×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

InnerFrench - Vol. 1, #86 - Les effets psychologiques du confinement (2)

#86 - Les effets psychologiques du confinement (2)

Alors, quel impact le choc du covid a-t-il eu sur notre santé mentale ?

En mars, la prestigieuse revue médicale The Lancet a publié une synthèse de 24 études menées dans 10 pays différents au moment des épidémies du Sras, d'Ebola et du H1N1. Dans cette synthèse, on peut lire que le confinement déclenche une augmentation des dépressions et du stress post-traumatique, autrement dit le stress provoqué par un évènement traumatisant, comme le décès d'un proche par exemple. La synthèse indique aussi que certains facteurs favorisent l'apparition de ces troubles psychologiques, par exemple la durée du confinement, le manque de clarté dans la communication des responsables politiques, la peur pour soi ou pour ses proches, mais aussi la précarité économique.

Mais, ces conclusions, elles concernaient d'autres épidémies. Alors, est-ce qu'on a observé la même chose avec le covid ?

Eh bien, oui. À présent, on a pas mal de données qui confirment ça. Par exemple, l'institution Santé publique France a lancé une étude dès le début du confinement, mi-mars, pour suivre l'évolution psychologique des Françaises et des Français. Et sans grande surprise, ses conclusions corroborent celles de la synthèse publiée dans The Lancet.

Pendant les deux premières semaines du confinement, mes compatriotes étaient en état de choc. Les troubles psychologiques ont augmenté de manière significative. Par exemple, le nombre de personnes en état de dépression a doublé. Habituellement, le taux de personnes en dépression est d'environ 10%. Mais au début du confinement, il est passé à quasiment 20%.

Aux États-Unis, des médecins de l'Université de Boston ont publié une étude dans le Journal of the American Medical Association, une étude qui a été menée entre le 31 mars et le 14 avril, et leurs conclusions étaient encore plus alarmantes. Dans ces études, ils ont observé que les symptômes de dépression chez les adultes ont triplé ! Ils sont passés de 8,5% à 27,8%. Même après les attentats du 11 septembre, ce taux n'était pas aussi élevé (à l'époque, il avait «seulement» doublé).

Ces études confirment aussi la conclusion de la synthèse du Lancet à propos du facteur économique. Avoir des difficultés financières favorise l'anxiété en période de confinement. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi à cause du covid, d'autres se sont retrouvées en chômage partiel. Le chômage partiel, c'est quand une entreprise réduit les heures de travail de ses salariés. C'est mieux que de perdre son travail mais ça représente quand même une baisse de revenus significative pour ces employés.

Et en plus, ce sont les personnes qui étaient déjà dans une situation économique précaire qui ont été le plus contaminées par le covid. Déjà, parce qu'elles exercent souvent une profession qui ne peut pas être faite en télétravail, autrement dit à distance, en restant à la maison. Par exemple les caissières, les livreurs, les ouvriers dans les usines etc. Ce sont des métiers pour lesquels il faut être présent physiquement. Donc tous ces gens étaient en première ligne sur le champ de bataille. Et en plus, comme ils vivent dans des quartiers avec une forte densité de population, dans des petits appartements, ça augmente encore le risque de contamination.

En France, une étude de l'Inserm (l'Institut national de la santé et de la recherche médicale) a montré que les familles précaires ont été plus souvent contaminées par le virus et que leur situation économique s'est encore plus dégradée. Aux États-Unis, les médecins de l'Université de Boston ont observé le même phénomène. Dans l'étude que j'ai citée précédemment, on peut voir que 50% des personnes ayant moins de 5 000 dollars d'épargne présentaient des symptômes dépressifs. Autrement dit, la moitié des personnes qui avaient moins de 5 000 dollars d'économies sur leur compte en banque avaient des symptômes dépressifs. Vous vous rendez compte ? La moitié ! C'est vraiment énorme. Bon, je ne vais pas rentrer dans les détails des symptômes dépressifs, de ce qu'est une dépression etc. Ça pourrait faire l'objet d'un épisode entier. Mais comme d'habitude, je mettrai le lien vers cette étude et toutes les autres références sur la page de l'épisode sur innerfrench.com.

Un autre facteur aggravant qui était cité par la synthèse publiée dans The Lancet, c'était la durée du confinement. Pour les épidémies étudiées précédemment, le confinement n'avait duré que quelques semaines. Donc avec le covid, quand les gouvernements ont décidé de confiner leurs citoyens pour plusieurs mois, les experts ont commencé à s'inquiéter.

Au début, certaines personnes se sont réjouies du confinement. Ah oui, «se réjouir de quelque chose», ça signifie «être content de quelque chose». Certaines personnes se sont réjouies de pouvoir travailler tranquillement à la maison, de ne plus perdre de temps dans les transports. Elles se sont dit qu'elles allaient pouvoir commencer un nouveau hobby ou redécorer leur appartement. Bref, elles ont vécu ça un peu comme un jeu. Elles ont eu l'impression qu'on leur accordait des vacances à la maison.

Je vous avoue que c'était mon cas. Je fais partie des privilégiés qui travaillent à la maison et qui n'ont pas perdu d'argent à cause du covid. Comme ma famille et la plupart de mes amis vivent dans un autre pays, j'ai déjà l'habitude de leur parler principalement par internet. Le seul changement avec le confinement, c'était que ça me donnait une bonne excuse pour ne plus aller à la salle de sport. Du coup, je me suis dit que j'aurais plus de temps pour faire des podcasts et des vidéos, ou pour apprendre à jouer du piano !

Mais au bout de deux semaines, je me suis rendu compte que même en ayant plus de temps, j'étais beaucoup moins productif. Je suis tombé dans une sorte de léthargie. J'avais de plus en plus de mal à me concentrer. Je ne trouvais pas l'énergie d'enregistrer une vidéo, de faire des choses créatives. À la place, je passais mes journées à corriger des petits détails sur mon site ou à mettre à jour des exercices dans mes cours, des choses qui ne demandaient pas beaucoup d'efforts. Je passais aussi plus de temps à suivre l'actualité, à regarder le nombre de morts. J'étais pris dans une boulimie médiatique alors qu'en temps normal, je suis assez peu l'actualité. Bref, progressivement, j'ai compris que ce confinement affectait mon bien-être mental plus que je ne l'aurais soupçonné.

En France, il y a un psychiatre et professeur qui s'est intéressé de près à cette question. Il s'appelle Nicolas Franck et il vient de publier un essai intitulé Covid-19 et détresse psychologique : 2020, l'odyssée du confinement. Nicolas Franck dit qu'aujourd'hui, peu de Français sont encore terrorisés par ce virus. Ce qui les dérange vraiment, c'est le confinement imposé par l'État ,la privation de liberté. Pendant plusieurs mois cette année, les Français devaient avoir une autorisation pour sortir de chez eux, et ils n'avaient pas le droit d'aller à plus d'un kilomètre de leur domicile. Donc c'était assez stricte (mais moins que dans d'autres pays comme la Chine, je sais).

On vit à une époque où on a l'impression de pouvoir tout faire sans sortir de chez soi. On peut travailler, se faire livrer à manger, acheter tout ce qu'on veut sur internet et le recevoir deux jours plus tard. On a accès à une quantité illimitée de divertissement : des films, des séries, des livres, des jeux vidéo. Alors, pourquoi ressent-on un tel mal être quand on est confiné ?

Selon les experts, un des aspects les plus difficiles à vivre, c'est l'incertitude. On ne sait pas combien de temps cette situation va durer. Est-ce une question de semaines, de mois ou d'années ? Et après le covid-19, est-ce qu'il y aura d'autres virus semblables qui apparaîtront chaque année ? Est-ce que le confinement va devenir une partie intégrante de nos vies ?

Sur Brut, un média que je vous recommande souvent, il y a une interview très intéressante de Sébastien Bohler qui est journaliste et rédacteur en chef de la revue Cerveau & Psycho. Je vous propose d'en écouter un extrait :

«L'incertitude est quelque chose de très difficilement gérable par le système nerveux humain. L'être humain est câblé pour essayer de maîtriser son environnement. […] Nous aimons savoir ce qui va arriver et le contrôler. Mais là, nous ne contrôlons plus rien. […] L'incertitude libère des hormones de stress, elle crée une angoisse, parfois une angoisse existentielle.»

