d'avis et reviendrait dîner.

— On doit tout savoir, quand on a l'honneur de cambrioler les gens. Mazette, je vous retiens, Vaucheray et toi… Vous avez le chic…

La vue des meubles, au premier étage, apaisa Lupin, et, commençant l'inventaire avec une satisfaction d'amateur qui vient de s'offrir quelques objets d'art :

— Bigre ! peu de chose, mais du nanan. Ce représentant du peuple ne manque pas de goût… Quatre fauteuils d'Aubusson… un secrétaire signé, je gage, Percier-Fontaine… deux appliques de Gouttières… un vrai Fragonard, et un faux Nattier qu'un milliardaire américain avalerait tout cru… Bref, une fortune. Et il y a des grincheux qui prétendent qu'on ne trouve plus rien d'authentique. Crebleu ! qu'ils fassent comme moi ! Qu'ils cherchent !

Gilbert et Vaucheray, sur l'ordre de Lupin, et d'après ses indications, procédèrent aussitôt à l'enlèvement méthodique des plus gros meubles. Au bout d'une demi-heure, la première barque étant remplie, il fut décidé que Grognard et Le Ballu partiraient en avant et commenceraient le chargement de l'auto.

Lupin surveilla leur départ. En revenant à la maison, il lui sembla, comme il passait dans le vestibule, entendre un bruit de paroles, du côté de l'office. Il s'y rendit. Léonard était bien seul, couché à plat ventre, et les mains liées derrière le dos.

— C'est donc toi qui grognes, larbin de confiance ? T'émeus pas. C'est presque fini. Seulement, si tu criais trop fort, tu nous obligerais à prendre des mesures plus sévères… Aimes-tu les poires ? On t'en collerait une, d'angoisse…

Au moment de remonter, il entendit de nouveau le même bruit de paroles et, ayant prêté l'oreille, il perçut ces mots prononcés d'une voix rauque et gémissante et qui venaient, en toute certitude, de l'office.

— Au secours !… à l'assassin !… au secours !… on va me tuer… qu'on avertisse le commissaire !…

— Complètement loufoque, le bonhomme murmura Lupin. Sapristi… déranger la police à neuf heures du soir, quelle indiscrétion !…

Il se remit à l'œuvre. Cela dura plus longtemps qu'il ne le pensait, car on découvrait dans les armoires des bibelots de valeur qu'il eût été malséant de dédaigner, et, d'autre part, Vaucheray et Gilbert apportaient à leurs investigations une minutie qui le déconcertait.

À la fin, il s'impatienta.

— Assez ! ordonna-t-il. Pour les quelques rossignols qui restent, nous n'allons pas gâcher l'affaire et laisser l'auto en station. J'embarque.

Ils se trouvaient alors au bord de l'eau, et Lupin descendait l'escalier. Gilbert le retint.

— Écoutez, patron, il nous faut un voyage de plus… cinq minutes, pas davantage.

— Mais pourquoi, que diantre !

— Voilà… On nous a parlé d'un reliquaire ancien… quelque chose d'épatant…

— Eh bien ?

— Impossible de mettre la main dessus. Et je pense à l'office… Il y a là un placard à grosse serrure… vous comprenez bien que nous ne pouvons pas…

Il retournait déjà vers le perron. Vaucheray s'élança également.

— Dix minutes… pas une de plus, leur cria Lupin. Dans dix minutes, moi, je me défile.

Mais les dix minutes s'écoulèrent, et il attendait encore.

Il consulta sa montre.

— Neuf heures et quart… c'est de la folie, se dit-il.

En outre, il songeait que, durant tout ce déménagement, Gilbert et Vaucheray s'étaient conduits de façon assez bizarre, ne se quittant pas et semblant se surveiller l'un l'autre. Que se passait-il donc ?

Insensiblement, Lupin retournait à la maison, poussé par une inquiétude qu'il ne s'expliquait pas, et, en même temps, il écoutait une rumeur sourde qui s'élevait au loin, du côté d'Enghien, et qui paraissait se rapprocher… Des promeneurs sans doute…

Vivement il donna un coup de sifflet, puis il se dirigea vers la grille principale, pour jeter un coup d'œil aux environs de l'avenue. Mais soudain, comme il tirait le battant, une détonation retentit, suivie d'un hurlement de douleur. Il revint en courant, fit le tour de la maison, escalada le perron et se rua vers la salle à manger.

— Sacré tonnerre ! qu'est-ce que vous fichez là, tous les deux ?

