×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

InnerFrench - Vol. 1, #82 - Faut-il arrêter de prendre l'avion? (2)

#82 - Faut-il arrêter de prendre l'avion? (2)

En 2015, les pays du monde entier se sont réunis à Paris pour signer des accords sur la protection de l'environnement, les accords de Paris. Bon ensuite, certains pays ont décidé de sortir de ces accords à cause de décisions de certains présidents, bref… Ce qu'il faut savoir, c'est que l'objectif des accords de Paris, c'est de limiter le réchauffement climatique à +1,5 °C (degrés Celsius, évidemment) d'ici 2050.

Au niveau individuel, qu'est-ce que ça représente ? En fait, si on veut respecter les accords de Paris, il faut que chaque personne n'émette pas plus de deux tonnes de CO2 par an. Alors, ça peut sembler beaucoup. 2 tonnes de CO2, c'est un peu difficile de se rendre compte de ce que ça représente.

Alors pour savoir ça, il y a plein d'outils qui sont disponibles sur internet. Vous pouvez calculer votre budget [en dioxyde de] carbone, combien vous émettez de [dioxyde de] carbone chaque année en fonction de l'endroit où vous vivez, de votre logement, du chauffage, de votre alimentation, est-ce que vous possédez une voiture ou pas, est-ce que vous prenez l'avion souvent, etc. En entrant toutes ces informations, vous pouvez voir combien de tonnes de [dioxyde de] carbone vous émettez chaque année.

Alors moi, je l'ai fait et j'ai été assez choqué des résultats. Par exemple, vous vous rappelez peut-être que l'été dernier, je suis allé passer des vacances en Thaïlande. Et simplement ce voyage pour aller en Thaïlande, ça représente 4 tonnes de CO2. Autrement dit, 2 fois la quantité annuelle que je devrais respecter pour respecter les accords de Paris. Donc voilà, simplement pour aller en Thaïlande 2 semaines, j'ai explosé mon budget de CO2 ! Comme j'habite en Pologne, j'essaye aussi de rentrer en France régulièrement, deux fois par an. J'aimerais bien rentrer un peu plus souvent, mais c'est pas toujours possible. Alors, si je fais deux allers-retours Paris-Varsovie en avion, eh bien ça représente 1,16 tonnes de CO2 : plus de la moitié de mon budget annuel en émissions de CO2 !

Alors, si je prends pas en compte ces vacances en Thaïlande et que j'analyse seulement les émissions qui sont liées à mon mode de vie. Eh bien, là aussi, le verdict est plutôt négatif parce que j'émets 4,5 tonnes de CO2 par an, qui sont liées principalement au chauffage de mon appartement, à mes repas et aux déchets que je produis. Je vis pas dans un très grand appartement, mais c'est quand même quelque chose qui émet beaucoup de CO2 pour pouvoir le chauffer. Surtout qu'en Pologne, il fait plutôt froid l'hiver. Je n'ai pas de voiture. Je n'ai pas besoin, même, de prendre les transports en commun pour aller au travail parce que je travaille à la maison. Je trie mes déchets. Je suis végane (et c'est vrai que l'alimentation végétalienne est meilleure pour l'environnement qu'une alimentation carnée, une alimentation avec de la viande). Mais malgré tout ça, j'émets deux fois plus de CO2 que je le devrais. Donc, quand on voit ce genre de résultat, je peux vous dire que c'est assez décourageant.

Maintenant que j'ai tous ces résultats, la question, c'est : pourquoi je fais rien ? Pourquoi je n'essaye pas de changer la situation ? Et là, je me rends compte que j'utilise un peu les mêmes arguments que ceux que j'entends souvent chez les personnes qui ne veulent pas arrêter de manger de la viande. Je sais que prendre l'avion, c'est mauvais pour l'environnement. Mais moi, j'adore partir en vacances. J'ai pas envie de me priver de mes vacances. J'en ai besoin parce que je travaille dur toute l'année. Donc voilà, je mérite des vacances l'été ! Et là, on peut me dire : «Oui, mais tu pourrais partir en vacances en Pologne, par exemple.» En Pologne, il y a la mer, il y a la montagne. Je pourrais y aller en train. Et il y aurait beaucoup moins d'émissions de CO2.

Bon, ça, ok. Mais d'un autre côté, je dois rentrer en France. J'ai pas le choix ! Ma famille est là-bas. Je dois voir ma famille. Oui, mais là, on pourrait me dire de prendre le train. Ah oui, mais prendre le train, c'est difficile. C'est vrai que l'avion est plus rapide et souvent moins cher que les autres modes de transport. Par exemple, si je voulais rentrer à Paris en train depuis Varsovie, ça serait deux fois plus cher et trois fois plus longs qu'en avion. En plus, il faudrait que je prenne 3 trains différents. Donc, c'est vraiment pas pratique.

Bon, ces difficultés, elles sont pas insurmontables. «Insurmontable», ça veut dire que quelque chose est impossible à surmonter, à dépasser. Par exemple, on dit souvent «un obstacle insurmontable», ça veut dire qu'on ne peut pas dépasser cet obstacle. Ces difficultés, elles ne sont pas insurmontables, mais pour être honnête, je ne suis pas prêt à faire ce genre de sacrifices.

Et là, je pense qu'on touche au coeur du problème. Arrêter de prendre l'avion pour diminuer ses émissions de CO2, ça demande de sacrifier du temps, de l'argent, du confort ou du plaisir. Et la vérité, c'est que peu de personnes, moi y compris, sont prêtes à faire ces sacrifices. Je sais qu'une fois, une auditrice du podcast avait envoyé un témoignage où elle disait qu'elle ne prenait pas l'avion, justement, pour protéger l'environnement et j'avais trouvé ça très courageux. Mais moi, je ne suis pas prêt à faire ce genre de sacrifices alors que je suis conscient des dangers, des risques que ça représente pour l'environnement, que voyager n'est pas non plus une passion pour moi. Je pense que je pourrais m'en passer. Je pourrais faire sans. Je pourrais ne pas voyager dans des pays exotiques. Mais comment est-ce qu'on peut renoncer à tout ça ?