En France, comme dans beaucoup d'autres pays, il y a eu plusieurs phases de confinement. Une première phase de deux mois, de mi mars à mi mai, puis un deuxième confinement qui a commencé fin octobre et qui devrait durer jusqu'à mi décembre.

Pendant le 1er confinement, on s'est serré les coudes, autrement dit on s'est aidés les uns les autres. Je crois que j'ai déjà utilisé cette expression dans un autre épisode : se serrer les coudes, s'aider mutuellement. On s'est dit : «d'accord, c'est la guerre, il faut qu'on soit solidaires si on veut vaincre ce virus.» On s'est adaptés, on a commencé le télétravail, on a mis en place des règles pour protéger les personnes âgées et les personnes à risques. On en a profité pour prendre des nouvelles d'amis à qui on n'avait pas parlé depuis longtemps. On a organisé des soirées sur Skype et sur Zoom. On a commencé un cours en ligne ou on s'est acheté une console de jeux pour se changer les idées. Bref, on a vécu ça comme un défi à relever.

Mais à l'époque, on croyait qu'un seul confinement suffirait. On pensait qu'en sacrifiant notre liberté pendant quelques semaines, on viendrait à bout du virus. Ah oui, «venir à bout de quelque chose», ça aussi, c'est une bonne expression, ça signifie «vaincre», «battre». Pendant le 1er confinement, on pensait qu'on viendrait à bout du covid rapidement.

Alors, être confinés une 2ème fois, ça a été un coup dur pour le moral des Français. Vous savez peut-être que mes compatriotes sont très attachés à leur liberté. Ils n'aiment pas qu'on leur dise quoi faire. Alors forcément, ils vivent très mal le fait que l'État leur interdise de sortir de chez eux, d'aller au restaurant ou de partir en vacances. Maintenant, quand je demande à mes proches si ça va, certains me répondent «Non, pas trop.» Et ça me fait bizarre. D'habitude, les gens répondent automatiquement : «ça va et toi ?». Mais en ce moment, non. En ce moment, ils n'ont pas le moral. Et je suis sûr que pour une fois, ce n'est pas une spécificité française, même si on a la réputation d'être les champions du monde du pessimisme.

Maintenant, il y a moins ce côté «effort de guerre». Certaines personnes se demandent même si le confinement a été utile, si ça valait vraiment la peine de faire ces sacrifices. Évidemment, oui, il y a plusieurs études qui ont montré que les mesures de confinement ont permis de sauver des dizaines de milliers de vies. C'est un choix que nos sociétés ont fait. Nous avons choisi de sacrifier un peu de liberté pour sauver des vies. Personnellement, je pense que ça en valait la peine.

Dans tous les cas, on sait à présent que la bataille est loin d'être gagnée et qu'elle va durer plus longtemps que prévu. Même avec l'espoir des vaccins qui arrivent, la vie ne semble pas prête de revenir à la normale. D'ailleurs, on ne sait pas si après le covid, tout sera exactement comme avant.

Mais ça, c'est un autre sujet. Ici, je voulais simplement souligner l'effet que cette incertitude produit sur notre santé mentale. C'est une source de stress et d'anxiété, notamment pour les jeunes. Quand on est jeune, on se pose beaucoup de questions sur son avenir. On se demande quelles études on aimerait faire. Si on est étudiant, on se demande quel métier on pourra trouver après nos études. Alors dans un contexte aussi incertain que maintenant, comment imaginer son futur, comment faire des plans pour l'avenir ?

Mais le confinement a aussi d'autres effets sur notre cerveau, notamment un auquel je n'avais pas du tout pensé. Encore une fois, j'ai appris ça grâce à l'interview de Sébastien Bohler. Écoutez bien la suite si vous aussi, vous n'êtes pas très productifs depuis le début du confinement. Ça va vous intéresser.

En ce moment, beaucoup de nos désirs sont bridés, autrement dit, ils sont restreints. Par exemple, notre désir de socialisation, de manger au restaurant avec des amis ou de parler avec nos collègues à la machine à café. On ne peut plus se déplacer librement, en tous cas dans les pays qui sont confinés. Et, réfréner tous ces désirs, ça demande des efforts à notre cerveau, en particulier à notre cortex préfrontal, là où on trouve les fonctions comme la volonté, le contrôle de soi. Comme ça consomme beaucoup d'énergie, eh bien on a moins de force pour contrôler nos autres désirs. Alors, au bout d'un moment, on craque. On se laisse aller à des plaisirs sans aucune limite. Par exemple, on fait une orgie de nourriture grasse, on regarde des séries toute la nuit… Donc voilà, si vous avez du mal à vous concentrer sur des projets difficiles en ce moment, c'est peut-être parce que le confinement force trop sur votre cortex préfrontal…

Mais ce qui a probablement été encore pire que l'incertitude pour notre santé mentale, c'est l'isolement social. Je ne vous apprends rien en vous disant que l'être humain est un animal social. Nous avons besoin d'interagir, d'être en contact avec nos semblables. Nous sommes programmés pour coopérer. Et ça, ça s'explique par la théorie de l'évolution.

Avant, pour survivre, les êtres humains étaient obligés de coopérer. Un homme seul face à un mammouth n'avait aucune chance de survivre. Il avait forcément besoin de l'aide d'autres membres de sa tribu pour chasser le mammouth et le manger. Donc les rapports sociaux étaient essentiels à notre survie. Seuls les individus qui avaient ce désir de coopération pouvaient survivre et avoir des descendants. Aujourd'hui, ça peut sembler un peu moins vital, mais ce désir de coopération est toujours ancré dans notre cerveau.

Le problème, c'est qu'à cause du confinement, on ne peut pas voir les membres de notre famille qui ne vivent pas sous le même toit, on ne peut pas prendre de café avec nos amis ou aller à un concert. Donc notre désir de contact social est bridé lui aussi.

Malheureusement, quand on est privés de contact social, on a tendance à développer des comportements compulsifs ou des addictions : fumer, boire de l'alcool, prendre de la drogue… On essaye de combler ce désir de toutes les manières possibles, notamment avec des solutions qui ne sont pas toujours bonnes pour notre santé. Là aussi, l'étude réalisée par Santé publique France a constaté une augmentation de la consommation de substances psychoactives pendant le confinement.

On pourrait penser que les moyens de communication actuels nous permettent de combler ce désir de contact social. C'est vrai qu'on peut appeler et voir nos proches facilement avec notre smartphone. Mais certains experts estiment que les écrans ne comblent pas complètement notre désir de contact social, car il manque le contact physique qui est très important lui aussi. De nombreuses expériences ont montré que le contact physique réduit le sentiment d'anxiété, par exemple si un proche vous tient la main ou vous embrasse. Et malheureusement, ce n'est pas encore possible de le faire avec un smartphone.

Enfin, le dernier danger lié à l'isolement social, c'est ce que certains journalistes ont appelé «le syndrome de la cabane.» À la fin du 1er confinement, au lieu de courir dehors pour profiter de leur liberté, certaines personnes ont préféré continuer de vivre enfermées chez elles. Elles ont décidé de rester dans leur cocon, dans leur cabane, là où elles se sentaient en sécurité. Donc le terme «syndrome de la cabane» est apparu pour expliquer le comportement de ces personnes (mais attention, ce n'est pas un vrai syndrome psychiatrique, il n'y a pas encore eu d'études sur le sujet).

Je pense que c'est sûrement une question de personnalité, mais j'ai remarqué ça moi aussi. En Pologne, le confinement était un peu moins stricte qu'en France, mais il m'est arrivé de ne pas sortir de chez moi pendant 3 ou 4 jours. Ensuite, quand je sortais, je me sentais un peu mal. Je ne dirais pas que j'avais peur, mais je me sentais mal à l'aise. Je regardais les gens avec un peu de méfiance, je n'avais pas envie de parler à qui que ce soit. Et quand je rentrais chez moi après ça, je me sentais soulagé. Parce que même si nous sommes des animaux sociaux, on peut vite devenir des sauvages si on s'isole trop longtemps.