Gilbert et Vaucheray, mêlés dans un corps à corps furieux, roulaient sur le parquet avec des cris de rage. Leurs habits dégouttaient de sang. Lupin bondit. Mais déjà Gilbert avait terrassé son adversaire et lui arrachait de la main un objet que Lupin n'eut pas le temps de distinguer. Vaucheray, d'ailleurs, qui perdait du sang par une blessure à l'épaule, s'évanouit.

— Qui l'a blessé ? Toi, Gilbert ? demanda Lupin exaspéré.

— Non… Léonard.

— Léonard !

I — Arrestations (1) I - Verhaftungen (1) I - Arrests (1) I - Detenciones (1) I - Arresti (1) I - 逮捕 (1) I - Detenções (1) I - Tutuklamalar (1) I — 逮捕 (1) I — 逮捕 (1)

Les deux barques se balançaient dans l'ombre, attachées au petit môle qui pointait hors du jardin. Die beiden Boote schwankten im Schatten, befestigt an der kleinen Mole, die aus dem Garten ragte. The two boats swayed in the shadows, attached to the little pier that jutted out of the garden. Kaksi venettä heilui varjoissa, kiinnitettynä pieneen aallonmurtajaan, joka työntyi ulos puutarhasta. Dva člny sa hojdali v tieni, pripevnené k malému krtkovi, ktorý vyčnieval zo záhrady. À travers la brume épaisse, on apercevait çà et là, sur les bords du lac, des fenêtres éclairées. Through the thick mist, one could see here and there, on the shores of the lake, lighted windows. Aqui e ali, através do nevoeiro espesso, viam-se janelas iluminadas nas margens do lago. En face, le casino d'Enghien ruisselait de lumière, bien qu'on fût aux derniers jours de septembre. Auf der anderen Seite des Casinos Enghien herrschte Licht, obwohl es die letzten Septembertage waren. Opposite, the Enghien casino was streaming with light, although it was the last days of September. Quelques étoiles apparaissaient entre les nuages. A few stars appeared between the clouds. Une brise légère soulevait la surface de l'eau. A light breeze lifted the surface of the water. Uma brisa suave levantava a superfície da água.

Arsène Lupin sortit du kiosque où il fumait un cigare et, se penchant au bout du môle : Arsène Lupine left the kiosk where he was smoking a cigar and, leaning over the end of the mole: Arsène Lupin tuli ulos kioskista, jossa hän poltti sikaria, ja kumartui aallonmurtajan päähän ja sanoi:

— Grognard ? - Grognard? - Grognard? Le Ballu ?… vous êtes là ? Le Ballu?… Are you there? Le Ballu? Estás aí?

Un homme surgit de chacune des barques, et l'un d'eux répondit : A man emerged from each of the boats, and one of them replied: Jokaisesta veneestä nousi mies, ja yksi heistä vastasi:

— Oui, patron. - Yes, boss.

— Préparez-vous, j'entends l'auto qui revient avec Gilbert et Vaucheray. - Prepare yourself, I hear the car coming back with Gilbert and Vaucheray.

Il traversa le jardin, fit le tour d'une maison en construction dont on discernait les échafaudages, et entr'ouvrit avec précaution la porte qui donnait sur l'avenue de Ceinture. He crossed the garden, made the tour of a house under construction, the scaffolding of which could be seen, and cautiously opened the door which opened onto the avenue de Ceinture. Il ne s'était pas trompé : une lueur vive jaillit au tournant, et une grande auto découverte s'arrêta, d'où sautèrent deux hommes vêtus de pardessus au col relevé, et coiffés de casquettes. He wasn't mistaken: a bright light flashed around the bend, and a large open car pulled up, from which jumped two men wearing overcoats with turned-up collars and caps. No se había equivocado: una luz brillante brilló al doblar la curva, y un gran coche abierto se detuvo, del que saltaron dos hombres con abrigos de cuello vuelto y gorras. Não se tinha enganado: uma luz brilhante brilhou na curva e um grande carro aberto parou, de onde saltaram dois homens com casacos de gola subida e bonés.

C'étaient Gilbert et Vaucheray — Gilbert, un garçon de vingt ou vingt-deux ans, le visage sympathique, l'allure souple et puissante ; Vaucheray, plus petit, les cheveux grisonnants, la face blême et maladive. They were Gilbert and Vaucheray - Gilbert, a boy of twenty or twenty-two, with a sympathetic face, a supple and powerful demeanor; Vaucheray, shorter, graying hair, pale and sickly face. Eram Gilbert e Vaucheray - Gilbert, um rapaz de vinte ou vinte e dois anos, com um rosto simpático e uma postura flexível e poderosa; Vaucheray, mais baixo, com cabelos grisalhos e um rosto pálido e doentio.

