×

Usamos cookies para ayudar a mejorar LingQ. Al visitar este sitio, aceptas nuestras politicas de cookie.


image

Le Dessous des Cartes - E201-400, Qui contrôle le commerce international ?

Qui contrôle le commerce international ?

[Musique]

aujourd'hui deuxième volet consacré aux

institutions de l'économie

internationale je me suis installé au

palais brongniart l'ancienne bourse de

paris est aujourd'hui je vais vous

parler de l'om c'est pour tenter de

comprendre comment fonctionne

l'organisation mondiale du commerce

on voit sur cette carte du monde les

états membres de l omc début 2011 soit

153 pays la fonction première de cette

organisation internationale qui siège à

genève est à la fois de faciliter le

commerce entre les pays et de le réguler

et comme aujourd'hui environ 90% des

flux commerciaux mondiaux se font entre

les états membres de cette organisation

on mesure à quel point l'om c est un

acteur international important

alors comment est ce que tout cela a

démarré

l'idée d'une organisation du commerce

régulatrice remonte à la fin de la

seconde guerre mondiale comme d'ailleurs

l'onu le fmi ou la banque mondiale

cette idée se fonde sur les théories

classiques du libre échange

dans la lignée des thèses de adams mais

tous ricardo mais elles sont comme

renforcé par la crise financière de 29

car en provoquant un retour au

protectionnisme des états la crise de 29

est analysée comme l'une des causes de

la deuxième guerre mondiale

donc l'idée qui prévaut alors et que

l'interdépendance économique peut être

une des manières de garantir des

relations pacifiques entre les états à

partir de 1947 les affaires commerciales

internationales sont d'abord encadrée

parce qu'on a nommé le gâte c'est à dire

l'accord général sur les tarifs

douaniers et le commerce

23 pays en sont signataires en 1948 mais

trois ne ratifieront pas l'accord et le

gart compte jusqu'à 128 pays en 1994

lorsqu'il est remplacée par une nouvelle

institution

l'organisation mondiale du commerce et

là aussi le nombre des états membres n'a

cessé d'augmenter passant de 136 en 1999

à 153 aujourd'hui en 2011 + 31 états

observateurs

regardez cette carte entre 1950 et

aujourd'hui le volume des échanges

commerciaux dans le monde a été

multiplié par vingt on voit là les

principaux flux du commerce

international par navire par avion ou

même par internet essentiellement entre

les grands pôles économiques habituels

mais de plus on observe que ces flux

sont de plus en plus tirée par l'asie

région à l'origine de fortes

exportations vers l'amérique du nord où

l'europe

alors c'est évidemment le cas spécifique

de la chine qui a fait son entrée à l'om

c'est en 2001 lusine du monde comme on

dit maintenant est désormais le premier

exportateur mondial de biens

manufacturés et elle a évidemment

largement bénéficié de la réduction

généralisée des droits de douane prônée

par l'om s'est en revanche la question

de l'adhésion à l'om c'est plus délicat

pour la russie d'abord parce que

l'essentiel du pib russe dépend des

exportations minières gazières

pétrolière et ensuite une adhésion

imposerait à la russie d'ouvrir son

marché intérieur dans les secteurs

miniers or ils sont entre les mains

d'une oligarchie proche du kremlin

d'où cette lenteur des négociations avec

emc qui dure depuis 1993 alors comment

marche cette organisation son budget

sert au fonctionnement de la structure

dans les plus gros contributeurs à ce

budget on retrouve les poids lourds de

l'économie mondiale les huits pays que

vous voyez sur la carte représentent à

eux seuls plus de 50% du total des

contributions en 2010 alors que 39 états

membres les plus marginaux dans les

échanges internationaux représentent à

