×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

French LingQ Podcast 1.0, #64 Serge & Marianne – NATO Appointment, Part 2

#64 Serge & Marianne – NATO Appointment, Part 2

Marianne: Oui, mais là trois ans, c'est quand même... Serge: Trois ans, ça fait quand même long alors il faudrait qu'elle vienne me voir régulièrement ou que moi, je vienne et après, j'ai vu les prix des billets d'avion, ça Marianne: Ce n'est pas donné. Serge: Ça refroidit un peu.

Marianne: Oui, largement.

Serge: Oui, ça calme les ardeurs donc on a plutôt intérêt à ce que... et puis bon, j'aurais bien envie qu'elle vienne avec moi et je voudrais mettre à profit ce séjour pour que... bien, qu'on en reste pas à Norfolk, qu'on visite, qu'on profite d'être sur place, qu'on voit un petit peu bien le pays parce qu'il y a de quoi faire, je suppose. Enfin je suppose, j'en suis sûr même. Marianne: Oui, ça c'est sûr et certain même. Et bien, bonne nouvelle!

Serge: Bien oui, bonne nouvelle mais si ça ne se faisait pas, je pense que...

Marianne: Eh bien...

Serge: ... si ce n'est pas à la hauteur de mes espoirs et ça risque d'être une grosse grosse déception, je vais peut-être jamais m'en relever. Non, je ne sais pas, non.

Marianne: Eh bien, on verra. Déjà, apparemment ça se fait sur Norfolk et puis la dernière fois, tu m'avais parlé que c'était l'endroit que tu préférais donc on va continuer à espérer jusqu'à... jusqu'au mois de juin. Serge: Et le deuxième point positif, c'est que une des personnes avec qui j'ai dû travailler là, pour constituer le dossier sur le plan de la sécurité, il avait besoin d'informations complémentaires pour ce dossier. Il a... donc, il a contacté à Paris, je crois que c'était un lieutenant, qui traite justement, enfin qui gère tous les gens qui sont en représentation française à l'étranger, voilà le terme exacte. Ça veut dire que ce soit à l'Otan, les ambassades, les... tu vois, différentes choses. On appelle ça comme ça. Et, en parlant de Norfolk, il a dit « mais, de toute façon là-bas, ce sont des postes qui étaient à la marine avant et que l'armée de l'air a récupéré donc ce sont vraiment des postes réservés pour l'armée de l'air française, d'accord? Donc, il a dit les gens qui sont sur la liste, c'est... s'ils ne sont pas de l'armée de l'air, ils... ce n'est pas pour Norfolk qu'ils concourent, hein et il n'y a que... voilà, que l'armée de l'air et on n'est trois et je suis le seul dans ma spécialité à ce poste là. Après, il y a deux officiers avec moi. Donc, ça peut vouloir dire que... bien que voilà, les noms sont déjà décidés puis qu'en fait le test d'anglais sera... ce sera plus une… je ne dirais pas une formalité mais ce ne sera pas d'une importante capitale. Disons que ce serait... c'est le moyen de voir si par exemple la personne, elle a eu sa qualification en anglais il y a quelques années et puis n'a jamais pratiqué et à ce moment-là, ils vont s'apercevoir que bien, qu'il n'a plus vraiment le niveau. Moi, ce n'est pas mon cas puisque je continue. Marianne: Bien, tu pratiques tous le temps.

Serge: Je n'ai fait que travailler l'anglais tous les jours donc, en tout cas, je n'ai pas baissé. Je ne me suis peut-être pas amélioré mais je ne pense pas avoir baissé de niveau donc voilà, c'est pour ça que je suis assez confiant et, pour ce qui est de la partie anglais militaire, on va dire je... Marianne: Tu vas travailler là-dessus.

Serge: Voilà. Je vais le travailler et au pire, je leur dirais mais vous savez, j'ai deux mois pour rattraper le temps perdu, je... Marianne: Puis, ça s'acquiert après. Serge: Voilà, ça s'acquiert... Marianne: Sur le terrain.

Serge: Sur le terrain, voilà donc heu. Ce n'est pas dramatique. Marianne: C'est quoi ton grade, toi dans l'armée? Serge: Je suis adjudant chef. Alors en anglais, enfin pas en anglais en américain, en anglais-américain c'est non-commissioned officer parce qu'il n'y a pas d'équivalent de ce grade là dans l'armée de l'air américaine. Par contre, il y en a ... il y a une équivalence en... dans la RAF, c'est warrant officer ou quelque chose comme ça donc, voilà. Marianne: Mais...