Et en plus, c'est assez décourageant quand on voit que d'autres personnes, peut-être un peu moins conscientes que nous, ou encore plus égoïstes que nous, ne se privent pas de le faire, et qu'elles publient leurs photos sur Instagram pour nous montrer un super coucher de soleil à Bali. Et nous, on est chez nous, dans notre canapé, en face de Netflix et on est jaloux de tout ça. À ce moment-là, on peut avoir l'impression d'avoir fait tous ces sacrifices pour rien, alors que d'autres continuent d'en profiter et de vivre leur vie sans faire aucun sacrifice.

Alors, quelles solutions existent pour essayer de résoudre ce dilemme ?

Déjà, on peut se demander ce que les Etats pourraient faire. En France, l'année dernière, il y a eu une proposition de loi pour supprimer les vols internes quand une liaison de train existe et que cette liaison de train prend seulement 2h30 de plus, qu'il y a seulement 2h30 de différence entre le vol en avion et le même trajet en train. Mais cette proposition de loi, malheureusement, a été rejetée.

Une autre raison, c'est qu'en France, les vols sont très peu taxés. C'est pour ça qu'ils sont si peu chers. Alors, ça pourrait être une bonne idée de taxer le kérosène (autrement dit, l'essence qu'on utilise pour les avions). Parce qu'aujourd'hui, le kérosène n'est pas taxé donc c'est pas très cher pour les avions d'acheter du carburant, contrairement à l'essence pour les voitures. L'essence pour les voitures, elle, elle est taxée. Et c'est pareil en ce qui concerne la TVA. Vous savez, en Europe, on a une taxe spéciale sur la consommation, la taxe sur la valeur ajoutée. Et en France, cette TVA sur les vols internationaux, elle bénéficie d'un taux réduit de seulement 10% alors que le taux normal, c'est 20%.

Et là, vous vous demandez peut-être : mais pourquoi les vols sont si peu taxés. Pourquoi les vols sont moins taxés que les trajets en train ou en voiture, par exemple ? En tout cas, moi, je me suis posé la question. Et l'explication, c'est qu'après la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements ont voulu reconvertir l'aviation militaire en aviation civile, encourager les gens à prendre l'avion pour aller dans les autres pays, pour se connaître, etc. Donc c'est pour ça que les vols étaient très peu taxés. Mais bon, aujourd'hui, c'est plus le même contexte. On est dans une nouvelle guerre, la guerre climatique, donc ça n'a pas vraiment de sens de moins taxer les vols que les autres formes de transport.

Et puis, il faut savoir que dans beaucoup de pays, le secteur de l'aviation représente un poids important dans l'économie. Par exemple en France, l'aviation représente plus de 100 000 emplois directs. Vous connaissez peut-être l'entreprise Airbus qui produit des avions. C'est le principal concurrent de Boeing. Eh bien il y a beaucoup d'usines Airbus, de lieux d'assemblage, qui se trouvent en France, notamment à Toulouse. Comme c'est un secteur important, l'Etat continue d'essayer de le stimuler, notamment avec des taxes qui restent faibles.

Alors, peut-être que la responsabilité en incombe aux entreprises. Peut-être que ce sont les entreprises qui doivent faire des efforts pour limiter les émissions de CO2 de l'aviation.

On entend de plus en plus souvent parler de l'avion vert. Ça serait un avion qui serait capable de voler en ayant des émissions de CO2 très faibles grâce à des améliorations techniques qui permettraient d'utiliser moins de carburant, ou alors des énergies moins polluantes. Mais beaucoup d'experts pensent que c'est plus un rêve qu'une réalité. Il y a eu déjà beaucoup d'améliorations techniques ces 20, 30 dernières années. Donc, il est peu probable que d'ici 2050, les entreprises réussissent à produire un avion vert, un avion, par exemple, qui soit… qui fonctionne grâce à l'électricité. C'est plus un rêve qu'une réalité envisageable.

L'autre solution, un peu plus réaliste et qui est déjà en place, c'est, comme je l'ai dit en introduction, les compensations de CO2. La façon dont ça fonctionne, c'est que les passagers donnent de l'argent, quand ils achètent leur billet d'avion, ils payent un supplément. Et cet argent est utilisé pour planter des arbres ou pour développer des zones agricoles. Grâce à ça, grâce à ces plantes, ces arbres, on peut créer des puits de CO2, autrement dit des zones qui vont absorber le dioxyde de carbone et qui vont permettre d'être à l'équilibre, que les émissions soient compensées par tous ces arbres, toutes ces zones agricoles qu'on va planter.

Le problème, c'est que planter des arbres, ça ne suffit pas. Ça demande des compétences en gestion de forêts et ça demande de suivre ces arbres et leur croissance sur plusieurs dizaines d'années. Il y a eu une tentative avec un programme en Turquie, où 11 millions d'arbres ont été plantés en novembre 2019 et seulement quelques mois plus tard, la plupart de ces arbres étaient déjà morts. Donc ce sont des beaux projets sur le papier, mais ensuite ils ne sont pas toujours bien réalisés.

