×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

Bram Stoker - Dracula, Part (1)

Part (1)

Dracula Bram Stoker traduit de l'anglais par Vincent de l'Epine et Pauline Pucciano

Illustration : Edvard Munch, Vampire Publication sur le site www.litteratureaudio.com décembre 2019 Cette traduction vous est offerte sous licence Creative Commons

Chapitre 1 Journal de Jonathan Harker (Sténographié) 3 mai. Bistritz – Ai quitté Munich à 20h35 le 1er mai, arrive à Vienne le matin prochain ; aurais dû arriver à 6h46, mais le train avait une heure de retard. Buda-Pest me semble être un endroit merveilleux, d'après l'aperçu que j'en ai eu depuis le train, et les quelques pas que j'ai faits dans les rues. Je ne voulais pas trop m'éloigner de la gare, car nous sommes arrivés tard et repartirons autant que possible à l'heure prévue. L'impression que j'ai eue, c'est que nous quittions l'Occident pour entrer en Orient ; le plus à l'ouest de tous les splendides ponts sur le Danube, qui est ici large et profond, nous a conduits dans une contrée où dominent les usages des turcs. Etant partis à l'heure prévue, nous arrivâmes après la tombée de la nuit à Klausenboug. Je m'y arrêtai pour la nuit, à l'Hôtel Royal. Je dînai (ou plutôt je soupai) d'un poulet au poivre rouge ; c'était très bon mais cela vous donnait une de ces soifs ! (Note – demander la recette pour Mina). J'ai demandé au garçon, qui m'a indiqué qu'ils appelaient cela du Hendl au paprika, et que c'était un plat national, et que je pourrais en trouver partout dans les Carpathes. Mes notions d'allemand me furent très utiles en cette occasion, vraiment sans cela je ne sais pas comment j'aurais pu me débrouiller. A Londres, j'avais profité de mon temps libre pour me rendre au British Museum, et faire des recherches parmi les livres et les cartes de la bibliothèque sur la Transylvanie. Il m'était venu à l'esprit qu'avoir quelques connaissances sur le pays aurait sans doute son importance lors de mes rapports avec le gentilhomme que j'allais rencontrer là-bas. J'avais constaté que le district qu'il avait mentionné se trouvait à l'extrême est du pays, à la frontière de trois états : la Transylvanie, la Moldavie et la Bucovine, dans les brumes des Carpathes, l'une des régions les plus sauvages et les moins connues d'Europe. Je ne pus trouver sur aucune carte ou aucun document la localisation exacte du château Dracula, car il n'existe pas de carte de ce pays qui soit comparable à nos cartes d'état-major, mais j'ai découvert que Bistritz, le bureau de poste mentionné par le Comte Dracula, est un endroit très connu. Je vais reporter ici quelques-unes de mes notes, cela me permettra de me rafraîchir la mémoire lorsque je raconterai mon voyage à Mina. La population de la Transylvanie comprend quatre nationalités distinctes : les Saxons au sud, mêlés aux Valaques, qui sont les descendants des anciens Daces, les Magyars à l'ouest, et les Szekelys à l'est et au nord. C'est vers ces derniers que je me dirige, eux qui prétendent descendre des Huns d'Attila. C'est peut-être vrai, car quand les Magyars ont conquis le pays au onzième siècle, ils y ont trouvé les Huns qui y étaient déjà installés. J'ai lu quelque part que toutes les superstitions connues dans le monde se trouvaient rassemblées dans les Carpathes, comme si ce pays était le centre de quelque tourbillon des imaginations ; s'il en est ainsi, mon séjour va être des plus intéressants (note : je dois demander au Comte de tout me raconter à ce sujet). Je n'ai pas bien dormi ; pourtant mon lit était confortable, mais j'ai fait toutes sortes de rêves étranges. Il y a un chien qui a hurlé toute la nuit sous ma fenêtre, et peut-être cela a-t-il un rapport, ou peut-être est-ce le paprika, car j'ai eu beau boire toute l'eau de ma carafe, j'avais encore soif. A l'approche de l'aube, je me suis endormi, et je fus réveillé par quelqu'un qui frappait à ma porte depuis longtemps ; je pense donc que j'ai dormi très profondément. Pour le petit déjeuner on me servit encore du paprika, et une sorte de porridge de farine de maïs qu'ils appellent « mamaliga », ainsi que des aubergines farcies, un plat vraiment excellent qu'ils nomment « impleta » (note : en obtenir la recette également). Je dus avaler rapidement mon petit déjeuner, car le train partait juste avant huit heures, ou plutôt, il devait partir à cette heure- là, car, après m'être précipité à la gare à sept heures et demie, je dus attendre dans le wagon pendant plus d'une heure avant qu'il se mette en mouvement. On dirait que plus on va vers l'est, moins les trains sont ponctuels. Qu'est-ce que cela doit être en Chine !

