×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

TED Talks in French, Les maisons de la sagesse | Barbara Cassin | TEDxMarseille

Les maisons de la sagesse | Barbara Cassin | TEDxMarseille

Traducteur: karine le brun Relecteur: Hélène Vernet

Savoir faire avec les différences,

je pense que c'est ce dont on a besoin aujourd'hui,

et c'est ça que j'essaie d'explorer avec vous, mais avec mes moyens.

Mes moyens à moi, ce sont les mots.

Si je suis une exploratrice de quelque chose,

c'est une exploratrice de ce que peuvent les mots.

Et plus exactement encore, pour moi, la différence,

savoir faire avec les différences,

ça peut se construire

autour d'une pratique et d'une idée qui est celle de la traduction

entre deux cultures, entre deux langues.

Et la traduction, ce savoir-faire avec les différences -

c'est comme ça que je la définis -

m'a donné envie et m'a donné le besoin

de fabriquer un projet - un peu fou, je le reconnais -

dans lequel je voudrais vous entraîner.

Ce projet est un projet que j'ai appelé « Maison de la Sagesse »,

« Bayt al-Hikma », c'est un vieux truc de Bagdad au XVIe siècle.

C'étaient des maisons qui étaient construites autour de la traduction,

où tout le monde venait, tous les savants, tous les pays, toutes les générations,

et ils traduisaient.

Simplement, que serait une Maison de la Sagesse,

aujourd'hui, au XXIe siècle,

à Marseille par exemple, ou Aubervilliers, qui sont mes deux terrains de travail ?

Une Maison de la Sagesse, vous voyez, c'est ça,

la manière dont c'était représenté, en Perse, à Bagdad :

des livres, beaucoup de livres, mais des gens, beaucoup de gens.

Alors, que serait une Maison de la Sagesse aujourd'hui ?

Eh bien moi,

le déclic pour vouloir faire cela,

c'est une phrase, et un chiffre.

La phrase, c'est une phrase d'Hannah Arendt,

qui a écrit en exil.

Et elle écrit : « Manifestement, personne ne veut savoir

que l'histoire contemporaine a engendré un nouveau type d'êtres humains,

ceux qui ont été envoyés dans les camps de concentration par leurs ennemis,

et dans les camps d'internement par leurs amis. »

Cette phrase, ce n'est pas n'importe quoi.

Et le chiffre,

c'est, par exemple, celui du nombre de noyés en 2016,

le nombre de noyés en Méditerranée - ceux qu'on a pu comptabiliser :

cinq mille.

Mais, c'est ceux qu'on a pu comptabiliser.

Voilà, je me suis dit qu'il fallait arrêter d'avoir la flemme,

qu'il fallait arrêter d'avoir peur,

qu'il fallait sortir de cet imaginaire dément d'une société sans étrangers,

et tenter, avec chacun ses moyens,

de fabriquer quelque chose comme une « société d'hospitalité »,

avec ce magnifique mot en français, « hôte »,

qui veut dire « celui qui accueille » et « celui qui est accueilli »,

les deux, dans une réciprocité parfaite,

donc une société, disons, « d'hospitalité réciproque ».

Pourquoi la traduction me paraît le bon moyen de faire ça ?

Eh bien, parce que c'est une hospitalité de langue à langue.

Il y avait un troubadour, en Languedoc, qui disait :

« Traduire, c'est l'auberge du lointain ».

Voilà, soyons un peu l'auberge du lointain.

Et voilà pourquoi je vais vous proposer

de réfléchir avec moi à ces Maisons de la Sagesse.

J'étais à Calais, par exemple,

et voilà la photo que j'ai prise à Calais :

démantèlement de la zone Sud, plus rien,

cette pancarte ouvrant sur du vide, sur des bouts de jouets qui traînaient,

cette pancarte qui indiquait une école

qui avait été fabriquée, construite, par les gens eux-mêmes -

l'Ecole des Dunes.

Mais il n'y avait plus que cette pancarte, dans toutes les langues.

Pour vous dire comment j'en suis arrivée là,

je vais vous faire un tout petit bout de parcours.

On vous a dit que j'étais spécialiste de philosophie grecque.

Oui, c'est vrai que mes premières traductions,

mon premier étonnement de langue,

c'est entre le grec ancien et le français.

Il y a un mot grec

qui est véritablement intraduisible, qui arrête.

C'est le mot « Logos ».

Logos, ça veut dire à la fois

« discours, parole, mot, démonstration », et tout ça,

et « raison », discours et raison.

D'ailleurs les Latins l'ont traduit par « ratio et oratio », un jeu de mots.

« Discours », « raison », et... langue grecque,

autrement dit, les Grecs ont le logos.

Ils ont le discours et la raison, c'est comme ça qu'ils se voient.

Ils se voient propriétaires de l'universel et c'est ce dont nous héritons.

Nous héritons de cela, à savoir, que les autres sont des barbares.

J'ai fait une exposition au Mucem que peut-être certains ont vue.

Si je ne me trompe pas, 60 000 personnes l'ont vue,

donc, vous étiez peut-être dedans.

Dans cette exposition qui s'appelait « Après Babel, traduire »,

vous voyez, « Babel », « babil », « bla-bla-bla »,

« barbare », « Barbara » - moi - tout ça, c'est la même chose.

C'est ce qu'on ne comprend pas.

C'est une onomatopée pour dire ce qu'on ne comprend pas.

Et du coup, quand les Grecs définissent l'homme comme un animal doué de logos,

celui qu'ils ne comprennent pas, celui qui n'a pas le logos,

on n'est pas tout à fait sûr que ça soit un homme !

Un barbare, ce n'est pas vraiment un homme.

Et dans ce mur des barbares, vous voyez ce magnifique Blah-blah-Blah,

qui est un tableau contemporain de Mel Bochner,

puis à côté, vous voyez des vases qui figurent des barbares grecs,

et puis nous, parce qu'on est toujours le barbare de quelqu'un, nous...

