×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

Franjo, Making of Amasson (1)

Making of Amasson (1)

Salut, tout le monde.

Alors, c'est une vidéo un peu spéciale,

ça va être un « making of ».

Vous avez été nombreux à me demander

comment je faisais pour me dédoubler dans mes vidéos

pour jouer plusieurs personnages.

Du coup, j'ai décidé de vous montrer un peu

comment je m'organisais, les « backstage ».

Je vais faire une vidéo sur Amasson.

Oui, c'est pour parler d'une plateforme

que vous connaissez certainement.

J'ai décidé donc sur cette vidéo

de jouer plusieurs personnages, voilà.

- Bien, j'étais aux toilettes.

- Mais j'étais aux toilettes,

mais tu as la turista ou quoi ?

- Mais non, je ne crois pas.

- Donc je vais en profiter pour vous montrer

comment je le fais, voilà.

Comment mon tournage s'organise.

Alors, la première phase d'écriture,

bien, c'est très simple.

Je suis avec mon PC.

Donc, je fais un « brainstorming » un peu

de ce que je vais écrire, ici.

Donc en fait, je fais à « brainstorming », voilà

et après, j'écris, j'imagine des dialogues.

Je me dis comment ça peut s'organiser.

Alors, j'ai imaginé un employé

qui allait travailler pour la première fois

chez cette enseigne

et du coup, qui découvrait un peu

comment ça se passait.

Donc en fait, c'est un bon moyen pour moi

d'avoir une sorte de candide qui découvre un peu

ce qui se passe et qui pose des questions

plutôt gênantes.

Donc, voilà pour l'écriture.

Quand l'écriture est finalisée, voilà,

je fais relire à mes potes,

souvent Rémi Dumas

qui va m'aider à réaliser cette vidéo

qui relie la vidéo,

qui me fait des propositions sur le dialogue

que j'accepte souvent

parce qu'il a des bonnes idées.

- Ça, c'est des annotations de Rémi.

- Rémi met des annotations sur le texte

et parfois, ce n'est pas toujours pertinent.

- Ensuite, il faut trouver des lieux.

Alors là, j'ai galéré pour trouver le lieu, le hangar.

J'ai dû appeler, j'ai fait des stories Instagram.

Voilà, il ya un pote qui fait du fromage

qui m'a aidé à trouver ce lieu

qui s'appelle : « cheesegourou ».

Il fait du très bon fromage

avec un pote qui s'appelle Pascal

qui a un hangar, donc du coup,

on a pu trouver un hangar.

Puis alors, ce n'est pas tout

parce que le décor, ben voilà,

je sais qu'il y a des accessoires

donc j'ai une liste d'accessoires que je note

avant, au moment de l'écriture pour savoir ce qu'on prend.

Voilà : escabot, gilet jaune avec amasson dessus,

le signe de la plateforme en question.

Donc quand j'ai la liste des accessoires,

je demande à mon frère Jean-Rodolphe qui est là.

Ca va Jean-Rodolphe ?

- Il faut que ça allait.

- Tu es prêt pour aller chercher la liste des accessoires ?

- Oui.

- C'est des accessoires pour amasson.

- Amasson ?

- Oui.

- Du coup, moi, c'est JR, Jean-Rodolphe.

J'ai 25 ans et je suis le frère de Franjo.

Je m'occupe principalement des montages,

accessoires et de l'organisation des tournages.

Pour ton dimanche, 14 heures à Poincy

fourchette de mauvaise qualité tableau et stylet.

C'est à moi d'aller chercher tout ça.

- Regarde la caméra et dis-le.

- Oui, c'est à moi d'aller chercher tout ça.

- J'ai entièrement confiance en mon frère Jean-Rodolphe

qui m'aide également à faire d'autres projets

qui m'a aidé à lancer ma chaîne « Twitch ».

On s'amuse bien.