C'est ça que je trouve dangereux. J'ai peur qu'à cause du confinement, le lien social se brise, que les tensions entre les gens augmentent et que nos sociétés se délitent progressivement, qu'elles tombent en morceaux. Bon, je reconnais que c'est une vision très pessimiste. Mais je pense qu'il faut être attentif à tous ces signes, à nos réactions, et faire encore plus d'efforts pour protéger ce lien social (tout en continuant de respecter les gestes barrières pour empêcher la propagation du virus, bien sûr). Donc voilà, si vous êtes confinés, continuez d'appeler vos proches régulièrement, continuez d'avoir un petit mot d'encouragement pour la caissière au supermarché, donnez un pourboire aux livreurs pour les remercier. Bref, faisons tout ce que nous pouvons pour rester des animaux coopératifs.

Merci d'avoir écouté cet épisode jusqu'au bout et surtout, merci de l'avoir attendu patiemment. Moi, je ne fais pas un métier essentiel comme le personnel hospitalier ou les gens qui sont en 1ère ligne, mais si je peux vous aider à vous changer les idées de temps en temps, c'est déjà pas mal ! Donc je vais faire tout mon possible pour ne pas vous laisser tomber et recommencer à publier plus régulièrement. D'ici là, je vous souhaite du courage pour les semaines à venir et je vous dis à bientôt !

#86 - Les effets psychologiques du confinement (2) #86 - Die psychologischen Auswirkungen von Containment (2) #86 - The psychological effects of confinement (2) #86 - Los efectos psicológicos del confinamiento (2) #86 - Gli effetti psicologici del confino (2) #第86回 「監禁の心理的影響(2) #86 - De psychologische effecten van opsluiting (2) #86 - Os efeitos psicológicos do confinamento (2) #86 - Психологические последствия заключения (2) #86 - Hapsetmenin psikolojik etkileri (2) #86 - 禁闭的心理影响 (2) 第86章 坐月子的心理影響(2)

Alors, quel impact le choc du covid a-t-il eu sur notre santé mentale ? Welchen Einfluss hat der Schock von Covid auf unsere geistige Gesundheit? So what impact does the shock of covid have on our mental health?

En mars, la prestigieuse revue médicale The Lancet a publié une synthèse de 24 études menées dans 10 pays différents au moment des épidémies du Sras, d'Ebola et du H1N1. Im März veröffentlichte die renommierte medizinische Fachzeitschrift The Lancet eine Zusammenfassung von 24 Studien, die in 10 verschiedenen Ländern während der Ausbrüche von SARS, Ebola und H1N1 durchgeführt wurden. In March, the prestigious medical journal The Lancet published a synthesis of 24 studies carried out in 10 different countries during the outbreaks of SARS, Ebola and H1N1. Dans cette synthèse, on peut lire que le confinement déclenche une augmentation des dépressions et du stress post-traumatique, autrement dit le stress provoqué par un évènement traumatisant, comme le décès d'un proche par exemple. In dieser Zusammenfassung können wir lesen, dass die Entbindung eine Zunahme von Depressionen und posttraumatischem Stress auslöst, mit anderen Worten den Stress, der durch ein traumatisches Ereignis verursacht wird, wie zum Beispiel den Tod eines geliebten Menschen. In this summary, we can read that confinement triggers an increase in depression and post-traumatic stress, in other words the stress caused by a traumatic event, such as the death of a loved one for example. Il riassunto afferma che la reclusione provoca un aumento della depressione e dello stress post-traumatico, ovvero lo stress causato da un evento traumatico, come la morte di una persona cara. La synthèse indique aussi que certains facteurs favorisent l'apparition de ces troubles psychologiques, par exemple la durée du confinement, le manque de clarté dans la communication des responsables politiques, la peur pour soi ou pour ses proches, mais aussi la précarité économique. Die Zusammenfassung zeigt auch, dass bestimmte Faktoren das Auftreten dieser psychischen Störungen begünstigen, beispielsweise die Dauer der Haft, die mangelnde Klarheit in der Kommunikation der politischen Führer, die Angst um sich selbst oder die ihnen nahestehenden Personen, aber auch die wirtschaftliche Unsicherheit. The synthesis also indicates that certain factors favor the appearance of these psychological disorders, for example the duration of confinement, the lack of clarity in the communication of political leaders, fear for oneself or for those close to them, but also economic precariousness.

Mais, ces conclusions, elles concernaient d'autres épidémies. Diese Schlussfolgerungen betrafen jedoch andere Epidemien. But, these conclusions, they concerned other epidemics. Alors, est-ce qu'on a observé la même chose avec le covid ? Haben wir dasselbe mit dem Covid beobachtet? So, have we observed the same thing with the covid?

Eh bien, oui. Nun ja. Well yes. À présent, on a pas mal de données qui confirment ça. Jetzt haben wir viele Daten, um dies zu bestätigen. Now, we have a lot of data to confirm that. We hebben nu veel gegevens die dit bevestigen. Par exemple, l'institution Santé publique France a lancé une étude dès le début du confinement, mi-mars, pour suivre l'évolution psychologique des Françaises et des Français. Beispielsweise hat die französische Gesundheitseinrichtung Mitte März eine Studie gestartet, um die psychologische Entwicklung der französischen Frauen und Männer zu verfolgen. For example, the French public health institution launched a study from the start of confinement, in mid-March, to follow the psychological evolution of French women and men. Zo startte Santé Publique France een onderzoek zodra de opsluiting begon, half maart, om de psychologische toestand van de Fransen te monitoren. Et sans grande surprise, ses conclusions corroborent celles de la synthèse publiée dans The Lancet. And not surprisingly, its conclusions corroborate those of the synthesis published in The Lancet. En het is niet verrassend dat de conclusies overeenkomen met die van de samenvatting die in The Lancet is gepubliceerd.

Pendant les deux premières semaines du confinement, mes compatriotes étaient en état de choc. During the first two weeks of confinement, my compatriots were in shock. Les troubles psychologiques ont augmenté de manière significative. Psychische Störungen haben signifikant zugenommen. Psychological disorders have increased significantly. Par exemple, le nombre de personnes en état de dépression a doublé. Zum Beispiel hat sich die Anzahl der Menschen mit Depressionen verdoppelt. For example, the number of people with depression has doubled. Habituellement, le taux de personnes en dépression est d'environ 10%. Normalerweise liegt die Rate der Menschen mit Depressionen bei etwa 10%. Usually the rate of people with depression is around 10%. Mais au début du confinement, il est passé à quasiment 20%. But at the start of confinement, it rose to almost 20%.

Aux États-Unis, des médecins de l'Université de Boston ont publié une étude dans le Journal of the American Medical Association, une étude qui a été menée entre le 31 mars et le 14 avril, et leurs conclusions étaient encore plus alarmantes. In the United States, doctors at Boston University published a study in the Journal of the American Medical Association, a study that was conducted between March 31 and April 14, and their findings were even more alarming. Dans ces études, ils ont observé que les symptômes de dépression chez les adultes ont triplé ! In these studies, they observed that symptoms of depression in adults tripled! Ils sont passés de 8,5% à 27,8%. Sie gingen von 8,5% auf 27,8%. They went from 8.5% to 27.8%. Même après les attentats du 11 septembre, ce taux n'était pas aussi élevé (à l'époque, il avait «seulement» doublé). Selbst nach den Anschlägen vom 11. September war diese Rate nicht so hoch (zu der Zeit hatte sie sich "nur" verdoppelt). Even after the September 11 attacks, this rate was not as high (at the time it had “only” doubled).

Ces études confirment aussi la conclusion de la synthèse du Lancet à propos du facteur économique. Diese Studien bestätigen auch die Schlussfolgerung der Lancet-Synthese über den Wirtschaftsfaktor. These studies also confirm the conclusion of the Lancet synthesis about the economic factor. Esses estudos também confirmam a conclusão da síntese do Lancet sobre o fator econômico. Avoir des difficultés financières favorise l'anxiété en période de confinement. Having financial difficulties promotes anxiety when in confinement. De nombreuses personnes ont perdu leur emploi à cause du covid, d'autres se sont retrouvées en chômage partiel. Many people have lost their jobs because of covid, others have found themselves on short-time work. Le chômage partiel, c'est quand une entreprise réduit les heures de travail de ses salariés. Partial unemployment is when a company reduces the working hours of its employees. C'est mieux que de perdre son travail mais ça représente quand même une baisse de revenus significative pour ces employés. Es ist besser als Ihren Job zu verlieren, aber es bedeutet für diese Mitarbeiter immer noch einen erheblichen Einkommensrückgang. It's better than losing your job, but it still represents a significant drop in income for these employees.