— Eh bien, demanda Lupin, vous l'avez vu, le député ?… - Well, asked Lupine, you saw him, the deputy? ... - No, kysyi Lupin, näittekö te hänet, apulaissheriffin?...

— Oui, patron, répondit Gilbert, nous l'avons aperçu qui prenait le train de sept heures quarante pour Paris, comme nous le savions. 'Yes, boss,' replied Gilbert, 'we saw him taking the seven-forty train to Paris, as we knew. - Kyllä, pomo, Gilbert vastasi, näimme hänen lähtevän seitsemän neljänkymmenen junalla Pariisiin, kuten tiesimme hänen lähtevän.

— En ce cas, nous sommes libres d'agir ? - In that case, we are free to act?

— Entièrement libres. - Completely free. La villa Marie-Thérèse est à notre disposition. The Villa Marie-Thérèse is at our disposal.

Le chauffeur étant resté sur son siège, Lupin lui dit : The driver having remained in his seat, Lupine said to him:

— Ne stationne pas ici. - Don't park here. - Não estacione aqui. Ça pourrait attirer l'attention. It might attract attention. Reviens à neuf heures et demie précises, à temps pour charger la voiture… si toutefois l'expédition ne rate pas. Sei pünktlich um halb zehn zurück, rechtzeitig, um das Auto zu beladen - falls die Expedition nicht misslingt. Come back at half past nine sharp, in time to load the car... if the expedition doesn't fail. Regressar às nove e meia em ponto, a tempo de carregar o carro... se a expedição não falhar.

— Pourquoi voulez-vous que ça rate ? - Why do you want this to fail? - Porque é que querem que falhe? observa Gilbert. Gilbert observed.

L'auto s'en alla et Lupin, reprenant la route du lac avec ses nouveaux compagnons, répondit : The car drove off and Lupine, resuming the road to the lake with his new companions, replied:

— Pourquoi ? - Why? parce que ce n'est pas moi qui ai préparé le coup, et quand ce n'est pas moi, je n'ai qu'à moitié confiance. because it was not me who prepared the blow, and when it is not me, I have only half confidence.

— Bah ! - Bah! patron, voilà trois ans que je travaille avec vous… Je commence à la connaître ! boss, I've been working with you for three years… I'm starting to get to know her!

— Oui… mon garçon, tu commences, dit Lupin et c'est justement pourquoi je crains les gaffes… Allons, embarque… Et toi, Vaucheray, prends l'autre bateau… Bien… Maintenant, nagez les enfants… et le moins de bruit possible. - Yes… my boy, you're starting, said Lupine and that's precisely why I'm afraid of blunders… Come on, get on board… And you, Vaucheray, take the other boat… Well… Now, swim the children… and the less noise possible.

Grognard et Le Ballu, les deux rameurs, piquèrent droit vers la rive opposée, un peu à gauche du casino. Grognard and Le Ballu, the two rowers, headed straight for the opposite bank, a little to the left of the casino.

On rencontra d'abord une barque où un homme et une femme se tenaient enlacés et qui glissait à l'aventure ; puis une autre où des gens chantaient à tue-tête. We first encountered a boat in which a man and a woman stood entwined and which glided at random; then another where people were singing at the top of their lungs. Ensin törmäsimme veneeseen, jossa mies ja nainen halasivat toisiaan ja liukuivat seikkailunomaisesti; sitten toiseen veneeseen, jossa ihmiset lauloivat kovaan ääneen. Сначала мы наткнулись на лодку с обнимающимися мужчиной и женщиной, которая с приключением скользила по воде; затем на другую, где люди пели во весь голос. Et ce fut tout. And that was all.

Lupin se rapprocha de son compagnon et dit à voix basse : Lupine approached his companion and said in a low voice:

— Dis donc, Gilbert, c'est toi qui as eu l'idée de ce coup-là, ou bien Vaucheray ?… - Hey, Gilbert, it was you who had the idea of this one, or Vaucheray? - Gilbert, keksitkö sinä tämän idean vai Vaucheray?...

— Ma foi, je ne sais pas trop… il y a des semaines qu'on en parle tous deux. - Well, I don't really know… we've both been talking about it for weeks.

— C'est que je me méfie de Vaucheray… Un sale caractère… en dessous… Je me demande pourquoi je ne me débarrasse pas de lui… - It's because I'm wary of Vaucheray… A bad temper… underneath… I wonder why I'm not getting rid of him… - En vain luota Vaucherayhin... Hän on äkkipikainen... Miksiköhän en pääse hänestä eroon?