Une fois qu'on a tous les accessoires,

qu'on a tout en place,

que le scénario est envoyé à tout le monde,

bien, rendez-vous sur les lieux de tournage

avec tout le matériel et JR

qui gère donc les accessoires,

mais également qui fait ma doublure.

- Techniquement parlant, c'est grâce à moi

qu'on arrive à dédoubler Franjo.

- Je suis indispensable.

- Moi, je me mets en amorce,

on voit juste mon épaule.

- Mais j'avais envie !

- Mais j'avais envie, mais tu vas aux chiottes chez toi !

Parce que là, je te rappelle que quand tu vas aux chiottes,

pendant une heure, tu fais cinq colis en moins, d'accord ?

- Ca marche plutôt bien parce qu'on a plus ou moins

la même carrure et la même taille.

- Donc ça donne une illusion.

Alors l'idéalement, c'est d'avoir toujours cette amorce de moi

pour créer l'illusion que je suis plusieurs fois dans la scène.

Je vais vous montrer un peu

un aperçu du travail que ça représente

et surtout un aperçu de l'ambiance

qu'il y a sur les tournages.

- Lui, il vient d'en lâcher une,

une monumentale, quoi.

- Même quand je joue tout seul finalement,

je ne suis pas vraiment seul, j'ai une équipe.

Ca, c'est cool.

Bien, je vous laisse regarder un peu tout ça.

Nous voilà donc, le matin,

du tournage amasson.

Petit déj à huit heures du matin, voilà.

Jean-Rodolphe qui gère la régie du tournage.

D'habitude, il va chercher les croissants,

mais là, il avait la flemme.

Tu as la flemme, JR ?

- Tu m'as dit surtout qu'il ne fallait pas trop manger.

- C'est qu'on bouffe trop.

Du coup, on va faire une petite séance de sport

avec l'équipe technique avant d'aller tourner.

Séance de sport prévue à dix heures et demie

et un tournage prévu à15h dans le sept-sept, voilà.

- C'est important d'avoir une activité physique

parce qu'en fait, quand on monte les caméras et tout,

c'est les matos super difficile à porter.

- Bon eh bien, je m'appelle Rémi Dumas.

Je suis réalisateur, je travaille avec Franjo.

Donc je vais être sur ses projets.

Mais alors, qu'est ce que tu veux que je te dise ?

- Mais présente-toi à l'équipe !

- Mais je me suis présenté !

- Non, mais ce n'est pas fini !

Tu as quel âge, tu mesures combien ?

- Mais non, mais ça va, ce n'est pas à Tinder, là.

Hé mec, je suis marié, là.

Tu sais, on ne peut pas faire un CV Tinder.

- Non, mais tu dis juste,

vas-y, je mesure combien, je pèse combien.

- Mais ça, ce n'est pas gentil, ça.

- Ca va, tu es content ?

- Cette vidéo ne va être passionnante

Donc je m'appelle Sébastien Lixandru.

J'ai 29 ans.

J'ai commencé à bosser depuis deux ans avec Franjo.

Enfin moi, je suis un peu le couteau suisse.

Je fais de la photo, je fais de la vidéo,

je fais beaucoup de time-lapse.

Heureusement que je suis là.

Oui, j'étais présent dès le début

de la démultiplication des Franjo dans les vidéos.

En plus, ça a été vraiment fun à faire

parce qu'il y a eu pas mal de challenge technique

et en plus on a réussi à vraiment toucher pas mal de monde

en plus avec ses vidéos, là.

La vidéo qui m'a demandé le plus de travail,

je dirais que c'est celle qui a été faite à l'après confinement.

Puisque Franjo apparait trois fois en fait,

sur la même la même image

et faire apparaître le drône en plein sur l'image

et de donner l'impression

qu'on faisait vraiment voler un drône dans Paris,

c'était le plus technique.

Toute infraction fera l'objet d'une verbalisation de 135 euros.

