×

Nous utilisons des cookies pour rendre LingQ meilleur. En visitant le site vous acceptez nos Politique des cookies.


image

French LingQ Podcast 1.0, # 28 Serge & Marianne - Vacation

# 28 Serge & Marianne - Vacation

M.

: Bonjour Serge.

S.

: Bonjour Marianne.

M.

: Comment vas-tu après tout ce temps?

S.

: Après tout ce temps, bien, je vais très bien. Très bien.

M.

: La dernière fois qu'on s'est parlé c'était quand? Fin juin?

S.

: Avant les vacances. Avant les vacances d'été, oui. Oui, oui.

M.

: Avant les vacances. Donc, tu es parti en vacances?

S.

: Oui.

Oui, dès le mois de juillet. J'en avais un petit peu assez du travail, du boulot. Alors, je crois que c'était le 28 juin même, quelque chose comme ça. J'ai eu… j'avais une course de vélo, je crois, et je suis… le lendemain, j'étais en vacances. Donc, je ne suis pas parti tout de suite, je suis resté quelques jours à Andernos puisque, ma femme, elle avait encore une semaine de travail. Donc je ne suis parti qu'après ; histoire de changer d'air. M.

: Et tu es allé où?

S.

: Eh bien, je suis allé dans le Midi de la France puisque ma mère habite à Pierrefeu du Var. C'est un petit village qui est au nord de Hyères ; Hyères, à côté de Toulon. M.

: Vers la Méditerranée.

S.

: Voilà. Sur le… bon, le village, il est un petit peu retiré dans les terres. Il est à, je dirais, une petite vingtaine de kilomètres de la mer. Mais c'est le Midi donc c'est très chaud, on est tout le temps assuré du beau temps, ce qui n'est pas le cas dans pas mal d'autres régions de France. Et, entre autres, du côté de Bordeaux, je ne crois pas qu'ils aient eu du très, très beau temps pendant que j'étais parti. Donc, je n'ai pas de regret. M.

: Très bien. Qu'as-tu fait là-bas? Tu as eu des… certaines activités ou le repos complet?

S.

: Non. Jamais de repos complet. Je ne peux pas. Et, bon, je pense que tu te doutes de mes activités que j'ai eues là-bas parce que j'ai bien sûr amené mon vélo. Parce que l'avantage là-bas, c'est qu'il y a des bosses, on va dire des petites montagnes, ce n'est quand même pas… ce sont les pré Alpes donc ce n'est pas très, très élevé mais il y a des cols qui sont quand même intéressants alors que, où j'habite ici, c'est complètement plat donc… M.

: C'est plat.. S.

: Oui, c'est très, très, très monotone et… Dès que j'ai l'occasion d'aller chez elle, bon, bien j'emmène mon vélo, je le démonte, j'accroche une partie à l'extérieur de la voiture, les roues qui sont fragiles, je les mets dans le coffre et puis, voilà, j'emmène toujours mon vélo. Donc, beaucoup de vélo et puis peu ou pas de plage parce qu'en fait, les plages de la Méditerranée, quand on connaît les plages de l'Atlantique, elles sont assez fades. Elles sont… Oui. Elles sont surchargées de monde, on n'a pas de place, les plages sont petites. Bon, l'eau est plus chaude, ça c'est clair, la température est quand même plus élevée en Méditerranée qu'à l'océan, mais, bon, il y a… M.

: C'est peut-être pour ça qu'il y a beaucoup de monde? S.

: C'est vrai que la Méditerranée, toute la côte Sud est quand même très prisée c'est… Mais enfin, moi, personnellement, je préfère l'Atlantique puisque ici on a des plages, on n'en voit pas le bout, elles sont vraiment immenses. Depuis, en fait, depuis le Sud de la France, là, depuis la frontière Espagnole et, je crois, en remontant jusqu'à pas loin de La Rochelle, donc, ça doit faire, je ne sais pas, peut-être 200 kilomètres de plage, il n'y a quasiment que des plages de sable sans discontinuer, quasiment. Donc c'est vraiment immense, il y a de la place. Même s'il y a énormément de touristes, on trouve toujours un petit coin tranquille sur la plage, et puis… M.

: Et c'est plus agréable. S.

: Moi, personnellement, je préfère. C'est vrai qu'il y a… je sais qu'il y a des gens qui préfèrent une température plus élevée de l'eau, donc là, la Méditerranée, c'est quand même idéal, hein. Puisque les…

M.