Et en plus, ce sont les personnes qui étaient déjà dans une situation économique précaire qui ont été le plus contaminées par le covid. And in addition, it is people who were already in a precarious economic situation who were the most contaminated by covid. Déjà, parce qu'elles exercent souvent une profession qui ne peut pas être faite en télétravail, autrement dit à distance, en restant à la maison. Already, because they often exercise a profession that cannot be done by teleworking, in other words remotely, by staying at home. Ten eerste omdat ze vaak werk hebben dat niet van thuis uit kan worden gedaan, d.w.z. op afstand. Par exemple les caissières, les livreurs, les ouvriers dans les usines etc. Zum Beispiel Kassierer, Lieferboten, Arbeiter in Fabriken usw. For example cashiers, delivery men, workers in factories etc. Por exemplo, caixas, entregadores, trabalhadores em fábricas, etc. Ce sont des métiers pour lesquels il faut être présent physiquement. These are jobs for which you have to be physically present. Donc tous ces gens étaient en première ligne sur le champ de bataille. So all of these people were on the front lines on the battlefield. Et en plus, comme ils vivent dans des quartiers avec une forte densité de population, dans des petits appartements, ça augmente encore le risque de contamination. And in addition, as they live in neighborhoods with a high population density, in small apartments, this further increases the risk of contamination.

En France, une étude de l'Inserm (l'Institut national de la santé et de la recherche médicale) a montré que les familles précaires ont été plus souvent contaminées par le virus et que leur situation économique s'est encore plus dégradée. In France, a study by Inserm (the National Institute of Health and Medical Research) has shown that precarious families have been more often infected by the virus and that their economic situation has deteriorated even more. Aux États-Unis, les médecins de l'Université de Boston ont observé le même phénomène. In the United States, doctors at Boston University have observed the same phenomenon. Dans l'étude que j'ai citée précédemment, on peut voir que 50% des personnes ayant moins de 5 000 dollars d'épargne présentaient des symptômes dépressifs. In der zuvor zitierten Studie ist zu sehen, dass 50% der Menschen mit Ersparnissen von weniger als 5.000 USD depressive Symptome hatten. In the study I cited earlier, it can be seen that 50% of people with less than $ 5,000 in savings had depressive symptoms. Autrement dit, la moitié des personnes qui avaient moins de 5 000 dollars d'économies sur leur compte en banque avaient des symptômes dépressifs. In other words, half of the people who had less than $ 5,000 in savings in their bank account had symptoms of depression. Vous vous rendez compte ? Du realisierst ? You realize ? La moitié ! Hälfte ! Half ! C'est vraiment énorme. It's really huge. Bon, je ne vais pas rentrer dans les détails des symptômes dépressifs, de ce qu'est une dépression etc. Okay, ich werde nicht auf die Details depressiver Symptome eingehen, was Depression ist usw. Okay, so I'm not going to go into the details of depressive symptoms, what depression is etc. Ça pourrait faire l'objet d'un épisode entier. Es könnte das Thema einer ganzen Episode sein. It could be the subject of an entire episode. Mais comme d'habitude, je mettrai le lien vers cette étude et toutes les autres références sur la page de l'épisode sur innerfrench.com. Aber wie immer werde ich den Link zu dieser Studie und allen anderen Referenzen auf die Seite der Episode auf innerfrench.com setzen. But as usual, I'll put the link to this study and all the other references on the episode's page on innerfrench.com.

Un autre facteur aggravant qui était cité par la synthèse publiée dans The Lancet, c'était la durée du confinement. Another aggravating factor that was cited by the summary published in The Lancet was the length of the confinement. Pour les épidémies étudiées précédemment, le confinement n'avait duré que quelques semaines. Für die zuvor untersuchten Epidemien dauerte die Entbindung nur wenige Wochen. For the epidemics studied previously, the confinement lasted only a few weeks. Donc avec le covid, quand les gouvernements ont décidé de confiner leurs citoyens pour plusieurs mois, les experts ont commencé à s'inquiéter. Als sich die Regierungen entschlossen, ihre Bürger für mehrere Monate einzusperren, machten sich Experten Sorgen. So with covid, when governments decided to confine their citizens for several months, experts started to worry.

Au début, certaines personnes se sont réjouies du confinement. Zuerst freuten sich einige Leute über die Entbindung. At first, some people were happy about the confinement. No início, algumas pessoas ficaram felizes com o confinamento. Till en början var en del människor glada över instängningen. Ah oui, «se réjouir de quelque chose», ça signifie «être content de quelque chose». Ah ja, "über etwas glücklich sein", bedeutet "über etwas glücklich sein". Ah yes, "to be happy about something", it means "to be happy about something". Just det, "att vara nöjd med något" betyder "att vara glad över något". Certaines personnes se sont réjouies de pouvoir travailler tranquillement à la maison, de ne plus perdre de temps dans les transports. Some people were happy to be able to work quietly at home, not to waste time in transport. Vissa människor var glada över att kunna arbeta i lugn och ro hemma och inte längre slösa tid på transporter. Elles se sont dit qu'elles allaient pouvoir commencer un nouveau hobby ou redécorer leur appartement. They thought they would be able to start a new hobby or redecorate their apartment. De trodde att de kunde börja med en ny hobby eller renovera sin lägenhet. Bref, elles ont vécu ça un peu comme un jeu. Kurz gesagt, sie haben es ein bisschen wie ein Spiel erlebt. In short, they experienced it a bit like a game. Kort sagt, de såg det som lite av ett spel. Elles ont eu l'impression qu'on leur accordait des vacances à la maison. Sie hatten das Gefühl, zu Hause Urlaub zu machen. They felt like they were being given a vacation at home. Eles se sentiram como se estivessem recebendo férias em casa. De kände att de fick semester hemma.

Je vous avoue que c'était mon cas. Ich gestehe, dass es mein Fall war. I confess that it was my case. Ik moet toegeven dat dit voor mij het geval was. Jag måste erkänna att detta var fallet för mig. Je fais partie des privilégiés qui travaillent à la maison et qui n'ont pas perdu d'argent à cause du covid. I am one of the privileged people who work from home and have not lost money because of the covid. Jag är en av de lyckliga som arbetar hemma och inte har förlorat några pengar på grund av covid. Comme ma famille et la plupart de mes amis vivent dans un autre pays, j'ai déjà l'habitude de leur parler principalement par internet. As my family and most of my friends live in another country, I already used to talk to them mainly through the internet. Eftersom min familj och de flesta av mina vänner bor i ett annat land är jag redan van vid att prata med dem främst via Internet. Le seul changement avec le confinement, c'était que ça me donnait une bonne excuse pour ne plus aller à la salle de sport. The only change with the confinement was that it gave me a good excuse not to go to the gym anymore. Den enda förändringen med inlåsningen var att det gav mig en bra ursäkt att sluta gå till gymmet. Du coup, je me suis dit que j'aurais plus de temps pour faire des podcasts et des vidéos, ou pour apprendre à jouer du piano ! Plötzlich sagte ich mir, dass ich mehr Zeit hätte, Podcasts und Videos zu machen oder Klavier spielen zu lernen! So I told myself that I would have more time to do podcasts and videos, or to learn to play the piano! Så jag trodde att jag skulle få mer tid att göra poddar och videor, eller lära mig spela piano!

Mais au bout de deux semaines, je me suis rendu compte que même en ayant plus de temps, j'étais beaucoup moins productif. Aber nach zwei Wochen wurde mir klar, dass ich trotz mehr Zeit viel weniger produktiv war. But after two weeks, I realized that even with more time, I was much less productive. Men efter två veckor insåg jag att även om jag hade mer tid så var jag mycket mindre produktiv. Je suis tombé dans une sorte de léthargie. I fell into a kind of lethargy. J'avais de plus en plus de mal à me concentrer. It was more and more difficult to concentrate. Jag fick allt svårare att koncentrera mig. Je ne trouvais pas l'énergie d'enregistrer une vidéo, de faire des choses créatives. I couldn't find the energy to record a video, to do creative things. À la place, je passais mes journées à corriger des petits détails sur mon site ou à mettre à jour des exercices dans mes cours, des choses qui ne demandaient pas beaucoup d'efforts. Stattdessen verbrachte ich meine Tage damit, kleine Details auf meiner Website zu korrigieren oder Übungen in meinen Klassen zu aktualisieren, Dinge, die nicht viel Aufwand erforderten. Instead, I spent my days correcting small details on my site or updating exercises in my classes, things that didn't require a lot of effort. Je passais aussi plus de temps à suivre l'actualité, à regarder le nombre de morts. I also spent more time following the news, looking at the death toll. J'étais pris dans une boulimie médiatique alors qu'en temps normal, je suis assez peu l'actualité. Ich war in eine Medienbulimie verwickelt, als ich in normalen Zeiten den Nachrichten nicht folge. I was caught in a media bulimia when in normal times, I do not follow the news. Bref, progressivement, j'ai compris que ce confinement affectait mon bien-être mental plus que je ne l'aurais soupçonné. In short, gradually, I understood that this confinement affected my mental well-being more than I would have suspected. Kortom, ik realiseerde me gaandeweg dat deze opsluiting mijn geestelijk welzijn meer beïnvloedde dan ik me had gerealiseerd. Em suma, aos poucos, compreendi que esse confinamento afetava meu bem-estar mental mais do que eu suspeitava.