Un autre problème, c'est que planter tous ces arbres, eh bien ça demande des surfaces importantes. Par exemple, si on voulait seulement compenser les émissions de CO2 du secteur aérien, il faudrait une forêt qui fasse la taille de 2,2 fois la France. Donc, il faudrait une forêt qui fasse 2,2 fois la taille de la France pour pouvoir absorber tout le CO2 qui est émis par le transport aérien. Le problème, c'est qu'il y a d'autres secteurs qui produisent encore plus de CO2 que le transport aérien. Vous le savez, j'en ai parlé un peu plus tôt. Alors, comment on fait ? Est-ce qu'on pourrait planter suffisamment d'arbres ? Est-ce qu'il y aurait assez de place pour pouvoir compenser les émissions de CO2 de tous ces secteurs ? C'est assez peu réaliste.

Bref, ce mécanisme de compensation de CO2, c'est mieux que rien, comme on dit en français, «c'est mieux que rien», mais c'est pas une solution miracle. Non seulement, elle ne compense pas vraiment les émissions de CO2. Mais en plus, elle retarde les transitions nécessaires. On pense que c'est une solution efficace et qu'on n'a pas besoin de faire d'autres efforts. Mais là aussi, c'est plutôt une illusion.

Alors maintenant, il reste la société civile. Vous et moi, qu'est-ce qu'on peut faire pour essayer d'améliorer la situation ?

En fait, le vrai changement, il doit venir de la demande, de nous. On doit changer nos habitudes et nos attitudes par rapport à l'avion. Ça peut sembler difficile, mais dans certains pays, ça commence déjà à apparaître. Par exemple, en Suède, il y a un nouveau mot qui est apparu : «flygskam». Ça veut dire (bon, excusez mon accent suédois, je ne parle pas du tout suédois) mais c'est «la honte de prendre l'avion». En français, on a trouvé l'équivalent «avihonte» (donc a-v-i-h-o-n-t-e). C'est un mélange de «avion» et du mot «honte», quand on a honte de quelque chose. De plus en plus de personnes ont honte de prendre l'avion. Par exemple, j'ai des amis qui sont allés en vacances au Mexique, il y a quelques temps, et ils m'ont dit que beaucoup de personnes autour d'eux ont essayé de les faire culpabiliser en leur disant que ce n'était pas raisonnable de prendre l'avion pour aller aussi loin, que c'était mauvais pour l'environnement, etc.

Donc, il y a une espèce de pression sociale qui commence à apparaître. Et la pression sociale, c'est toujours un bon moteur de changement. Quand partir en vacances à l'autre bout du monde ne suscitera plus l'admiration de vos amis, mais au contraire leur mépris, à ce moment-là, ça sera plus facile d'y renoncer.

Ça sera aussi plus facile de renoncer à ces longs voyages quand il y aura davantage d'alternatives. Et ça aussi, ça se développe beaucoup, ce qu'on appelle le tourisme local, quand vous partez en vacances pas très loin de chez vous, en train, par exemple. En France, c'est super parce que la France a beaucoup de régions magnifiques. Donc, on est très chanceux. On a aussi la mer, la montagne. C'est très facile de partir en vacances en France. Mais en règle générale, quand les gens vont redécouvrir leur pays, redécouvrir qu'il y a des destinations très sympas pas très loin de chez eux, eh bien ils vont peut-être arrêter d'avoir ce réflexe de prendre des billets d'avion pour partir à l'autre bout du monde.

Les mentalités ont besoin de temps pour évoluer. C'est pas un changement qui va se produire du jour au lendemain. Mais parfois, il suffit de pas grand-chose pour obtenir de bons résultats. Par exemple, moi, je suis loin d'être parfait en matière d'environnement. Je pense que j'ai encore beaucoup d'efforts à faire. Mais grâce à ce podcast, j'ai pu influencer certains d'entre vous. Par exemple, il y a quelques jours, Juan a laissé un commentaire sur l'épisode au sujet de la menace plastique, de la pollution plastique dans les océans. Et dans ce commentaire, il disait : «Je vais commencer une initiative dans mon université pour réduire l'utilisation du plastique au resto U» (autrement dit, au resto universitaire, la cantine pour les étudiants).

Donc voilà, vous voyez parfois en faisant… simplement en discutant de ça, en en parlant autour de vous, ça peut avoir… ça peut inspirer d'autres personnes. Comme ça, vous pouvez continuer de ne rien faire en espérant que les autres feront tout le travail à votre place !

Voilà, c'est la fin de cet épisode. Je vois que j'ai dépassé les 30 minutes. Encore une fois, je n'ai pas réussi à tenir ma promesse. Bon, peut-être la prochaine fois. Comme je vous l'ai dit, je vais faire une petite pause. Profitez bien de vos vacances si vous en avez. N'oubliez pas de faire un peu de français tous les jours et on se retrouve au mois de septembre. Bonnes vacances, ciao !

#82 - Faut-il arrêter de prendre l'avion? (2) #82 - Sollten wir aufhören zu fliegen? (2) #82 - Should we stop flying (2) #82 - ¿Debemos dejar de volar? (2) #82 - Dovremmo smettere di volare (2) #82 - 飛行機を止めるべきか (2) #82 - Moeten we stoppen met vliegen (2) #82 - Devemos deixar de voar (2) #82 - Стоит ли прекращать полеты (2) #82 - Borde vi sluta flyga (2) #82 - Uçmayı bırakmalı mıyız (2) #82 - 我们是否应该停止飞行 (2)

En 2015, les pays du monde entier se sont réunis à Paris pour signer des accords sur la protection de l'environnement, les accords de Paris. In 2015, countries around the world gathered in Paris to sign agreements on environmental protection, the Paris Agreements. Bon ensuite, certains pays ont décidé de sortir de ces accords à cause de décisions de certains présidents, bref… Ce qu'il faut savoir, c'est que l'objectif des accords de Paris, c'est de limiter le réchauffement climatique à +1,5 °C (degrés Celsius, évidemment) d'ici 2050. Well then, some countries have decided to leave these agreements because of decisions of certain presidents, in short ... What you should know is that the objective of the Paris agreements is to limit global warming to +1.5 ° C (degrees Celsius, obviously) by 2050. O que precisa de saber é que o objetivo dos acordos de Paris é limitar o aquecimento global a +1,5°C (graus Celsius, obviamente) até 2050.