— Oh ! - Oh! patron ! boss!

— Mais si ! - But if ! mais si ! but if ! c'est un gaillard dangereux… sans compter qu'il doit avoir sur la conscience quelques peccadilles plutôt sérieuses. he's a dangerous fellow ... not to mention that he must have some rather serious peccadilloes on his mind. Hän on vaarallinen kaveri... puhumattakaan siitä, että hänellä täytyy olla muutama melko vakava omantunnonvirhe.

Il demeura silencieux un instant, et reprit : He remained silent for a moment, and continued:

— Ainsi tu es bien sûr d'avoir vu le député Daubrecq ? - So you are sure you saw the deputy Daubrecq?

— De mes yeux vu, patron. - From my own eyes, boss.

— Et tu sais qu'il a un rendez-vous à Paris ? - And you know he has a meeting in Paris?

— Il va au théâtre. - He goes to the theater.

— Bien, mais ses domestiques sont restés à sa villa d'Enghien… - Good, but his servants stayed at his villa in Enghien ...

— La cuisinière est renvoyée. - The stove is returned. - Keitin palautetaan. Quant au valet de chambre Léonard qui est l'homme de confiance du député Daubrecq, il attend son maître à Paris, d'où ils ne peuvent pas revenir avant une heure du matin. As for the valet de chambre Léonard, who is the trusted man of deputy Daubrecq, he is waiting for his master in Paris, from where they cannot return before one in the morning. Mais… But...

— Mais ? - But?

— Nous devons compter sur un caprice possible de Daubrecq, sur un changement d'humeur, sur un retour inopiné et, par conséquent, prendre nos dispositions pour avoir tout fini dans une heure. - We have to count on a possible whim from Daubrecq, on a change of mood, on an unexpected return and, consequently, make arrangements to have everything finished in an hour. - Meidän on varauduttava Daubrecqin mahdolliseen päähänpistoon, mielialan muutokseen, odottamattomaan paluuseen ja näin ollen sovittava, että kaikki on valmis tunnissa.

— Et tu possèdes ces renseignements ?… - And do you have this information?...

— Depuis ce matin. - Since this morning. Aussitôt, Vaucheray et moi nous avons pensé que le moment était favorable. Immediately, Vaucheray and I thought the time was right. J'ai choisi comme point de départ le jardin de cette maison en construction que nous venons de quitter et qui n'est pas gardée la nuit. I chose as my starting point the garden of this house under construction, which we've just left and which isn't guarded at night. J'ai averti deux camarades pour conduire les barques, et je vous ai téléphoné. I've asked two friends to drive the boats, and I've phoned you. Voilà toute l'histoire. That's the whole story.

— Tu as les clefs ? - Do you have the keys?

— Celles du perron. - The ones on the stoop.

— C'est bien la villa qu'on discerne là-bas, entourée d'un parc ? - Is that the villa you can see over there, surrounded by parkland? - Onko tuo se huvila, joka näkyy tuolla, puistoalueen ympäröimänä?

— Oui, la villa Marie-Thérèse, et comme les deux autres, dont les jardins l'encadrent, ne sont plus habitées depuis une semaine, nous avons tout le temps de déménager ce qu'il nous plaît, et je vous jure, patron, que ça en vaut la peine. - Yes, the Villa Marie-Thérèse, and as the other two, whose gardens flank it, have not been lived in for a week, we have plenty of time to move whatever we please, and I swear to you, boss, it's worth it.

Lupin marmotta :

— Beaucoup trop commode, l'aventure. - Adventure is far too convenient. Aucun charme. No charm.

Ils abordèrent dans une petite anse d'où s'élevaient, à l'abri d'un toit vermoulu, quelques marches de pierre. Sie fuhren in eine kleine Bucht, aus der unter dem Schutz eines wurmstichigen Daches ein paar Steinstufen emporragten. They approached a small cove from which a few stone steps rose, sheltered by a worm-eaten roof. Lupin jugea que le transbordement des meubles serait facile. Lupin judged that moving the furniture would be easy. Mais il dit soudain :

— Il y a du monde à la villa. - It's busy at the villa. Tenez… une lumière. Here... a light.

— C'est un bec de gaz, patron… la lumière ne bouge pas… - It's a gas burner, boss... the light doesn't move...