Serge: Oui?

Marianne: Oui...

Serge: Non, non. Vas-y, je...

Marianne: Non, je changeais un peu donc vas-y si tu veux.

Serge: Bien non, je disais que je... à partir du moment où moi, je vais postuler pour Norfolk aux Etats-Unis, je... bien, je... j'adopterais les équivalences de grades par rapport à l'armée de l'air américaine, voilà. Marianne: Oui.

Serge: Ça me parait logique. Et puis après, bien écoute ils diront ce qu'ils veulent hein. Moi, je... voilà.

Marianne: C'est impeccable. Je vais croiser les doigts. Quand est-ce que tu auras le résultat, quand tu seras sûr?

Serge: Alors écoute, le test d'anglais, il y a... ils ont ceindé en deux groupes parce qu'on sera quand même deux groupes de vingt-cinq, je crois et donc le mardi matin, il y a un groupe qui va passer l'oral Marianne: Début juin, tu parles?

Serge: Voilà, le deux. C'est le deux, je crois. Marianne: Oui.

Serge: Le trois juin, c'est le matin, c'est le deuxième groupe qui passera l'oral. Marianne: Oui.

Serge: Et le trois juin après-midi, c'est le total des deux groupes qui vont passer l'écrit puisque là, ce sera dans une salle où il n'y a pas besoin de beaucoup d'examinateurs. Voilà, donc pour certain ça va se faire en une journée. Pour d'autres, deux journées. Et après, les résultats doivent être terminés pour le vendredi c'est à dire que le jeudi et le vendredi, les gens qui... je ne sais pas si ce sera des jurys puisque c'est peut-être pas si rigide mais ils vont devoir corriger, donner leur avis et puis il faudra à ce moment-là donner une réponse. Donc, à mon avis, le vendredi on devrait savoir, s'il nous le divulgue bien sûr, qui... si les gens sont pris, s'il y en a qui ne sont pas pris, si tous le monde est pris, si on a tous gagné, enfin bref, voilà. Donc là, à priori, …donc si après, on s'aperçoit qu'on est convoqué pour la deuxième partie, ça veut dire que c'est bon quoi. Marianne: Oui.

Serge: Ils ne vont pas nous donner un paquetage... c'est un truc très... c'est une procédure très lourde. Ça... il faut envoyer encore des gens à Paris parce que c'est un paquetage particulier. C'est un centre à Paris qui les fait, à Ruel Malmaison, je crois. Et donc ils ne vont pas envoyer des gens comme ça, pour le plaisir, pour dire après "oh bien non, finalement, vous n'êtes pas pris. Rendez-nous tout ça. " Marianne: Non, ça m'étonnerais qu'ils fassent... qu'ils dépensent de l'argent pour rien. Serge: Voilà, tout à fait. Donc je pense que le vendredi, donc ce doit être le cinq, les noms seront connus donc dans la semaine qui suit, puisque c'est déjà la semaine qui suit où on va commencer à les percevoir ces fameux paquetages particuliers. Les noms vont arriver à ce moment-là, on saura peut-être même le vendredi. On saura déjà le résultat, peut-être. Donc, je pense la première semaine de juin, le cinq, je pense que je saurai, je pense la réponse que j'aurai sera définitive quoi, qu'elle soit positive ou négative. Ce sera la réponse définitive.

Marianne: Ok.

Serge: Voilà. Donc soit je saute de joie au plafond, soit j'accroche une corde à une poutre et puis je verrai pour la suite. Marianne: On va croiser les doigts.

Serge: Oui.

Si j'en parle à ma belle-mère, elle va encore m'envoyer une photo de Sainte je ne sais pas qui, de Sainte Rita ou quelque chose comme çà. "Ça va vous porter bonheur! ". Oui, oui, ce n'est pas elle qui va répondre aux questions en anglais à ma place hein, Sainte Rita. A chaque fois, elle me fait le coup. J'avais passé un examen une année, je ne sais plus quoi, elle m'avait dit... elle avait dit donc à ma femme, à sa fille "oui, tu lui donneras la photo de Sainte Rita. Tu lui diras qu'il l'a garde sur lui, dans son portefeuille mais sur lui. Ça va lui porter bonheur." Oui, bien sûr, alors je l'ai fait pour lui faire plaisir et puis je n'ai pas eu mon examen. Marianne: Oh! Mais c'est parce que tu ne croyais pas. Serge: Oui, ça doit être ça. Mais donc, comme là, même si elle me l'a donne je n'y croirais pas non plus, donc... C'est même pas la peine qu'elle se donne la peine de m'envoyer une photo de Sainte Rita. Marianne: Tu croiras en toi.