Toute la journée, nous avons cheminé à travers un pays regorgeant de merveilles de toutes sortes. Parfois nous apercevions de petites villes ou des châteaux au sommet de collines escarpées comme on peut en voir dans les vieux missels. Parfois nous suivions des rivières ou des ruisseaux qui devaient, à en juger par les parapets de pierre sur leurs bords, être sujets à d'importantes crues. Il devait falloir de grandes quantité d'eau, et se déplaçant très vite, pour franchir ces protections. A chaque gare nous voyions des gens, parfois nombreux, dans toutes sortes d'accoutrements. Certains ressemblent aux gens que l'on voit chez nous, ou qui viennent de France ou d'Allemagne, avec des vestes courtes, des chapeaux ronds, et des pantalons qu'ils fabriquent eux-mêmes. Mais d'autres offrent un tableau plus pittoresque. Les femmes semblent jolies, mais quand vous les approchez, vous constatez qu'elles ont la taille trop large. Elles portent de grandes manches blanches, et la plupart d'entre elles ont de larges ceintures avec des bandes de tissu flottant autour d'elles comme des robes de ballet, avec bien sûr un jupon en-dessous. Mais les plus étranges sont les Slovaques, plus barbares que les autres, avec leurs chapeaux de cow-boy, leurs larges pantalons blanc cassé, leurs chemises en lin blanc, et leurs énormes ceintures de cuir, de près d'un pied de large, toutes cloutées de cuivre. Ils portent de grandes bottes, et rentrent dedans le bas de leur pantalon. Ils ont de longs cheveux noirs et de grosses moustaches noires. Ils sont très pittoresques, mais pas très engageants. Si je voyageais en diligence, je les aurais immédiatement pris pour une de ces bandes de brigands orientaux. Toutefois, on m'a dit qu'ils étaient inoffensifs et plutôt timides. Le soleil s'était déjà couché quand nous arrivâmes à Bistritz, qui est un endroit ancien et assez intéressant. Situé pratiquement à la frontière – car la passe de Borgo mène directement en Bucovine – cette ville a eu une existence chaotique, et en porte encore aujourd'hui les stigmates. Il y a cinquante ans, il y eut là une série d'incendies, qui firent de terribles ravages cinq fois de suite. Au tout début du dix-septième siècle, elle subit un siège de trois semaines et perdit 13.000 habitants, les victimes de la famine et de la maladie s'ajoutant à ceux qui furent tués lors des combats. Le Comte Dracula m'a indiqué que je devais me rendre à l'hôtel de la Couronne d'Or, que j'ai trouvé, à mon vif plaisir, tout à fait démodé, car bien sûr je voulais découvrir autant que possible les coutumes du pays. J'étais visiblement attendu : quand je m'approchai de la porte, je me retrouvai face à une vieille femme très aimable, dans la tenue habituelle des paysannes - des vêtements blancs couverts devant et derrière d'un double tablier coloré, presque trop serré pour la pudeur. Quand je m'approchai elle se courba et dit : « Vous êtes le Monsieur anglais ? » « Oui », répondis-je, « Jonathan Harker. » Elle sourit, et dit quelques mots à un vieil homme en chemise blanche qui l'avait suivie. Celui-ci disparut, mais revint presque immédiatement avec une lettre : « Mon ami, « Bienvenue dans les Carpathes. Je suis impatient de vous recevoir. Dormez bien cette nuit. A trois heures demain, la diligence partira pour la Bucovine ; une place vous y est réservée. A la passe de Borgo, ma voiture vous attendra et elle vous mènera jusqu'à moi. J'espère que votre voyage depuis Londres a été agréable, et que vous apprécierez votre séjour dans mon beau pays. Votre ami, DRACULA. » 4 mai Je réalisai que le propriétaire avait lui aussi reçu une lettre du Comte, lui demandant de me réserver la meilleure place dans la diligence, mais quand je lui demandai des détails, il sembla plus réticent, et prétendit qu'il ne comprenait pas bien mon allemand. Ce n'était pas vrai, car jusque-là il m'avait toujours parfaitement compris : d'ailleurs il finit par répondre à mes questions. Lui et sa femme, la vieille dame qui m'avait accueilli, échangeaient des regards quelque peu effrayés. Il murmura que l'argent avait été envoyé par lettre, et c'était tout ce qu'il savait. Quand je lui demandai s'il connaissait le Comte Dracula, et s'il pouvait me parler un peu du château, ils se signèrent tous les deux, et, disant qu'ils ne savaient rien du tout, refusèrent de dire un mot de plus. L'heure du départ approchait et je n'avais plus le temps d'interroger quelqu'un d'autre, mais tout cela était bien mystérieux, et fort peu encourageant.