- En terme de dialogue aussi,

faire correspondre toutes les versions de Franjo

qui communiquent entre elles, c'était compliqué.

- Moi, j'aime bien les Arabes.

- Il n'est pas très marrant, je trouve.

- Ca va, c'est un spectacle gratuit.

- Oui, c'est vrai, c'est un peu marrant, quand même.

- Comment ça va, Julia et tout ?

Là, on se fait la bise.

- Eh bien, voilà.

- Quoi encore ?

- Alors on ne fait plus la bise depuis longtemps.

- Mais ta gueule, c'est mon sketch !

- Faut que Rémi se muscle !

- Parce que Seb, il est déjà trop musclé.

- Allez, donne tout !

Allez !

Les millions de vues, les tendances YouTube !

- Dix minutes de sport.

On doit récupérer pendant trois heures.

Il doit méditer et tout, c'est sérieux, quoi.

- Alors, Franjo, ça fait ça fait dix ans

que je le connais cette année.

Dix ans qu'on ne travaille pas ensemble

parce que sinon, je pense

qu'il y en a un des deux qui serait mort,

mais ça fait quand même dix ans qu'on se connaît.

Je lui ai tout appris, tout.

Puis après, je l'ai laissé prendre son envol

pendant quelques années,

puis j'ai vu que ça partait un peu en vril

donc j'ai vite récupéré le petit

pour le remettre d'aplomb, quoi.

- On se prépare pour aller à Poincy.

- Franjo, ça, ça te va ?

S'il n'y a pas de signe…

- Il faut le signer Amazon.

- Mais mec, il n'y a pas.

- Ca t'as pris combien de temps

pour trouver la boîte Amazon, Franjo ?

- 30 secondes.

- 30 secondes.

- Oui, à peu près.

- Les chaussures ?

Si tu as un gravier sous ta chaussure,

ça va rayer le dessus de la voiture

et après, ton frère il va gueuler

et il aura raison.

- Putain, tu as mis les chaussure sur le toit ?

- Oui.

- Je n'en peux plus.

Bien du coup, on arrive à 15h20, voilà.

Bien, je t'appelle s'il y a du retard ou…

D'accord, super.

- Il a sur les trucs amassons à dire.

Les trucs qu'il a imprimé,

on ne peut pas en coller un sur le carton ?

- Bien, c'est ce que je pensais.

- Il les a emmenés ?

- Oui.

- C'est sûr qu'on a tous les papiers ?

- Bon, on a deux papiers.

- Passeport et tout ?

- Passeport effectivement.

- Le passeport est là

parce que c'est important les…

- Celui, là, est-ce qu'il en a imprimé

un sur du papier transparent pour coller sur…

- Non, ça, ça ne marchera pas, ça.

- C'est sûr ?

- Bien, oui.

- Moi, je suis sûr que ça aurait marché.

- Ah oui ?

- Oui.

- Sûr et certain ?

- Bien, il aurait fallu le dire hier, on l'a dit hier.

- Je l'ai dit, hier, il faut qu'on le colle.

Tu l'as imprimé sur du transparent.

- Pourquoi tu ne l'a pas fait ?

- Mais parce que ça ne marche pas,

tu m'as dit hier.

- Tu as essayé ?

Je n'ai pas dis que ça ne marchait pas.

- Tu m'as dit hier : non, on ne le fait pas.

- J'ai dit ça, moi ?

- Oui, tu as dit ça.

Si !

Voilà, l'organisation.

- Pour le coup, c'est Rémi

qui a dit un truc mauvais à JR.

JR n'a pas les bonnes informations,

mais après, Rémi grinche

parce qu'on l'appelle grincheux.

- Voilà.

- Je suis désolé, Rémi.

Un jour, tu seras augmenté.

- On y va ?

- Un jour, je serai payé, tu veux dire.

- Un jour, tu seras… bien, c'est ce que je disais.