: Il y a beaucoup de différence entre… de température entre l'Atlantique et…? S.

: Oui.

Ça dépend un petit peu des coins de la Méditerranée mais, par exemple, si on s'approche de la Corse, je crois que cette année ils sont montés entre 27 et 28 degrés, l'eau autour de la Corse. Bon, c'est quand même vraiment une extrême. La Méditerranée, je dirais, 23 degrés alors que l'océan bon… si on est à 20 degrés, c'est pas mal, hein. Voilà, donc. Ce n'est pas le même plaisir de toute façon. Dans l'océan, il y a beaucoup plus de grosses vagues et tout, donc, il y a plus de surfeurs. Pour le surf, c'est idéal. Et puis, pour jouer dans l'eau, c'est idéal. Bon, c'est plus dangereux pour les enfants, il faut les avoir à l'œil parce que c'est beaucoup plus dangereux. Ça, c'est clair. Mais, voilà. Mais enfin, dans tous les cas, moi je descends quand même dans le Midi. Je ne sais pas, j'ai besoin de changer d'air. Même si, ici j'habite près de la… constamment toute l'année près de la mer, enfin, de l'océan. C'est… on a toujours le besoin de changer d'air, toujours. M.

: Ce n'est pas les mêmes paysages. S.

: Oui, en plus, ce n'est pas les mêmes puisqu'on est… là-bas, il y a la mer et tout de suite, si on se retourne, on est adossé à la montagne. Je veux dire c'est vraiment très, très joli. C'est une belle région. Surpeuplée en été, c'est le seul problème mais, bon, je fais partie des gens qui sont là justement, l'été et qui engorgent les routes avec la voiture. Mais bon. Ma mère habite là, donc...

M.

: Et il y a beaucoup de verdure, la forêt?

S.

: Dans le Midi?

M.

: Oui.

S.

: Bien, le problème, non, c'est très, très sec. Donc, il y a beaucoup d'incendies. C'est… cette année encore, je crois qu'il n'y en a pas eu. Je n'ai pas vraiment entendu à la télévision ou je n'ai pas vu les informations. Il n'y a pas eu de gros incendie. D'ailleurs, toutes les équipes de sauveteurs, de Canadair, de pompiers, étaient plutôt en secours dans… je crois qu'au Portugal et en Grèce, il me semble qu'ils ont eu des gros incendies. Donc, je crois qu'ils étaient allés en renfort là-bas. Ça veut dire que, chez nous, on était quand même relativement tranquilles.

M.

: Oui, parce que pendant plusieurs… quelques années, tous les ans il y avait des sacrées incendies dans le Sud.

S.

: Oui.

C'est vrai, oui. Encore l'année dernière d'ailleurs, je crois, et l'année d'avant. Oui, il y avait de gros, gros incendies, oui. Donc, c'est une région quand même très sèche. Mais cette année, effectivement, c'était quand même moins sec que d'habitude et on pouvait rouler, circuler – parce que dans cette région, en cette période de l'année, les randonnées en montagne sont quasiment interdites à cause des dangers d'incendie, justement – et, cette année, je ne pense pas que ça ait été le cas. Donc, moi, j'ai pu rouler partout, comme j'ai voulu, sans problème. Et le reste, ça a été du repos.

M.

: Tu es parti combien de temps?

S.

: On est parti un peu plus de 10 jours. Et, en plus, donc, ça a été l'occasion de rencontrer ma famille, mes frères et sœurs parce qu'en fait, on est… on se voit très, très rarement parce que j'ai un frère qui est dans l'armée lui aussi, il est officier dans l'armée de terre et en ce moment il est en poste à Phnom Penh, je crois, oui, comme attaché de défense auprès du… d'ambassade. Donc, voilà.

Donc, je le vois rarement. Ma sœur donc, Christine, qui habite en Haute Savoie et j'ai une autre sœur qui habite pas loin de Cannes, oui c'est ça. Et, en fait, c'est souvent l'occasion de se retrouver, justement, chez ma mère. Sinon…

M.

: La réunion de famille.

S.

: Voilà. Un petit peu. Sinon on se voit très, très rarement tous ensemble, en tous cas. Donc c'était une occasion… M.

: Bien, vous êtes assez séparés, donc.

S.

: Oui.

Oui, oui.

Puis…

M.

: Toi, à Bordeaux, tu es de l'autre côté. S.