Juste avant que je parte, la vieille dame monta dans ma chambre et me demanda d'un ton hystérique : « Devez-vous vraiment aller là-bas ? Oh, mein Herr, devez-vous y aller ? » Elle était si excitée qu'elle semblait avoir perdu le peu d'allemand qu'elle connaissait, et le mélangeait avec une autre langue dont j'ignorais tout. Je l'assaillis de questions, en vain. Quand je lui dis que je devais partir tout de suite, et que je m'occupais d'une affaire importante, elle me demanda : « Savez-vous quel jour nous sommes ? » Je lui répondis que nous étions le 4 mai. Elle secoua la tête et me dit : « Oh, oui, je sais ! Je sais, mais savez-vous quel jour nous sommes ? » Quand je lui eus répondu que je ne comprenais pas, elle poursuivit : « C'est la veille de la Saint Georges. Savez-vous que cette nuit, quand l'horloge sonnera minuit, toutes les choses maléfiques règneront sur le monde ? Savez-vous où vous allez, et vers quoi vous allez ? » Elle était visiblement dans une telle détresse que j'essayai de la réconforter, mais sans résultat. Elle finit par se mettre à genoux et par m'implorer de ne pas partir, ou au moins d'attendre un jour ou deux. Tout cela était ridicule, mais je ne me sentais pas à l'aise. Toutefois, mon affaire devait être menée à bien, et rien ne devait interférer avec elle. Je m'efforçai donc de relever la vieille dame et lui dis, avec autant de gravité que j'en étais capable, que je la remerciai, mais que c'était pour moi un devoir impératif, que je devais y aller. Alors elle se releva, sécha ses larmes, puis elle prit le crucifix qu'elle portait autour du cou et me l'offrit. Je ne savais que faire, car élevé dans la religion anglicane, on m'avait appris à considérer de telles choses comme de l'idolâtrie, et pourtant, il me semblait tellement inconvenant d'opposer un refus à une vieille dame si bien intentionnée, et dans un tel état d'esprit ! Elle lut, je crois, le doute sur mon visage, car elle attacha le rosaire à mon cou et me dit : « Pour l'amour de votre mère », puis sortit de la pièce. J'écris cette partie de mon journal tandis que j'attends la diligence, qui, bien sûr, est en retard, et le crucifix est toujours à mon cou. Est-ce dû aux craintes de la vieille dame, aux superstitions du pays, ou au crucifix lui-même, je ne sais pas, mais je ne me sens pas aussi tranquille que d'habitude. Si ce carnet pouvait jamais parvenir à Mina avant moi, alors qu'il lui transmette mes adieux. Voici la diligence ! 5 mai Le château. La pâleur du matin s'est dissipée, et le soleil est haut au-dessus de l'horizon, qui semble découpé, par des arbres ou des collines, je ne saurais le dire, car il est si lointain que grandes et petites choses s'y confondent.

Part (1) Anteil (1) Part (1) Parte (1) Deel (1) Parte (1) Del (1) 第1部分)

Dracula Bram Stoker traduit de l'anglais par Vincent de l'Epine et Pauline Pucciano Dracula Bram Stoker translated from English by Vincent de l'Epine and Pauline Pucciano 德古拉·布拉姆·斯托克 (Dracula Bram Stoker) 由 Vincent de l'Epine 和 Pauline Pucciano 翻译成英文

Illustration : Edvard Munch, Vampire Publication sur le site www.litteratureaudio.com décembre 2019 Cette traduction vous est offerte sous licence Creative Commons Illustration: Edvard Munch, Vampire Publication on www.litteratureaudio.com December 2019 This translation is provided under a Creative Commons license Ilustración: Edvard Munch, Vampire Publication en www.litteratureaudio.com Diciembre de 2019 Esta traducción se proporciona bajo una licencia Creative Commons 插图:爱德华·蒙克 (Edvard Munch),《吸血鬼》 网站 www.litteratureaudio.com 2019 年 12 月 本译文根据知识共享许可提供给您

Chapitre 1 Journal de Jonathan Harker (Sténographié) 3 mai. 第 1 章乔纳森·哈克日记(速记)5 月 3 日。 Bistritz – Ai quitté Munich à 20h35 le 1er mai, arrive à Vienne le matin prochain ; aurais dû arriver à 6h46, mais le train avait une heure de retard. Bistritz – Left Munich at 8:35 p.m. May 1, arrives in Vienna next morning; should have arrived at 6:46, but the train was an hour late. Bistritz - Salida de Múnich a las 20.35 horas del 1 de mayo, llegada a Viena a la mañana siguiente; debería haber llegado a las 6.46 horas, pero el tren llevaba una hora de retraso. Bistritz - Partenza da Monaco alle 20.35 del 1° maggio, arrivo a Vienna il mattino successivo; sarebbe dovuto arrivare alle 6.46, ma il treno aveva un'ora di ritardo. 比斯特里茨——5月1日晚上8点35分离开慕尼黑,次日早上抵达维也纳;本应早上6点46分到达,但火车晚点了一个小时。 