×

Usamos cookies para ayudar a mejorar LingQ. Al visitar este sitio, aceptas nuestras politicas de cookie.


image

Le bouchon de cristal, Maurice Leblanc, VI. — La peine de mort (3)

VI. — La peine de mort (3)

Et c'est pourquoi, mon excellent monsieur, au lieu de vous faire arrêter, comme je l'aurais pu… oui, comme je l'aurais pu, et en toute facilité… je vous laisse le champ libre, et vous rappelle charitablement qu'avant trois minutes il faut me débarrasser le plancher.

— Donc, c'est non ?

— C'est non.

— Tu ne feras rien pour Gilbert ?

— Si, je continuerai à faire ce que je fais depuis son arrestation, c'est-à-dire à peser indirectement sur le ministre de la Justice, pour que le procès soit mené le plus activement possible, et dans le sens que je désire.

— Comment ! cria Lupin, hors de lui, c'est à cause de toi, c'est pour toi…

— C'est pour moi, Daubrecq, mon Dieu, oui. J'ai un atout, la tête du fils : je le joue. Quand j'aurai obtenu une bonne petite condamnation à mort contre Gilbert, quand les jours passeront, et que la grâce du jeune homme sera, par mes bons offices, rejetée, tu peux être sûr, monsieur Lupin, que la maman ne verra plus du tout d'objections à s'appeler Mme Alexis Daubrecq, et à me donner des gages irrécusables et immédiats de sa bonne volonté. Cette heureuse issue est fatale, que tu le veuilles ou non. C'est couru d'avance. Tout ce que je peux faire pour toi, c'est de te prendre comme témoin le jour de mon mariage, et de t'inviter au lunch. Ça te va-t-il ? Non ? Tu persistes dans tes noirs desseins ? Eh bien, bonne chance, tends tes pièges, jette tes filets, fourbis tes armes et potasse le manuel du parfait cambrioleur de papier pelure. Tu en auras besoin. Sur ce, bonsoir. Les règles de l'hospitalité écossaise m'ordonnent de te mettre à la porte. File.

Lupin demeura silencieux assez longtemps. Les yeux fixés sur Daubrecq, il semblait mesurer la taille de son adversaire, jauger son poids, estimer sa force physique et discuter, en fin de compte, à quel endroit précis il allait l'attaquer. Daubrecq serra les poings et en lui-même prépara le système de défense qu'il opposerait à cette attaque.

Une demi-minute s'écoula. Lupin porta la main à son gousset. Daubrecq en fit autant et saisit la crosse de son revolver… Quelques secondes encore… Froidement, Lupin sortit une bonbonnière d'or, l'ouvrit et la tendit à Daubrecq :

— Une pastille ?

— Qu'est-ce que c'est ? demanda l'autre, étonné.

— Des pastilles Géraudel.

— Pourquoi faire ?

— Pour le rhume que tu vas prendre.

Et profitant du léger désarroi où cette boutade laissait Daubrecq, il saisit rapidement son chapeau et s'esquiva.

— Évidemment, se disait-il en traversant le vestibule, je suis battu à plate couture. Mais, tout de même, cette petite plaisanterie de commis voyageur avait, dans l'espèce, quelque chose de nouveau. S'attendre à un pruneau et recevoir une pastille Géraudel… il y a là comme une déception. Il en est resté baba, le vieux chimpanzé !

Comme il refermait la grille, une automobile s'arrêta, et un homme descendit rapidement, suivi de plusieurs autres. Lupin reconnut Prasville.

— Monsieur le secrétaire général, murmura-t-il, je vous salue. J'ai idée qu'un jour le destin nous mettra l'un en face de l'autre, et je le regrette pour vous, car vous ne m'inspirez qu'une médiocre estime, et vous passerez un sale quart d'heure. Aujourd'hui, si je n'étais pas si pressé, j'attendrais votre départ et je suivrais Daubrecq pour savoir à qui il a confié l'enfant qu'il va me rendre. Mais je suis pressé. En outre, rien ne m'assure que Daubrecq ne va pas agir par téléphone. Donc ne nous gaspillons pas en vains efforts, et rejoignons Victoire, Achille et notre précieuse valise.

Deux heures après, posté dans son hangar de Neuilly, toutes ses mesures prises, Lupin voyait Daubrecq qui débouchait d'une rue voisine et s'approchait avec méfiance.

Lupin ouvrit lui-même la grande porte.

— Vos affaires sont là, monsieur le député, dit-il. Vous pouvez vous rendre compte. Il y a un loueur de voitures à côté, vous n'avez qu'à demander un camion et des hommes. Où est l'enfant ?

Daubrecq examina d'abord les objets, puis il conduisit Lupin jusqu'à l'avenue de Neuilly, où deux vieilles dames, masquées par des voiles, stationnaient avec le petit Jacques.

À son tour, Lupin emmena l'enfant jusqu'à son automobile, où l'attendait Victoire.

Tout cela fut exécuté rapidement, sans paroles inutiles, et comme si les rôles eussent été appris, les allées et venues réglées d'avance, ainsi que des entrées et des sorties de théâtre.

À dix heures du soir, Lupin, selon sa promesse, rendait le petit Jacques à sa mère. Mais on dut appeler le docteur en hâte, tellement l'enfant, frappé par tous ces événements, montrait d'agitation et d'effroi.