Grognard resta près des barques, avec mission de faire le guet, tandis que Le Ballu, l'autre rameur, se rendait à la grille de l'avenue de Ceinture et que Lupin et ses deux compagnons rampaient dans l'ombre jusqu'au bas du perron. Grognard remained near the boats, with the mission of keeping watch, while Le Ballu, the other rower, went to the gate of the avenue de Ceinture and Lupine and his two companions crawled in the shade to the bottom. from the porch.

Gilbert monta le premier. Gilbert went up first. Ayant cherché à tâtons, il introduisit d'abord la clef de la serrure, puis celle du verrou de sûreté. Having groped around, he inserted first the key to the lock, then the key to the safety bolt. Toutes deux fonctionnèrent aisément, de sorte que le battant put être entrebâillé et livra passage aux trois hommes. Both functioned smoothly, so that the door could be opened to let the three men through.

Dans le vestibule, un bec de gaz flambait. In the vestibule, a gas burner blazed.

— Vous voyez, patron… dit Gilbert. - You see, boss..." said Gilbert.

— Oui, oui… dit Lupin, à voix basse, mais il me semble que la lumière qui brillait ne venait pas de là. - Yes, yes..." said Lupin, in a low voice, "but it seems to me that the light that was shining wasn't coming from there.

— D'où alors ? - From where then?

— Ma foi, je n'en sais rien… Le salon est ici ? - Ich weiß es nicht. Ist das Wohnzimmer hier? - Well, I wouldn't know... Is the salon here?

— Non, répondit Gilbert, qui ne craignait pas de parler un peu fort, non, par précaution il a tout réuni au premier étage, dans sa chambre et dans les chambres voisines. - No," replied Gilbert, who wasn't afraid to speak a little loudly, "no, as a precaution he's gathered everything on the second floor, in his room and in the neighboring rooms. - Ei, vastasi Gilbert, joka ei pelännyt puhua hieman kovaa, - ei, hän on varmuuden vuoksi koonnut kaiken yhteen ensimmäisessä kerroksessa, omassa huoneessaan ja viereisissä huoneissa.

— Et l'escalier ? - And the staircase?

— À droite, derrière le rideau. - On the right, behind the curtain.

Lupin se dirigea vers ce rideau, et déjà, il écartait l'étoffe quand, tout à coup, à quatre pas sur la gauche, une porte s'ouvrit, et une tête apparut, une tête d'homme blême, avec des yeux d'épouvante. Lupin went towards this curtain, and already, he was pushing aside the fabric when, suddenly, at four steps on the left, a door opened, and a head appeared, a head of pale man, with eyes of terror. Lupin siirtyi verhoa kohti ja oli jo vetämässä kangasta syrjään, kun yhtäkkiä neljä askelta vasemmalla ovi avautui ja esiin ilmestyi pää, kalpean miehen pää, jolla oli pelokkaat silmät.

— Au secours ! - Help! à l'assassin !… hurla-t-il. to the assassin!... he shouted.

Et précipitamment, il rentra dans la pièce. And he hurried back into the room.

— C'est Léonard ! - It's Leonard! le domestique ! the servant! cria Gilbert.

— S'il fait des manières, je l'abats, gronda Vaucheray. - Wenn er sich benimmt, erschieße ich ihn", knurrte Vaucheray. - If he shows any manners, I'll shoot him," growls Vaucheray.

— Tu vas nous fiche la paix, Vaucheray, hein ? - Du wirst uns in Ruhe lassen, Vaucheray, oder? - You're going to leave us alone, Vaucheray, aren't you? ordonna Lupin, qui s'élançait à la poursuite du domestique. Lupin ordered, dashing off in pursuit of the servant.

Il traversa d'abord une salle à manger, où il y avait encore, auprès d'une lampe, des assiettes et une bouteille, et il retrouva Léonard au fond d'un office dont il essayait vainement d'ouvrir la fenêtre. Er durchquerte zunächst ein Esszimmer, in dem neben einer Lampe noch Teller und eine Flasche standen, und fand Leonardo am Ende einer Speisekammer, deren Fenster er vergeblich zu öffnen versuchte. He first passed through a dining room, where there were still plates and a bottle beside a lamp, and found Leonard at the back of a pantry whose window he was vainly trying to open.

— Ne bouge pas, l'artiste ! - Nicht bewegen, Künstler! - Don't move, artist! Pas de blague !… Ah ! Kein Witz! ... Ah! No joke! Ah! la brute ! der Rüpel! the brute!