Buda-Pest me semble être un endroit merveilleux, d'après l'aperçu que j'en ai eu depuis le train, et les quelques pas que j'ai faits dans les rues. Buda-Pest seems like a wonderful place to me, from the glimpse I got of it from the train, and the few steps I took in the streets. Buda-Pest sembra un posto meraviglioso, per lo sguardo che ho avuto dal treno e per i pochi passi che ho fatto per le strade. Je ne voulais pas trop m'éloigner de la gare, car nous sommes arrivés tard et repartirons autant que possible à l'heure prévue. I didn't want to stray too far from the station as we arrived late and will be leaving as much as possible on time. No quería alejarme demasiado de la estación, ya que llegamos tarde y saldremos puntuales en la medida de lo posible. Non volevo allontanarmi troppo dalla stazione, visto che siamo arrivati tardi e partiremo il più possibile in orario. L'impression que j'ai eue, c'est que nous quittions l'Occident pour entrer en Orient ; le plus à l'ouest de tous les splendides ponts sur le Danube, qui est ici large et profond, nous a conduits dans une contrée où dominent les usages des turcs. The impression I got was that we were leaving the West to enter the East; the most westerly of all the splendid bridges over the Danube, which here is wide and deep, led us into a land dominated by the customs of the Turks. La impresión que tuve fue que abandonábamos Occidente para entrar en Oriente; el más occidental de todos los espléndidos puentes sobre el Danubio, que aquí es ancho y profundo, nos condujo a una tierra donde dominan las costumbres de los turcos. Etant partis à l'heure prévue, nous arrivâmes après la tombée de la nuit à Klausenboug. Having left on schedule, we arrived in Klausenboug after dark. Partiti in orario, siamo arrivati a Klausenboug dopo il tramonto. Je m'y arrêtai pour la nuit, à l'Hôtel Royal. I stopped there for the night, at the Royal Hotel. Pasé la noche en el Hotel Royal. Je dînai (ou plutôt je soupai) d'un poulet au poivre rouge ; c'était très bon mais cela vous donnait une de ces soifs ! I dined (or rather I supped) a chicken with red pepper; it was very good but it gave you one of those thirsts! Cené (o más bien cené) pollo a la pimienta roja; estaba muy bueno, ¡pero daba sed! Ho cenato (o meglio, ho mangiato) con pollo al pepe rosso; era molto buono ma faceva venire sete! (Note – demander la recette pour Mina). (Note - ask for the recipe for Mina). (Nota: pida la receta para Mina). J'ai demandé au garçon, qui m'a indiqué qu'ils appelaient cela du Hendl au paprika, et que c'était un plat national, et que je pourrais en trouver partout dans les Carpathes. I asked the waiter, who told me that they called it Hendl au paprika, and that it was a national dish, and that I could find it anywhere in the Carpathians. Pregunté al camarero, que me dijo que lo llamaban Hendl au paprika, que era un plato nacional y que podía encontrarlo en cualquier lugar de los Cárpatos. Ho chiesto al cameriere, che mi ha detto che lo chiamavano Hendl au paprika, che era un piatto nazionale e che potevo trovarlo ovunque nei Carpazi. Mes notions d'allemand me furent très utiles en cette occasion, vraiment sans cela je ne sais pas comment j'aurais pu me débrouiller. My notions of German were very useful to me on this occasion, really without it I don't know how I could have managed. Mis conocimientos de alemán fueron muy útiles en esta ocasión, sin ellos realmente no sé cómo me las habría arreglado. A Londres, j'avais profité de mon temps libre pour me rendre au British Museum, et faire des recherches parmi les livres et les cartes de la bibliothèque sur la Transylvanie. In London, I had taken advantage of my free time to visit the British Museum, and research the books and maps on Transylvania in the library. Il m'était venu à l'esprit qu'avoir quelques connaissances sur le pays aurait sans doute son importance lors de mes rapports avec le gentilhomme que j'allais rencontrer là-bas. It occurred to me that having some knowledge of the country would undoubtedly be important in my relations with the gentleman I was going to meet there. J'avais constaté que le district qu'il avait mentionné se trouvait à l'extrême est du pays, à la frontière de trois états : la Transylvanie, la Moldavie et la Bucovine, dans les brumes des Carpathes, l'une des régions les plus sauvages et les moins connues d'Europe. I had noticed that the district he had mentioned was in the far east of the country, on the border of three states: Transylvania, Moldavia and Bucovina, in the mists of the Carpathians, one of the regions most wildest and least known in Europe. Je ne pus trouver sur aucune carte ou aucun document la localisation exacte du château Dracula, car il n'existe pas de carte de ce pays qui soit comparable à nos cartes d'état-major, mais j'ai découvert que Bistritz, le bureau de poste mentionné par le Comte Dracula, est un endroit très connu. I couldn't find the exact location of Castle Dracula on any map or document, as there's no map of the country comparable to our staff maps, but I did discover that Bistritz, the post office mentioned by Count Dracula, is a well-known place. Je vais reporter ici quelques-unes de mes notes, cela me permettra de me rafraîchir la mémoire lorsque je raconterai mon voyage à Mina. I am going to report here some of my notes, it will allow me to refresh my memory when I tell about my trip to Mina. La population de la Transylvanie comprend quatre nationalités distinctes : les Saxons au sud, mêlés aux Valaques, qui sont les descendants des anciens Daces, les Magyars à l'ouest, et les Szekelys à l'est et au nord. Transylvania's population comprises four distinct nationalities: Saxons in the south, mixed with Vlachs, descendants of the ancient Dacians; Magyars in the west; and Szekelys in the east and north. C'est vers ces derniers que je me dirige, eux qui prétendent descendre des Huns d'Attila. It is towards these that I am heading, them who claim to be descended from the Huns of Attila. C'est peut-être vrai, car quand les Magyars ont conquis le pays au onzième siècle, ils y ont trouvé les Huns qui y étaient déjà installés. This may be true, because when the Magyars conquered the country in the eleventh century, they found the Huns already settled there. Questo può essere vero, perché quando i Magiari conquistarono il Paese nell'XI secolo, trovarono gli Unni già insediati. 