Au niveau individuel, qu'est-ce que ça représente ? At the individual level, what does it represent? En fait, si on veut respecter les accords de Paris, il faut que chaque personne n'émette pas plus de deux tonnes de CO2 par an. In fact, if we want to respect the Paris agreements, each person must not emit more than two tonnes of CO2 per year. De facto, se quisermos cumprir os acordos de Paris, cada pessoa não deve emitir mais do que duas toneladas de CO2 por ano. Alors, ça peut sembler beaucoup. So that may sound like a lot. 2 tonnes de CO2, c'est un peu difficile de se rendre compte de ce que ça représente. 2 tons of CO2, it's a little difficult to realize what that represents. 2 toneladas de CO2 é um pouco difícil de imaginar.

Alors pour savoir ça, il y a plein d'outils qui sont disponibles sur internet. So to find out, there are plenty of tools available on the internet. Vous pouvez calculer votre budget [en dioxyde de] carbone, combien vous émettez de [dioxyde de] carbone chaque année en fonction de l'endroit où vous vivez, de votre logement, du chauffage, de votre alimentation, est-ce que vous possédez une voiture ou pas, est-ce que vous prenez l'avion souvent, etc. You can calculate your carbon [dioxide] budget, how much carbon [dioxide] you emit each year depending on where you live, where you live, where you live, how much heat you eat, how much do you have. a car or not, do you fly often, etc. Pode calcular o seu orçamento [de dióxido de carbono], a quantidade de [dióxido de carbono] que emite por ano, dependendo do local onde vive, do alojamento, do aquecimento, da alimentação, do facto de ter ou não carro, da frequência com que viaja de avião, etc. En entrant toutes ces informations, vous pouvez voir combien de tonnes de [dioxyde de] carbone vous émettez chaque année. By entering all of this information, you can see how many tonnes of [carbon dioxide] you are emitting each year.

Alors moi, je l'ai fait et j'ai été assez choqué des résultats. So I did, and I was quite shocked by the results. Par exemple, vous vous rappelez peut-être que l'été dernier, je suis allé passer des vacances en Thaïlande. For example, you might remember that last summer I went for a vacation to Thailand. Et simplement ce voyage pour aller en Thaïlande, ça représente 4 tonnes de CO2. And simply this trip to go to Thailand, that represents 4 tons of CO2. Autrement dit, 2 fois la quantité annuelle que je devrais respecter pour respecter les accords de Paris. In other words, twice the annual quantity that I would have to respect to respect the Paris agreements. Donc voilà, simplement pour aller en Thaïlande 2 semaines, j'ai explosé mon budget de CO2 ! So there you have it, just to go to Thailand for 2 weeks, I exploded my CO2 budget! Comme j'habite en Pologne, j'essaye aussi de rentrer en France régulièrement, deux fois par an. As I live in Poland, I also try to return to France regularly, twice a year. J'aimerais bien rentrer un peu plus souvent, mais c'est pas toujours possible. I would like to come home a little more often, but it's not always possible. Gostava de vir a casa mais vezes, mas nem sempre é possível. Alors, si je fais deux allers-retours Paris-Varsovie en avion, eh bien ça représente 1,16 tonnes de CO2 : plus de la moitié de mon budget annuel en émissions de CO2 ! So, if I make two Paris-Warsaw return trips by plane, well that represents 1.16 tonnes of CO2: more than half of my annual budget in CO2 emissions!

Alors, si je prends pas en compte ces vacances en Thaïlande et que j'analyse seulement les émissions qui sont liées à mon mode de vie. So, if I do not take into account these vacations in Thailand and only analyze the emissions that are related to my lifestyle. Eh bien, là aussi, le verdict est plutôt négatif parce que j'émets 4,5 tonnes de CO2 par an, qui sont liées principalement au chauffage de mon appartement, à mes repas et aux déchets que je produis. Well, here too, the verdict is rather negative because I emit 4.5 tonnes of CO2 per year, which is mainly linked to the heating of my apartment, my meals and the waste I produce. Bem, também aqui o veredito é bastante negativo, porque emito 4,5 toneladas de CO2 por ano, principalmente devido ao aquecimento do meu apartamento, às minhas refeições e aos resíduos que produzo. Je vis pas dans un très grand appartement, mais c'est quand même quelque chose qui émet beaucoup de CO2 pour pouvoir le chauffer. I don't live in a very large apartment, but it's still something that emits a lot of CO2 to be able to heat it. Surtout qu'en Pologne, il fait plutôt froid l'hiver. Especially in Poland, it is rather cold in winter. Especialmente porque no inverno faz muito frio na Polónia. Je n'ai pas de voiture. I do not have a car. Je n'ai pas besoin, même, de prendre les transports en commun pour aller au travail parce que je travaille à la maison. I don't even need to take public transport to work because I work from home. Je trie mes déchets. I sort my waste. Ik sorteer mijn afval. Eu separo o meu lixo. Je suis végane (et c'est vrai que l'alimentation végétalienne est meilleure pour l'environnement qu'une alimentation carnée, une alimentation avec de la viande). I am vegan (and it is true that a vegan diet is better for the environment than a meat diet, a diet with meat). Mais malgré tout ça, j'émets deux fois plus de CO2 que je le devrais. But despite all that, I emit twice as much CO2 as I should. Mas, apesar de tudo isto, emito o dobro do CO2 que deveria emitir. Donc, quand on voit ce genre de résultat, je peux vous dire que c'est assez décourageant. So when we see this kind of result, I can tell you that it is quite disheartening.