Il s'était abattu à terre, d'un geste, en voyant Léonard lever le bras vers lui. Er hatte sich mit einer Geste zu Boden gesenkt, als er sah, wie Leonard den Arm zu ihm hob. He had fallen to the ground with a gesture when he saw Leonard raise his arm towards him. Trois détonations furent jetées dans la pénombre de l'office, puis le domestique bascula, saisi aux jambes par Lupin qui lui arracha son arme et l'étreignit à la gorge. Drei Detonationen wurden in das Halbdunkel des Arbeitszimmers geworfen, dann kippte der Diener um und wurde von Lupin an den Beinen gepackt, der ihm die Waffe entriss und ihn an der Kehle umarmte. Three blasts were heard in the half-light of the pantry, and then the servant toppled over, grabbed by the legs by Lupin, who snatched his gun and grabbed him by the throat. Kolme laukausta kajahti ruokakomeron puolivalossa, ja sitten palvelija kaatui, ja Lupin tarttui häntä jaloista, nappasi aseensa ja tarttui häntä kurkusta.

— Sacrée brute, va ! - Du bist ein Rüpel! - What a brute! - Mikä raakalainen sinä olet! grogna-t-il… Un peu plus, il me démolissait… Vaucheray, ligote-moi ce gentilhomme. knurrte er ... Noch ein bisschen mehr, und er hätte mich zerlegt ... Vaucheray, fesselt mir diesen Gentleman. Vaucheray, tie this gentleman up.

Avec sa lanterne de poche, il éclaira le visage du domestique et ricana : Mit seiner Taschenlaterne leuchtete er in das Gesicht des Dieners und kicherte: With his pocket lantern, he illuminated the servant's face and sneered:

— Pas joli, le monsieur… Tu ne dois pas avoir la conscience très nette, Léonard ; d'ailleurs, pour être le larbin du député Daubrecq… Tu as fini, Vaucheray ? - Nicht schön, der Herr ... Du hast wohl kein sehr reines Gewissen, Leonard; außerdem, um der Lakai des Abgeordneten Daubrecq zu sein ... Bist du fertig, Vaucheray? - You must not have a very clear conscience, Léonard; besides, to be the stooge of Deputy Daubrecq... Have you finished, Vaucheray? - Teillä ei taida olla kovin puhdasta omaatuntoa, Léonard; sitä paitsi, olla apulaissheriffi Daubrecqin kätyri... Oletteko lopettanut, Vaucheray? Je voudrais bien ne pas moisir ici ! Ich wünschte, ich würde hier nicht verrotten! I don't want to rot here!

— Aucun danger, patron, dit Gilbert. - Keine Gefahr, Boss", sagte Gilbert. - No danger, boss," says Gilbert.

— Ah vraiment… et le coup de feu, tu crois que ça ne s'entend pas ?… - Ach wirklich ... und der Schuss, meinst du, man hört das nicht? - Oh really... and the shot, you think you can't hear it?...

— Absolument impossible. - Absolutely impossible.

— N'importe ! - No matter! il s'agit de faire vite. it's all about speed. Vaucheray, prends la lampe et montons. Vaucheray, nimm die Lampe und lass uns nach oben gehen. Vaucheray, take the lamp and let's go upstairs.

Il empoigna le bras de Gilbert, et l'entraînant vers le premier étage : He grabbed Gilbert's arm, and dragged him to the second floor:

— Imbécile ! - Imbecile! c'est comme ça que tu t'informes ? is this how you get your information? Avais-je raison de me méfier ? Was I right to be suspicious?

— Voyons, patron, je ne pouvais pas savoir qu'il changerait d'avis et reviendrait dîner. - Come on, boss, I couldn't have known he'd change his mind and come back for dinner.

— On doit tout savoir, quand on a l'honneur de cambrioler les gens. - You have to know everything when you have the honor of robbing people. Mazette, je vous retiens, Vaucheray et toi… Vous avez le chic… Mazette, ich halte dich und Vaucheray zurück... Ihr habt es drauf... Mazette, I'm holding you and Vaucheray back... You've got the knack... Mazette, pidättelen sinua, sinua ja Vaucherayta... Sinulla on taito...