Serge: Oui.

Il faut croire en soi, d'abord, avant tout, ne pas croire aux... enfin voilà. Marianne: Eh, bien!

Serge: Donc ce mois de juin, je te dis, je vais peut-être mettre un petit peu entre parenthèses certaines choses. Je vais... pour me concentrer à ça, je vais...

Marianne: Oui, c'est important. Serge: C'est pareil, je ne vais pas téléchar... étudier de nouveaux contenus, de nouveaux textes sur... dans la bibliothèque. Je vais plutôt... j'ai récupéré quelques tests militaires, tu sais, des annales des années d'avant... étudier ça. Je vais essayer de travailler un petit peu le vocabulaire, et puis après je vais essayer de faire plus d'oral dans des situations, tu sais, d'un entretien un petit peu formel et puis voilà. Je pense que ce sera plus...

Marianne: Ouah! Que de nouvelles! En une semaine, ça évolue vite. Alors là, ça va...

Serge: Oui, oui. Je suis surpris que ça se précipite comme ça mais bon. Je te dis, apparemment, ils veulent vraiment tout de suite occuper les postes. Ils veulent que les choses aillent vite apparemment donc ils mettent les moyens et puis du coup bien, ça va assez vite. Tant mieux puisque l'attente... c'est toujours l'attente qui est le pire dans cette situation. Tu préfères toujours avoir une réponse, qu'elle soit positive ou négative mais... Marianne: Mais assez vite, oui.

Serge: Voilà, c'est essentiel. Sinon, tu rumines, tu... ce n'est pas très bon. Marianne: Oui.

Bien, tu sais moi, l'examen que j'ai passé...j'ai envoyé le courrier à l'école bon ben, vu que c'est par mail, c'est par courrier donc le temps que ça arrive aux Etats-Unis, qu'ils corrigent, qu'ils me renvoient, c'est assez long. Là, ça fait déjà deux semaines que je l'ai envoyé donc... bon, j'essaye de me consacrer... de continuer mes autres études et puis de ne pas d'y penser parce que la première fois oh là, là, je m'en faisais mais bon, ça ne sert à rien. J'attends. Serge: Oui.

Marianne: Mais, il y a quelques jours, j'ai quand même regardé sur le site si jamais ça avait déjà été corrigé. Serge: Ah oui. On ne se refait pas hein. C'est normal, remarque, c'est normal. Quand tu t'es investi dans quelque chose, tu ... cette attente après, c'est... Marianne: Donc, j'ai regardé sur le site. Enfin, j'ai regardé plusieurs fois sur le site parce que... Serge: Oui, et alors?

Marianne: Puis, il y a deux, trois jours, ça a été corrigé. Donc, j'ai le résultat, enfin j'ai la note. Mais maintenant, j'attends le courrier parce que ils l'ont corrigé mais j'attends de recevoir parce que... Serge: Mais d'après la note? Marianne: J'ai 84 donc ce qui fait que... Serge: Ce qui fait 70, tu m'avais dit? Marianne: Non, 70 c'est le minimum pour passer. Serge: Oui, bien donc c'est bon? Marianne: Donc c'est bon. Serge: Bien voilà.

Marianne: Ouf! Donc déjà, ça m'a soulagé. J'ai passé. Maintenant, bien j'attends le courrier avec ma lettre que j'ai faite et puis ce que j'ai fait comme erreurs, analyser et tout ça. Serge: D'accord. Marianne: Mais enfin, au moins je sais la note et je peux passer à autre chose avec plus de soulagement.

Serge: Bien, oui.

Marianne: Parce que l'écrit, vraiment c'est... bon, c'est un peu plus stressant quand même parce que... Serge: Oui.

Marianne: Bon, ça va mieux quand même. Maintenant j'attends pour savoir qu'est-ce que j'ai fait comme erreurs. Serge: Oui bon, bien ça c'est... Marianne: Mais déjà, j'ai le résultat, c'est bon. Serge: Bien voilà.

Marianne: Oui.

Serge: Alors, c'est génial alors. Marianne: Oui.