Il lui fallut plus de deux semaines pour se rétablir et pour supporter les fatigues d'un déplacement que Lupin jugeait nécessaire. C'est à peine, d'ailleurs, si Mme Mergy, elle-même, fut rétablie au moment de ce départ, qui eut lieu la nuit, avec toutes les précautions possibles et sous la direction de Lupin.

Il conduisit la mère et le fils sur une petite plage bretonne et les confia aux soins et à la vigilance de Victoire.

— Enfin, se dit-il, quand il les eut installés, il n'y a plus personne entre le Daubrecq et moi ! Il ne peut plus rien contre Mme Mergy et contre le gosse, et elle-même ne risque plus, par son intervention, de faire dévier la lutte. Fichtre, nous avons commis assez de bêtises. 1º j'ai dû me découvrir vis-à-vis de Daubrecq ; 2º j'ai dû lâcher ma part du mobilier d'Enghien. Certes, je la reprendrai un jour ou l'autre, cela ne fait pas l'ombre d'un doute. Mais, tout de même, nous n'avançons pas, et, d'ici une huitaine, Gilbert et Vaucheray passent en cour d'assises.

Ce à quoi, dans l'aventure, Lupin était le plus sensible, c'était à la dénonciation de Daubrecq concernant son domicile de la rue Chateaubriand. La police avait envahi ce domicile. L'identité de Lupin et de Michel Beaumont avait été reconnue, certains papiers découverts, et, Lupin, tout en poursuivant son but, tout en menant de front certaines entreprises déjà commencées, tout en évitant les recherches, plus pressantes que jamais, de la police, devait procéder, sur d'autres bases, à une réorganisation complète de ses affaires.

Aussi sa rage contre Daubrecq croissait-elle en proportion des ennuis que lui causait le député. Il n'avait plus qu'un désir, l'empocher, comme il disait, le tenir à sa disposition et, de gré ou de force, lui extraire son secret. Il rêvait de tortures propres à délier la langue de l'homme le plus taciturne. Brodequins, chevalet, tenailles rougies au feu, planches hérissées de pointes… il lui semblait que l'ennemi était digne de tous les supplices, et que le but à atteindre excusait tous les moyens.

— Ah ! se disait-il, une bonne chambre ardente, avec quelques bourreaux qui n'auraient pas froid aux yeux… On ferait de la belle besogne.

Chaque après-midi, Grognard et Le Ballu étudiaient le parcours que Daubrecq suivait entre le square Lamartine, la Chambre des députés et le cercle dont il faisait partie. On devait choisir la rue la plus déserte, l'heure la plus propice et, un soir, le pousser dans une automobile.

De son côté, Lupin aménageait non loin de Paris, au milieu d'un grand jardin, une vieille bâtisse qui offrait toutes les conditions nécessaires de sécurité et d'isolement, et qu'il appelait la « Cage du Singe ».

Malheureusement, Daubrecq devait se méfier. Car chaque fois, pour ainsi dire, il changeait d'itinéraire, ou bien prenait le métro, ou bien montait en tramway, et la cage demeurait vide.

Lupin combina un autre plan. Il fit venir de Marseille un de ses affidés, le père Brindebois, honorable épicier en retraite, qui précisément habitait dans la circonscription électorale de Daubrecq et s'occupait de politique.

De Marseille, le père Brindebois annonça sa visite à Daubrecq qui reçut avec empressement cet électeur considérable. Un dîner fut projeté pour la semaine suivante.

L'électeur proposa un petit restaurant de la rive gauche, où, disait-il, on mangeait merveille. Daubrecq accepta.

C'est ce que voulait Lupin. Le propriétaire de ce restaurant comptait au nombre de ses amis. Dès lors, le coup, qui devait avoir lieu le jeudi suivant, ne pouvait manquer de réussir.

Sur ces entrefaites, le lundi de la même semaine, commença le procès de Gilbert et de Vaucheray.

On se le rappelle, et les débats sont trop récents pour que je remémore la façon vraiment incompréhensible et partiale dont le président des assises conduisit son interrogatoire à l'encontre de Gilbert. La chose fut remarquée et jugée sévèrement. Lupin reconnut là l'influence détestable de Daubrecq.

L'attitude des deux accusés fut très différente. Vaucheray, sombre, taciturne, l'expression âpre, avoua cyniquement, en phrases brèves, ironiques, presque provocantes, les crimes qu'il avait commis autrefois. Mais, par une contradiction inexplicable pour tout le monde, sauf pour Lupin, il se défendit de toute participation à l'assassinat du domestique Léonard et chargea violemment Gilbert. Il voulait ainsi, en liant son sort à celui de Gilbert, obliger Lupin à prendre pour ses deux complices les mêmes mesures de délivrance.

Quant à Gilbert, dont le visage franc, dont les yeux rêveurs et mélancoliques conquirent toutes les sympathies, il ne sut pas se garer des pièges du président, ni rétorquer les mensonges de Vaucheray. Il pleurait, parlait trop, ou ne parlait pas quand il l'eût fallu. En outre, son avocat, un des maîtres du barreau, malade au dernier moment (et là encore Lupin voulut voir la main de Daubrecq) fut remplacé par un secrétaire, lequel plaida mal, prit l'affaire à contresens, indisposa le jury, et ne put effacer l'impression qu'avaient produite le réquisitoire de l'avocat général et la plaidoirie de l'avocat de Vaucheray.