Maintenant que j'ai tous ces résultats, la question, c'est : pourquoi je fais rien ? Now that I have all these results, the question is: why am I doing nothing? Agora que tenho todos estes resultados, a questão é: porque é que não estou a fazer nada? Pourquoi je n'essaye pas de changer la situation ? Why am I not trying to change the situation? Et là, je me rends compte que j'utilise un peu les mêmes arguments que ceux que j'entends souvent chez les personnes qui ne veulent pas arrêter de manger de la viande. And there, I realize that I'm using a bit of the same arguments that I often hear from people who don't want to stop eating meat. E agora apercebo-me que estou a usar alguns dos mesmos argumentos que ouço frequentemente de pessoas que não querem deixar de comer carne. Je sais que prendre l'avion, c'est mauvais pour l'environnement. I know that flying is bad for the environment. Eu sei que voar é mau para o ambiente. Mais moi, j'adore partir en vacances. But I love going on vacation. J'ai pas envie de me priver de mes vacances. I don't want to deprive myself of my vacation. J'en ai besoin parce que je travaille dur toute l'année. I need it because I work hard all year round. Donc voilà, je mérite des vacances l'été ! So there you have it, I deserve a summer vacation! E pronto, eu mereço umas férias de verão! Et là, on peut me dire : «Oui, mais tu pourrais partir en vacances en Pologne, par exemple.» En Pologne, il y a la mer, il y a la montagne. And then you can say to me: "Yes, but you could go on vacation to Poland, for example." In Poland, there is the sea, there is the mountain. E depois as pessoas dizem-me: "Sim, mas podíamos ir de férias para a Polónia, por exemplo. Na Polónia, há o mar, há as montanhas. Je pourrais y aller en train. I could go by train. Et il y aurait beaucoup moins d'émissions de CO2. And there would be a lot less CO2 emissions.

Bon, ça, ok. Well, that, okay. Mais d'un autre côté, je dois rentrer en France. But on the other hand, I have to go back to France. Mas, por outro lado, tenho de regressar a França. J'ai pas le choix ! I have no choice ! Ma famille est là-bas. My family is there. Je dois voir ma famille. I have to see my family. Oui, mais là, on pourrait me dire de prendre le train. Yes, but there, you could tell me to take the train. Ah oui, mais prendre le train, c'est difficile. Ah yes, but taking the train is difficult. C'est vrai que l'avion est plus rapide et souvent moins cher que les autres modes de transport. It is true that the plane is faster and often cheaper than other modes of transport. Par exemple, si je voulais rentrer à Paris en train depuis Varsovie, ça serait deux fois plus cher et trois fois plus longs qu'en avion. For example, if I wanted to return to Paris by train from Warsaw, it would be twice as expensive and three times longer than by plane. En plus, il faudrait que je prenne 3 trains différents. In addition, I would have to take 3 different trains. Bovendien zou ik 3 verschillende treinen moeten nemen. Donc, c'est vraiment pas pratique. So, it's really not practical.

Bon, ces difficultés, elles sont pas insurmontables. Well, these difficulties, they are not insurmountable. «Insurmontable», ça veut dire que quelque chose est impossible à surmonter, à dépasser. “Insurmountable” means that something is impossible to overcome, to overcome. Par exemple, on dit souvent «un obstacle insurmontable», ça veut dire qu'on ne peut pas dépasser cet obstacle. For example, we often say “an insurmountable obstacle”, which means that we cannot overcome this obstacle. Ces difficultés, elles ne sont pas insurmontables, mais pour être honnête, je ne suis pas prêt à faire ce genre de sacrifices. These difficulties, they are not insurmountable, but to be honest, I am not ready to make these kinds of sacrifices.

Et là, je pense qu'on touche au coeur du problème. And there, I think we are getting to the heart of the problem. Arrêter de prendre l'avion pour diminuer ses émissions de CO2, ça demande de sacrifier du temps, de l'argent, du confort ou du plaisir. Stopping taking the plane to reduce your CO2 emissions requires sacrificing time, money, comfort or pleasure. Et la vérité, c'est que peu de personnes, moi y compris, sont prêtes à faire ces sacrifices. And the truth is, few people, including me, are ready to make these sacrifices. Je sais qu'une fois, une auditrice du podcast avait envoyé un témoignage où elle disait qu'elle ne prenait pas l'avion, justement, pour protéger l'environnement et j'avais trouvé ça très courageux. I know that once, a podcast listener sent a testimony where she said that she did not fly, precisely, to protect the environment and I found that very courageous. Mais moi, je ne suis pas prêt à faire ce genre de sacrifices alors que je suis conscient des dangers, des risques que ça représente pour l'environnement, que voyager n'est pas non plus une passion pour moi. But I am not ready to make these kinds of sacrifices when I am aware of the dangers, the risks that this represents for the environment, that traveling is not a passion for me either. Je pense que je pourrais m'en passer. I think I could do without it. Je pourrais faire sans. I could do without. Je pourrais ne pas voyager dans des pays exotiques. I might not travel to exotic countries. Mais comment est-ce qu'on peut renoncer à tout ça ? But how can we give up all that?