#64 Serge & Marianne – NATO Appointment, Part 2

Marianne: Oui, mais là trois ans, c'est quand même... Marianne: Yes, but three years is still ... Serge: Trois ans, ça fait quand même long alors il faudrait qu'elle vienne me voir régulièrement ou que moi, je vienne et après, j'ai vu les prix des billets d'avion, ça Serge: Three years, it's been a long time anyway, so she would have to come see me regularly or me, I come and after, I saw the prices of plane tickets, that Marianne: Ce n'est pas donné. Marianne: It's not cheap. Serge: Ça refroidit un peu. Serge: It cools a bit.

Marianne: Oui, largement.

Serge: Oui, ça calme les ardeurs donc on a plutôt intérêt à ce que... et puis bon, j'aurais bien envie qu'elle vienne avec moi et je voudrais mettre à profit ce séjour pour que... bien, qu'on en reste pas à Norfolk, qu'on visite, qu'on profite d'être sur place, qu'on voit un petit peu bien le pays parce qu'il y a de quoi faire, je suppose. Enfin je suppose, j'en suis sûr même. Marianne: Oui, ça c'est sûr et certain même. Et bien, bonne nouvelle!

Serge: Bien oui, bonne nouvelle mais si ça ne se faisait pas, je pense que...

Marianne: Eh bien...

Serge: ... si ce n'est pas à la hauteur de mes espoirs et ça risque d'être une grosse grosse déception, je vais peut-être jamais m'en relever. Non, je ne sais pas, non.

Marianne: Eh bien, on verra. Déjà, apparemment ça se fait sur Norfolk et puis la dernière fois, tu m'avais parlé que c'était l'endroit que tu préférais donc on va continuer à espérer jusqu'à... jusqu'au mois de juin. Serge: Et le deuxième point positif, c'est que une des personnes avec qui j'ai dû travailler là, pour constituer le dossier sur le plan de la sécurité, il avait besoin d'informations complémentaires pour ce dossier. Il a... donc, il a contacté à Paris, je crois que c'était un lieutenant, qui traite justement, enfin qui gère tous les gens qui sont en représentation française à l'étranger, voilà le terme exacte. Ça veut dire que ce soit à l'Otan, les ambassades, les... tu vois, différentes choses. On appelle ça comme ça. Et, en parlant de Norfolk, il a dit « mais, de toute façon là-bas, ce sont des postes qui étaient à la marine avant et que l'armée de l'air a récupéré donc ce sont vraiment des postes réservés pour l'armée de l'air française, d'accord? Donc, il a dit les gens qui sont sur la liste, c'est... s'ils ne sont pas de l'armée de l'air, ils... ce n'est pas pour Norfolk qu'ils concourent, hein et il n'y a que... voilà, que l'armée de l'air et on n'est trois et je suis le seul dans ma spécialité à ce poste là. Après, il y a deux officiers avec moi. Donc, ça peut vouloir dire que... bien que voilà, les noms sont déjà décidés puis qu'en fait le test d'anglais sera... ce sera plus une… je ne dirais pas une formalité mais ce ne sera pas d'une importante capitale. Disons que ce serait... c'est le moyen de voir si par exemple la personne, elle a eu sa qualification en anglais il y a quelques années et puis n'a jamais pratiqué et à ce moment-là, ils vont s'apercevoir que bien, qu'il n'a plus vraiment le niveau. Moi, ce n'est pas mon cas puisque je continue. Marianne: Bien, tu pratiques tous le temps.

Serge: Je n'ai fait que travailler l'anglais tous les jours donc, en tout cas, je n'ai pas baissé. Je ne me suis peut-être pas amélioré mais je ne pense pas avoir baissé de niveau donc voilà, c'est pour ça que je suis assez confiant et, pour ce qui est de la partie anglais militaire, on va dire je... Marianne: Tu vas travailler là-dessus.

Serge: Voilà. Je vais le travailler et au pire, je leur dirais mais vous savez, j'ai deux mois pour rattraper le temps perdu, je... Marianne: Puis, ça s'acquiert après. Serge: Voilà, ça s'acquiert... Marianne: Sur le terrain.

Serge: Sur le terrain, voilà donc heu. Ce n'est pas dramatique. Marianne: C'est quoi ton grade, toi dans l'armée? Serge: Je suis adjudant chef. Alors en anglais, enfin pas en anglais en américain, en anglais-américain c'est non-commissioned officer parce qu'il n'y a pas d'équivalent de ce grade là dans l'armée de l'air américaine. Par contre, il y en a ... il y a une équivalence en... dans la RAF, c'est warrant officer ou quelque chose comme ça donc, voilà. Marianne: Mais...