Lupin, qui eut l'audace inconcevable d'assister à la dernière journée des débats, le jeudi, ne douta pas du résultat. La double condamnation était certaine.

Elle était certaine, parce que tous les efforts de la justice, corroborant ainsi la tactique de Vaucheray, avaient tendu à solidariser étroitement les deux accusés. Elle était certaine, ensuite et surtout, parce qu'il s'agissait des deux complices de Lupin. Depuis l'ouverture de l'instruction jusqu'au prononcé du jugement, et bien que la justice, faute de preuves suffisantes, et aussi pour ne point disséminer ses efforts, n'eût pas voulu impliquer Lupin dans l'affaire, tout le procès fut dirigé contre Lupin. C'était lui l'adversaire que l'on voulait atteindre ; lui, le chef qu'il fallait punir en la personne de ses amis ; lui, le bandit célèbre et sympathique, dont on devait détruire le prestige aux yeux de la foule. Gilbert et Vaucheray exécutés, l'auréole de Lupin s'évanouissait. La légende prenait fin.

Lupin… Lupin… Arsène Lupin… on n'entendit que ce nom durant les quatre jours. L'avocat général, le président, les jurés, les avocats, les témoins, n'avaient pas d'autres mots à la bouche. À tout instant on invoquait Lupin pour le maudire, pour le bafouer, pour l'outrager, pour le rendre responsable de toutes les fautes commises. On eût dit que Gilbert et Vaucheray ne figuraient que comme comparses, et qu'on faisait son procès à lui, le sieur Lupin, Lupin cambrioleur, chef de bande, faussaire, incendiaire, récidiviste, ancien forçat ! Lupin assassin, Lupin souillé par le sang de sa victime, Lupin qui restait lâchement dans l'ombre après avoir poussé ses amis jusqu'au pied de l'échafaud !

— Ah ! ils savent bien ce qu'ils font ! murmura-t-il. C'est ma dette que va payer mon pauvre grand gamin de Gilbert. C'est moi le vrai coupable.

Et le drame se déroula, effrayant.

À sept heures du soir, après une longue délibération, les jurés revinrent en séance, et le président du jury donna lecture des réponses aux questions posées par la Cour. C'était « oui » sur tous les points. C'était la culpabilité et le rejet des circonstances atténuantes.

On fit rentrer les deux accusés.

Debout, chancelants et blêmes, ils écoutèrent la sentence de mort.

Et, dans le grand silence solennel, où l'anxiété du public se mêlait de pitié, le président des assises demanda :

— Vous n'avez rien à ajouter, Vaucheray ?

— Rien, monsieur le président ; du moment que mon camarade est condamné comme moi, je suis tranquille… Nous sommes sur le même pied tous les deux… Faudra donc que le patron trouve un truc pour nous sauver tous les deux.

— Le patron ?

— Oui, Arsène Lupin.

Il y eut un rire parmi la foule.

Le Président reprit :

— Et vous, Gilbert ?

Des larmes roulaient sur les joues du malheureux ; il balbutia quelques phrases inintelligibles.

VI. — La peine de mort (3) VI. - The death penalty (3)

Et c'est pourquoi, mon excellent monsieur, au lieu de vous faire arrêter, comme je l'aurais pu… oui, comme je l'aurais pu, et en toute facilité… je vous laisse le champ libre, et vous rappelle charitablement qu'avant trois minutes il faut me débarrasser le plancher. And that's why, my excellent sir, instead of having you arrested, as I could have done... yes, as I could have done, and with the greatest of ease... I'm giving you a free hand, and charitably reminding you that you'll have to clear the floor for me within three minutes. Ja siksi, erinomainen herra, sen sijaan, että teidät pidätettäisiin, kuten olisin voinut tehdä... kyllä, kuten olisin voinut tehdä, ja erittäin helposti... annan teille vapaat kädet ja muistutan teitä ystävällisesti, että kolmen minuutin kuluessa teidän on raivattava lattia minulle.

— Donc, c'est non ? - So that's a no?

— C'est non.

— Tu ne feras rien pour Gilbert ?

— Si, je continuerai à faire ce que je fais depuis son arrestation, c'est-à-dire à peser indirectement sur le ministre de la Justice, pour que le procès soit mené le plus activement possible, et dans le sens que je désire. — Yes, I will continue to do what I have been doing since his arrest, which is to indirectly influence the Minister of Justice, so that the trial proceeds as quickly as possible, and in the direction I desire.

— Comment ! — What! cria Lupin, hors de lui, c'est à cause de toi, c'est pour toi… cried Lupin, beside himself, it's because of you, it's for you... huudahti Lupin, itsensä vieressä, se on teidän takianne, se on teidän vuoksenne...