...je ne sais pas si c'est à droite ou à gauche...

...nous, caravaniers au long nez, nous, le barbare des Chinois,

et une poupée berbère de l'autre côté, parce que tout ça, c'est la même chose.

C'est de « l'autre », c'est de l'autre qu'on ne comprend pas,

c'est-à-dire aussi, de l'autre qu'on ne traduit pas.

Et vous voyez pourquoi je m'intéresse à ce point-là

à quelque chose comme une Maison de la Sagesse,

qui soit un lieu de traduction,

pas forcément une maison qui a des portes et des fenêtres,

ni des livres - bien que ça puisse aider -

mais, disons, un réseau,

un dispositif de lieux et d'actions.

Ce sont de ces lieux et de ces actions dont je veux vous parler maintenant.

La première action, c'est l'action de l'accueil.

On accueille, et comment est-ce qu'on accueille ?

Eh bien, on accueille en ne se prenant pas soi-même pour l'universel,

en ne se prenant pas soi-même pour le tout du monde.

On accueille en faisant attention aux différences.

Une des choses que j'avais faites

dans cette exposition au Mucem qui m'a beaucoup apporté -

avec toutes les associations, celles qui allaient aussi dans Les Baumettes, etc. -

c'était de poser la question :

« Quel est le mot de votre langue maternelle qui vous manque le plus ?

Quand vous êtes en français, quel est le mot qui vous manque le plus ? »

Et on a obtenu cette cimaise magnifique du « mot qui vous manque ».

Par exemple, il y avait une femme -

ça m'a marquée car on demandait aux gens « Pourquoi ça vous manque ? » -

donc elle disait : « En arabe, je sais dire comment je l'aime.

Je l'aime à vouloir mourir avant lui.

Si je dis ça en français, c'est ridicule. Il y a un mot, en arabe, pour le dire. »

Alors, j'ai retravaillé la cimaise du mot qui vous manque,

avec un des lieux qui pourrait être une Maison de la Sagesse,

un des collèges,

un collège à la Friche la Belle de Mai.

Et voilà ce que ces classes de collégiens primo-arrivants,

où l'on parle vingt langues,

voilà, par exemple, l'un des mots qu'ils m'ont donnés :

« Merzi ».

Merzi, c'est un mot arménien qui veut dire

« Ça manque, et encore plus que ça ».

Donc, l'accueil : glossaire de la bureaucratie française,

je vous propose ça.

C'est-à-dire que quand les gens arrivent, non seulement il manque des mots,

mais on fait comme si ils étaient comme nous, sans différences,

c'est-à-dire comme si, par exemple,

un Tamoul qui arrive pouvait répondre à la question :

« Est-ce que vous êtes marié, divorcé, pacsé ? »

On demande :

« Quel est votre nom ? Quel âge avez-vous ? ».

Ce n'est pas si simple.

Votre nom et votre prénom, ce n'est pas du tout simple.

Ça ne va pas de soi d'avoir un nom et un prénom.

Ça ne va pas de soi d'avoir une date de naissance stabilisée.

Ça ne va pas de soi de savoir si on est réfugié, expatrié, etc.,

toutes ces catégories sont des catégories qui nous renvoient à nos schémas.

Et ce glossaire de la bureaucratie française

qu'on est en train de faire avec les primo-arrivants,

avec leurs enfants et les parents,

c'est quelque chose qui doit faire réfléchir l'administration en retour :

ne pas croire que...

c'est si simple, les valeurs de la République,

ne pas croire qu'un questionnaire administratif

ne contient pas déjà plein de jugements, pleins de préjugés, plein de culture,

pour le meilleur et pour le pire.

Donc, première action de ces Maisons de la Sagesse : l'accueil.

Deuxième action, que j'appellerai d'un mot que je n'adore pas :

l'insertion.

Nous avons beaucoup travaillé à Marseille, justement à la suite de cette exposition,

en particulier avec un organisme que je trouve magique, qui est l'Adie,

c'est-à-dire l'aide, par le micro-crédit,

aux entrepreneurs qui veulent faire quelque chose.

Et là, ce que nous, nous proposons,

c'est de valoriser le parcours de vie des gens

qui, comme ça, arrivent à bénéficier d'un micro-crédit.

On a travaillé avec les arts de la rue, par exemple, avec Générik Vapeur,

et on a choisi des parcours qui nous paraissaient très importants,

qui nous paraissaient montrer ce qu'est un patrimoine migrateur.

Vous voyez ça, c'est une main de Fatma

qui est posée au mur

d'un restaurant mexicain ouvert par un Berbère -

alors un restaurant mexicain ouvert par un Berbère,

qui fait dessiner par une de ses amies à Aix,

une main de Fatma, mais comme si c'était Frida Kahlo qui l'avait peinte.

Eh bien, il l'explique, et ça, si vous voulez,

c'est une extraordinaire appréhension

de son patrimoine migrateur.

Je vous en montre une autre, c'est aussi un restaurant, haïtien,

et vous voyez, vous avez un planteur, et devant, le pont de Brooklyn.

C'est comme ça, chez Eugénie.

C'est comme ça, c'est entre le pont de Brooklyn et un planteur haïtien.

Et là, vous avez la Roland.

La « Roland », c'est comme ça qu'on a appelé cette bagnole,

complètement folle à l'intérieur, qu'on a complètement désossée,

qu'on a refaite, en hommage et avec un garagiste

qui avait bénéficié d'un micro-crédit pour créer son garage,

un garagiste russe.

Quand on est à l'intérieur - bon, les sièges sont bouleversés -

on entend son histoire de vie, ce qu'il raconte de son garage.

Donc, vous voyez, le deuxième temps,

c'est cet espèce de rapport à l'autre avec des objets et leur histoire,

quelque chose comme une banque-musée.

Nous avons déjà fait ça, par exemple,

en Afrique, des banques-musées comme ça,

c'est-à-dire des objets, leur histoire, et un micro-crédit.