这可能是真的,因为当马扎尔人在十一世纪征服这个国家时,他们发现匈奴人已经在那里定居了。 J'ai lu quelque part que toutes les superstitions connues dans le monde se trouvaient rassemblées dans les Carpathes, comme si ce pays était le centre de quelque tourbillon des imaginations ; s'il en est ainsi, mon séjour va être des plus intéressants (note : je dois demander au Comte de tout me raconter à ce sujet). I read somewhere that all the superstitions known in the world were gathered in the Carpathians, as if this country were the center of some whirlpool of imaginations; if this is so, my stay is going to be most interesting (note: I must ask the Count to tell me all about it). He leído en alguna parte que todas las supersticiones conocidas en el mundo se encuentran en los Cárpatos, como si este país fuera el centro de un torbellino de imaginaciones; si es así, mi estancia va a ser de lo más interesante (nota: debo pedirle al Conde que me cuente todo esto). Je n'ai pas bien dormi ; pourtant mon lit était confortable, mais j'ai fait toutes sortes de rêves étranges. I have not slept well ; yet my bed was comfortable, but I had all kinds of weird dreams. No dormí bien, aunque mi cama era cómoda, pero tuve todo tipo de sueños extraños. Il y a un chien qui a hurlé toute la nuit sous ma fenêtre, et peut-être cela a-t-il un rapport, ou peut-être est-ce le paprika, car j'ai eu beau boire toute l'eau de ma carafe, j'avais encore soif. There's a dog that howled all night under my window, and maybe it has something to do with it, or maybe it's the paprika, because no matter how much I drank all the water in it. my carafe, I was still thirsty. Había un perro aullando bajo mi ventana toda la noche, y quizá eso tuviera algo que ver, o quizá fuera el pimentón, porque por mucha agua que bebiera de mi jarra, seguía teniendo sed. 有一只狗在我的窗下嚎叫了整整一夜,也许这与它有关,或者可能是辣椒粉,因为即使我喝光了水瓶里的水,我仍然很渴。 A l'approche de l'aube, je me suis endormi, et je fus réveillé par quelqu'un qui frappait à ma porte depuis longtemps ; je pense donc que j'ai dormi très profondément. As dawn approached, I fell asleep, and was awakened by someone knocking on my door for a long time, so I think I slept very soundly. Cuando se acercaba el amanecer, me quedé dormido, sólo para que me despertara alguien llamando a la puerta durante un buen rato, así que creo que dormí muy profundamente. Con l'avvicinarsi dell'alba mi sono addormentata, ma sono stata svegliata da qualcuno che ha bussato a lungo alla mia porta, quindi credo di aver dormito molto bene. Pour le petit déjeuner on me servit encore du paprika, et une sorte de porridge de farine de maïs qu'ils appellent « mamaliga », ainsi que des aubergines farcies, un plat vraiment excellent qu'ils nomment « impleta » (note : en obtenir la recette également). Zum Frühstück gab es wieder Paprika und eine Art Maismehlbrei, den sie "Mamaliga" nennen, sowie gefüllte Auberginen, ein wirklich ausgezeichnetes Gericht, das sie "Impleta" nennen (Anm.: auch das Rezept dazu erhalten). For breakfast I was served paprika again, and a kind of cornmeal porridge they call "mamaliga", as well as stuffed eggplants, a really excellent dish they call "impleta" (note: get the recipe too). Para desayunar me volvieron a servir pimentón y una especie de gachas de harina de maíz que llaman "mamaliga", así como berenjenas rellenas, un plato realmente excelente que llaman "impleta" (nota: consiga también la receta). Per colazione mi hanno servito ancora paprika e una specie di porridge di farina di mais che chiamano "mamaliga", oltre a melanzane ripiene, un piatto davvero eccellente che chiamano "impleta" (nota: procuratevi anche la ricetta). Je dus avaler rapidement mon petit déjeuner, car le train partait juste avant huit heures, ou plutôt, il devait partir à cette heure- là, car, après m'être précipité à la gare à sept heures et demie, je dus attendre dans le wagon pendant plus d'une heure avant qu'il se mette en mouvement. I had to swallow my breakfast quickly, because the train was leaving just before eight o'clock, or rather, it had to leave at that time, because, after rushing to the station at half past seven, I had to wait in the carriage for over an hour before it started moving. On dirait que plus on va vers l'est, moins les trains sont ponctuels. It seems that the further east you go, the less punctual the trains. Parece que cuanto más al este, menos puntuales son los trenes. Qu'est-ce que cela doit être en Chine ! What must it be in China! ¿Cómo debe ser en China?