— C'est pour moi, Daubrecq, mon Dieu, oui. - It's for me, Daubrecq, my God, yes. J'ai un atout, la tête du fils : je le joue. I have a trump card, the son's head: I play it. Quand j'aurai obtenu une bonne petite condamnation à mort contre Gilbert, quand les jours passeront, et que la grâce du jeune homme sera, par mes bons offices, rejetée, tu peux être sûr, monsieur Lupin, que la maman ne verra plus du tout d'objections à s'appeler Mme Alexis Daubrecq, et à me donner des gages irrécusables et immédiats de sa bonne volonté. When I have obtained a good little death sentence against Gilbert, when the days pass, and the young man's pardon is, through my good offices, rejected, you can be sure, Monsieur Lupin, that the mother will no longer see any objections to calling herself Mme Alexis Daubrecq, and to giving me immediate and irrefutable proof of her good will. Kun olen saanut Gilbertille kunnon pienen kuolemantuomion, kun päivät kuluvat ja kun nuoren miehen armahdus hylätään hyvien palvelusteni ansiosta, voitte olla varma, herra Lupin, että äidillä ei ole enää mitään sitä vastaan, että häntä kutsutaan rouva Alexis Daubrecqiksi ja että hän antaa minulle välittömän ja kiistattoman todisteen hyväntahtoisuudestaan. Cette heureuse issue est fatale, que tu le veuilles ou non. This happy outcome is fatal, whether you like it or not. C'est couru d'avance. It's a foregone conclusion. Tout ce que je peux faire pour toi, c'est de te prendre comme témoin le jour de mon mariage, et de t'inviter au lunch. All I can do for you is to have you as a witness on my wedding day, and to invite you to lunch. Ça te va-t-il ? Is that okay with you? Non ? No? Tu persistes dans tes noirs desseins ? Do you persist in your dark plans? Eh bien, bonne chance, tends tes pièges, jette tes filets, fourbis tes armes et potasse le manuel du parfait cambrioleur de papier pelure. Nun, viel Glück, stell deine Fallen auf, wirf deine Netze aus, zücke deine Waffen und lerne das Handbuch für den perfekten Einbrecher aus Pappmaché. Well, good luck, set your traps, cast your nets, cobble together your weapons and study the perfect burglar's manual. Tu en auras besoin. You'll need it. Sur ce, bonsoir. On that note, good evening. Les règles de l'hospitalité écossaise m'ordonnent de te mettre à la porte. The rules of Scottish hospitality order me to kick you out. Skotlantilaisen vieraanvaraisuuden sääntöjen mukaan minun on heitettävä sinut ulos. File. File. Tiedosto.

Lupin demeura silencieux assez longtemps. Lupin remained silent for quite some time. Les yeux fixés sur Daubrecq, il semblait mesurer la taille de son adversaire, jauger son poids, estimer sa force physique et discuter, en fin de compte, à quel endroit précis il allait l'attaquer. With his eyes fixed on Daubrecq, he seemed to be measuring his opponent's height, evaluating his weight, estimating his physical strength, and ultimately deciding at what precise point he would attack. Daubrecq serra les poings et en lui-même prépara le système de défense qu'il opposerait à cette attaque. Daubrecq clenched his fists and prepared in himself the defense system he would oppose to this attack.

Une demi-minute s'écoula. Half a minute passed. Lupin porta la main à son gousset. Lupin put his hand to his pocket. Daubrecq en fit autant et saisit la crosse de son revolver… Quelques secondes encore… Froidement, Lupin sortit une bonbonnière d'or, l'ouvrit et la tendit à Daubrecq : Daubrecq did the same and gripped the butt of his revolver... A few more seconds... Coldly, Lupin took out a gold bonbonnière, opened it and handed it to Daubrecq:

— Une pastille ? - A lozenge?

— Qu'est-ce que c'est ? - What is it? demanda l'autre, étonné.

— Des pastilles Géraudel. - Geraudel pastilles.

— Pourquoi faire ? — Why bother?

— Pour le rhume que tu vas prendre. — For the cold you're going to catch.

Et profitant du léger désarroi où cette boutade laissait Daubrecq, il saisit rapidement son chapeau et s'esquiva. Taking advantage of the slight confusion caused by this quip, he quickly grabbed his hat and slipped away.

— Évidemment, se disait-il en traversant le vestibule, je suis battu à plate couture. - Offensichtlich", dachte er, als er durch die Eingangshalle ging, "werde ich ordentlich verprügelt. - Obviously," he said to himself as he crossed the hallway, "I'm beaten to the punch. Mais, tout de même, cette petite plaisanterie de commis voyageur avait, dans l'espèce, quelque chose de nouveau. All the same, there was something new about this little traveling salesman's joke. S'attendre à un pruneau et recevoir une pastille Géraudel… il y a là comme une déception. Expecting a prune and receiving a Geraudel pastille... it's a bit of a letdown. Il en est resté baba, le vieux chimpanzé ! The old chimpanzee was speechless!

Comme il refermait la grille, une automobile s'arrêta, et un homme descendit rapidement, suivi de plusieurs autres. As he closed the gate, a car stopped, and a man got out quickly, followed by several others. Lupin reconnut Prasville. Lupin recognized Prasville.