- On en est déjà à notre autre six, septième projet, je crois

avec Franjo.

Septième projet,

bientôt huit parce qu'on va aller en tourner un autre.

Là, on est dimanche,

mais on tourne quand même le dimanche.

On va tourner un sketch tout à l'heure sur amasson.

Donc, amassons de l'oseille, amassons du fric.

- Il n'est jamais content Rémi.

En fait, s'il est heureux, c'est que ça ne va pas, en fait.

S'il est heureux, c'est qu'il y a un problème.

C'est qu'il couvre une dépression.

C'est sûr, il faut toujours qu'il grinche.

- Ah, bien oui.

- Mais c'est quoi la raison de tout ça, en fait ?

- Bien je pense, qu'il doit y avoir une frustration.

- Peut-être, il t'envie, non, peut-être.

- Soit il m'envie, soit il s'est marié trop vite.

- Alors là, on est en route vers le lieu de tournage

et Franjo est en train de répéter avec son frère

pour connaître un peu mieux le texte

et être un peu plus rapide sur le tournage.

- C'est à toi.

Là, tu dis : alors je vous préviens,

il y a une période d'essai de trois mois.

- Alors je vous préviens,

il y a une période d'essai de trois mois.

il va falloir vous arracher puisqu'il y a une grosse pression.

C'est-à-dire qu'on est sur la pression ?

- Oui, je pense.

- Donc je te préviens, il y a beaucoup de pression.

Période d'essai de trois mois

et il y a beaucoup qui craquent.

Donc, il ne faut pas lâcher.

Tu as déjà travailler sous la pression ?

- Oui, je crois, oui.

- Steven !

- Steven !

- Parce que quand tu va chier,

c'est 5 colis en moins sur ton heure.

Tu niques ta productivité, Steven.

Je te jure, il va aux chiottes tous les jours, quoi.

- Tu vas aux chiottes tous les jours, toi ?

- Il va aux chiottes tous les jours,

tu vas aux chiottes tous les jours, toi ?


Making of Amasson (1) Making of Amasson (1)

Salut, tout le monde.

Alors, c'est une vidéo un peu spéciale,

ça va être un « making of ».

Vous avez été nombreux à me demander

comment je faisais pour me dédoubler dans mes vidéos

pour jouer plusieurs personnages.

Du coup, j'ai décidé de vous montrer un peu

comment je m'organisais, les « backstage ».

Je vais faire une vidéo sur Amasson.

Oui, c'est pour parler d'une plateforme

que vous connaissez certainement.

J'ai décidé donc sur cette vidéo

de jouer plusieurs personnages, voilà.

- Bien, j'étais aux toilettes.

- Mais j'étais aux toilettes,

mais tu as la turista ou quoi ?

- Mais non, je ne crois pas.

- Donc je vais en profiter pour vous montrer

comment je le fais, voilà.

Comment mon tournage s'organise.

Alors, la première phase d'écriture,

bien, c'est très simple.

Je suis avec mon PC.

Donc, je fais un « brainstorming » un peu

de ce que je vais écrire, ici.

Donc en fait, je fais à « brainstorming », voilà

et après, j'écris, j'imagine des dialogues.

Je me dis comment ça peut s'organiser.

Alors, j'ai imaginé un employé

qui allait travailler pour la première fois

chez cette enseigne

et du coup, qui découvrait un peu

comment ça se passait.

Donc en fait, c'est un bon moyen pour moi

d'avoir une sorte de candide qui découvre un peu

ce qui se passe et qui pose des questions

plutôt gênantes.

Donc, voilà pour l'écriture.

Quand l'écriture est finalisée, voilà,

je fais relire à mes potes,

souvent Rémi Dumas

qui va m'aider à réaliser cette vidéo

qui relie la vidéo,

qui me fait des propositions sur le dialogue

que j'accepte souvent

parce qu'il a des bonnes idées.

- Ça, c'est des annotations de Rémi.