Et le troisième, c'est encore plus compliqué.

La troisième chose dont je voudrais vous parler,

la troisième action que je mène dans ces Maisons de la Sagesse,

et que je voudrais que nous menions,

c'est une action de réflexion, un pas en arrière,

sur ce qui bloque.

Et ce qui bloque aujourd'hui, peut-être plus que tout,

ce sont les fondamentalismes, c'est-à-dire, les religions exacerbées.

Alors en Méditerranée, ce sont les trois monothéismes :

la Thora, la Bible, le Coran.

Pour essayer que ça se débloque un peu,

qu'on puisse parler,

nous faisons un travail sur ce que j'appelle :

« les intraduisibles des trois monothéismes ».

Ça ne veut pas dire que ça ne se traduit pas.

Ça veut dire que l'on réfléchit ensemble à comment on dit « Dieu »

dans ces livres dits « sacrés », dans ces langues.

Comment est-ce qu'on dit « Dieu » ou « le livre » ?

Comment dit-on « l'autre » et « la communauté » ?

Comment dit-on « la femme » ?

Et là, je vous montre la violence des traductions.

Ici, vous avez d'une part une Bible,

et, reprise éternellement par les images de catéchisme,

vous avez Ève qui est sortie de la côte d'Adam, « tsela ».

« Tsela », le mot pour dire « côte »,

d'habitude, dans toute la Thora, ça se traduit par « à côté de ».

Alors Ève, elle est sortie de la côte d'Adam,

Les maisons de la sagesse | Barbara Cassin | TEDxMarseille Die Häuser der Weisheit | Barbara Cassin | TEDxMarseille The houses of wisdom | Barbara Cassin | TEDxMarseille Las casas de la sabiduría | Barbara Cassin | TEDxMarseille Le case della saggezza | Barbara Cassin | TEDxMarseille De huizen van wijsheid | Barbara Cassin | TEDxMarseille As casas da sabedoria | Barbara Cassin | TEDxMarseille Дома мудрости | Барбара Кассен | TEDxMarseille Visdomens hus | Barbara Cassin | TEDxMarseille Bilgelik Evleri | Barbara Cassin | TEDxMarseille 智慧之家|芭芭拉·卡辛 | TEDx马赛

Traducteur: karine le brun Relecteur: Hélène Vernet المترجم: كارين لو برون. المراجع: هيلين فيرنيه Translator: karine le brun Proofreader: Hélène Vernet Traduttore: Tiziano Lavorini Revisore: Sara Frasconi

Savoir faire avec les différences, ومعرفة كيفية التعامل مع الاختلافات، Knowing how to deal with differences, Saper gestire le differenze,

je pense que c'est ce dont on a besoin aujourd'hui, I think that's what we need today, penso sia ciò di cui oggi abbiamo bisogno,

et c'est ça que j'essaie d'explorer avec vous, mais avec mes moyens. and that's what I'm trying to explore with you, but within my means. ed è ciò che proverò a esplorare con voi, ma con i miei mezzi.

Mes moyens à moi, ce sont les mots. My means are words. I miei mezzi sono le parole.

Si je suis une exploratrice de quelque chose, If I'm an explorer of anything, Se è vero che sono esploratrice di qualcosa,

c'est une exploratrice de ce que peuvent les mots. she's an explorer of what words can do. allora sono esploratrice di quello che possono fare le parole.

Et plus exactement encore, pour moi, la différence, And more exactly, for me, the difference, E più precisamente, per me, la differenza,

savoir faire avec les différences, dealing with differences, saper gestire le differenze,

ça peut se construire it can be built si può costruire

autour d'une pratique et d'une idée qui est celle de la traduction around the practice and idea of translation sulla pratica e sull'idea della traduzione

entre deux cultures, entre deux langues. tra due culture, tra due lingue.

Et la traduction, ce savoir-faire avec les différences - And translation, this know-how with differences - La traduzione, questo saper gestire le differenze,

c'est comme ça que je la définis - that's how I define it - è questa la definizione che ne do,

m'a donné envie et m'a donné le besoin gave me the desire and the need mi ha dato la voglia e la necessità

de fabriquer un projet - un peu fou, je le reconnais - لإنشاء مشروع - مجنون بعض الشيء، أعترف - to create a project - a little crazy, I admit - to di fabbricare un progetto, un po' folle, lo ammetto,

dans lequel je voudrais vous entraîner. الذي أود أن آخذك فيه. I'd like to take you on a journey. nel quale vorrei farvi addentrare.

Ce projet est un projet que j'ai appelé « Maison de la Sagesse », This is a project I've called "Maison de la Sagesse" (House of Wisdom), A questo progetto ho dato il nome di "Case della sapienza",

« Bayt al-Hikma », c'est un vieux truc de Bagdad au XVIe siècle. "Bayt al-Hikma" is an old Baghdad trick from the 16th century. "Bayt al-Hikma", un vecchio edificio di Baghdad del XVI secolo.

C'étaient des maisons qui étaient construites autour de la traduction, Es waren Häuser, die um die Übersetzung herum gebaut wurden, These were houses built around the translation, Erano delle case costruite intorno alla traduzione,

où tout le monde venait, tous les savants, tous les pays, toutes les générations, where everyone came, all scholars, all countries, all generations, dove andavano tutti, i saggi, ogni Paese, ogni generazione,

et ils traduisaient. and translated. e si traduceva.

Simplement, que serait une Maison de la Sagesse, Quite simply, what would a House of Wisdom be? In poche parole, che cosa sarebbe una Casa della sapienza

aujourd'hui, au XXIe siècle, today, in the 21st century, oggi, nel XXI secolo,

à Marseille par exemple, ou Aubervilliers, qui sont mes deux terrains de travail ? in Marseilles, for example, or Aubervilliers, which are my two working areas? a Marsiglia, per dire, o a Aubervilliers, che sono le due mie basi operative?