Toute la journée, nous avons cheminé à travers un pays regorgeant de merveilles de toutes sortes. All day long, we made our way through a country brimming with wonders of all kinds. Parfois nous apercevions de petites villes ou des châteaux au sommet de collines escarpées comme on peut en voir dans les vieux missels. Μερικές φορές βλέπαμε μικρές πόλεις ή κάστρα στην κορυφή απόκρημνων λόφων, όπως μπορεί κανείς να δει σε παλιούς δεσποινίδες. Occasionally we'd catch glimpses of small towns or castles on steep hilltops, as seen in old missals. A volte abbiamo visto piccole città o castelli in cima a ripide colline, proprio come quelli che si vedono nei vecchi messali. Parfois nous suivions des rivières ou des ruisseaux qui devaient, à en juger par les parapets de pierre sur leurs bords, être sujets à d'importantes crues. Sometimes we followed rivers or streams which, judging by the stone parapets on their banks, must have been subject to major flooding. A veces seguíamos ríos o arroyos que, a juzgar por los parapetos de piedra de sus orillas, debían de sufrir grandes inundaciones. Il devait falloir de grandes quantité d'eau, et se déplaçant très vite, pour franchir ces protections. It must have taken large amounts of water, and moving very fast, to pass through these protections. Debió de necesitar grandes cantidades de agua, y moverse muy rápido, para superar estas protecciones. Dovevano essere necessarie grandi quantità d'acqua, e muoversi molto velocemente, per superare queste protezioni. A chaque gare nous voyions des gens, parfois nombreux, dans toutes sortes d'accoutrements. At each station we saw people, sometimes many, in all kinds of outfits. Certains ressemblent aux gens que l'on voit chez nous, ou qui viennent de France ou d'Allemagne, avec des vestes courtes, des chapeaux ronds, et des pantalons qu'ils fabriquent eux-mêmes. Some look like the people we see here, or who come from France or Germany, with short jackets, round hats, and pants that they make themselves. Mais d'autres offrent un tableau plus pittoresque. But others offer a more picturesque picture. Les femmes semblent jolies, mais quand vous les approchez, vous constatez qu'elles ont la taille trop large. The women look pretty, but when you approach them you find that their waist is too large. Las mujeres parecen guapas, pero cuando te acercas a ellas, te das cuenta de que tienen la cintura demasiado ancha. Elles portent de grandes manches blanches, et la plupart d'entre elles ont de larges ceintures avec des bandes de tissu flottant autour d'elles comme des robes de ballet, avec bien sûr un jupon en-dessous. They wear large white sleeves, and most of them have wide sashes with bands of fabric floating around them like ballet dresses, with of course a petticoat underneath. Mais les plus étranges sont les Slovaques, plus barbares que les autres, avec leurs chapeaux de cow-boy, leurs larges pantalons blanc cassé, leurs chemises en lin blanc, et leurs énormes ceintures de cuir, de près d'un pied de large, toutes cloutées de cuivre. But the strangest are the Slovaks, more barbaric than the others, with their cowboy hats, wide off-white pants, white linen shirts, and enormous leather belts, almost a foot wide, all studded with copper. Ma i più strani sono gli slovacchi, più barbari degli altri, con i loro cappelli da cowboy, gli ampi pantaloni bianchi, le camicie di lino bianco e le enormi cinture di cuoio, larghe quasi un metro, tutte tempestate di rame. Ils portent de grandes bottes, et rentrent dedans le bas de leur pantalon. They wear big boots, and tuck in the bottoms of their pants. Llevan botas grandes y se meten los bajos de los pantalones dentro de ellas. Ils ont de longs cheveux noirs et de grosses moustaches noires. Ils sont très pittoresques, mais pas très engageants. They're very picturesque, but not very engaging. Sono molto pittoreschi, ma non molto coinvolgenti. Si je voyageais en diligence, je les aurais immédiatement pris pour une de ces bandes de brigands orientaux. If I was traveling in a stagecoach, I would immediately have mistaken them for one of those bands of Eastern robbers. Si hubiera viajado en diligencia, los habría confundido inmediatamente con una de esas bandas orientales de bandoleros. Se avessi viaggiato in diligenza, li avrei subito scambiati per una di quelle bande di briganti orientali. Toutefois, on m'a dit qu'ils étaient inoffensifs et plutôt timides. However, I'm told they're harmless and rather shy. Le soleil s'était déjà couché quand nous arrivâmes à Bistritz, qui est un endroit ancien et assez intéressant. The sun had already set when we reached Bistritz, which is an old and rather interesting place. Situé pratiquement à la frontière – car la passe de Borgo mène directement en Bucovine – cette ville a eu une existence chaotique, et en porte encore aujourd'hui les stigmates. Situated practically on the border - as the Borgo pass leads directly into Bucovina - this town has had a chaotic existence, and still bears the scars today. Situada prácticamente en la frontera -el paso de Borgo conduce directamente a Bucovina-, esta ciudad ha tenido una existencia caótica, y aún hoy conserva las cicatrices. Il y a cinquante ans, il y eut là une série d'incendies, qui firent de terribles ravages cinq fois de suite. Fifty years ago, there was a series of fires there, wreaking terrible havoc five times in a row. Hace cincuenta años, hubo allí una serie de incendios que causaron terribles estragos cinco veces seguidas. Au tout début du dix-septième siècle, elle subit un siège de trois