- Rémi met des annotations sur le texte

et parfois, ce n'est pas toujours pertinent.

- Ensuite, il faut trouver des lieux.

Alors là, j'ai galéré pour trouver le lieu, le hangar.

J'ai dû appeler, j'ai fait des stories Instagram.

Voilà, il ya un pote qui fait du fromage

qui m'a aidé à trouver ce lieu

qui s'appelle : « cheesegourou ».

Il fait du très bon fromage

avec un pote qui s'appelle Pascal

qui a un hangar, donc du coup,

on a pu trouver un hangar.

Puis alors, ce n'est pas tout

parce que le décor, ben voilà,

je sais qu'il y a des accessoires

donc j'ai une liste d'accessoires que je note

avant, au moment de l'écriture pour savoir ce qu'on prend.

Voilà : escabot, gilet jaune avec amasson dessus,

le signe de la plateforme en question.

Donc quand j'ai la liste des accessoires,

je demande à mon frère Jean-Rodolphe qui est là.

Ca va Jean-Rodolphe ?

- Il faut que ça allait.

- Tu es prêt pour aller chercher la liste des accessoires ?

- Oui.

- C'est des accessoires pour amasson.

- Amasson ?

- Oui.

- Du coup, moi, c'est JR, Jean-Rodolphe.

J'ai 25 ans et je suis le frère de Franjo.

Je m'occupe principalement des montages,

accessoires et de l'organisation des tournages.

Pour ton dimanche, 14 heures à Poincy

fourchette de mauvaise qualité tableau et stylet.

C'est à moi d'aller chercher tout ça.

- Regarde la caméra et dis-le.

- Oui, c'est à moi d'aller chercher tout ça.

- J'ai entièrement confiance en mon frère Jean-Rodolphe

qui m'aide également à faire d'autres projets

qui m'a aidé à lancer ma chaîne « Twitch ».

On s'amuse bien.

Une fois qu'on a tous les accessoires,

qu'on a tout en place,

que le scénario est envoyé à tout le monde,

bien, rendez-vous sur les lieux de tournage

avec tout le matériel et JR

qui gère donc les accessoires,

mais également qui fait ma doublure.

- Techniquement parlant, c'est grâce à moi

qu'on arrive à dédoubler Franjo.

- Je suis indispensable.

- Moi, je me mets en amorce,

on voit juste mon épaule.

- Mais j'avais envie !

- Mais j'avais envie, mais tu vas aux chiottes chez toi !

Parce que là, je te rappelle que quand tu vas aux chiottes,

pendant une heure, tu fais cinq colis en moins, d'accord ?

- Ca marche plutôt bien parce qu'on a plus ou moins

la même carrure et la même taille.

- Donc ça donne une illusion.

Alors l'idéalement, c'est d'avoir toujours cette amorce de moi

pour créer l'illusion que je suis plusieurs fois dans la scène.

Je vais vous montrer un peu

un aperçu du travail que ça représente

et surtout un aperçu de l'ambiance

qu'il y a sur les tournages.

- Lui, il vient d'en lâcher une,

une monumentale, quoi.

- Même quand je joue tout seul finalement,

je ne suis pas vraiment seul, j'ai une équipe.

Ca, c'est cool.

Bien, je vous laisse regarder un peu tout ça.

Nous voilà donc, le matin,

du tournage amasson.

Petit déj à huit heures du matin, voilà.

Jean-Rodolphe qui gère la régie du tournage.

D'habitude, il va chercher les croissants,

mais là, il avait la flemme.

Tu as la flemme, JR ?

- Tu m'as dit surtout qu'il ne fallait pas trop manger.

- C'est qu'on bouffe trop.

Du coup, on va faire une petite séance de sport

avec l'équipe technique avant d'aller tourner.

Séance de sport prévue à dix heures et demie

et un tournage prévu à15h dans le sept-sept, voilà.