En France, il y a un psychiatre et professeur qui s'est intéressé de près à cette question. In France, there is a psychiatrist and professor who took a close interest in this question. In Frankrijk heeft een psychiater en professor zich intensief met deze kwestie beziggehouden. I Frankrike har en psykiater och professor intresserat sig mycket för denna fråga. Il s'appelle Nicolas Franck et il vient de publier un essai intitulé Covid-19 et détresse psychologique : 2020, l'odyssée du confinement. His name is Nicolas Franck and he has just published an essay entitled Covid-19 and psychological distress: 2020, the odyssey of containment. Seu nome é Nicolas Franck e ele acaba de publicar um ensaio intitulado Covid-19 e a angústia psicológica: 2020, a odisséia da contenção. Hans namn är Nicolas Franck och han har just publicerat en uppsats med titeln Covid-19 and psychological distress: 2020, the odyssey of containment. Nicolas Franck dit qu'aujourd'hui, peu de Français sont encore terrorisés par ce virus. Nicolas Franck sagt, dass heute nur noch wenige Franzosen von diesem Virus terrorisiert sind. Nicolas Franck says that today, few French people are still terrorized by this virus. Nicolas Franck zegt dat weinig Fransen nog bang zijn voor dit virus. Nicolas Franck säger att få fransmän fortfarande är livrädda för viruset. Ce qui les dérange vraiment, c'est le confinement imposé par l'État ,la privation de liberté. Was sie wirklich stört, ist die staatlich verhängte Beschränkung, der Freiheitsentzug. What really bothers them is the state-imposed confinement, the deprivation of liberty. Det som verkligen stör dem är den instängdhet som staten påtvingar dem, frihetsberövandet. Pendant plusieurs mois cette année, les Français devaient avoir une autorisation pour sortir de chez eux, et ils n'avaient pas le droit d'aller à plus d'un kilomètre de leur domicile. For several months this year, the French had to have permission to leave their homes, and they were not allowed to go more than a kilometer from their homes. Under flera månader i år behövde fransmännen tillstånd för att lämna sina hem, och de fick inte gå mer än en kilometer från sina hem. Donc c'était assez stricte (mais moins que dans d'autres pays comme la Chine, je sais). So it was pretty strict (but less than in other countries like China, I know). Så det var ganska strikt (men mindre än i andra länder som Kina, jag vet).

On vit à une époque où on a l'impression de pouvoir tout faire sans sortir de chez soi. Wir leben in einer Zeit, in der wir das Gefühl haben, alles tun zu können, ohne unser Zuhause zu verlassen. We live in a time when we feel like we can do everything without leaving our home. We leven in een tijd waarin we het gevoel hebben dat we alles kunnen doen zonder de deur uit te hoeven. Vi lever i en tid då vi tror att vi kan göra vad som helst utan att lämna huset. On peut travailler, se faire livrer à manger, acheter tout ce qu'on veut sur internet et le recevoir deux jours plus tard. You can work, have food delivered, buy whatever you want on the internet and receive it two days later. Je kunt werken, eten laten bezorgen, alles wat je maar wilt op internet kopen en het twee dagen later ontvangen. Você pode trabalhar, mandar entregar comida, comprar o que quiser na internet e receber dois dias depois. Du kan arbeta, få mat levererad, köpa vad du vill på internet och få det två dagar senare. On a accès à une quantité illimitée de divertissement : des films, des séries, des livres, des jeux vidéo. Wir haben Zugang zu einer unbegrenzten Menge an Unterhaltung: Filme, Serien, Bücher, Videospiele. We have access to an unlimited amount of entertainment: movies, series, books, video games. Alors, pourquoi ressent-on un tel mal être quand on est confiné ? Warum fühlen wir uns so schlecht, wenn wir eingesperrt sind? So why do we feel so bad when we are confined?

Selon les experts, un des aspects les plus difficiles à vivre, c'est l'incertitude. Einer der schwierigsten Aspekte ist laut Experten die Unsicherheit. According to experts, one of the most difficult aspects to live with is uncertainty. On ne sait pas combien de temps cette situation va durer. Es ist nicht bekannt, wie lange diese Situation anhalten wird. It is not known how long this situation will last. Est-ce une question de semaines, de mois ou d'années ? Is it a matter of weeks, months or years? Et après le covid-19, est-ce qu'il y aura d'autres virus semblables qui apparaîtront chaque année ? And after covid-19, will there be other similar viruses that appear every year? Est-ce que le confinement va devenir une partie intégrante de nos vies ? Is containment going to become an integral part of our lives?

Sur Brut, un média que je vous recommande souvent, il y a une interview très intéressante de Sébastien Bohler qui est journaliste et rédacteur en chef de la revue Cerveau & Psycho. Auf Brut, einem Medium, das ich Ihnen oft empfehle, gibt es ein sehr interessantes Interview mit Sébastien Bohler, Journalist und Chefredakteur der Zeitschrift Cerveau & Psycho. On Brut, a medium that I often recommend to you, there is a very interesting interview with Sébastien Bohler who is a journalist and editor-in-chief of the journal Cerveau & Psycho. Je vous propose d'en écouter un extrait : Ich schlage vor, Sie hören sich einen Auszug an: I suggest you listen to an extract:

«L'incertitude est quelque chose de très difficilement gérable par le système nerveux humain. „Unsicherheit ist für das menschliche Nervensystem sehr schwer zu bewältigen. “Uncertainty is something very difficult to manage by the human nervous system. “A incerteza é algo muito difícil de controlar pelo sistema nervoso humano. L'être humain est câblé pour essayer de maîtriser son environnement. Menschen sind verdrahtet, um zu versuchen, ihre Umgebung zu kontrollieren. Human beings are wired to try to take control of their environment. […] Nous aimons savoir ce qui va arriver et le contrôler. […] Wir möchten wissen, was passieren wird und es kontrollieren. […] We like to know what's going to happen and to control it. Mais là, nous ne contrôlons plus rien. Aber dort kontrollieren wir nichts mehr. But there, we no longer control anything. […] L'incertitude libère des hormones de stress, elle crée une angoisse, parfois une angoisse existentielle.» […] Unsicherheit setzt Stresshormone frei, sie erzeugt Angst, manchmal existenzielle Angst. “ […] Uncertainty releases stress hormones, it creates anguish, sometimes existential anguish. ”

En France, comme dans beaucoup d'autres pays, il y a eu plusieurs phases de confinement. In France, as in many other countries, there have been several phases of containment. Во Франции, как и во многих других странах, было несколько этапов сдерживания. Une première phase de deux mois, de mi mars à mi mai, puis un deuxième confinement qui a commencé fin octobre et qui devrait durer jusqu'à mi décembre. A first phase of two months, from mid March to mid May, then a second confinement which began at the end of October and which should last until mid December. Первая фаза длилась два месяца, с середины марта до середины мая, затем началась вторая фаза сдерживания, которая началась в конце октября и, как ожидается, продлится до середины декабря.