— Monsieur le secrétaire général, murmura-t-il, je vous salue. "Mr. Secretary General," he murmured, "I greet you." J'ai idée qu'un jour le destin nous mettra l'un en face de l'autre, et je le regrette pour vous, car vous ne m'inspirez qu'une médiocre estime, et vous passerez un sale quart d'heure. I have an idea that one day destiny will bring us face to face, and I regret it for you, because you inspire only mediocre esteem in me, and you'll have a hard time of it. Aujourd'hui, si je n'étais pas si pressé, j'attendrais votre départ et je suivrais Daubrecq pour savoir à qui il a confié l'enfant qu'il va me rendre. Today, if I weren't in such a hurry, I'd wait for you to leave and follow Daubrecq to find out to whom he's entrusted the child he's going to return to me. Mais je suis pressé. But I'm in a hurry. En outre, rien ne m'assure que Daubrecq ne va pas agir par téléphone. What's more, there's no guarantee that Daubrecq won't act by phone. Donc ne nous gaspillons pas en vains efforts, et rejoignons Victoire, Achille et notre précieuse valise. So let's not waste ourselves in vain efforts, and join Victoire, Achille and our precious suitcase.

Deux heures après, posté dans son hangar de Neuilly, toutes ses mesures prises, Lupin voyait Daubrecq qui débouchait d'une rue voisine et s'approchait avec méfiance. Two hours later, stationed in his hangar in Neuilly, with all his measurements taken, Lupin saw Daubrecq emerging from a nearby street and approaching warily.

Lupin ouvrit lui-même la grande porte.

— Vos affaires sont là, monsieur le député, dit-il. — Your belongings are here, Mr. Deputy, he said. Vous pouvez vous rendre compte. You can see for yourself. Il y a un loueur de voitures à côté, vous n'avez qu'à demander un camion et des hommes. There is a car rental company next door, you just have to ask for a truck and some men. Où est l'enfant ?

Daubrecq examina d'abord les objets, puis il conduisit Lupin jusqu'à l'avenue de Neuilly, où deux vieilles dames, masquées par des voiles, stationnaient avec le petit Jacques. Daubrecq first examined the objects, then led Lupin to the Avenue de Neuilly, where two old ladies, masked by veils, parked with Petit Jacques.

À son tour, Lupin emmena l'enfant jusqu'à son automobile, où l'attendait Victoire. Lupin in turn took the child to his car, where Victoire was waiting.

Tout cela fut exécuté rapidement, sans paroles inutiles, et comme si les rôles eussent été appris, les allées et venues réglées d'avance, ainsi que des entrées et des sorties de théâtre. All this was done quickly, without unnecessary words, and as if the roles had been learned, the comings and goings regulated in advance, as well as the entrances and exits of the theater.

À dix heures du soir, Lupin, selon sa promesse, rendait le petit Jacques à sa mère. At ten o'clock in the evening, Lupin, true to his promise, returned little Jacques to his mother. Mais on dut appeler le docteur en hâte, tellement l'enfant, frappé par tous ces événements, montrait d'agitation et d'effroi. Aber man musste eilig den Arzt rufen, weil das Kind, das von all diesen Ereignissen getroffen worden war, so viel Unruhe und Angst zeigte. But the doctor had to be called in a hurry, as the child, shaken by all these events, showed signs of agitation and fear.

Il lui fallut plus de deux semaines pour se rétablir et pour supporter les fatigues d'un déplacement que Lupin jugeait nécessaire. It took him more than two weeks to recover and to bear the strains of a move that Lupin deemed necessary. C'est à peine, d'ailleurs, si Mme Mergy, elle-même, fut rétablie au moment de ce départ, qui eut lieu la nuit, avec toutes les précautions possibles et sous la direction de Lupin. Moreover, Mme Mergy herself was barely recovered by the time of her departure, which took place at night, with every possible precaution and under Lupin's direction. Tuskinpa Mme Mergy itse oli toipunut lähtöön mennessä, joka tapahtui yön aikana kaikin mahdollisin varotoimin ja Lupinin valvonnassa.

Il conduisit la mère et le fils sur une petite plage bretonne et les confia aux soins et à la vigilance de Victoire. He took mother and son to a small Breton beach and entrusted them to Victoire's care and vigilance.

— Enfin, se dit-il, quand il les eut installés, il n'y a plus personne entre le Daubrecq et moi ! Finally, he said to himself, when he had them settled, there is no one left between Daubrecq and me! Il ne peut plus rien contre Mme Mergy et contre le gosse, et elle-même ne risque plus, par son intervention, de faire dévier la lutte. He can no longer do anything against Mrs. Mergy and the kid, and she herself no longer risks, through her intervention, to deflect the struggle. Fichtre, nous avons commis assez de bêtises. Well, we have made enough mistakes. 1º j'ai dû me découvrir vis-à-vis de Daubrecq ; 2º j'ai dû lâcher ma part du mobilier d'Enghien. 1º ich musste mich gegenüber Daubrecq offenbaren; 2º ich musste meinen Anteil an den Möbeln von Enghien aufgeben. 1º I had to reveal myself to Daubrecq; 2º I had to let go of my share of Enghien's furniture. Certes, je la reprendrai un jour ou l'autre, cela ne fait pas l'ombre d'un doute. Natürlich werde ich sie früher oder später wieder aufnehmen, daran besteht kein Zweifel. Certainly, I will take it back one day or another, there is not a shadow of a doubt. Mais, tout de même, nous n'avançons pas, et, d'ici une huitaine, Gilbert et Vaucheray passent en cour d'assises. But still, we are not making progress, and in about a week, Gilbert and Vaucheray will go to court.