La vue des meubles, au premier étage, apaisa Lupin, et, commençant l'inventaire avec une satisfaction d'amateur qui vient de s'offrir quelques objets d'art : The sight of the furniture on the second floor soothed Lupin, and, beginning the inventory with the satisfaction of an amateur who has just bought himself a few objets d'art :

— Bigre ! - Wow! peu de chose, mais du nanan. not much, but a lot. Ce représentant du peuple ne manque pas de goût… Quatre fauteuils d'Aubusson… un secrétaire signé, je gage, Percier-Fontaine… deux appliques de Gouttières… un vrai Fragonard, et un faux Nattier qu'un milliardaire américain avalerait tout cru… Bref, une fortune. This representative of the people does not lack taste... Four Aubusson armchairs... a secretary signed, I bet, Percier-Fontaine... two sconces by Gouttières... a real Fragonard, and a fake Nattier that an American billionaire would swallow whole... In short, a fortune. Et il y a des grincheux qui prétendent qu'on ne trouve plus rien d'authentique. And there are grumpy people who claim that one can no longer find anything authentic. Crebleu ! Good heavens! qu'ils fassent comme moi ! let them do like me! Qu'ils cherchent ! Let them search!

Gilbert et Vaucheray, sur l'ordre de Lupin, et d'après ses indications, procédèrent aussitôt à l'enlèvement méthodique des plus gros meubles. Gilbert and Vaucheray, on Lupin's orders and following his instructions, immediately proceeded to methodically remove the largest pieces of furniture. Au bout d'une demi-heure, la première barque étant remplie, il fut décidé que Grognard et Le Ballu partiraient en avant et commenceraient le chargement de l'auto. After half an hour, with the first boat full, it was decided that Grognard and Le Ballu would go ahead and start loading the car.

Lupin surveilla leur départ. Lupin watched them leave. En revenant à la maison, il lui sembla, comme il passait dans le vestibule, entendre un bruit de paroles, du côté de l'office. On his way back to the house, it seemed to him, as he passed through the vestibule, that he heard a noise of words, from the side of the office. Il s'y rendit. He went there. Léonard était bien seul, couché à plat ventre, et les mains liées derrière le dos. Leonard was all alone, lying flat on his back with his hands tied behind his back. Leonard oli yksin, makasi selällään, kädet selän taakse sidottuina.

— C'est donc toi qui grognes, larbin de confiance ? - So you're the one who's grumbling, trusting stooge? T'émeus pas. Don't get emotional. C'est presque fini. Seulement, si tu criais trop fort, tu nous obligerais à prendre des mesures plus sévères… Aimes-tu les poires ? Only, if you shout too loudly, you'll force us to take more severe measures... Do you like pears? On t'en collerait une, d'angoisse… We'd put you through the wringer... Laittaisimme sinut koville...

Au moment de remonter, il entendit de nouveau le même bruit de paroles et, ayant prêté l'oreille, il perçut ces mots prononcés d'une voix rauque et gémissante et qui venaient, en toute certitude, de l'office. When he was about to go up, he heard again the same noise of words and, having lent his ear, he perceived these words pronounced with a hoarse and groaning voice and which came, in all certainty, from the office.

— Au secours !… à l'assassin !… au secours !… on va me tuer… qu'on avertisse le commissaire !… - Help!... Murder!... Help!... I'm going to be killed... Someone tell the superintendent!...

— Complètement loufoque, le bonhomme murmura Lupin. - The guy's a total weirdo," murmured Lupin. Sapristi… déranger la police à neuf heures du soir, quelle indiscrétion !… Sapristi... disturbing the police at nine o'clock in the evening, what an indiscretion!...

Il se remit à l'œuvre. He got back to work. Cela dura plus longtemps qu'il ne le pensait, car on découvrait dans les armoires des bibelots de valeur qu'il eût été malséant de dédaigner, et, d'autre part, Vaucheray et Gilbert apportaient à leurs investigations une minutie qui le déconcertait. This lasted longer than he thought, for valuable trinkets were discovered in the cupboards which it would have been unseemly to disdain, and, on the other hand, Vaucheray and Gilbert brought to their investigations a thoroughness which disconcerted him. Se kesti kauemmin kuin hän luulikaan, sillä kaapeista löytyi arvokkaita rihkamaa, jota ei olisi ollut sopivaa väheksyä, ja Vaucheray ja Gilbert tekivät tutkimuksiaan niin huolellisesti, että hän oli hämmentynyt.

À la fin, il s'impatienta. In the end, he grew impatient.

— Assez ! - Enough is enough! ordonna-t-il. he ordered. Pour les quelques rossignols qui restent, nous n'allons pas gâcher l'affaire et laisser l'auto en station. For the few remaining nightingales, we're not going to spoil the deal and leave the car at the station. J'embarque. I'm boarding.

Ils se trouvaient alors au bord de l'eau, et Lupin descendait l'escalier. They were now at the water's edge, and Lupin was descending the stairs. Gilbert le retint. Gilbert held him back.

— Écoutez, patron, il nous faut un voyage de plus… cinq minutes, pas davantage. - Look, boss, we need one more trip... five minutes, no more.