Pendant le 1er confinement, on s'est serré les coudes, autrement dit on s'est aidés les uns les autres. During the 1st confinement, we stood together, in other words we helped each other. Tijdens de 1e lockdown bleven we bij elkaar, met andere woorden, we hielpen elkaar. Во время первой блокировки мы держались вместе, другими словами, помогали друг другу. Je crois que j'ai déjà utilisé cette expression dans un autre épisode : se serrer les coudes, s'aider mutuellement. I think I used this expression before in another episode: sticking together, helping each other. Acho que já usei essa expressão antes em outro episódio: ficar juntos, ajudar uns aos outros. On s'est dit : «d'accord, c'est la guerre, il faut qu'on soit solidaires si on veut vaincre ce virus.» On s'est adaptés, on a commencé le télétravail, on a mis en place des règles pour protéger les personnes âgées et les personnes à risques. We said to ourselves: "okay, it's war, we have to stand together if we want to defeat this virus." We adapted, we started teleworking, we put in place rules to protect the elderly and those at risk. On en a profité pour prendre des nouvelles d'amis à qui on n'avait pas parlé depuis longtemps. Wir nutzten die Gelegenheit, um mit Freunden einzuchecken, mit denen wir lange nicht mehr gesprochen hatten. We took the opportunity to check in with friends we hadn't spoken to for a long time. On a organisé des soirées sur Skype et sur Zoom. We organized evenings on Skype and Zoom. On a commencé un cours en ligne ou on s'est acheté une console de jeux pour se changer les idées. We started an online course or bought a game console to clear our minds. Bref, on a vécu ça comme un défi à relever. Kurz gesagt, wir haben es als Herausforderung erlebt, es anzunehmen. In short, we experienced it as a challenge to take up. Kortom, we zagen het als een uitdaging.

Mais à l'époque, on croyait qu'un seul confinement suffirait. Zu dieser Zeit glaubte man jedoch, dass eine Sperre ausreichen würde. But at the time, it was believed that one lockdown would suffice. Maar op dat moment dacht men dat een enkele insluiting voldoende zou zijn. On pensait qu'en sacrifiant notre liberté pendant quelques semaines, on viendrait à bout du virus. Wir dachten, dass wir das Virus überwinden würden, wenn wir unsere Freiheit für ein paar Wochen opfern würden. We thought that by sacrificing our freedom for a few weeks, we would overcome the virus. Ah oui, «venir à bout de quelque chose», ça aussi, c'est une bonne expression, ça signifie «vaincre», «battre». Ah ja, "etwas überwinden", auch das ist ein guter Ausdruck, es bedeutet "erobern", "schlagen". Ah yes, "to overcome something", that too, it is a good expression, it means "to conquer", "to beat". Pendant le 1er confinement, on pensait qu'on viendrait à bout du covid rapidement. Während der ersten Entbindung dachten wir, dass wir die Covid schnell loswerden würden. During the 1st confinement, we thought we would get rid of the covid quickly.

Alors, être confinés une 2ème fois, ça a été un coup dur pour le moral des Français. Ein zweites Mal eingesperrt zu sein, war ein schwerer Schlag für die Moral der Franzosen. So being confined a second time was a big blow to the morale of the French. Vous savez peut-être que mes compatriotes sont très attachés à leur liberté. Sie wissen vielleicht, dass meine Landsleute ihrer Freiheit sehr verbunden sind. You may know that my compatriots are very attached to their freedom. Ils n'aiment pas qu'on leur dise quoi faire. Sie mögen es nicht, wenn ihnen gesagt wird, was sie tun sollen. They don't like being told what to do. Alors forcément, ils vivent très mal le fait que l'État leur interdise de sortir de chez eux, d'aller au restaurant ou de partir en vacances. So leben sie unweigerlich sehr schlecht von der Tatsache, dass der Staat ihnen verbietet, ihre Häuser zu verlassen, ins Restaurant zu gehen oder in den Urlaub zu fahren. So inevitably, they live very badly the fact that the State forbids them to leave their homes, to go to the restaurant or to go on vacation. Natuurlijk hebben ze het erg moeilijk wanneer de staat hen verbiedt hun huis te verlaten, naar restaurants te gaan of op vakantie te gaan. Maintenant, quand je demande à mes proches si ça va, certains me répondent «Non, pas trop.» Et ça me fait bizarre. Wenn ich jetzt meine Verwandten frage, ob es in Ordnung ist, sagen einige Leute "Nein, nicht zu viel." Und das macht mich komisch. Now, when I ask my relatives if it's okay, some people say "No, not too much." And that makes me weird. Als ik nu aan mijn vrienden en familie vraag of alles goed gaat, zeggen sommigen van hen "Nee, niet zo veel". En dat geeft me een raar gevoel. Agora, quando pergunto a meus parentes se está tudo bem, algumas pessoas dizem "Não, não muito". E isso me deixa estranho. D'habitude, les gens répondent automatiquement : «ça va et toi ?». Normalerweise antworten die Leute automatisch: "Geht es dir gut und dir?" Usually, people respond automatically: "Are you okay and you?" Mais en ce moment, non. Aber im Moment nein. But at the moment, no. En ce moment, ils n'ont pas le moral. Im Moment sind sie niedergeschlagen. At the moment, they are in low spirits. Et je suis sûr que pour une fois, ce n'est pas une spécificité française, même si on a la réputation d'être les champions du monde du pessimisme. Und ich bin mir sicher, dass es ausnahmsweise keine französische Besonderheit ist, auch wenn wir den Ruf haben, die Weltmeister des Pessimismus zu sein. And I am sure that for once, it is not a French specificity, even if we have the reputation of being the world champions of pessimism.

Maintenant, il y a moins ce côté «effort de guerre». Jetzt gibt es weniger von diesem Aspekt der „Kriegsanstrengung“. Now, there is less of this “war effort” aspect. Nu is er minder van dat 'oorlogsinspanning' aspect. Agora há menos desse lado do “esforço de guerra”. Certaines personnes se demandent même si le confinement a été utile, si ça valait vraiment la peine de faire ces sacrifices. Einige Leute fragen sich sogar, ob die Eindämmung hilfreich war, ob es das Opfer wirklich wert war. Some people even wonder if the containment was helpful, if it was really worth the sacrifice. Évidemment, oui, il y a plusieurs études qui ont montré que les mesures de confinement ont permis de sauver des dizaines de milliers de vies. Ja, es gibt natürlich mehrere Studien, die gezeigt haben, dass die Eindämmungsmaßnahmen Zehntausende von Menschenleben gerettet haben. Obviously, yes, there are several studies that have shown that the containment measures have saved tens of thousands of lives. Natuurlijk, ja, er zijn verschillende onderzoeken die hebben aangetoond dat inperkingsmaatregelen tienduizenden levens hebben gered. C'est un choix que nos sociétés ont fait. Es ist eine Entscheidung, die unsere Gesellschaften getroffen haben. It is a choice that our societies have made. Nous avons choisi de sacrifier un peu de liberté pour sauver des vies. Wir haben beschlossen, ein wenig Freiheit zu opfern, um Leben zu retten. We have chosen to sacrifice a little freedom to save lives. Personnellement, je pense que ça en valait la peine. Personally, I think it was worth it.

Dans tous les cas, on sait à présent que la bataille est loin d'être gagnée et qu'elle va durer plus longtemps que prévu. Auf jeden Fall wissen wir jetzt, dass der Kampf noch lange nicht gewonnen ist und länger dauern wird als erwartet. In any case, we now know that the battle is far from won and that it will last longer than expected. Même avec l'espoir des vaccins qui arrivent, la vie ne semble pas prête de revenir à la normale. Selbst mit der Hoffnung, dass die Impfstoffe eintreffen, scheint das Leben nicht bereit zu sein, zur Normalität zurückzukehren. Even with the hope of the vaccines arriving, life does not seem ready to return to normal. Zelfs met de hoop dat er vaccins komen, ziet het er niet naar uit dat het leven weer normaal zal worden. D'ailleurs, on ne sait pas si après le covid, tout sera exactement comme avant. Außerdem wissen wir nicht, ob nach dem Covid alles genau so sein wird wie zuvor. Moreover, we do not know if after the covid, everything will be exactly as before.

Mais ça, c'est un autre sujet. But that is another subject. Ici, je voulais simplement souligner l'effet que cette incertitude produit sur notre santé mentale. Here, I just wanted to highlight the effect this uncertainty has on our mental health. C'est une source de stress et d'anxiété, notamment pour les jeunes. It is a source of stress and anxiety, especially for young people. Quand on est jeune, on se pose beaucoup de questions sur son avenir. Wenn Sie jung sind, stellen Sie sich viele Fragen über Ihre Zukunft. When you're young, you ask yourself a lot of questions about your future. On se demande quelles études on aimerait faire. We wonder what studies we would like to do. Si on est étudiant, on se demande quel métier on pourra trouver après nos études. If you are a student, you wonder what job you can find after your studies. Alors dans un contexte aussi incertain que maintenant, comment imaginer son futur, comment faire des plans pour l'avenir ? Wie können Sie sich in einem so unsicheren Kontext wie jetzt Ihre Zukunft vorstellen und wie können Sie für die Zukunft planen? So in a context as uncertain as it is now, how can you imagine your future, how can you plan for the future?