Ce à quoi, dans l'aventure, Lupin était le plus sensible, c'était à la dénonciation de Daubrecq concernant son domicile de la rue Chateaubriand. Am empfindlichsten reagierte Lupin in diesem Abenteuer auf Daubrecqs Denunziation bezüglich seiner Wohnung in der Rue Chateaubriand. What Lupin was most sensitive to in the adventure was Daubrecq's denunciation regarding his home on Chateaubriand street. La police avait envahi ce domicile. L'identité de Lupin et de Michel Beaumont avait été reconnue, certains papiers découverts, et, Lupin, tout en poursuivant son but, tout en menant de front certaines entreprises déjà commencées, tout en évitant les recherches, plus pressantes que jamais, de la police, devait procéder, sur d'autres bases, à une réorganisation complète de ses affaires. The identities of Lupin and Michel Beaumont had been discovered, some papers found, and Lupin, while pursuing his goal, while carrying out certain initiatives already started, while avoiding the increasingly pressing searches by the police, had to proceed, on different bases, to a complete reorganization of his business. Lupinin ja Michel Beaumontin henkilöllisyys oli tunnistettu, tietyt paperit oli löydetty, ja Lupininin oli, samalla kun hän pyrki päämääräänsä, toteutti tiettyjä jo aloitettuja hankkeita ja vältteli poliisin entistäkin kiireellisempiä etsintöjä, ryhdyttävä muilta osin järjestelemään asioitaan täysin uudelleen.

Aussi sa rage contre Daubrecq croissait-elle en proportion des ennuis que lui causait le député. Thus his anger against Daubrecq grew in proportion to the troubles caused by the deputy. Il n'avait plus qu'un désir, l'empocher, comme il disait, le tenir à sa disposition et, de gré ou de force, lui extraire son secret. He had only one desire left, to pocket it, as he said, to keep it at his disposal and, by persuasion or by force, extract his secret from him. Hän halusi vain tarttua häneen, kuten hän asian ilmaisi, tehdä hänestä itselleen käyttökelpoisen ja, halusi hän sitä tai ei, purkaa häneltä salaisuutensa. Il rêvait de tortures propres à délier la langue de l'homme le plus taciturne. He dreamt of tortures capable of loosening the tongue of the most taciturn man. Brodequins, chevalet, tenailles rougies au feu, planches hérissées de pointes… il lui semblait que l'ennemi était digne de tous les supplices, et que le but à atteindre excusait tous les moyens. Boots, rack, pliers heated in the fire, boards bristling with spikes... it seemed to him that the enemy was deserving of all tortures, and that the end justified all means. Brodequineja, akseleita, tulessa palavia pihdejä, piikkejä täynnä olevia lautoja... hänestä tuntui, että vihollinen oli kaikkien piinausten arvoinen ja että saavutettava päämäärä oikeutti kaikki keinot.

— Ah ! — Ah! se disait-il, une bonne chambre ardente, avec quelques bourreaux qui n'auraient pas froid aux yeux… On ferait de la belle besogne. he said to himself, a good fiery room, with a few executioners who wouldn't bat an eye... We would do some nice work.

Chaque après-midi, Grognard et Le Ballu étudiaient le parcours que Daubrecq suivait entre le square Lamartine, la Chambre des députés et le cercle dont il faisait partie. Every afternoon, Grognard and Le Ballu studied the route Daubrecq took between Lamartine square, the Chamber of Deputies, and the club he belonged to. On devait choisir la rue la plus déserte, l'heure la plus propice et, un soir, le pousser dans une automobile. They had to choose the most deserted street, the most opportune time, and, one evening, push him into a car.

De son côté, Lupin aménageait non loin de Paris, au milieu d'un grand jardin, une vieille bâtisse qui offrait toutes les conditions nécessaires de sécurité et d'isolement, et qu'il appelait la « Cage du Singe ». On his side, Lupin was setting up not far from Paris, in the middle of a large garden, an old building that offered all the necessary conditions of security and isolation, and which he called the 'Monkey's Cage.'

Malheureusement, Daubrecq devait se méfier. Unfortunately, Daubrecq had to be cautious. Car chaque fois, pour ainsi dire, il changeait d'itinéraire, ou bien prenait le métro, ou bien montait en tramway, et la cage demeurait vide. Because every time, so to speak, he changed his route, or took the subway, or took the tram, and the cage remained empty.

Lupin combina un autre plan. Lupin came up with another plan. Il fit venir de Marseille un de ses affidés, le père Brindebois, honorable épicier en retraite, qui précisément habitait dans la circonscription électorale de Daubrecq et s'occupait de politique. He sent for one of his affianced friends from Marseille, Father Brindebois, a retired grocer who lived in Daubrecq's electoral district and was involved in politics.

De Marseille, le père Brindebois annonça sa visite à Daubrecq qui reçut avec empressement cet électeur considérable. From Marseille, Father Brindebois announced his visit to Daubrecq, who received the considerable elector with alacrity. Un dîner fut projeté pour la semaine suivante. A dinner was planned for the following week.

L'électeur proposa un petit restaurant de la rive gauche, où, disait-il, on mangeait merveille. The elector suggested a small restaurant on the Left Bank, where, he said, the food was wonderful. Daubrecq accepta. Daubrecq accepted.