semaines et perdit 13.000 habitants, les victimes de la famine et de la maladie s'ajoutant à ceux qui furent tués lors des combats. At the very beginning of the seventeenth century, it suffered a three-week siege and lost 13,000 inhabitants to famine and disease, in addition to those killed in the fighting. A principios del siglo XVII, sufrió un asedio de tres semanas y perdió 13.000 habitantes, víctimas del hambre y las enfermedades que se sumaron a los muertos en los combates. All'inizio del XVII secolo, subì un assedio di tre settimane e perse 13.000 abitanti, vittime della carestia e delle malattie che si aggiunsero ai caduti nei combattimenti. Le Comte Dracula m'a indiqué que je devais me rendre à l'hôtel de la Couronne d'Or, que j'ai trouvé, à mon vif plaisir, tout à fait démodé, car bien sûr je voulais découvrir autant que possible les coutumes du pays. Count Dracula indicated that I should go to the Hotel de la Couronne d'Or, which I found, to my great pleasure, quite old-fashioned, as of course I wanted to discover as much as possible of the country's customs. J'étais visiblement attendu : quand je m'approchai de la porte, je me retrouvai face à une vieille femme très aimable, dans la tenue habituelle des paysannes - des vêtements blancs couverts devant et derrière d'un double tablier coloré, presque trop serré pour la pudeur. I was obviously expected: as I approached the door, I found myself face to face with a very amiable old woman in the usual peasant dress - white clothes covered front and back with a colorful double apron, almost too tight for modesty. Era evidente que me esperaban: al acercarme a la puerta, me encontré cara a cara con una anciana muy amable vestida con el habitual traje de campesina: ropa blanca cubierta por delante y por detrás con un doble delantal de colores, casi demasiado ajustado para el pudor. Ovviamente ero attesa: avvicinandomi alla porta, mi sono trovata faccia a faccia con un'anziana signora molto cordiale, con il solito vestito da contadina - abiti bianchi coperti davanti e dietro da un doppio grembiule colorato, quasi troppo stretto per la modestia. Quand je m'approchai elle se courba et dit : « Vous êtes le Monsieur anglais ? When I approached she bent over and said, "Are you the English gentleman?" Quando mi sono avvicinato, si è chinata e ha detto: "Lei è il gentiluomo inglese? » « Oui », répondis-je, « Jonathan Harker. "Sí", respondí, "Jonathan Harker. » Elle sourit, et dit quelques mots à un vieil homme en chemise blanche qui l'avait suivie. "Sonrió y dirigió unas palabras a un anciano con camisa blanca que la había seguido. "Sorrise e disse qualche parola a un vecchio in camicia bianca che l'aveva seguita. Celui-ci disparut, mais revint presque immédiatement avec une lettre : « Mon ami, « Bienvenue dans les Carpathes. He disappeared, but returned almost immediately with a letter: "My friend, welcome to the Carpathians. Je suis impatient de vous recevoir. Dormez bien cette nuit. A trois heures demain, la diligence partira pour la Bucovine ; une place vous y est réservée. At three o'clock tomorrow, the stagecoach will leave for Bucovina; a place has been reserved for you. A la passe de Borgo, ma voiture vous attendra et elle vous mènera jusqu'à moi. At the Borgo pass, my car will be waiting to take you to me. J'espère que votre voyage depuis Londres a été agréable, et que vous apprécierez votre séjour dans mon beau pays. I hope your journey from London has been a pleasant one, and that you enjoy your stay in my beautiful country. Votre ami, DRACULA. » 4 mai Je réalisai que le propriétaire avait lui aussi reçu une lettre du Comte, lui demandant de me réserver la meilleure place dans la diligence, mais quand je lui demandai des détails, il sembla plus réticent, et prétendit qu'il ne comprenait pas bien mon allemand. "May 4 I realized that the owner had also received a letter from the Count, asking him to reserve the best seat in the coach for me, but when I asked him for details, he seemed more reticent, and claimed that he didn't quite understand my German. Ce n'était pas vrai, car jusque-là il m'avait toujours parfaitement compris : d'ailleurs il finit par répondre à mes questions. That wasn't true, because up to that point he'd always understood me perfectly: in fact, he ended up answering my questions. No era cierto, porque hasta entonces siempre me había entendido perfectamente: de hecho, acababa respondiendo a mis preguntas. Lui et sa femme, la vieille dame qui m'avait accueilli, échangeaient des regards quelque peu effrayés. He and his wife, the old lady who had welcomed me, exchanged somewhat frightened glances. Il murmura que l'argent avait été envoyé par lettre, et c'était tout ce qu'il savait. He murmured that the money had been sent by letter, and that was all he knew. Murmuró que el dinero había sido enviado por carta, y que eso era todo lo que sabía. Quand je lui demandai s'il connaissait le Comte Dracula, et s'il pouvait me parler un peu du château, ils se signèrent tous les deux, et, disant qu'ils ne savaient rien du tout, refusèrent de dire un mot de plus. When I asked if he knew Count Dracula, and if he could tell me a little about the castle, they both signed, and, saying they knew nothing at all, refused to say another word. L'heure du départ approchait et je n'avais plus le temps d'interroger quelqu'un d'autre, mais tout cela était bien mystérieux, et fort peu encourageant. The time for departure was approaching and I had no time to question anyone else, but it was all very mysterious, and hardly encouraging.