Et en plus, c'est assez décourageant quand on voit que d'autres personnes, peut-être un peu moins conscientes que nous, ou encore plus égoïstes que nous, ne se privent pas de le faire, et qu'elles publient leurs photos sur Instagram pour nous montrer un super coucher de soleil à Bali. And in addition, it's quite discouraging when we see that other people, perhaps a little less aware than us, or even more selfish than us, do not hesitate to do it, and that they publish their photos on Instagram to show us a great sunset in Bali. Et nous, on est chez nous, dans notre canapé, en face de Netflix et on est jaloux de tout ça. And we are at home, on our sofa, in front of Netflix and we are jealous of it all. À ce moment-là, on peut avoir l'impression d'avoir fait tous ces sacrifices pour rien, alors que d'autres continuent d'en profiter et de vivre leur vie sans faire aucun sacrifice. At that point, one may feel like one has made all those sacrifices for nothing, while others continue to enjoy them and live their lives without making any sacrifices.

Alors, quelles solutions existent pour essayer de résoudre ce dilemme ? So what solutions exist to try to resolve this dilemma?

Déjà, on peut se demander ce que les Etats pourraient faire. Already, one can wonder what the States could do. En France, l'année dernière, il y a eu une proposition de loi pour supprimer les vols internes quand une liaison de train existe et que cette liaison de train prend seulement 2h30 de plus, qu'il y a seulement 2h30 de différence entre le vol en avion et le même trajet en train. In France, last year, there was a bill to suppress internal flights when a train connection exists and this train connection takes only 2h30 more, that there is only 2h30 of difference between the flight by plane and the same journey by train. Mais cette proposition de loi, malheureusement, a été rejetée. But this bill, unfortunately, was rejected.

Une autre raison, c'est qu'en France, les vols sont très peu taxés. Another reason is that in France, flights are taxed very little. C'est pour ça qu'ils sont si peu chers. That's why they're so inexpensive. Alors, ça pourrait être une bonne idée de taxer le kérosène (autrement dit, l'essence qu'on utilise pour les avions). So it might be a good idea to tax kerosene (in other words, the gasoline we use for airplanes). Het is dus misschien een goed idee om belasting te heffen op paraffine (met andere woorden, de benzine die we gebruiken voor vliegtuigen). Parce qu'aujourd'hui, le kérosène n'est pas taxé donc c'est pas très cher pour les avions d'acheter du carburant, contrairement à l'essence pour les voitures. Because today kerosene is not taxed so it's not very expensive for planes to buy fuel, unlike gasoline for cars. L'essence pour les voitures, elle, elle est taxée. Gasoline for cars, it is taxed. Et c'est pareil en ce qui concerne la TVA. And it's the same with VAT. Vous savez, en Europe, on a une taxe spéciale sur la consommation, la taxe sur la valeur ajoutée. You know, in Europe, we have a special tax on consumption, the value added tax. Et en France, cette TVA sur les vols internationaux, elle bénéficie d'un taux réduit de seulement 10% alors que le taux normal, c'est 20%. And in France, this VAT on international flights benefits from a reduced rate of only 10% while the normal rate is 20%.

Et là, vous vous demandez peut-être : mais pourquoi les vols sont si peu taxés. And there you may be wondering: but why are flights taxed so little. Pourquoi les vols sont moins taxés que les trajets en train ou en voiture, par exemple ? Why are flights taxed less than journeys by train or car, for example? En tout cas, moi, je me suis posé la question. In any case, I asked myself the question. Et l'explication, c'est qu'après la Seconde Guerre mondiale, les gouvernements ont voulu reconvertir l'aviation militaire en aviation civile, encourager les gens à prendre l'avion pour aller dans les autres pays, pour se connaître, etc. And the explanation is that after World War II, governments wanted to convert military aviation into civil aviation, encourage people to take the plane to go to other countries, to get to know each other, etc. En de verklaring is dat regeringen na de Tweede Wereldoorlog de militaire luchtvaart wilden omvormen tot burgerluchtvaart, om mensen aan te moedigen naar andere landen te vliegen, elkaar te leren kennen enzovoort. Donc c'est pour ça que les vols étaient très peu taxés. So that's why the flights were taxed very little. Mais bon, aujourd'hui, c'est plus le même contexte. But hey, today it's no longer the same context. On est dans une nouvelle guerre, la guerre climatique, donc ça n'a pas vraiment de sens de moins taxer les vols que les autres formes de transport. We're in a new war, the climate war, so it doesn't really make sense to tax flights less than other forms of transport.

Et puis, il faut savoir que dans beaucoup de pays, le secteur de l'aviation représente un poids important dans l'économie. And then, you should know that in many countries, the aviation sector represents a significant weight in the economy. Par exemple en France, l'aviation représente plus de 100 000 emplois directs. For example in France, aviation represents more than 100,000 direct jobs. Vous connaissez peut-être l'entreprise Airbus qui produit des avions. You may be familiar with the Airbus company that produces airplanes. C'est le principal concurrent de Boeing. It is Boeing's main competitor. Eh bien il y a beaucoup d'usines Airbus, de lieux d'assemblage, qui se trouvent en France, notamment à Toulouse. Well, there are a lot of Airbus factories, assembly sites, which are located in France, notably in Toulouse. Comme c'est un secteur important, l'Etat continue d'essayer de le stimuler, notamment avec des taxes qui restent faibles. As it is an important sector, the State continues to try to stimulate it, in particular with taxes which remain low.

Alors, peut-être que la responsabilité en incombe aux entreprises. Ίσως λοιπόν η ευθύνη βαρύνει τις εταιρείες. So maybe the responsibility lies with the companies. Dus misschien ligt de verantwoordelijkheid bij de bedrijven. Peut-être que ce sont les entreprises qui doivent faire des efforts pour limiter les émissions de CO2 de l'aviation. Maybe it's the companies that need to make efforts to limit CO2 emissions from aviation.