Mais le confinement a aussi d'autres effets sur notre cerveau, notamment un auquel je n'avais pas du tout pensé. Die Beschränkung hat aber auch andere Auswirkungen auf unser Gehirn, einschließlich einer, an die ich überhaupt nicht gedacht hatte. But confinement also has other effects on our brains, including one that I hadn't thought of at all. Encore une fois, j'ai appris ça grâce à l'interview de Sébastien Bohler. Once again, I learned that thanks to the interview with Sébastien Bohler. Écoutez bien la suite si vous aussi, vous n'êtes pas très productifs depuis le début du confinement. Hören Sie sich den Rest genau an, wenn auch Sie seit Beginn der Sperrung nicht sehr produktiv waren. Listen carefully to the rest if you, too, have not been very productive since the confinement began. Ça va vous intéresser. Es wird dich interessieren. It will interest you.

En ce moment, beaucoup de nos désirs sont bridés, autrement dit, ils sont restreints. Im Moment werden viele unserer Wünsche zurückgehalten, mit anderen Worten, sie werden eingeschränkt. Right now, many of our desires are restrained, in other words, they are restricted. Par exemple, notre désir de socialisation, de manger au restaurant avec des amis ou de parler avec nos collègues à la machine à café. For example, our desire to socialize, to eat out with friends, or to talk with our colleagues at the coffee machine. On ne peut plus se déplacer librement, en tous cas dans les pays qui sont confinés. Wir können uns nicht mehr frei bewegen, zumindest in Ländern, die begrenzt sind. We can no longer move freely, at least in countries that are confined. Et, réfréner tous ces désirs, ça demande des efforts à notre cerveau, en particulier à notre cortex préfrontal, là où on trouve les fonctions comme la volonté, le contrôle de soi. Und um all diese Wünsche einzudämmen, muss unser Gehirn, insbesondere unser präfrontaler Kortex, Anstrengungen unternehmen, um Funktionen wie Willen und Selbstkontrolle zu finden. And, to curb all these desires, it takes effort from our brain, especially our prefrontal cortex, where we find functions like willpower, self-control. En het beteugelen van al deze verlangens vergt inspanning van onze hersenen, vooral van onze prefrontale cortex, waar we functies zoals wilskracht en zelfcontrole terugvinden. Comme ça consomme beaucoup d'énergie, eh bien on a moins de force pour contrôler nos autres désirs. Da es viel Energie verbraucht, haben wir weniger Kraft, um unsere anderen Wünsche zu kontrollieren. Since it consumes a lot of energy, well we have less strength to control our other desires. Alors, au bout d'un moment, on craque. Also, nach einer Weile knacken wir. So, after a while, we crack. On se laisse aller à des plaisirs sans aucune limite. Wir gönnen uns unbegrenzte Freuden. We indulge in unlimited pleasures. Par exemple, on fait une orgie de nourriture grasse, on regarde des séries toute la nuit… Donc voilà, si vous avez du mal à vous concentrer sur des projets difficiles en ce moment, c'est peut-être parce que le confinement force trop sur votre cortex préfrontal… Zum Beispiel haben wir eine Orgie von fettem Essen, wir schauen uns die ganze Nacht Serien an ... Wenn Sie also im Moment Probleme haben, sich auf schwierige Projekte zu konzentrieren, kann dies daran liegen, dass die Beschränkung zu viel Druck macht Ihr präfrontaler Kortex ... For example, we have an orgy of fatty food, we watch series all night long ... So there you have it, if you are having trouble concentrating on difficult projects at the moment, it may be because the confinement is forcing too much on your prefrontal cortex ... Por exemplo, temos uma orgia de comidas gordurosas, assistimos séries a noite toda ... Então aí está, se você está tendo problemas para se concentrar em projetos difíceis no momento, pode ser porque o confinamento está forçando demais seu córtex pré-frontal ...

Mais ce qui a probablement été encore pire que l'incertitude pour notre santé mentale, c'est l'isolement social. Aber was wahrscheinlich noch schlimmer war als die Unsicherheit für unsere geistige Gesundheit, ist die soziale Isolation. But what has probably been even worse than the uncertainty for our mental health is the social isolation. Je ne vous apprends rien en vous disant que l'être humain est un animal social. Ich sage Ihnen nichts, indem ich Ihnen sage, dass der Mensch ein soziales Tier ist. I am not telling you anything by telling you that the human being is a social animal. Ik vertel je niets nieuws door te zeggen dat mensen sociale dieren zijn. Nous avons besoin d'interagir, d'être en contact avec nos semblables. We need to interact, to be in contact with our fellow human beings. Nous sommes programmés pour coopérer. We are programmed to cooperate. Et ça, ça s'explique par la théorie de l'évolution. And that can be explained by the theory of evolution.

Avant, pour survivre, les êtres humains étaient obligés de coopérer. Früher mussten Menschen zusammenarbeiten, um zu überleben. Before, in order to survive, human beings had to cooperate. Un homme seul face à un mammouth n'avait aucune chance de survivre. Ein Mann allein vor einem Mammut hatte keine Überlebenschance. A man alone with a mammoth had no chance of survival. Il avait forcément besoin de l'aide d'autres membres de sa tribu pour chasser le mammouth et le manger. Er brauchte definitiv die Hilfe anderer Mitglieder seines Stammes, um das Mammut zu jagen und zu essen. He definitely needed the help of other members of his tribe to hunt and eat the mammoth. Ele definitivamente precisava da ajuda de outros membros de sua tribo para caçar e comer o mamute. Donc les rapports sociaux étaient essentiels à notre survie. Soziale Beziehungen waren also überlebenswichtig. So social relationships were essential to our survival. Seuls les individus qui avaient ce désir de coopération pouvaient survivre et avoir des descendants. Nur Personen, die diesen Wunsch nach Zusammenarbeit hatten, konnten überleben und Nachkommen haben. Only individuals who had this desire for cooperation could survive and have descendants. Aujourd'hui, ça peut sembler un peu moins vital, mais ce désir de coopération est toujours ancré dans notre cerveau. Heute mag es etwas weniger wichtig erscheinen, aber dieser Wunsch nach Zusammenarbeit ist immer noch in unserem Gehirn verwurzelt. Today it may seem a little less vital, but this desire for cooperation is still ingrained in our brains.

Le problème, c'est qu'à cause du confinement, on ne peut pas voir les membres de notre famille qui ne vivent pas sous le même toit, on ne peut pas prendre de café avec nos amis ou aller à un concert. Das Problem ist, dass wir aufgrund der Haft unsere Familienmitglieder, die nicht unter einem Dach leben, nicht sehen können, keinen Kaffee mit unseren Freunden trinken oder kein Konzert besuchen können. The problem is that because of the confinement, we can't see our family members who don't live under the same roof, we can't have coffee with our friends or go to a concert. Donc notre désir de contact social est bridé lui aussi. So wird auch unser Wunsch nach sozialem Kontakt eingeschränkt. So our desire for social contact is also curtailed.

Malheureusement, quand on est privés de contact social, on a tendance à développer des comportements compulsifs ou des addictions : fumer, boire de l'alcool, prendre de la drogue… On essaye de combler ce désir de toutes les manières possibles, notamment avec des solutions qui ne sont pas toujours bonnes pour notre santé. Wenn wir keinen sozialen Kontakt mehr haben, neigen wir leider dazu, zwanghafte Verhaltensweisen oder Abhängigkeiten zu entwickeln: Rauchen, Alkohol trinken, Drogen nehmen ... Wir versuchen, diesen Wunsch auf alle möglichen Arten zu befriedigen, insbesondere mit Lösungen, die nicht immer gut für uns sind Gesundheit. Unfortunately, when we are deprived of social contact, we tend to develop compulsive behaviors or addictions: smoking, drinking alcohol, taking drugs ... We try to satisfy this desire in all possible ways, especially with solutions that are not always good for our health. Là aussi, l'étude réalisée par Santé publique France a constaté une augmentation de la consommation de substances psychoactives pendant le confinement. Auch hier ergab die von Public Health France durchgeführte Studie einen Anstieg des Verbrauchs psychoaktiver Substanzen während der Entbindung. Here too, the study carried out by Public Health France found an increase in the consumption of psychoactive substances during confinement.