Serge: Oui?

Marianne: Oui...

Serge: Non, non. Vas-y, je...

Marianne: Non, je changeais un peu donc vas-y si tu veux.

Serge: Bien non, je disais que je... à partir du moment où moi, je vais postuler pour Norfolk aux Etats-Unis, je... bien, je... j'adopterais les équivalences de grades par rapport à l'armée de l'air américaine, voilà. Marianne: Oui.

Serge: Ça me parait logique. Et puis après, bien écoute ils diront ce qu'ils veulent hein. Moi, je... voilà.

Marianne: C'est impeccable. Je vais croiser les doigts. Quand est-ce que tu auras le résultat, quand tu seras sûr?

Serge: Alors écoute, le test d'anglais, il y a... ils ont ceindé en deux groupes parce qu'on sera quand même deux groupes de vingt-cinq, je crois et donc le mardi matin, il y a un groupe qui va passer l'oral Marianne: Début juin, tu parles?

Serge: Voilà, le deux. C'est le deux, je crois. Marianne: Oui.

Serge: Le trois juin, c'est le matin, c'est le deuxième groupe qui passera l'oral. Marianne: Oui.

Serge: Et le trois juin après-midi, c'est le total des deux groupes qui vont passer l'écrit puisque là, ce sera dans une salle où il n'y a pas besoin de beaucoup d'examinateurs. Voilà, donc pour certain ça va se faire en une journée. Pour d'autres, deux journées. Et après, les résultats doivent être terminés pour le vendredi c'est à dire que le jeudi et le vendredi, les gens qui... je ne sais pas si ce sera des jurys puisque c'est peut-être pas si rigide mais ils vont devoir corriger, donner leur avis et puis il faudra à ce moment-là donner une réponse. Donc, à mon avis, le vendredi on devrait savoir, s'il nous le divulgue bien sûr, qui... si les gens sont pris, s'il y en a qui ne sont pas pris, si tous le monde est pris, si on a  tous gagné, enfin bref, voilà. Donc là, à priori, …donc si après, on s'aperçoit qu'on est convoqué pour la deuxième partie, ça veut dire que c'est bon quoi. Marianne: Oui.

Serge: Ils ne vont pas nous donner un paquetage... c'est un truc très... c'est une procédure très lourde. Ça... il faut envoyer encore des gens à Paris parce que c'est un paquetage particulier. C'est un centre à Paris qui les fait, à Ruel Malmaison, je crois. Et donc ils ne vont pas envoyer des gens comme ça, pour le plaisir, pour dire après "oh bien non, finalement, vous n'êtes pas pris. Rendez-nous tout ça. " Marianne: Non, ça m'étonnerais qu'ils fassent... qu'ils dépensent de l'argent pour rien. Serge: Voilà, tout à fait. Donc je pense que le vendredi, donc ce doit être le cinq, les noms seront connus donc dans la semaine qui suit, puisque c'est déjà la semaine qui suit où on va commencer à les percevoir ces fameux paquetages particuliers. Les noms vont arriver à ce moment-là, on saura peut-être même le vendredi. On saura déjà le résultat, peut-être. Donc, je pense la première semaine de juin, le cinq, je pense que je saurai, je pense la réponse que j'aurai sera définitive quoi, qu'elle soit positive ou négative. Ce sera la réponse définitive.

Marianne: Ok.

Serge: Voilà. Donc soit je saute de joie au plafond, soit j'accroche une corde à une poutre et puis je verrai pour la suite. Marianne: On va croiser les doigts.

Serge: Oui.

Si j'en parle à ma belle-mère, elle va encore m'envoyer une photo de Sainte je ne sais pas qui, de Sainte Rita ou quelque chose comme çà. "Ça va vous porter bonheur! ". Oui, oui, ce n'est pas elle qui va répondre aux questions en anglais à ma place hein, Sainte Rita. A chaque fois, elle me fait le coup. J'avais passé un examen une année, je ne sais plus quoi, elle m'avait dit... elle avait dit donc à ma femme, à sa fille "oui, tu lui donneras la photo de Sainte Rita. Tu lui diras qu'il l'a garde sur lui, dans son portefeuille mais sur lui. Ça va lui porter bonheur." Oui, bien sûr, alors je l'ai fait pour lui faire plaisir et puis je n'ai pas eu mon examen. Marianne: Oh! Mais c'est parce que tu ne croyais pas. Serge: Oui, ça doit être ça. Mais donc, comme là, même si elle me l'a donne je n'y croirais pas non plus, donc... C'est même pas la peine qu'elle se donne la peine de m'envoyer une photo de Sainte Rita. Marianne: Tu croiras en toi.