Une Maison de la Sagesse, vous voyez, c'est ça, A House of Wisdom, you see, that's it, Una Casa della sapienza, vedete, è fatta così,

la manière dont c'était représenté, en Perse, à Bagdad : the way it was represented, in Persia, in Baghdad : ecco come viene rappresentata in Persia, a Baghdad:

des livres, beaucoup de livres, mais des gens, beaucoup de gens. books, lots of books, but people, lots of people. libri, tanti libri, e persone, tante persone.

Alors, que serait une Maison de la Sagesse aujourd'hui ? So, what would a House of Wisdom be like today? Dunque, come sarebbe oggi una Casa della sapienza?

Eh bien moi, Well, I do, Beh, per me

le déclic pour vouloir faire cela, الدافع إلى الرغبة في القيام بذلك، den Auslöser, dies tun zu wollen, the trigger to want to do this, la scintilla per voler fare questo

c'est une phrase, et un chiffre. is a sentence, and a number. sono state una frase e una cifra.

La phrase, c'est une phrase d'Hannah Arendt, The phrase is by Hannah Arendt, La frase è di Hannah Arendt,

qui a écrit en exil. who wrote in exile. che ha scritto in esilio.

Et elle écrit : « Manifestement, personne ne veut savoir And she writes: "Obviously, no one wants to know Ha scritto: "Sembra che nessuno voglia riconoscere

que l'histoire contemporaine a engendré un nouveau type d'êtres humains, that contemporary history has spawned a new type of human being, che la storia contemporanea ha creato un nuovo tipo di esseri umani,

ceux qui ont été envoyés dans les camps de concentration par leurs ennemis, أولئك الذين أرسلهم أعداؤهم إلى معسكرات الاعتقال، those sent to concentration camps by their enemies, quelli che sono stati messi nei campi di concentramento dai loro nemici,

et dans les camps d'internement par leurs amis. » وفي معسكرات الاعتقال من قبل أصدقائهم. » and in the internment camps by their friends." e nei campi di internamento dai loro amici".

Cette phrase, ce n'est pas n'importe quoi. هذه الجملة ليست مجرد أي شيء. This sentence is not just any old thing. Questa non è una frase qualunque.

Et le chiffre, And the number, E la cifra

c'est, par exemple, celui du nombre de noyés en 2016, ist zum Beispiel die der Anzahl der Ertrunkenen im Jahr 2016, is, for example, the number of people drowned in 2016, è, per esempio, quella degli annegamenti nel 2016,

le nombre de noyés en Méditerranée - ceux qu'on a pu comptabiliser : the number of people drowned in the Mediterranean - those we were able to count : il numero rilevato di persone annegate nel Mediterraneo:

cinq mille. cinquemila.

Mais, c'est ceux qu'on a pu comptabiliser. But these are the ones we were able to count. Ma è solo il numero che siamo stati in grado di rilevare.

Voilà, je me suis dit qu'il fallait arrêter d'avoir la flemme, So, jetzt habe ich mir gesagt, dass ich nicht mehr so faul sein muss, So I thought I'd stop being lazy, Allora mi sono detta che era l'ora di smetterla di tirarla per le lunghe,

qu'il fallait arrêter d'avoir peur, smetterla di avere paura,

qu'il fallait sortir de cet imaginaire dément d'une société sans étrangers, أنه كان علينا أن نخرج من هذا الخيال المجنون لمجتمع خالٍ من الأجانب، dass man aus dieser verrückten Vorstellung einer Gesellschaft ohne Ausländer herauskommen müsse, that we had to get away from this demented fantasy of a society without foreigners, di dover uscire dalla visione assurda di una società senza stranieri,

et tenter, avec chacun ses moyens, ومحاولة كل واحد بوسائله الخاصة، and try, each in his own way, e di provare, ciascuno con i propri mezzi,

de fabriquer quelque chose comme une « société d'hospitalité », لإنشاء شيء مثل "مجتمع الضيافة"، a costruire una sorta di "società dell'ospitalità",

avec ce magnifique mot en français, « hôte », بهذه الكلمة الرائعة باللغة الفرنسية، "المضيف"، usando il termine magnifico di "ospite",

qui veut dire « celui qui accueille » et « celui qui est accueilli », which means "the one who welcomes" and "the one who is welcomed", che indica "colui che ospita" e "colui che è ospitato",

les deux, dans une réciprocité parfaite, entrambi, in perfetta reciprocità,

donc une société, disons, « d'hospitalité réciproque ». لذلك، دعنا نقول، مجتمع "الضيافة المتبادلة". dunque una società "di ospitalità reciproca".

Pourquoi la traduction me paraît le bon moyen de faire ça ? Why do I think translation is the right way to do this? Perché la traduzione mi sembra il giusto mezzo per fare tutto questo?

Eh bien, parce que c'est une hospitalité de langue à langue. Well, because it's language-to-language hospitality. Beh, perché è un'ospitalità da lingua a lingua.

Il y avait un troubadour, en Languedoc, qui disait : كان هناك أحد الشعراء المتجولين في لانغدوك قال: Un trovatore della Linguadoca diceva:

« Traduire, c'est l'auberge du lointain ». "للترجمة، إنه نزل المسافة." "Übersetzen ist das Gasthaus der Ferne". "Translating is the inn of the distant". "tradurre è l'albergo della lontananza".

Voilà, soyons un peu l'auberge du lointain. ها أنت ذا، فلنكن قليلاً من نزل بعيد. Perciò vediamo un po' di essere l'albergo della lontananza.

Et voilà pourquoi je vais vous proposer Ecco perché vi propongo

de réfléchir avec moi à ces Maisons de la Sagesse. di riflettere assieme su queste Case della sapienza.