On entend de plus en plus souvent parler de l'avion vert. We hear more and more often about the green plane. Ça serait un avion qui serait capable de voler en ayant des émissions de CO2 très faibles grâce à des améliorations techniques qui permettraient d'utiliser moins de carburant, ou alors des énergies moins polluantes. It would be a plane that would be able to fly with very low CO2 emissions thanks to technical improvements that would make it possible to use less fuel, or less polluting energies. Mais beaucoup d'experts pensent que c'est plus un rêve qu'une réalité. But many experts believe it's more of a dream than a reality. Il y a eu déjà beaucoup d'améliorations techniques ces 20, 30 dernières années. There have already been a lot of technical improvements in the last 20, 30 years. Donc, il est peu probable que d'ici 2050, les entreprises réussissent à produire un avion vert, un avion, par exemple, qui soit… qui fonctionne grâce à l'électricité. So it is unlikely that by 2050, companies will succeed in producing a green airplane, an airplane, for example, that is… that runs on electricity. C'est plus un rêve qu'une réalité envisageable. It's more of a dream than an imaginable reality.

L'autre solution, un peu plus réaliste et qui est déjà en place, c'est, comme je l'ai dit en introduction, les compensations de CO2. The other solution, a little more realistic and which is already in place, is, as I said in the introduction, CO2 offsets. La façon dont ça fonctionne, c'est que les passagers donnent de l'argent, quand ils achètent leur billet d'avion, ils payent un supplément. The way it works is that the passengers give money, when they buy their plane ticket, they pay extra. Et cet argent est utilisé pour planter des arbres ou pour développer des zones agricoles. And that money is used to plant trees or to develop agricultural areas. Grâce à ça, grâce à ces plantes, ces arbres, on peut créer des puits de CO2, autrement dit des zones qui vont absorber le dioxyde de carbone et qui vont permettre d'être à l'équilibre, que les émissions soient compensées par tous ces arbres, toutes ces zones agricoles qu'on va planter. Thanks to that, thanks to these plants, these trees, we can create CO2 sinks, in other words areas which will absorb carbon dioxide and which will allow us to be in equilibrium, for emissions to be offset by all. these trees, all these agricultural areas that we are going to plant. Dankzij deze planten, deze bomen, kunnen we CO2-putten creëren, met andere woorden gebieden die kooldioxide absorberen en ons in staat stellen een evenwicht te bereiken, zodat de uitstoot wordt gecompenseerd door al deze bomen, al deze landbouwgebieden die zullen worden geplant.

Le problème, c'est que planter des arbres, ça ne suffit pas. The problem is, planting trees is not enough. Ça demande des compétences en gestion de forêts et ça demande de suivre ces arbres et leur croissance sur plusieurs dizaines d'années. It requires skills in forest management and it requires monitoring these trees and their growth over several decades. Il y a eu une tentative avec un programme en Turquie, où 11 millions d'arbres ont été plantés en novembre 2019 et seulement quelques mois plus tard, la plupart de ces arbres étaient déjà morts. There was an attempt with a program in Turkey, where 11 million trees were planted in November 2019 and only a few months later most of those trees were already dead. Donc ce sont des beaux projets sur le papier, mais ensuite ils ne sont pas toujours bien réalisés. So these are great projects on paper, but then they aren't always well done.

Un autre problème, c'est que planter tous ces arbres, eh bien ça demande des surfaces importantes. Another problem is that planting all these trees, well, it requires large areas. Par exemple, si on voulait seulement compenser les émissions de CO2 du secteur aérien, il faudrait une forêt qui fasse la taille de 2,2 fois la France. For example, if we only wanted to offset CO2 emissions from the aviation sector, we would need a forest that is 2.2 times the size of France. Donc, il faudrait une forêt qui fasse 2,2 fois la taille de la France pour pouvoir absorber tout le CO2 qui est émis par le transport aérien. So, we need a forest that is 2.2 times the size of France to be able to absorb all the CO2 that is emitted by air transport. Le problème, c'est qu'il y a d'autres secteurs qui produisent encore plus de CO2 que le transport aérien. The problem is that there are other sectors that produce even more CO2 than air transport. Vous le savez, j'en ai parlé un peu plus tôt. You know, I spoke about it a little earlier. Alors, comment on fait ? So how to do ? Est-ce qu'on pourrait planter suffisamment d'arbres ? Could we plant enough trees? Est-ce qu'il y aurait assez de place pour pouvoir compenser les émissions de CO2 de tous ces secteurs ? Would there be enough room to be able to offset the CO2 emissions of all these sectors? C'est assez peu réaliste. It is quite unrealistic.

Bref, ce mécanisme de compensation de CO2, c'est mieux que rien, comme on dit en français, «c'est mieux que rien», mais c'est pas une solution miracle. In short, this CO2 compensation mechanism is better than nothing, as we say in French, “it's better than nothing”, but it is not a miracle solution. Non seulement, elle ne compense pas vraiment les émissions de CO2. Not only, it does not really compensate for CO2 emissions. Mais en plus, elle retarde les transitions nécessaires. But in addition, it delays the necessary transitions. On pense que c'est une solution efficace et qu'on n'a pas besoin de faire d'autres efforts. We think it's an effective solution and that we don't need to make any further efforts. Mais là aussi, c'est plutôt une illusion. But again, it is rather an illusion.

Alors maintenant, il reste la société civile. So now there is civil society. Vous et moi, qu'est-ce qu'on peut faire pour essayer d'améliorer la situation ? You and I, what can we do to try to improve the situation?

