image

DELF B2 - Compréhension orale, DELF B2 – Session 2 – L’abstention

Extrait du Reportage France du 29 décembre 2016.

Journaliste : Dunor Excellent est le porte-parole du collectif 2017 avec nous. Sa mission : convaincre les étudiants de faire les démarches pour obtenir leur carte d'électeur. Si le collectif se donne autant de mal pour accompagner les jeunes dans cette démarche citoyenne, c'est que dans les banlieues l'abstention bat des records. Ils sont plus de 80 % à ne pas voter.

Toufa a 18 ans. En licence de communication, elle va voter pour la toute première fois. Elle apprécie l'aide concrète du collectif.

Toufa : À l'entrée de la résidence, ils nous proposent de nous inscrire si on n'a pas fait [Ndlr : l'inscription] à la mairie directement. Donc c'est très pratique pour les étudiants parce que je pense qu'il y en a beaucoup qui se sont inscrits. Peut-être même la moitié de la résidence. Personnellement, je n'aurais pas eu l'idée de me déplacer pour aller m'inscrire à la mairie directement.

Journaliste : Car souvent ce sont les lourdeurs des démarches administratives qui freinent les jeunes, même si Toufa a conscience de l'importance de ce droit.

Toufa : Étant citoyenne française, il faut donner quand même son avis. Après, il ne faut pas se plaindre derrière, si on ne vote pas, de ce que le gouvernement fait aux citoyens français.

Journaliste : Hyppolite ne partage pas cet avis. À 23 ans, cet étudiant en informatique n'a jamais eu de carte d'électeur. Et il n'en veut toujours pas.

Hyppolite : Je n'ai pas envie de voter.

Dunor Excellent : D'accord.

Mais ça ne vous empêche pas d'avoir la carte. Vous pouvez changer d'avis, après.

Hyppolite : Ben si je ne vais pas voter, ben ça ne me sert pas à grand-chose.

Dunor Excellent : Non mais si vous changez d'avis. Si vous décidez d'aller… finalement vous vous dites, là, il faut peut-être que j'aille voter.

Hyppolite : Non, parce que je suis déjà entré dans une pensée où je me dis que je ne vais pas voter.

Dunor Excellent : D'accord.

Hyppolite : Parce que je pense que les candidats ils n'ont pas grand-chose à apporter.

Journaliste : Mais Dunor Excellent s'interroge sur le peu de motivation de certaines communes de banlieue à inciter les jeunes à voter.

Dunor Excellent : Je pense personnellement que l'abstention, des fois, profite un petit peu à ceux qui sont aux responsabilités parce que j'ai l'impression qu'ils n'ont aucun intérêt à favoriser la participation et à changer le corps électoral. Donc, pourquoi l'administration ne prend pas ce sujet à bras le corps ? La meilleure méthode reste d'aller chercher les personnes parce que c'est un vrai problème, l'abstention, aux élections locales, et aussi nationales.



Vous voulez apprendre une langue?


Apprenez à partir de ce texte et de milliers d'autres comme celui-ci sur LingQ.

  • Une immense bibliothèque de leçons audio toutes accompagnées du texte.
  • Des outils d'apprentissage révolutionnaires.
  • Une communauté mondiale et interactive d'étudiants.

Apprendre les langues en ligne @LingQ

Extrait du Reportage France du 29 décembre 2016.

Journaliste : Dunor Excellent est le porte-parole du collectif 2017 avec nous. Sa mission : convaincre les étudiants de faire les démarches pour obtenir leur carte d'électeur. Si le collectif se donne autant de mal pour accompagner les jeunes dans cette démarche citoyenne, c'est que dans les banlieues l'abstention bat des records. Ils sont plus de 80 % à ne pas voter.

Toufa a 18 ans. En licence de communication, elle va voter pour la toute première fois. Elle apprécie l'aide concrète du collectif.

Toufa : À l'entrée de la résidence, ils nous proposent de nous inscrire si on n'a pas fait [Ndlr : l'inscription] à la mairie directement. Donc c'est très pratique pour les étudiants parce que je pense qu'il y en a beaucoup qui se sont inscrits. Peut-être même la moitié de la résidence. Personnellement, je n'aurais pas eu l'idée de me déplacer pour aller m'inscrire à la mairie directement.

Journaliste : Car souvent ce sont les lourdeurs des démarches administratives qui freinent les jeunes, même si Toufa a conscience de l'importance de ce droit.

Toufa : Étant citoyenne française, il faut donner quand même son avis. Après, il ne faut pas se plaindre derrière, si on ne vote pas, de ce que le gouvernement fait aux citoyens français.

Journaliste : Hyppolite ne partage pas cet avis. À 23 ans, cet étudiant en informatique n'a jamais eu de carte d'électeur. Et il n'en veut toujours pas.

Hyppolite : Je n'ai pas envie de voter.

Dunor Excellent : D'accord.

Mais ça ne vous empêche pas d'avoir la carte. Vous pouvez changer d'avis, après.

Hyppolite : Ben si je ne vais pas voter, ben ça ne me sert pas à grand-chose.

Dunor Excellent : Non mais si vous changez d'avis. Si vous décidez d'aller… finalement vous vous dites, là, il faut peut-être que j'aille voter.

Hyppolite : Non, parce que je suis déjà entré dans une pensée où je me dis que je ne vais pas voter.

Dunor Excellent : D'accord.

Hyppolite : Parce que je pense que les candidats ils n'ont pas grand-chose à apporter.

Journaliste : Mais Dunor Excellent s'interroge sur le peu de motivation de certaines communes de banlieue à inciter les jeunes à voter.

Dunor Excellent : Je pense personnellement que l'abstention, des fois, profite un petit peu à ceux qui sont aux responsabilités parce que j'ai l'impression qu'ils n'ont aucun intérêt à favoriser la participation et à changer le corps électoral. Donc, pourquoi l'administration ne prend pas ce sujet à bras le corps ? La meilleure méthode reste d'aller chercher les personnes parce que c'est un vrai problème, l'abstention, aux élections locales, et aussi nationales.


×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.