J'étais à Calais, par exemple, Qui ero a Calais, per esempio,

et voilà la photo que j'ai prise à Calais : e questa è una foto che ho scattato là:

démantèlement de la zone Sud, plus rien, Abbau der Südzone, nichts mehr, dismantling of the South zone, nothing more, smantellamento della zona sud, piazza pulita,

cette pancarte ouvrant sur du vide, sur des bouts de jouets qui traînaient, dieses Schild, das auf eine Leere öffnete, auf herumliegende Spielzeugteile, this sign opening onto empty space, onto bits of toys lying around, quest'insegna in mezzo al nulla, tra dei pezzetti di giocattoli,

cette pancarte qui indiquait une école this sign indicating a school quest'insegna che indicava una scuola

qui avait été fabriquée, construite, par les gens eux-mêmes - that had been made, built, by the people themselves - che era stata fabbricata e costruita dalle persone stesse,

l'Ecole des Dunes. Ecole des Dunes. la Scuola delle Dune.

Mais il n'y avait plus que cette pancarte, dans toutes les langues. ولكن لم يكن هناك سوى هذه العلامة بجميع اللغات. But that was all there was, in every language. Non restava che quell'insegna, in tutte le lingue.

Pour vous dire comment j'en suis arrivée là, To tell you how I got here, Per dirvi come sono arrivata là,

je vais vous faire un tout petit bout de parcours. سوف آخذك خلال رحلة قصيرة جدًا. I'm going to take you on a little tour. vi farò prima un brevissimo discorso.

On vous a dit que j'étais spécialiste de philosophie grecque. قيل لك أنني متخصص في الفلسفة اليونانية. You've been told I'm a specialist in Greek philosophy. Vi è stato detto che sono specializzata in filosofia greca.

Oui, c'est vrai que mes premières traductions, Yes, it's true that my first translations.., Sì, è vero che le mie prime traduzioni,

mon premier étonnement de langue, il mio primo stupore linguistico

c'est entre le grec ancien et le français. è stato tra il greco antico e il francese.

Il y a un mot grec There is a Greek word Esiste un termine greco

qui est véritablement intraduisible, qui arrête. that is truly untranslatable, that stops. che è veramente intraducibile, che resta sospeso.

C'est le mot « Logos ». Sto parlando di "logos".

Logos, ça veut dire à la fois الشعارات تعني كلا الأمرين "Logos" significa sia

« discours, parole, mot, démonstration », et tout ça, "discorso, parola, termine, dimostrazione" e via dicendo,

et « raison », discours et raison. sia "ragione", discorso e ragione.

D'ailleurs les Latins l'ont traduit par « ratio et oratio », un jeu de mots. علاوة على ذلك، ترجمها اللاتينيون على أنها "نسبة و oratio"، أي تلاعب بالكلمات. D'altronde in latino l'hanno tradotto con "ratio et oratio", un gioco di parole.

« Discours », « raison », et... langue grecque, "Discorso", "ragione" e lingua greca.

autrement dit, les Grecs ont le logos. In altri termini, i Greci hanno il logos .

Ils ont le discours et la raison, c'est comme ça qu'ils se voient. لديهم الكلام والعقل، هكذا يرون أنفسهم. Hanno il discorso e la ragione, si vedono così.

Ils se voient propriétaires de l'universel et c'est ce dont nous héritons. Si vedono padroni dell'universale, cosa che abbiamo ereditato.

Nous héritons de cela, à savoir, que les autres sont des barbares. Ereditiamo anche, per esempio, il fatto che gli altri siano barbari.

J'ai fait une exposition au Mucem que peut-être certains ont vue. لقد قمت بعمل معرض في Mucem ربما شاهده بعض الناس. Ho fatto una mostra al Mucem, che qualcuno forse avrà visto.

Si je ne me trompe pas, 60 000 personnes l'ont vue, Se non vado errata, l'hanno vista 60.000 persone,

donc, vous étiez peut-être dedans. tra cui forse anche voi.

Dans cette exposition qui s'appelait « Après Babel, traduire », In quella mostra, che si chiamava "Dopo Babele, tradurre",

vous voyez, « Babel », « babil », « bla-bla-bla », notate, "Babel", "babil", "bla bla bla",

« barbare », « Barbara » - moi - tout ça, c'est la même chose. "barbaro", "Barbara", io, è la stessa cosa.

C'est ce qu'on ne comprend pas. È quello che non comprendiamo.

C'est une onomatopée pour dire ce qu'on ne comprend pas. È un'onomatopea per dire che non capiamo.

Et du coup, quand les Grecs définissent l'homme comme un animal doué de logos, وفجأة، عندما عرَّف اليونانيون الإنسان بأنه حيوان وُهِب لوغوس، Und damit auch, wenn die Griechen den Menschen als ein mit Logos begabtes Tier definieren, Per questo, quando i Greci definiscono l'uomo come un animale dotato di logos ,

celui qu'ils ne comprennent pas, celui qui n'a pas le logos, colui che non capiscono, colui che non ha il logos ,

on n'est pas tout à fait sûr que ça soit un homme ! non siamo certi che costui sia un uomo!

Un barbare, ce n'est pas vraiment un homme. Un barbaro non è un vero uomo.

Et dans ce mur des barbares, vous voyez ce magnifique Blah-blah-Blah, E in quel muro di barbari vedete il magnifico Blah-Blah-Blah,

qui est un tableau contemporain de Mel Bochner, a contemporary painting by Mel Bochner, un dipinto contemporaneo di Mel Bochner,

puis à côté, vous voyez des vases qui figurent des barbares grecs, وبجانبه ترى المزهريات التي تمثل البرابرة اليونانيين، e accanto si vedono dei vasi che raffigurano dei barbari greci,

et puis nous, parce qu'on est toujours le barbare de quelqu'un, nous... e poi noi, perché si è sempre barbari per qualcun altro, noi...