En fait, le vrai changement, il doit venir de la demande, de nous. In fact, the real change, it has to come from the demand, from us. On doit changer nos habitudes et nos attitudes par rapport à l'avion. We have to change our habits and our attitudes towards the plane. Ça peut sembler difficile, mais dans certains pays, ça commence déjà à apparaître. It may seem difficult, but in some countries it is already starting to appear. Par exemple, en Suède, il y a un nouveau mot qui est apparu : «flygskam». For example, in Sweden there is a new word that has appeared: “flygskam”. Ça veut dire (bon, excusez mon accent suédois, je ne parle pas du tout suédois) mais c'est «la honte de prendre l'avion». It means (well, excuse my Swedish accent, I don't speak Swedish at all) but it's “shame to fly”. En français, on a trouvé l'équivalent «avihonte» (donc a-v-i-h-o-n-t-e). In French, we found the equivalent "avihonte" (therefore avihonte). C'est un mélange de «avion» et du mot «honte», quand on a honte de quelque chose. It is a mixture of "plane" and the word "shame", when one is ashamed of something. De plus en plus de personnes ont honte de prendre l'avion. More and more people are ashamed of flying. Par exemple, j'ai des amis qui sont allés en vacances au Mexique, il y a quelques temps, et ils m'ont dit que beaucoup de personnes autour d'eux ont essayé de les faire culpabiliser en leur disant que ce n'était pas raisonnable de prendre l'avion pour aller aussi loin, que c'était mauvais pour l'environnement, etc. For example, I have friends who went on vacation to Mexico a while back, and they told me that a lot of people around them tried to make them feel guilty by telling them that it was not reasonable to take the plane to go so far, that it was bad for the environment, etc.

Donc, il y a une espèce de pression sociale qui commence à apparaître. So there is a kind of social pressure starting to appear. Et la pression sociale, c'est toujours un bon moteur de changement. And social pressure is always a good driver for change. Quand partir en vacances à l'autre bout du monde ne suscitera plus l'admiration de vos amis, mais au contraire leur mépris, à ce moment-là, ça sera plus facile d'y renoncer. When going on vacation to the other side of the world will no longer arouse the admiration of your friends, but on the contrary their contempt, then it will be easier to give it up. Als op vakantie gaan naar de andere kant van de wereld niet langer de bewondering van je vrienden oproept, maar juist hun minachting, dan zal het gemakkelijker zijn om het op te geven.

Ça sera aussi plus facile de renoncer à ces longs voyages quand il y aura davantage d'alternatives. It will also be easier to give up these long trips when there are more alternatives. Et ça aussi, ça se développe beaucoup, ce qu'on appelle le tourisme local, quand vous partez en vacances pas très loin de chez vous, en train, par exemple. And that too is developing a lot, what is called local tourism, when you go on vacation not far from home, by train, for example. En France, c'est super parce que la France a beaucoup de régions magnifiques. In France, it's great because France has a lot of beautiful regions. Donc, on est très chanceux. So we are very lucky. On a aussi la mer, la montagne. We also have the sea, the mountain. C'est très facile de partir en vacances en France. It's very easy to go on vacation to France. Mais en règle générale, quand les gens vont redécouvrir leur pays, redécouvrir qu'il y a des destinations très sympas pas très loin de chez eux, eh bien ils vont peut-être arrêter d'avoir ce réflexe de prendre des billets d'avion pour partir à l'autre bout du monde. But as a general rule, when people are going to rediscover their country, rediscover that there are very nice destinations not very far from where they live, well maybe they will stop having this reflex of taking plane tickets. to go to the other side of the world.

Les mentalités ont besoin de temps pour évoluer. Mentalities need time to evolve. C'est pas un changement qui va se produire du jour au lendemain. It's not a change that's going to happen overnight. Mais parfois, il suffit de pas grand-chose pour obtenir de bons résultats. But sometimes it doesn't take much to get good results. Par exemple, moi, je suis loin d'être parfait en matière d'environnement. For example, I am far from perfect when it comes to the environment. Je pense que j'ai encore beaucoup d'efforts à faire. I think I still have a lot of work to do. Mais grâce à ce podcast, j'ai pu influencer certains d'entre vous. But thanks to this podcast, I was able to influence some of you. Par exemple, il y a quelques jours, Juan a laissé un commentaire sur l'épisode au sujet de la menace plastique, de la pollution plastique dans les océans. For example, a few days ago, Juan left a comment on the episode about the plastic threat, plastic pollution in the oceans. Et dans ce commentaire, il disait : «Je vais commencer une initiative dans mon université pour réduire l'utilisation du plastique au resto U» (autrement dit, au resto universitaire, la cantine pour les étudiants). And in that comment, he said: "I am going to start an initiative at my university to reduce the use of plastic at restaurant U" (in other words, at the university restaurant, the canteen for students).

Donc voilà, vous voyez parfois en faisant… simplement en discutant de ça, en en parlant autour de vous, ça peut avoir… ça peut inspirer d'autres personnes. So there you go, you see sometimes by doing… just talking about it, talking about it around you, it can have… it can inspire other people. Comme ça, vous pouvez continuer de ne rien faire en espérant que les autres feront tout le travail à votre place ! That way, you can keep doing nothing, hoping that others will do all the work for you!

Voilà, c'est la fin de cet épisode. That's the end of this episode. Je vois que j'ai dépassé les 30 minutes. I see that I have exceeded the 30 minutes. Encore une fois, je n'ai pas réussi à tenir ma promesse. Once again, I failed to keep my promise. Bon, peut-être la prochaine fois. Okay, maybe next time. Comme je vous l'ai dit, je vais faire une petite pause. Like I told you, I'm going to take a little break. Profitez bien de vos vacances si vous en avez. Enjoy your vacation if you have it. N'oubliez pas de faire un peu de français tous les jours et on se retrouve au mois de septembre. Don't forget to do a little French every day and we'll meet again in September. Bonnes vacances, ciao ! Happy holidays, ciao!