- C'est important d'avoir une activité physique

parce qu'en fait, quand on monte les caméras et tout,

c'est les matos super difficile à porter.

- Bon eh bien, je m'appelle Rémi Dumas.

Je suis réalisateur, je travaille avec Franjo.

Donc je vais être sur ses projets.

Mais alors, qu'est ce que tu veux que je te dise ?

- Mais présente-toi à l'équipe !

- Mais je me suis présenté !

- Non, mais ce n'est pas fini !

Tu as quel âge, tu mesures combien ?

- Mais non, mais ça va, ce n'est pas à Tinder, là.

Hé mec, je suis marié, là.

Tu sais, on ne peut pas faire un CV Tinder.

- Non, mais tu dis juste,

vas-y, je mesure combien, je pèse combien.

- Mais ça, ce n'est pas gentil, ça.

- Ca va, tu es content ?

- Cette vidéo ne va être passionnante

Donc je m'appelle Sébastien Lixandru.

J'ai 29 ans.

J'ai commencé à bosser depuis deux ans avec Franjo.

Enfin moi, je suis un peu le couteau suisse.

Je fais de la photo, je fais de la vidéo,

je fais beaucoup de time-lapse.

Heureusement que je suis là.

Oui, j'étais présent dès le début

de la démultiplication des Franjo dans les vidéos.

En plus, ça a été vraiment fun à faire

parce qu'il y a eu pas mal de challenge technique

et en plus on a réussi à vraiment toucher pas mal de monde

en plus avec ses vidéos, là.

La vidéo qui m'a demandé le plus de travail,

je dirais que c'est celle qui a été faite à l'après confinement.

Puisque Franjo apparait trois fois en fait,

sur la même la même image

et faire apparaître le drône en plein sur l'image

et de donner l'impression

qu'on faisait vraiment voler un drône dans Paris,

c'était le plus technique.

Toute infraction fera l'objet d'une verbalisation de 135 euros.

- En terme de dialogue aussi,

faire correspondre toutes les versions de Franjo

qui communiquent entre elles, c'était compliqué.

- Moi, j'aime bien les Arabes.

- Il n'est pas très marrant, je trouve.

- Ca va, c'est un spectacle gratuit.

- Oui, c'est vrai, c'est un peu marrant, quand même.

- Comment ça va, Julia et tout ?

Là, on se fait la bise.

- Eh bien, voilà.

- Quoi encore ?

- Alors on ne fait plus la bise depuis longtemps.

- Mais ta gueule, c'est mon sketch !

- Faut que Rémi se muscle !

- Parce que Seb, il est déjà trop musclé.

- Allez, donne tout !

Allez !

Les millions de vues, les tendances YouTube !

- Dix minutes de sport.

On doit récupérer pendant trois heures.

Il doit méditer et tout, c'est sérieux, quoi.

- Alors, Franjo, ça fait ça fait dix ans

que je le connais cette année.

Dix ans qu'on ne travaille pas ensemble

parce que sinon, je pense

qu'il y en a un des deux qui serait mort,

mais ça fait quand même dix ans qu'on se connaît.

Je lui ai tout appris, tout.

Puis après, je l'ai laissé prendre son envol

pendant quelques années,

puis j'ai vu que ça partait un peu en vril

donc j'ai vite récupéré le petit

pour le remettre d'aplomb, quoi.

- On se prépare pour aller à Poincy.

- Franjo, ça, ça te va ?

S'il n'y a pas de signe…

- Il faut le signer Amazon.

- Mais mec, il n'y a pas.

- Ca t'as pris combien de temps

pour trouver la boîte Amazon, Franjo ?

- 30 secondes.

- 30 secondes.

- Oui, à peu près.

- Les chaussures ?

Si tu as un gravier sous ta chaussure,

ça va rayer le dessus de la voiture

et après, ton frère il va gueuler

et il aura raison.

- Putain, tu as mis les chaussure sur le toit ?