Serge: Oui.

Il faut croire en soi, d'abord, avant tout, ne pas croire aux... enfin voilà. Marianne: Eh, bien!

Serge: Donc ce mois de juin, je te dis, je vais peut-être mettre un petit peu entre parenthèses certaines choses. Je vais... pour me concentrer à ça, je vais...

Marianne: Oui, c'est important. Serge: C'est pareil, je ne vais pas téléchar... étudier de nouveaux contenus, de nouveaux textes sur... dans la bibliothèque. Je vais plutôt... j'ai récupéré quelques tests militaires, tu sais, des annales des années d'avant... étudier ça. Je vais essayer de travailler un petit peu le vocabulaire, et puis après je vais essayer de faire plus d'oral dans des situations, tu sais, d'un entretien un petit peu formel et puis voilà. Je pense que ce sera plus...

Marianne: Ouah! Que de nouvelles! En une semaine, ça évolue vite. Alors là, ça va...

Serge: Oui, oui. Je suis surpris que ça se précipite comme ça mais bon. Je te dis, apparemment, ils veulent vraiment tout de suite occuper les postes. Ils veulent que les choses aillent vite apparemment donc ils mettent les moyens et puis du coup bien, ça va assez vite. Tant mieux puisque l'attente... c'est toujours l'attente qui est le pire dans cette situation. Tu préfères toujours avoir une réponse, qu'elle soit positive ou négative mais... Marianne: Mais assez vite, oui.

Serge: Voilà, c'est essentiel. Sinon, tu rumines, tu... ce n'est pas très bon. Marianne: Oui.

Bien, tu sais moi, l'examen que j'ai passé...j'ai envoyé le courrier à l'école bon ben, vu que c'est par mail, c'est par courrier donc le temps que ça arrive aux Etats-Unis, qu'ils corrigent, qu'ils me renvoient, c'est assez long. Là, ça fait déjà deux semaines que je l'ai envoyé donc... bon, j'essaye de me consacrer... de continuer mes autres études et puis de ne pas d'y penser parce que la première fois oh là, là, je m'en faisais mais bon, ça ne sert à rien. J'attends. Serge: Oui.

Marianne: Mais, il y a quelques jours, j'ai quand même regardé sur le site si jamais ça avait déjà été corrigé. Serge: Ah oui. On ne se refait pas hein. C'est normal, remarque, c'est normal. Quand tu t'es investi dans quelque chose, tu ... cette attente après, c'est... Marianne: Donc, j'ai regardé sur le site. Enfin, j'ai regardé plusieurs fois sur le site parce que... Serge: Oui, et alors?

Marianne: Puis, il y a deux, trois jours, ça a été corrigé. Donc, j'ai le résultat, enfin j'ai la note. Mais maintenant, j'attends le courrier parce que ils l'ont corrigé mais j'attends de recevoir parce que... Serge: Mais d'après la note? Marianne: J'ai 84 donc ce qui fait que... Serge: Ce qui fait 70, tu m'avais dit? Marianne: Non, 70 c'est le minimum pour passer. Serge: Oui, bien donc c'est bon? Marianne: Donc c'est bon. Serge: Bien voilà.

Marianne: Ouf! Donc déjà, ça m'a soulagé. J'ai passé. Maintenant, bien j'attends le courrier avec ma lettre que j'ai faite et puis ce que j'ai fait comme erreurs, analyser et tout ça. Serge: D'accord. Marianne: Mais enfin, au moins je sais la note et je peux passer à autre chose avec plus de soulagement.

Serge: Bien, oui.

Marianne: Parce que l'écrit, vraiment c'est... bon, c'est un peu plus stressant quand même parce que... Serge: Oui.

Marianne: Bon, ça va mieux quand même. Maintenant j'attends pour savoir qu'est-ce que j'ai fait comme erreurs. Serge: Oui bon, bien ça c'est... Marianne: Mais déjà, j'ai le résultat, c'est bon. Serge: Bien voilà.

Marianne: Oui.

Serge: Alors, c'est génial alors. Marianne: Oui.