peine 0,6 pour cent du budget mais

chaque monde de l'om c'est dispose d'un

même droit de vote quel que soit le

montant de sa contribution à l'om c'est

l'union européenne dispose par exemple

d'autant de voix que deux pays membres

et en plus elle siège en son nom propre

ce qui fait que l'union européenne en

tant qu'ensemble économie

comptent pour 27 plus une voix alors qu

en tant qu'institution son vote a le

même poids que celui de malte ou la

bulgarie

l'om c'est repose sur la clause dite de

la nation la plus favorisée

elle suppose que si un pays membres

appliquent une quelconque préférence

tarifaire à un autre pays membre

il doit accorder cette même faveur à

l'ensemble des états membres de

l'organisation et en même temps il ya

des dérogations à cette clause dans le

cas par exemple des zones de libre

échange dont on voit ici les quatre

principales l'union européenne qui l

exemple d'intégration commerciale le

plus abouti car les droits de douanes

sur les biens et les services échangés

entre les 27 états membres et ont

totalement disparu depuis 1993 le

mercosur marché commun d'amérique du sud

qui regroupe cinq pays et en associe

plusieurs autres l'alena qui appliquent

ce même principe entre les trois états

d'amérique du nord et enfin la séan en

asie du sud est

regroupant les dix pays que l'on voit là

en réalité l'idée que sous-tendent ces

dérogations et que la régionalisation

est en soi une première étape vers la

mondialisation les préférences

tarifaires sont d'abord accordé à une

poignée de pays voisins

puis la zone de libre échange et

progressivement intégré à la concurrence

internationale

si on fait la moyenne on constate que

depuis 1945 les barrières douanières

tarifaires ont littéralement fondu

passant de 40% de la valeur des

marchandises en moyenne à près de 2,2

pour cent

aujourd'hui le budget l'om c'est sert

aussi à gérer l'instance de régulation

l'organe de règlement des différends qui

arbitre les litiges commerciaux entre

les états membres

on se souvient par exemple du conflit

qui a opposé d'un côté les états unis et

le canada qui exportait du boeuf élevé

aux hormones de croissance et de l'autre

l'europe qui opposé un refus à cette

importation sur son territoire

l'organe de règlement des différends de

l'om s'est saisie par les états unis et

le canada a finalement condamné l'europe

demandant la levée de cette barrière

douanière non tarifaires et autorisant

les plaignants à taxer en représailles

des produits européens

un autre différend plus récent a opposé

de 2004 à 2011 les états unis et

certains membres de l'union européenne

autour des subventions octroyées par les

états unis à l'avionneur boeing et en

janvier 2011 l' omc a jugé illégales ces

subventions à l'industrie aéronautique

américaine et a autorisé les plaignants

à adopter des mesures de rétorsion

équivalente aux préjudices subis aux

problématiques majeures au sein du mc

l'agriculture

ce secteur est l'un des derniers à ne

pas avoir été entièrement libéralisé

regardez ce graphique montrant les

variations des cours des céréales elles

peuvent être liées à l'augmentation de

la consommation animale la spéculation

sur les prix mais aussi les aléas

climatiques ou certains conflits et bien

ces divers facteurs ont entraîné une

hausse des cours elle même à l'origine

des émeutes de la faim en 2008 dans

plusieurs pays membres de l'om c'est

comme le mexique l'egypte ou les

philippines

cette question agricole reste un thème

central au sein de l'organisation

car elle traduit en fait directement les

clivage nord-sud les pays en

développement sont majoritaires au sein

de l'organisation

et pourtant ils subissent la concurrence

frontale des pays du nord où les