On pourrait penser que les moyens de communication actuels nous permettent de combler ce désir de contact social. Man könnte denken, dass die gegenwärtigen Kommunikationsmittel es uns ermöglichen, diesen Wunsch nach sozialem Kontakt zu erfüllen. One might think that the current means of communication allow us to fulfill this desire for social contact. C'est vrai qu'on peut appeler et voir nos proches facilement avec notre smartphone. It is true that we can call and see our loved ones easily with our smartphone. Mais certains experts estiment que les écrans ne comblent pas complètement notre désir de contact social, car il manque le contact physique qui est très important lui aussi. But some experts believe that screens do not completely satisfy our desire for social contact, because it lacks the physical contact which is very important too. De nombreuses expériences ont montré que le contact physique réduit le sentiment d'anxiété, par exemple si un proche vous tient la main ou vous embrasse. Viele Experimente haben gezeigt, dass körperlicher Kontakt Angstgefühle reduziert, zum Beispiel wenn ein geliebter Mensch Ihre Hand hält oder Sie küsst. Numerous experiments have shown that physical contact reduces feelings of anxiety, for example if a loved one holds your hand or kisses you. Et malheureusement, ce n'est pas encore possible de le faire avec un smartphone. And unfortunately, it is not yet possible to do this with a smartphone.

Enfin, le dernier danger lié à l'isolement social, c'est ce que certains journalistes ont appelé «le syndrome de la cabane.» À la fin du 1er confinement, au lieu de courir dehors pour profiter de leur liberté, certaines personnes ont préféré continuer de vivre enfermées chez elles. Finally, the last danger linked to social isolation is what some journalists have called "cabin syndrome." At the end of the 1st confinement, instead of running outside to enjoy their freedom, some people preferred to continue living locked in their homes. Finalmente, o último perigo ligado ao isolamento social é o que alguns jornalistas chamam de "síndrome da cabine". Ao final do 1º confinamento, ao invés de sair correndo para desfrutar de sua liberdade, algumas pessoas preferiram continuar vivendo trancadas em suas casas. Elles ont décidé de rester dans leur cocon, dans leur cabane, là où elles se sentaient en sécurité. Sie beschlossen, in ihrem Kokon in ihrer Kabine zu bleiben, wo sie sich sicher fühlten. They decided to stay in their cocoon, in their cabin, where they felt safe. Donc le terme «syndrome de la cabane» est apparu pour expliquer le comportement de ces personnes (mais attention, ce n'est pas un vrai syndrome psychiatrique, il n'y a pas encore eu d'études sur le sujet). So the term "cabin syndrome" appeared to explain the behavior of these people (but beware, this is not a real psychiatric syndrome, there have not yet been studies on the subject).

Je pense que c'est sûrement une question de personnalité, mais j'ai remarqué ça moi aussi. I think it's probably a question of personality, but I've noticed that too. En Pologne, le confinement était un peu moins stricte qu'en France, mais il m'est arrivé de ne pas sortir de chez moi pendant 3 ou 4 jours. In Polen war die Haft etwas weniger streng als in Frankreich, aber es kam mir vor, dass ich mein Zuhause für 3 oder 4 Tage nicht verließ. In Poland, the confinement was a little less strict than in France, but it happened to me not to leave my home for 3 or 4 days. Ensuite, quand je sortais, je me sentais un peu mal. Then when I went out I felt a little bad. Je ne dirais pas que j'avais peur, mais je me sentais mal à l'aise. Ich würde nicht sagen, dass ich Angst hatte, aber ich fühlte mich unwohl. I wouldn't say I was scared, but I did feel uncomfortable. Je regardais les gens avec un peu de méfiance, je n'avais pas envie de parler à qui que ce soit. Ich sah Leute mit ein wenig Misstrauen an, ich wollte mit niemandem reden. I looked at people with a little suspicion, I didn't want to talk to anyone. Et quand je rentrais chez moi après ça, je me sentais soulagé. Und als ich danach nach Hause kam, fühlte ich mich erleichtert. And when I got home after that, I felt relieved. Parce que même si nous sommes des animaux sociaux, on peut vite devenir des sauvages si on s'isole trop longtemps. Denn obwohl wir soziale Tiere sind, können wir schnell zu Wilden werden, wenn wir uns zu lange isolieren. Because even though we are social animals, we can quickly become savages if we isolate ourselves for too long.

C'est ça que je trouve dangereux. Das finde ich gefährlich. This is what I find dangerous. J'ai peur qu'à cause du confinement, le lien social se brise, que les tensions entre les gens augmentent et que nos sociétés se délitent progressivement, qu'elles tombent en morceaux. Ich befürchte, dass aufgrund der Beschränkung die soziale Bindung brechen wird, dass die Spannungen zwischen den Menschen zunehmen werden und dass unsere Gesellschaften allmählich auseinanderfallen, dass sie in Stücke fallen werden. I'm afraid that because of confinement, the social bond will break, that tensions between people will increase and that our societies are gradually disintegrating, that they will fall to pieces. Ik ben bang dat door de opsluiting de sociale banden verbroken zullen worden, de spanningen tussen mensen zullen toenemen en onze samenlevingen geleidelijk zullen desintegreren, uit elkaar zullen vallen. Receio que, devido ao confinamento, o laço social se rompa, que as tensões entre as pessoas aumentem e que nossas sociedades estejam gradualmente se desintegrando, que se desintegrem. Bon, je reconnais que c'est une vision très pessimiste. Okay, I admit that's a very pessimistic view. Mais je pense qu'il faut être attentif à tous ces signes, à nos réactions, et faire encore plus d'efforts pour protéger ce lien social (tout en continuant de respecter les gestes barrières pour empêcher la propagation du virus, bien sûr). But I think we have to be attentive to all these signs, to our reactions, and to make even more efforts to protect this social bond (while continuing to respect the barrier gestures to prevent the spread of the virus, of course). Donc voilà, si vous êtes confinés, continuez d'appeler vos proches régulièrement, continuez d'avoir un petit mot d'encouragement pour la caissière au supermarché, donnez un pourboire aux livreurs pour les remercier. Wenn Sie also eingesperrt sind, rufen Sie Ihre Lieben weiterhin regelmäßig an, ermutigen Sie die Kassiererin im Supermarkt weiterhin ein wenig und geben Sie den Zustellern ein Trinkgeld, um ihnen zu danken. So there you have it, if you are confined, continue to call your loved ones regularly, continue to have a little word of encouragement for the cashier at the supermarket, tip the delivery men to thank them. Bref, faisons tout ce que nous pouvons pour rester des animaux coopératifs. Kurz gesagt, lassen Sie uns alles tun, um kooperative Tiere zu bleiben. In short, let's do all we can to remain cooperative animals. Em suma, vamos fazer tudo o que pudermos para permanecer animais cooperativos.

Merci d'avoir écouté cet épisode jusqu'au bout et surtout, merci de l'avoir attendu patiemment. Thank you for listening to this episode to the end and above all, thank you for waiting patiently. Moi, je ne fais pas un métier essentiel comme le personnel hospitalier ou les gens qui sont en 1ère ligne, mais si je peux vous aider à vous changer les idées de temps en temps, c'est déjà pas mal ! Ich mache keine wesentliche Arbeit wie das Krankenhauspersonal oder die Leute, die in der ersten Reihe stehen, aber wenn ich Ihnen helfen kann, Ihre Meinung von Zeit zu Zeit zu ändern, ist es schon nicht schlecht! Me, I do not do an essential job like the hospital staff or the people who are in the first line, but if I can help you to change your mind from time to time, it's already not bad! Donc je vais faire tout mon possible pour ne pas vous laisser tomber et recommencer à publier plus régulièrement. Also werde ich mein Bestes tun, um dich nicht im Stich zu lassen und regelmäßiger zu posten. So I'll do my best not to let you down and start posting more regularly. D'ici là, je vous souhaite du courage pour les semaines à venir et je vous dis à bientôt ! Until then, I wish you courage for the weeks to come and I say see you soon!