C'est ce que voulait Lupin. That's what Lupin wanted. Le propriétaire de ce restaurant comptait au nombre de ses amis. The owner of this restaurant counted among his friends. Dès lors, le coup, qui devait avoir lieu le jeudi suivant, ne pouvait manquer de réussir. Therefore, the plan, which was scheduled for the following Thursday, could not fail to succeed.

Sur ces entrefaites, le lundi de la même semaine, commença le procès de Gilbert et de Vaucheray. Meanwhile, on the Monday of the same week, the trial of Gilbert and Vaucheray began.

On se le rappelle, et les débats sont trop récents pour que je remémore la façon vraiment incompréhensible et partiale dont le président des assises conduisit son interrogatoire à l'encontre de Gilbert. We remember, and the debates are too recent for me to recall the truly incomprehensible and biased way in which the president of the assizes conducted his questioning of Gilbert. Me kaikki muistamme sen, ja oikeudenkäynti on liian tuore, jotta voisin muistaa sen todella käsittämättömän ja puolueellisen tavan, jolla oikeuden puheenjohtaja suoritti Gilbertin kuulustelun. La chose fut remarquée et jugée sévèrement. It was noticed and judged severely. Lupin reconnut là l'influence détestable de Daubrecq. Lupin recognized Daubrecq's detestable influence.

L'attitude des deux accusés fut très différente. Vaucheray, sombre, taciturne, l'expression âpre, avoua cyniquement, en phrases brèves, ironiques, presque provocantes, les crimes qu'il avait commis autrefois. Vaucheray, dark, taciturn, his expression harsh, confessed cynically, in brief, ironic, almost provocative sentences, the crimes he had committed in the past. Mais, par une contradiction inexplicable pour tout le monde, sauf pour Lupin, il se défendit de toute participation à l'assassinat du domestique Léonard et chargea violemment Gilbert. But, in a contradiction inexplicable to anyone but Lupin, he denied any involvement in the murder of the servant Léonard and violently accused Gilbert. Il voulait ainsi, en liant son sort à celui de Gilbert, obliger Lupin à prendre pour ses deux complices les mêmes mesures de délivrance. By tying his fate to Gilbert's, he wanted to force Lupin to take the same rescue measures for his two accomplices.

Quant à Gilbert, dont le visage franc, dont les yeux rêveurs et mélancoliques conquirent toutes les sympathies, il ne sut pas se garer des pièges du président, ni rétorquer les mensonges de Vaucheray. As for Gilbert, whose frank face and dreamy, melancholy eyes won over every sympathizer, he was unable to ward off the president's traps or counter Vaucheray's lies. Il pleurait, parlait trop, ou ne parlait pas quand il l'eût fallu. He cried, spoke too much, or didn't speak when he should have. En outre, son avocat, un des maîtres du barreau, malade au dernier moment (et là encore Lupin voulut voir la main de Daubrecq) fut remplacé par un secrétaire, lequel plaida mal, prit l'affaire à contresens, indisposa le jury, et ne put effacer l'impression qu'avaient produite le réquisitoire de l'avocat général et la plaidoirie de l'avocat de Vaucheray. Außerdem war sein Anwalt, ein Meister der Anwaltskammer, im letzten Moment erkrankt (und auch hier wollte Lupin die Hand Daubrecqs sehen) und wurde durch einen Sekretär ersetzt, der schlecht plädierte, den Fall falsch aufnahm, die Geschworenen verärgerte und den Eindruck, den die Anklage des Generalanwalts und das Plädoyer des Anwalts de Vaucheray hinterlassen hatten, nicht mehr rückgängig machen konnte. What's more, his lawyer, one of the masters of the bar, was taken ill at the last moment (and here again Lupin wanted to see Daubrecq's hand) and replaced by a secretary, who pleaded badly, took the case in the wrong direction, upset the jury, and was unable to erase the impression made by the public prosecutor's indictment and Vaucheray's closing arguments. Lisäksi hänen asianajajansa, yksi asianajajien mestareista, sairastui viime hetkellä (ja tässäkin Lupin halusi nähdä Daubrecqin käden), ja hänen tilalleen tuli sihteeri, joka vetosi huonosti, vei juttua väärään suuntaan, sai valamiehistön järkyttymään eikä kyennyt pyyhkimään pois vaikutelmaa, jonka syyttäjän syyte ja Vaucherayn vetoomus olivat tehneet.

Lupin, qui eut l'audace inconcevable d'assister à la dernière journée des débats, le jeudi, ne douta pas du résultat. Lupin, who had the inconceivable audacity to attend the final day of debates on Thursday, had no doubts about the outcome. La double condamnation était certaine. The double conviction was certain.