- Oui.

- Je n'en peux plus.

Bien du coup, on arrive à 15h20, voilà.

Bien, je t'appelle s'il y a du retard ou…

D'accord, super.

- Il a sur les trucs amassons à dire.

Les trucs qu'il a imprimé,

on ne peut pas en coller un sur le carton ?

- Bien, c'est ce que je pensais.

- Il les a emmenés ?

- Oui.

- C'est sûr qu'on a tous les papiers ?

- Bon, on a deux papiers.

- Passeport et tout ?

- Passeport effectivement.

- Le passeport est là

parce que c'est important les…

- Celui, là, est-ce qu'il en a imprimé

un sur du papier transparent pour coller sur…

- Non, ça, ça ne marchera pas, ça.

- C'est sûr ?

- Bien, oui.

- Moi, je suis sûr que ça aurait marché.

- Ah oui ?

- Oui.

- Sûr et certain ?

- Bien, il aurait fallu le dire hier, on l'a dit hier.

- Je l'ai dit, hier, il faut qu'on le colle.

Tu l'as imprimé sur du transparent.

- Pourquoi tu ne l'a pas fait ?

- Mais parce que ça ne marche pas,

tu m'as dit hier.

- Tu as essayé ?

Je n'ai pas dis que ça ne marchait pas.

- Tu m'as dit hier : non, on ne le fait pas.

- J'ai dit ça, moi ?

- Oui, tu as dit ça.

Si !

Voilà, l'organisation.

- Pour le coup, c'est Rémi

qui a dit un truc mauvais à JR.

JR n'a pas les bonnes informations,

mais après, Rémi grinche

parce qu'on l'appelle grincheux.

- Voilà.

- Je suis désolé, Rémi.

Un jour, tu seras augmenté.

- On y va ?

- Un jour, je serai payé, tu veux dire.

- Un jour, tu seras… bien, c'est ce que je disais.

- On en est déjà à notre autre six, septième projet, je crois

avec Franjo.

Septième projet,

bientôt huit parce qu'on va aller en tourner un autre.

Là, on est dimanche,

mais on tourne quand même le dimanche.

On va tourner un sketch tout à l'heure sur amasson.

Donc, amassons de l'oseille, amassons du fric.

- Il n'est jamais content Rémi.

En fait, s'il est heureux, c'est que ça ne va pas, en fait.

S'il est heureux, c'est qu'il y a un problème.

C'est qu'il couvre une dépression.

C'est sûr, il faut toujours qu'il grinche.

- Ah, bien oui.

- Mais c'est quoi la raison de tout ça, en fait ?

- Bien je pense, qu'il doit y avoir une frustration.

- Peut-être, il t'envie, non, peut-être.

- Soit il m'envie, soit il s'est marié trop vite.

- Alors là, on est en route vers le lieu de tournage

et Franjo est en train de répéter avec son frère

pour connaître un peu mieux le texte

et être un peu plus rapide sur le tournage.

- C'est à toi.

Là, tu dis : alors je vous préviens,

il y a une période d'essai de trois mois.

- Alors je vous préviens,

il y a une période d'essai de trois mois.

il va falloir vous arracher puisqu'il y a une grosse pression.

C'est-à-dire qu'on est sur la pression ?

- Oui, je pense.

- Donc je te préviens, il y a beaucoup de pression.

Période d'essai de trois mois

et il y a beaucoup qui craquent.

Donc, il ne faut pas lâcher.

Tu as déjà travailler sous la pression ?

- Oui, je crois, oui.

- Steven !

- Steven !

- Parce que quand tu va chier,

c'est 5 colis en moins sur ton heure.

Tu niques ta productivité, Steven.

Je te jure, il va aux chiottes tous les jours, quoi.

- Tu vas aux chiottes tous les jours, toi ?

- Il va aux chiottes tous les jours,

tu vas aux chiottes tous les jours, toi ?