subventions fausse la concurrence sur

les marchés mondiaux

donc le mca a tenté de restaurer la

confiance au sein de l'organisation en

lançant un cil de négociations du cycle

de doha et cela a mis au jour

l'existence de plusieurs coalitions

opposées

d'abord on trouve deux puissances

économiques majeures

les etats-unis et l'union européenne

dont les secteurs agricoles sont

organisées sur des bases industrielles

ce secteur contribue assez peu à la

formation du pib des deux régions

1,2 pour cent du pib aux etats unis et

3% dans l'union européenne

et pourtant l'agriculture il représente

un enjeu crucial en termes politiques

sociale et électorale ce qui explique

pourquoi les agriculteurs bénéficient

d'importantes subventions à

l'exportation

en même temps les deux géants sont

opposés l'un à l'autre les états unis

demandant une baisse généralisée des

tarifs douaniers et l'union européenne

demandant une baisse des subventions que

les états unis accordent à ces

agriculteurs

ce que refuse washington ensuite il ya

le groupe de cairns

il regroupe les gros exportateur de

produits agricoles australie en tête et

dont les gouvernements n'octroie ni aide

ni subvention à leurs producteurs

nationaux donc ils demandent et

l'abaissement des barrières douanières

européennes et la baisse des subventions

américaines aux exportations agricoles

pour éviter toute distorsion de

concurrence sur les marchés mondiaux

on trouve dans ce groupe certains pays

émergents exportateur net de produits

alimentaires comme le brésil l'afrique

du sud l'indonésie leur position rejoint

celle de l'inde de la chine du mexique

de l'egypte qui demande que les droits

de douane soit plafonné afin de pouvoir

vendre leurs productions agricoles et

leurs produits agroalimentaires le

brésil un des premiers exportateurs

mondiaux de matières premières agricoles

cherche d'ailleurs depuis longtemps à

faire chuter les barrières douanières

pour ensuite venir dominer le marché

mondial

et puis enfin à l'autre extrême on

trouve de nombreux pays réunis au sein

de ce qu'on appelle le gie 90 et tous

d'ailleurs ne font pas partie de l' omc

et leurs agriculteurs sont surtout

organisés en petites exploitations

vivrières et de ce fait ils sont très

vulnérables à la concurrence des pays

qui subventionnent leurs exportations et

aux aléas climatiques et bien les

postures de négociations et surtout les

intérêts bien compris de ses alliances

n'ayant pas pu être approché le cycle de

doha s'est terminée sur un échec et

l'agriculture mondiale n'est toujours

pas régulés par l'om c'est voilà on

mesure bien l'importance du rôle de l'om

c'est la complexité des négociations qui

sont des révélateurs de l'importance des

enjeux

et finalement ce cycle de doha a bien

mis

en lumière les tensions les oppositions

entre états sur ces questions agricoles

une date limite a été fixée à 2013 par

l'om c'est pour la suppression des

subventions aux exportations agricoles

mais rien ne dit que cette date pourra

être respectée car on sait l'om c'est

parfois très critiqué car de fait tous

les pas commercialisable tout n'est pas

libérale is able certains services ne le

sont pas et certains biens qui sont des

richesses culturelles ne doit pas l'être

[Musique]

vous pouvez lire le livre de michel rey

nelly l'organisation mondiale du

commerce aux éditions de la découverte

vous signale que la revue futuribles

dans son numéro de février 2011 à tout

un dossier sur la volatilité des marchés

agricoles la sécurité alimentaire de

l'humanité et puis je vous signale que

dans notre collection nous publions un

nouveau dvd richesse et pauvreté des

nations donc est édité chez arte

éditions

[Musique]


Qui contrôle le commerce international ?

[Musique]