— Mais pourquoi, que diantre ! - Why on earth?

— Voilà… On nous a parlé d'un reliquaire ancien… quelque chose d'épatant… - Here it is... We've been told of an ancient reliquary... something amazing...

— Eh bien ? - Well?

— Impossible de mettre la main dessus. - Impossible to get hold of. Et je pense à l'office… Il y a là un placard à grosse serrure… vous comprenez bien que nous ne pouvons pas… And I think of the office... There is a cupboard with a big lock... you understand that we cannot...

Il retournait déjà vers le perron. He was already heading back to the stoop. Vaucheray s'élança également. Vaucheray also jumped in.

— Dix minutes… pas une de plus, leur cria Lupin. - Ten minutes... not one more," shouted Lupin. Dans dix minutes, moi, je me défile. In ten minutes, I'm out of here.

Mais les dix minutes s'écoulèrent, et il attendait encore. But ten minutes passed, and he was still waiting.

Il consulta sa montre. He consulted his watch.

— Neuf heures et quart… c'est de la folie, se dit-il. - Quarter past nine... it's madness, he thought.

En outre, il songeait que, durant tout ce déménagement, Gilbert et Vaucheray s'étaient conduits de façon assez bizarre, ne se quittant pas et semblant se surveiller l'un l'autre. What's more, Gilbert and Vaucheray had behaved rather strangely throughout the move, never leaving each other's side and seemingly keeping an eye on each other. Lisäksi Gilbert ja Vaucheray olivat hänen mielestään käyttäytyneet koko muuton ajan varsin oudosti, eivätkä he olleet koskaan poistuneet toistensa luota ja näyttivät pitävän toisiaan silmällä. Que se passait-il donc ? What was going on?

Insensiblement, Lupin retournait à la maison, poussé par une inquiétude qu'il ne s'expliquait pas, et, en même temps, il écoutait une rumeur sourde qui s'élevait au loin, du côté d'Enghien, et qui paraissait se rapprocher… Des promeneurs sans doute… Insensibly, Lupin returned to the house, driven by an anxiety he couldn't explain, and at the same time, he listened to a muffled rumor in the distance, on the side of Enghien, which seemed to be getting closer... Walkers, no doubt...

Vivement il donna un coup de sifflet, puis il se dirigea vers la grille principale, pour jeter un coup d'œil aux environs de l'avenue. Quickly, he blew his whistle, then headed for the main gate to take a look around the avenue. Mais soudain, comme il tirait le battant, une détonation retentit, suivie d'un hurlement de douleur. But suddenly, as he pulled the door open, a bang sounded, followed by a howl of pain. Mutta yhtäkkiä, kun hän veti ovea auki, kuului pamahdus, jota seurasi kivun ulvonta. Il revint en courant, fit le tour de la maison, escalada le perron et se rua vers la salle à manger. He ran back, circled the house, climbed the stoop and rushed to the dining room.

— Sacré tonnerre ! - Holy thunder! qu'est-ce que vous fichez là, tous les deux ? what the hell are you two doing here? Mitä helvettiä te kaksi teette täällä?

Gilbert et Vaucheray, mêlés dans un corps à corps furieux, roulaient sur le parquet avec des cris de rage. Gilbert and Vaucheray, locked in furious hand-to-hand combat, were rolling on the parquet floor with shrieks of rage. Gilbert ja Vaucheray, jotka olivat lukittuneet raivokkaaseen lähitaisteluun, pyörivät parketin lattialla raivonhuudoissa. Leurs habits dégouttaient de sang. Their clothes were dripping with blood. Lupin bondit. Lupin leapt up. Mais déjà Gilbert avait terrassé son adversaire et lui arrachait de la main un objet que Lupin n'eut pas le temps de distinguer. But Gilbert had already overpowered his adversary and snatched an object from his hand that Lupin had no time to distinguish. Gilbert oli kuitenkin jo voittanut vastustajansa ja siepannut tämän kädestä esineen, jota Lupin ei ehtinyt erottaa. Vaucheray, d'ailleurs, qui perdait du sang par une blessure à l'épaule, s'évanouit. Vaucheray, who was losing blood from a shoulder wound, fainted. Vaucheray, joka menetti verta olkapäässä olevasta haavasta, pyörtyi.

— Qui l'a blessé ? - Who hurt him? Toi, Gilbert ? You, Gilbert? demanda Lupin exaspéré. Lupin asked in exasperation.

— Non… Léonard. - No... Leonard.

— Léonard !