...je ne sais pas si c'est à droite ou à gauche... ...I don't know if it's left or right... noi, non ricordo se a destra o a sinistra,

...nous, caravaniers au long nez, nous, le barbare des Chinois, carovanieri dal naso lungo, noi, barbari dei cinesi,

et une poupée berbère de l'autre côté, parce que tout ça, c'est la même chose. e dall'altra parte una bambola berbera, perché è tutto uguale.

C'est de « l'autre », c'est de l'autre qu'on ne comprend pas, È "dell'altro", di quello che non si capisce,

c'est-à-dire aussi, de l'autre qu'on ne traduit pas. vale a dire anche dell'altro che non si traduce.

Et vous voyez pourquoi je m'intéresse à ce point-là Capite perché mi interessa così tanto

à quelque chose comme une Maison de la Sagesse, che una cosa come la Casa della sapienza, eccola che torna di nuovo,

qui soit un lieu de traduction, diventi un luogo di traduzione,

pas forcément une maison qui a des portes et des fenêtres, non per forza una casa con porte e finestre

ni des livres - bien que ça puisse aider - e neanche libri, benché possano servire,

mais, disons, un réseau, but, let's say, a network, ma, piuttosto, un circuito,

un dispositif de lieux et d'actions. نظام الأماكن والأفعال. un sistema di luoghi e azioni.

Ce sont de ces lieux et de ces actions dont je veux vous parler maintenant. È di questi luoghi e azioni che voglio parlarvi adesso.

La première action, c'est l'action de l'accueil. La prima azione è quella dell'accoglienza.

On accueille, et comment est-ce qu'on accueille ? Si accoglie, ma come si accoglie?

Eh bien, on accueille en ne se prenant pas soi-même pour l'universel, حسنًا، نحن نرحب بعدم اعتبار أنفسنا عالميًا، Well, we welcome by not taking ourselves for the universal, Beh, si accoglie non prendendosi per l'universale,

en ne se prenant pas soi-même pour le tout du monde. non prendendosi per la totalità del mondo.

On accueille en faisant attention aux différences. Si accoglie facendo attenzione alle differenze.

Une des choses que j'avais faites Una cosa che ho fatto

dans cette exposition au Mucem qui m'a beaucoup apporté - in quella mostra al Mucem, che mi ha colpito molto,

avec toutes les associations, celles qui allaient aussi dans Les Baumettes, etc. - con tutte le associazioni, anche quelle del penitenziario di Marsiglia,

c'était de poser la question : è stata chiedere:

« Quel est le mot de votre langue maternelle qui vous manque le plus ? "Qual è la parola della tua madrelingua che ti manca di più?

Quand vous êtes en français, quel est le mot qui vous manque le plus ? » Quando parli in francese, quale parola ti manca di più?"

Et on a obtenu cette cimaise magnifique du « mot qui vous manque ». وحصلنا على هذه الصورة الرائعة التي تحمل عبارة "الكلمة التي تفتقدها". Und wir bekamen diese wunderbare Zimelie des "Wortes, das Ihnen fehlt". Così abbiamo ottenuto un'intera parete di "parole che mancano".

Par exemple, il y avait une femme - Una donna, per esempio,

ça m'a marquée car on demandait aux gens « Pourquoi ça vous manque ? » - لقد أذهلني ذلك لأننا سألنا الناس "لماذا تفتقدونه؟" » - e la cosa mi ha colpito, perché chiedevamo "come mai ti manca?",

donc elle disait : « En arabe, je sais dire comment je l'aime. فقالت: «باللغة العربية أعرف كيف أقول ما يعجبني. ha detto: "In arabo, posso dire quanto lo amo.

Je l'aime à vouloir mourir avant lui. أنا أحبه لأنه يريد أن يموت قبله. Tanto che vorrei morire prima di lui.

Si je dis ça en français, c'est ridicule. Il y a un mot, en arabe, pour le dire. » Se lo dico in francese, è ridicolo. In arabo c'è una parola per dirlo".

Alors, j'ai retravaillé la cimaise du mot qui vous manque, لذا، قمت بإعادة صياغة شريط الصور الخاص بالكلمة المفقودة، Ho rielaborato la parete delle parole che mancano,

avec un des lieux qui pourrait être une Maison de la Sagesse, con uno dei luoghi che potrebbero essere una Casa della sapienza,

un des collèges, una scuola media,

un collège à la Friche la Belle de Mai. a college at Friche la Belle de Mai. nel quartiere Belle de Mai.

Et voilà ce que ces classes de collégiens primo-arrivants, وهذا ما فعلته هذه الفئات من طلاب الجامعات الوافدين حديثًا، E in queste classi di studenti appena arrivati dal loro Paese,

où l'on parle vingt langues, dove si parlano venti lingue,

voilà, par exemple, l'un des mots qu'ils m'ont donnés : una delle parole che mi hanno detto è stata

« Merzi ». "ميرزي." "Merzi".

Merzi, c'est un mot arménien qui veut dire "Merzi" è una parola armena che significa qualcosa di più di "mi manca".

« Ça manque, et encore plus que ça ». "إنه مفقود، بل وأكثر من ذلك."

Donc, l'accueil : glossaire de la bureaucratie française, لذا، الترحيب: معجم البيروقراطية الفرنسية، Dunque, accoglienza: glossario della burocrazia francese,

je vous propose ça. ecco quello che vi propongo.

C'est-à-dire que quand les gens arrivent, non seulement il manque des mots, وهذا يعني أنه عندما يصل الناس، لا تكون الكلمات مفقودة فحسب، Cioè che quando le persone arrivano, non solo mancano parole,

mais on fait comme si ils étaient comme nous, sans différences, ولكننا نتصرف وكأنهم مثلنا، دون اختلافات، ma è come se li considerassimo come noi, senza differenze,

c'est-à-dire comme si, par exemple, come se, per esempio,

un Tamoul qui arrive pouvait répondre à la question : التاميل القادم يمكن أن يجيب على السؤال: un tamil arrivasse nel nostro Paese e sapesse rispondere alla domanda:

« Est-ce que vous êtes marié, divorcé, pacsé ? » "هل أنت متزوج، مطلق، في شراكة مدنية؟ » "Lei è sposato, divorziato o ha fatto un pacs?"