aujourd'hui deuxième volet consacré aux

institutions de l'économie

internationale je me suis installé au

palais brongniart l'ancienne bourse de

paris est aujourd'hui je vais vous

parler de l'om c'est pour tenter de

comprendre comment fonctionne

l'organisation mondiale du commerce

on voit sur cette carte du monde les

états membres de l omc début 2011 soit

153 pays la fonction première de cette

organisation internationale qui siège à

genève est à la fois de faciliter le

commerce entre les pays et de le réguler

et comme aujourd'hui environ 90% des

flux commerciaux mondiaux se font entre

les états membres de cette organisation

on mesure à quel point l'om c est un

acteur international important

alors comment est ce que tout cela a

démarré

l'idée d'une organisation du commerce

régulatrice remonte à la fin de la

seconde guerre mondiale comme d'ailleurs

l'onu le fmi ou la banque mondiale

cette idée se fonde sur les théories

classiques du libre échange

dans la lignée des thèses de adams mais

tous ricardo mais elles sont comme

renforcé par la crise financière de 29

car en provoquant un retour au

protectionnisme des états la crise de 29

est analysée comme l'une des causes de

la deuxième guerre mondiale

donc l'idée qui prévaut alors et que

l'interdépendance économique peut être

une des manières de garantir des

relations pacifiques entre les états à

partir de 1947 les affaires commerciales

internationales sont d'abord encadrée

parce qu'on a nommé le gâte c'est à dire

l'accord général sur les tarifs

douaniers et le commerce

23 pays en sont signataires en 1948 mais

trois ne ratifieront pas l'accord et le

gart compte jusqu'à 128 pays en 1994

lorsqu'il est remplacée par une nouvelle

institution

l'organisation mondiale du commerce et

là aussi le nombre des états membres n'a

cessé d'augmenter passant de 136 en 1999

à 153 aujourd'hui en 2011 + 31 états

observateurs

regardez cette carte entre 1950 et

aujourd'hui le volume des échanges

commerciaux dans le monde a été

multiplié par vingt on voit là les

principaux flux du commerce

international par navire par avion ou

même par internet essentiellement entre

les grands pôles économiques habituels

mais de plus on observe que ces flux

sont de plus en plus tirée par l'asie

région à l'origine de fortes

exportations vers l'amérique du nord où

l'europe

alors c'est évidemment le cas spécifique

de la chine qui a fait son entrée à l'om

c'est en 2001 lusine du monde comme on

dit maintenant est désormais le premier

exportateur mondial de biens

manufacturés et elle a évidemment

largement bénéficié de la réduction

généralisée des droits de douane prônée

par l'om s'est en revanche la question

de l'adhésion à l'om c'est plus délicat

pour la russie d'abord parce que

l'essentiel du pib russe dépend des

exportations minières gazières

pétrolière et ensuite une adhésion

imposerait à la russie d'ouvrir son

marché intérieur dans les secteurs

miniers or ils sont entre les mains

d'une oligarchie proche du kremlin

d'où cette lenteur des négociations avec

emc qui dure depuis 1993 alors comment

marche cette organisation son budget

sert au fonctionnement de la structure

dans les plus gros contributeurs à ce

budget on retrouve les poids lourds de

l'économie mondiale les huits pays que

vous voyez sur la carte représentent à

eux seuls plus de 50% du total des

contributions en 2010 alors que 39 états

membres les plus marginaux dans les

échanges internationaux représentent à

peine 0,6 pour cent du budget mais

chaque monde de l'om c'est dispose d'un

même droit de vote quel que soit le

montant de sa contribution à l'om c'est

l'union européenne dispose par exemple

d'autant de voix que deux pays membres

et en plus elle siège en son nom propre

ce qui fait que l'union européenne en

tant qu'ensemble économie

comptent pour 27 plus une voix alors qu

en tant qu'institution son vote a le

même poids que celui de malte ou la

bulgarie

l'om c'est repose sur la clause dite de

la nation la plus favorisée

elle suppose que si un pays membres

appliquent une quelconque préférence

tarifaire à un autre pays membre

il doit accorder cette même faveur à

l'ensemble des états membres de

l'organisation et en même temps il ya

des dérogations à cette clause dans le

cas par exemple des zones de libre

échange dont on voit ici les quatre

principales l'union européenne qui l

exemple d'intégration commerciale le

plus abouti car les droits de douanes

sur les biens et les services échangés

entre les 27 états membres et ont

totalement disparu depuis 1993 le

mercosur marché commun d'amérique du sud

qui regroupe cinq pays et en associe

plusieurs autres l'alena qui appliquent

ce même principe entre les trois états

d'amérique du nord et enfin la séan en

asie du sud est

regroupant les dix pays que l'on voit là

en réalité l'idée que sous-tendent ces

dérogations et que la régionalisation

est en soi une première étape vers la

mondialisation les préférences

tarifaires sont d'abord accordé à une

poignée de pays voisins

puis la zone de libre échange et

progressivement intégré à la concurrence

internationale

si on fait la moyenne on constate que

depuis 1945 les barrières douanières

tarifaires ont littéralement fondu

passant de 40% de la valeur des

marchandises en moyenne à près de 2,2

pour cent

aujourd'hui le budget l'om c'est sert

aussi à gérer l'instance de régulation

l'organe de règlement des différends qui

arbitre les litiges commerciaux entre