Juste avant que je parte, la vieille dame monta dans ma chambre et me demanda d'un ton hystérique : « Devez-vous vraiment aller là-bas ? Just before I left, the old lady came up to my room and asked hysterically: "Do you really have to go up there? Oh, mein Herr, devez-vous y aller ? Oh, mein Herr, must you go? » Elle était si excitée qu'elle semblait avoir perdu le peu d'allemand qu'elle connaissait, et le mélangeait avec une autre langue dont j'ignorais tout. "She was so excited that she seemed to have lost what little German she knew, and was mixing it with another language I knew nothing about. "Estaba tan excitada que parecía haber perdido el poco alemán que sabía y lo mezclaba con otro idioma del que yo no sabía nada. Je l'assaillis de questions, en vain. Τον βομβάρδισα με ερωτήσεις, μάταια. I peppered him with questions, to no avail. Quand je lui dis que je devais partir tout de suite, et que je m'occupais d'une affaire importante, elle me demanda : « Savez-vous quel jour nous sommes ? When I told her I had to leave right away, and that I was attending to an important matter, she asked me: "Do you know what day it is? Cuando le dije que tenía que irme enseguida y que tenía que atender un asunto importante, me preguntó: "¿Sabes qué día es hoy? » Je lui répondis que nous étions le 4 mai. "I replied that it was May 4. Elle secoua la tête et me dit : « Oh, oui, je sais ! She shook her head and said, "Oh, yes, I know! Je sais, mais savez-vous quel jour nous sommes ? I know, but do you know what day it is? » Quand je lui eus répondu que je ne comprenais pas, elle poursuivit : « C'est la veille de la Saint Georges. "When I replied that I didn't understand, she continued: "It's the eve of Saint George's Day. "Cuando le contesté que no lo entendía, continuó: "Es la víspera de San Jorge. Savez-vous que cette nuit, quand l'horloge sonnera minuit, toutes les choses maléfiques règneront sur le monde ? Do you know that tonight, when the clock strikes midnight, all things evil will rule the world? Savez-vous où vous allez, et vers quoi vous allez ? Do you know where you're going and where you're headed? » Elle était visiblement dans une telle détresse que j'essayai de la réconforter, mais sans résultat. Elle finit par se mettre à genoux et par m'implorer de ne pas partir, ou au moins d'attendre un jour ou deux. She finally got down on her knees and begged me not to leave, or at least to wait a day or two. Tout cela était ridicule, mais je ne me sentais pas à l'aise. It was all ridiculous, but I didn't feel comfortable. Toutefois, mon affaire devait être menée à bien, et rien ne devait interférer avec elle. However, my business had to be done, and nothing was to interfere with it. Je m'efforçai donc de relever la vieille dame et lui dis, avec autant de gravité que j'en étais capable, que je la remerciai, mais que c'était pour moi un devoir impératif, que je devais y aller. So I did my utmost to relieve the old lady and told her, with as much gravity as I was capable of, that I thanked her, but that it was an imperative duty for me, that I had to go. Alors elle se releva, sécha ses larmes, puis elle prit le crucifix qu'elle portait autour du cou et me l'offrit. Then she stood up, dried her tears and took the crucifix from around her neck, offering it to me. Poi si alzò, si asciugò le lacrime e prese il crocifisso che portava al collo e me lo offrì. Je ne savais que faire, car élevé dans la religion anglicane, on m'avait appris à considérer de telles choses comme de l'idolâtrie, et pourtant, il me semblait tellement inconvenant d'opposer un refus à une vieille dame si bien intentionnée, et dans un tel état d'esprit ! I didn't know what to do, for brought up in the Anglican religion, I had been taught to regard such things as idolatry, and yet it seemed so unseemly to refuse such a well-meaning old lady in such a state of mind! No sabía qué hacer, pues, educada en la religión anglicana, me habían enseñado a considerar tales cosas como idolatría, y, sin embargo, ¡me parecía tan impropio rechazar a una anciana tan bienintencionada en semejante estado de ánimo! Elle lut, je crois, le doute sur mon visage, car elle attacha le rosaire à mon cou et me dit : « Pour l'amour de votre mère », puis sortit de la pièce. I think she read the doubt in my face, for she tied the rosary around my neck and said, "For the love of your mother", then left the room. J'écris cette partie de mon journal tandis que j'attends la diligence, qui, bien sûr, est en retard, et le crucifix est toujours à mon cou. I'm writing this part of my diary while I wait for the coach, which, of course, is late, and the crucifix is still around my neck. Est-ce dû aux craintes de la vieille dame, aux superstitions du pays, ou au crucifix lui-même, je ne sais pas, mais je ne me sens pas aussi tranquille que d'habitude. Whether this is due to the old lady's fears, the superstitions of the country, or the crucifix itself, I don't know, but I don't feel as calm as usual. Si ce carnet pouvait jamais parvenir à Mina avant moi, alors qu'il lui transmette mes adieux. If this notebook could ever reach Mina before me, then let it convey my farewell. Si este cuaderno puede llegar a Mina antes que yo, que sea mi despedida de ella. Voici la diligence ! Here's the stagecoach! 5 mai Le château. La pâleur du matin s'est dissipée, et le soleil est haut au-dessus de l'horizon, qui semble découpé, par des arbres ou des collines, je ne saurais le dire, car il est si lointain que grandes et petites choses s'y confondent. The pallor of the morning has dissipated, and the sun is high above the horizon, which seems cut out, by trees or hills, I couldn't tell, because it's so far away that big and small things merge there. La palidez de la mañana se ha desvanecido, y el sol está muy alto sobre el horizonte, que parece estar recortado, por árboles o colinas, no puedo decirlo, porque está tan lejos que las cosas grandes y pequeñas se funden allí.