On demande : Si chiede:

« Quel est votre nom ? Quel âge avez-vous ? ». "Cognome? Età?"

Ce n'est pas si simple. Ma non è così semplice.

Votre nom et votre prénom, ce n'est pas du tout simple. Nome e cognome non sono semplici.

Ça ne va pas de soi d'avoir un nom et un prénom. لا غني عن القول أن لديك الاسم الأول والأخير. Non è scontato avere un nome e un cognome.

Ça ne va pas de soi d'avoir une date de naissance stabilisée. ليس من السهل أن يكون لديك تاريخ ميلاد ثابت. Non è scontato avere una data di nascita definita.

Ça ne va pas de soi de savoir si on est réfugié, expatrié, etc., ليس من البديهي أن تعرف إذا كنت لاجئاً أو مغترباً أو ما إلى ذلك، Non è scontato sapere se si è rifugiati, espatriati, ecc.

toutes ces catégories sont des catégories qui nous renvoient à nos schémas. كل هذه الفئات هي فئات تحيلنا إلى مخططاتنا. Sono tutte categorie che ci rimandano ai nostri schemi.

Et ce glossaire de la bureaucratie française وهذا معجم البيروقراطية الفرنسية E questo glossario della burocrazia francese

qu'on est en train de faire avec les primo-arrivants, ما نفعله مع الوافدين الجدد، che costruiamo con gli stranieri appena arrivati,

avec leurs enfants et les parents, con i loro figli e con i genitori,

c'est quelque chose qui doit faire réfléchir l'administration en retour : وهذا ما يجب أن يجعل الإدارة تفكر فيه: è qualcosa che dovrebbe far riflettere le amministrazioni di rimando:

ne pas croire que... لا تصدق ذلك... non pensate che...

c'est si simple, les valeurs de la République, alla fine sono semplici i valori della Repubblica,

ne pas croire qu'un questionnaire administratif لا أعتقد أن الاستبيان الإداري non pensate che un questionario amministrativo

ne contient pas déjà plein de jugements, pleins de préjugés, plein de culture, لا يحتوي بالفعل على أحكام مسبقة، ومليئة بالتحيزات، ومليئة بالثقافة، non sia già pieno di giudizi, di pregiudizi, di cultura,

pour le meilleur et pour le pire. للأفضل أو للأسوأ. nel bene e nel male.

Donc, première action de ces Maisons de la Sagesse : l'accueil. Dunque, prima azione delle Case della sapienza: accoglienza.

Deuxième action, que j'appellerai d'un mot que je n'adore pas : Seconda azione, che chiamo con una parola che non mi piace:

l'insertion. إدراج. inserimento.

Nous avons beaucoup travaillé à Marseille, justement à la suite de cette exposition, لقد عملنا كثيرًا في مرسيليا، على وجه التحديد بعد هذا المعرض، Dopo quella mostra abbiamo lavorato molto a Marsiglia,

en particulier avec un organisme que je trouve magique, qui est l'Adie, وبالتحديد مع الكائن الذي أجده سحريًا، وهو آدي، in particolare con un organismo che trovo speciale, l'Adie,

c'est-à-dire l'aide, par le micro-crédit, وهذا يعني المساعدات، من خلال القروض الصغيرة، vale a dire l'aiuto tramite microcredito

aux entrepreneurs qui veulent faire quelque chose. لرواد الأعمال الذين يريدون أن يفعلوا شيئا. per gli imprenditori che vogliono fare qualcosa.

Et là, ce que nous, nous proposons, وهناك ما نقترحه، E quello che noi ci proponiamo di fare

c'est de valoriser le parcours de vie des gens يتعلق الأمر بتقييم رحلات حياة الناس è valorizzare il percorso di vita di queste persone

qui, comme ça, arrivent à bénéficier d'un micro-crédit. الذين، مثل هذا، يتمكنون من الاستفادة من القروض الصغيرة. che, così facendo, possono beneficiare di un microcredito.

On a travaillé avec les arts de la rue, par exemple, avec Générik Vapeur, Abbiamo lavorato con le arti di strada, per esempio con Générik Vapeur,

et on a choisi des parcours qui nous paraissaient très importants, e abbiamo scelto percorsi che ci sembravano molto importanti,

qui nous paraissaient montrer ce qu'est un patrimoine migrateur. والذي بدا لنا أنه يوضح ما هو التراث المهاجر. che sembravano mostrare che cosa fosse un patrimonio migratorio.

Vous voyez ça, c'est une main de Fatma كما ترى، إنها يد من فاطمة Vedete, questa è una Mano di Fatima

qui est posée au mur الذي يتم وضعه على الحائط raffigurata sul muro

d'un restaurant mexicain ouvert par un Berbère - مطعم مكسيكي افتتحه بربري - di un ristorante messicano aperto da un berbero,

alors un restaurant mexicain ouvert par un Berbère, dicevo, un ristorante messicano aperto da un berbero,

qui fait dessiner par une de ses amies à Aix, التي قامت إحدى صديقاتها في إيكس برسمها، che chiede a un'amica di Aix di disegnare una Mano di Fatima

une main de Fatma, mais comme si c'était Frida Kahlo qui l'avait peinte. يد فاطمة، ولكن كما لو كانت فريدا كاهلو هي التي رسمتها. come se l'avesse dipinta Frida Kahlo.

Eh bien, il l'explique, et ça, si vous voulez, حسنًا، هو يشرح ذلك، وإذا أردت، Ebbene, lui lo spiega e questa cosa, se volete,

c'est une extraordinaire appréhension إنه تخوف غير عادي è una comprensione straordinaria

de son patrimoine migrateur. del suo patrimonio migratorio.