les états membres

on se souvient par exemple du conflit

qui a opposé d'un côté les états unis et

le canada qui exportait du boeuf élevé

aux hormones de croissance et de l'autre

l'europe qui opposé un refus à cette

importation sur son territoire

l'organe de règlement des différends de

l'om s'est saisie par les états unis et

le canada a finalement condamné l'europe

demandant la levée de cette barrière

douanière non tarifaires et autorisant

les plaignants à taxer en représailles

des produits européens

un autre différend plus récent a opposé

de 2004 à 2011 les états unis et

certains membres de l'union européenne

autour des subventions octroyées par les

états unis à l'avionneur boeing et en

janvier 2011 l' omc a jugé illégales ces

subventions à l'industrie aéronautique

américaine et a autorisé les plaignants

à adopter des mesures de rétorsion

équivalente aux préjudices subis aux

problématiques majeures au sein du mc

l'agriculture

ce secteur est l'un des derniers à ne

pas avoir été entièrement libéralisé

regardez ce graphique montrant les

variations des cours des céréales elles

peuvent être liées à l'augmentation de

la consommation animale la spéculation

sur les prix mais aussi les aléas

climatiques ou certains conflits et bien

ces divers facteurs ont entraîné une

hausse des cours elle même à l'origine

des émeutes de la faim en 2008 dans

plusieurs pays membres de l'om c'est

comme le mexique l'egypte ou les

philippines

cette question agricole reste un thème

central au sein de l'organisation

car elle traduit en fait directement les

clivage nord-sud les pays en

développement sont majoritaires au sein

de l'organisation

et pourtant ils subissent la concurrence

frontale des pays du nord où les

subventions fausse la concurrence sur

les marchés mondiaux

donc le mca a tenté de restaurer la

confiance au sein de l'organisation en

lançant un cil de négociations du cycle

de doha et cela a mis au jour

l'existence de plusieurs coalitions

opposées

d'abord on trouve deux puissances

économiques majeures

les etats-unis et l'union européenne

dont les secteurs agricoles sont

organisées sur des bases industrielles

ce secteur contribue assez peu à la

formation du pib des deux régions

1,2 pour cent du pib aux etats unis et

3% dans l'union européenne

et pourtant l'agriculture il représente

un enjeu crucial en termes politiques

sociale et électorale ce qui explique

pourquoi les agriculteurs bénéficient

d'importantes subventions à

l'exportation

en même temps les deux géants sont

opposés l'un à l'autre les états unis

demandant une baisse généralisée des

tarifs douaniers et l'union européenne

demandant une baisse des subventions que

les états unis accordent à ces

agriculteurs

ce que refuse washington ensuite il ya

le groupe de cairns

il regroupe les gros exportateur de

produits agricoles australie en tête et

dont les gouvernements n'octroie ni aide

ni subvention à leurs producteurs

nationaux donc ils demandent et

l'abaissement des barrières douanières

européennes et la baisse des subventions

américaines aux exportations agricoles

pour éviter toute distorsion de

concurrence sur les marchés mondiaux

on trouve dans ce groupe certains pays

émergents exportateur net de produits

alimentaires comme le brésil l'afrique

du sud l'indonésie leur position rejoint

celle de l'inde de la chine du mexique

de l'egypte qui demande que les droits

de douane soit plafonné afin de pouvoir

vendre leurs productions agricoles et

leurs produits agroalimentaires le

brésil un des premiers exportateurs

mondiaux de matières premières agricoles

cherche d'ailleurs depuis longtemps à

faire chuter les barrières douanières

pour ensuite venir dominer le marché

mondial

et puis enfin à l'autre extrême on

trouve de nombreux pays réunis au sein

de ce qu'on appelle le gie 90 et tous

d'ailleurs ne font pas partie de l' omc

et leurs agriculteurs sont surtout

organisés en petites exploitations

vivrières et de ce fait ils sont très

vulnérables à la concurrence des pays

qui subventionnent leurs exportations et

aux aléas climatiques et bien les

postures de négociations et surtout les

intérêts bien compris de ses alliances

n'ayant pas pu être approché le cycle de

doha s'est terminée sur un échec et

l'agriculture mondiale n'est toujours

pas régulés par l'om c'est voilà on

mesure bien l'importance du rôle de l'om

c'est la complexité des négociations qui

sont des révélateurs de l'importance des

enjeux

et finalement ce cycle de doha a bien

mis

en lumière les tensions les oppositions

entre états sur ces questions agricoles

une date limite a été fixée à 2013 par

l'om c'est pour la suppression des

subventions aux exportations agricoles

mais rien ne dit que cette date pourra

être respectée car on sait l'om c'est

parfois très critiqué car de fait tous

les pas commercialisable tout n'est pas

libérale is able certains services ne le

sont pas et certains biens qui sont des

richesses culturelles ne doit pas l'être

[Musique]

vous pouvez lire le livre de michel rey

nelly l'organisation mondiale du

commerce aux éditions de la découverte

vous signale que la revue futuribles

dans son numéro de février 2011 à tout

un dossier sur la volatilité des marchés

agricoles la sécurité alimentaire de

l'humanité et puis je vous signale que

dans notre collection nous publions un

nouveau dvd richesse et pauvreté des

nations donc est édité chez arte

éditions

[Musique]