Elle était certaine, parce que tous les efforts de la justice, corroborant ainsi la tactique de Vaucheray, avaient tendu à solidariser étroitement les deux accusés. Sie war sicher, weil alle Bemühungen der Justiz, die Vaucherays Taktik bestätigten, darauf abzielten, die beiden Angeklagten eng zusammenzuführen. It was certain, because all the efforts of justice, thus corroborating Vaucheray's tactic, had aimed at closely linking the two accused. Elle était certaine, ensuite et surtout, parce qu'il s'agissait des deux complices de Lupin. It was certain, also and above all, because they were Lupin's two accomplices. Depuis l'ouverture de l'instruction jusqu'au prononcé du jugement, et bien que la justice, faute de preuves suffisantes, et aussi pour ne point disséminer ses efforts, n'eût pas voulu impliquer Lupin dans l'affaire, tout le procès fut dirigé contre Lupin. From the opening of the investigation to the pronouncement of the verdict, and despite the fact that the justice system, for lack of sufficient evidence, and also in order not to spread its efforts too thinly, did not want to implicate Lupin in the case, the entire trial was directed against Lupin. Tutkinnan aloittamisesta tuomion julistamiseen asti, ja vaikka tuomioistuimet eivät halunneet riittävien todisteiden puuttuessa ja myös siksi, että ne eivät halunneet jakaa ponnistuksiaan liikaa, sotkea Lupinia tähän tapaukseen, koko oikeudenkäynti oli suunnattu Lupinia vastaan. C'était lui l'adversaire que l'on voulait atteindre ; lui, le chef qu'il fallait punir en la personne de ses amis ; lui, le bandit célèbre et sympathique, dont on devait détruire le prestige aux yeux de la foule. He was the adversary that we wanted to reach; him, the leader who needed to be punished through his friends; him, the famous and sympathetic bandit whose prestige had to be destroyed in the eyes of the crowd. Gilbert et Vaucheray exécutés, l'auréole de Lupin s'évanouissait. With Gilbert and Vaucheray executed, Lupin's halo vanished. La légende prenait fin. The legend came to an end.

Lupin… Lupin… Arsène Lupin… on n'entendit que ce nom durant les quatre jours. L'avocat général, le président, les jurés, les avocats, les témoins, n'avaient pas d'autres mots à la bouche. The attorney general, the president, the jurors, the lawyers, the witnesses, had no other words on their lips. À tout instant on invoquait Lupin pour le maudire, pour le bafouer, pour l'outrager, pour le rendre responsable de toutes les fautes commises. At every moment Lupin was invoked to curse him, to ridicule him, to outrage him, to hold him responsible for all the mistakes made. On eût dit que Gilbert et Vaucheray ne figuraient que comme comparses, et qu'on faisait son procès à lui, le sieur Lupin, Lupin cambrioleur, chef de bande, faussaire, incendiaire, récidiviste, ancien forçat ! It seemed as if Gilbert and Vaucheray only appeared as accomplices, and that they were putting him on trial, Mister Lupin, Lupin the burglar, leader of a gang, forger, arsonist, repeat offender, former convict! Lupin assassin, Lupin souillé par le sang de sa victime, Lupin qui restait lâchement dans l'ombre après avoir poussé ses amis jusqu'au pied de l'échafaud ! Lupin the murderer, Lupin stained by the blood of his victim, Lupin who cowardly remained in the shadows after having pushed his friends to the foot of the scaffold!

— Ah ! ils savent bien ce qu'ils font ! they know what they're doing! murmura-t-il. C'est ma dette que va payer mon pauvre grand gamin de Gilbert. It's my debt that my poor big kid Gilbert is going to pay. Se on minun velkani, jonka isokokoinen Gilbert-parka joutuu maksamaan. C'est moi le vrai coupable. I am the real culprit.

Et le drame se déroula, effrayant. And the drama unfolded, frightening.

À sept heures du soir, après une longue délibération, les jurés revinrent en séance, et le président du jury donna lecture des réponses aux questions posées par la Cour. At seven o'clock in the evening, after much deliberation, the jurors returned to the session, and the jury president read out the answers to the questions asked by the Court. Kello seitsemän illalla valamiehet palasivat pitkän harkinnan jälkeen kokoukseen, ja valamiehistön puheenjohtaja luki vastaukset tuomioistuimen esittämiin kysymyksiin. C'était « oui » sur tous les points. It was a 'yes' on all points. C'était la culpabilité et le rejet des circonstances atténuantes. It was guilt and rejection without extenuating circumstances. Kyse oli syyllisyydestä ja lieventävien asianhaarojen hylkäämisestä.

On fit rentrer les deux accusés. The two accused were brought in.

Debout, chancelants et blêmes, ils écoutèrent la sentence de mort. Standing, staggering and pale, they listened to the death sentence. Hätkähdellen ja kalpeina he seisoivat ja kuuntelivat kuolemantuomiota.

Et, dans le grand silence solennel, où l'anxiété du public se mêlait de pitié, le président des assises demanda : And, in the great solemn silence, where the public's anxiety mixed with pity, the president of the court asked:

— Vous n'avez rien à ajouter, Vaucheray ? - Do you have anything to add, Vaucheray?

— Rien, monsieur le président ; du moment que mon camarade est condamné comme moi, je suis tranquille… Nous sommes sur le même pied tous les deux… Faudra donc que le patron trouve un truc pour nous sauver tous les deux. - Nothing, Mr. President; as long as my comrade is condemned like me, I am calm... We are on the same boat, the two of us... The boss will have to find a way to save us both.

— Le patron ? — The boss?

— Oui, Arsène Lupin. — Yes, Arsène Lupin.

Il y eut un rire parmi la foule. There was a laugh among the crowd.

Le Président reprit :

— Et vous, Gilbert ?

Des larmes roulaient sur les joues du malheureux ; il balbutia quelques phrases inintelligibles. Tears were rolling down the cheeks of the unfortunate; he stammered a few unintelligible sentences.