Je vous en montre une autre, c'est aussi un restaurant, haïtien, Vi mostro un'altra foto, di un ristorante haitiano,

et vous voyez, vous avez un planteur, et devant, le pont de Brooklyn. dove c'è un giardiniere e davanti a lui il ponte di Brooklyn.

C'est comme ça, chez Eugénie. Beh, funziona così, da Eugénie.

C'est comme ça, c'est entre le pont de Brooklyn et un planteur haïtien. È così, tra il ponte di Brooklyn e un giardiniere haitiano.

Et là, vous avez la Roland. Qui si vede la Roland.

La « Roland », c'est comme ça qu'on a appelé cette bagnole, La "Roland" è il nome di questa macchina,

complètement folle à l'intérieur, qu'on a complètement désossée, مجنون تمامًا من الداخل، والذي تم تهديمه بالكامل، die innen völlig verrückt war, die wir völlig entbeint hatten, del tutto assurda all'interno, che è stata smontata

qu'on a refaite, en hommage et avec un garagiste الذي قمنا بإعادة بنائه تكريما ومع ميكانيكي e messa a nuovo, come omaggio e grazie a un carrozziere

qui avait bénéficié d'un micro-crédit pour créer son garage, che aveva beneficiato di un microcredito per aprirsi un'officina,

un garagiste russe. un carrozziere russo.

Quand on est à l'intérieur - bon, les sièges sont bouleversés - عندما تكون بالداخل - حسنًا، المقاعد مضطربة - Dentro alla macchina, i sedili sono rovesciati

on entend son histoire de vie, ce qu'il raconte de son garage. نسمع قصة حياته وما يحكيه من مرآبه. e si ascolta la storia della sua vita, quello che racconta dell'officina.

Donc, vous voyez, le deuxième temps, Perciò, vedete, il secondo momento

c'est cet espèce de rapport à l'autre avec des objets et leur histoire, è questa sorta di rapporto con l'altro tramite i suoi oggetti e la loro storia,

quelque chose comme une banque-musée. شيء مثل بنك المتحف. qualcosa come una banca-museo.

Nous avons déjà fait ça, par exemple, E di cose del genere se ne sono già fatte,

en Afrique, des banques-musées comme ça, in Africa ci sono banche-museo così,

c'est-à-dire des objets, leur histoire, et un micro-crédit. cioè oggetti, le loro storie e un microcredito.

Et le troisième, c'est encore plus compliqué. E il terzo momento è ancora più complicato.

La troisième chose dont je voudrais vous parler, La terza cosa di cui voglio parlarvi,

la troisième action que je mène dans ces Maisons de la Sagesse, la terza azione che faccio in queste Case della sapienza,

et que je voudrais que nous menions, e che vorrei che facessimo qui,

c'est une action de réflexion, un pas en arrière, إنه فعل تأمل، خطوة إلى الوراء، è un'azione di riflessione, un passo indietro,

sur ce qui bloque. on what's blocking it. su ciò che ci ostacola.

Et ce qui bloque aujourd'hui, peut-être plus que tout, وما الذي يعيق اليوم، ربما أكثر من أي شيء آخر، And what's blocking it today, perhaps more than anything else, E quello che ci ostacola, oggi, sopra ogni cosa,

ce sont les fondamentalismes, c'est-à-dire, les religions exacerbées. هذه هي الأصوليات، أي الأديان المتفاقمة. sono i fondamentalismi, cioè le religioni esasperate.

Alors en Méditerranée, ce sont les trois monothéismes : ففي البحر الأبيض المتوسط، هذه هي التوحيدات الثلاثة: Nel Mediterraneo ci sono i tre monoteismi:

la Thora, la Bible, le Coran. the Torah, the Bible, the Koran. la Torah, la Bibbia e il Corano.

Pour essayer que ça se débloque un peu, لمحاولة فك الحظر قليلا، To try and get things moving again, Per far sì che la situazione si sblocchi,

qu'on puisse parler, che si possa parlare,

nous faisons un travail sur ce que j'appelle : facciamo un lavoro su ciò che io chiamo:

« les intraduisibles des trois monothéismes ». "العناصر غير القابلة للترجمة في الديانات التوحيدية الثلاثة". "the untranslatables of the three monotheisms". "gli intraducibili dei tre monoteismi".

Ça ne veut pas dire que ça ne se traduit pas. That's not to say it doesn't translate. Ciò non vuol dire che non si traducono.

Ça veut dire que l'on réfléchit ensemble à comment on dit « Dieu » Ma che si riflette insieme su come si dice "Dio"

dans ces livres dits « sacrés », dans ces langues. in questi cosiddetti libri "sacri", in queste lingue.

Comment est-ce qu'on dit « Dieu » ou « le livre » ? Come si dice "Dio" o "libro"?

Comment dit-on « l'autre » et « la communauté » ? Come si dice "l'altro" e "la comunità"?

Comment dit-on « la femme » ? Come si dice "donna"?

Et là, je vous montre la violence des traductions. And here I show you the violence of the translations. Adesso vi mostro la violenza delle traduzioni.

Ici, vous avez d'une part une Bible, Qui avete da una parte la Bibbia,

et, reprise éternellement par les images de catéchisme, وتكررها صور التعليم المسيحي إلى الأبد، and eternally taken up by catechism images, e, ripresa in eterno dalle immagini del catechismo,

vous avez Ève qui est sortie de la côte d'Adam, « tsela ». لديك حواء التي خرجت من ضلع آدم "تسيلا". you have Eve who came out of Adam's rib, "tsela". vedete Eva che è nata da una costola di Adamo, "tsela".

« Tsela », le mot pour dire « côte », "تسيلا" كلمة تعني "الساحل". "Tsela", la parola per dire "costola",

d'habitude, dans toute la Thora, ça se traduit par « à côté de ». di solito nella Torah viene tradotta con "al fianco di".

Alors Ève, elle est sortie de la côte d'Adam, Dunque Eva, essendo uscita dalla costola di Adamo,