: Voilà. On est quand même un petit peu, un peu éloignés. Oui, c'est vrai. Au niveau de la France, oui.

M.

: Et tu disais? Avant de partir, tu as fait du vélo. C'était quoi? Une compétition?

S.

: J'ai fait… j'ai fait deux compétitions à une semaine d'intervalle. La première, c'était dans les Pyrénées. Alors, on faisait des ascensions. Donc, dans les Pyrénées, les cols sont quand même très élevés, ils sont très raides. Les pentes sont très raides. Au point de vue altitude, c'est moins important que dans les Alpes mais les pourcentages des pentes sont quand même beaucoup plus importants. Donc « c'est » toujours des courses très dures. Et, en plus, cette année on a eu une chaleur torride. Il faisait 34 degrés dans les…

M.

: Fin juin?

S.

: … oui, oui. Le dernier… je crois que c'était… oui, le dernier week-end de Juin. Le 28 ou le 29 juin. Ça devait tomber un jour comme ça. Il faisait 34, mais température ambiante. Ce qui veut dire que, sur la route, quand… sur l'asphalte, il fait, 40 ou 45 degrés, quoi. C'est horrible. Et d'ailleurs, il y a eu beaucoup, beaucoup d'abandons à cause de la chaleur puisqu'on perd énormément d'eau donc il y a les crampes, entre autres. Ce que j'ai eu, d'ailleurs. J'ai eu des crampes mais, bon, je ne voulais pas abandonner parce que je n'aime pas ça. C'est l'amour propre qui parle. Et puis, voilà. J'ai fini. Bon, en plus, j'ai fini. J'étais assez content de moi puisque j'ai fini à… je ne sais plus… cent soixantième sur mille ou un truc comme ça donc, ça va. Je suis quand même content de moi. Et puis, une semaine après, on faisait une course. Mais, ce coup-ci, c'était juste à côté de Bordeaux. À Saint-Émilion. Saint-Émilion où on fait du bon vin. D'ailleurs, on a… M.

: Oui.

S.

: Dans le lot, on…

M.

: célèbre nom...

S.

: Voilà. Voilà. Et la course qui est assez réputée aussi. On était… ce n'est pas le même type de course. C'est une course beaucoup plus rapide parce que, bien sur, il n'y a pas de… beaucoup moins de pentes. Il y a quand même des côtes mais ça n'a rien à voir avec les Alpes ou les Pyrénées. Mais… Et, là aussi, bon bien malheureusement, j'ai encore eu des crampes. Donc je dois être sujet à ce genre de problème, c'est assez handicapant. Et, là, j'étais content aussi parce que j'ai fait… j'ai fini, je crois, cinquante-deuxième sur cinq cents, je crois qu'on était. Donc, voilà.

Je suis…

M.

: Et tu fais ça très régulièrement. Ça fait combien de temps que…?

S.

: Le vélo? Le vélo, ça fait… En fait, j'ai commencé le vélo quand j'ai arrêté la course à pied parce que j'avais… j'en avais un peu marre et puis j'avais… comme j'avais eu une interruption quand je suis parti dans les terres australes, en course à pied. Quand je suis revenu, j'avais perdu beaucoup en… dans l'endurance, tout ça. Je n'avais plus le même niveau. Et les premières courses que j'ai fait, enfin, même les premiers entraînements, j'ai vu tout de suite que j'étais… j'étais très loin. Et je… Donc, j'ai perdu un peu le… un peu le moral, on va dire. Et puis… et puis, bon, physiquement c'est quand même assez dur. Il y a beaucoup de chocs. Surtout quand – moi, je courais les semi marathons et les marathons, donc quand on imagine le nombre de foulées qu'il y a sur un marathon, je crois… je ne sais pas combien de milliers de foulées on fait. Donc, à chaque fois, il y a le choc de la chaussure avec tout le poids du corps. Donc ça tasse les vertèbres, ça abîme les genoux, c'est... On dit que le sport est bon pour la santé mais… quand c'est fait avec modération et, dès qu'on est en course, il n'y a plus de modération. Donc, voilà.

M.

: Mais il y a certains sports quand même qui sont assez…

S.

: Oui, oui. Oui.

Donc, du coup, je suis passé au vélo. Comme ça, pour voir. Et puis, en fait, le vélo est beaucoup moins traumatisant sur le plan, justement, des articulations, des chocs. Enfin, c'est un peu plus traumatisant si on tombe parce que, là, le choc… Mais ça, c'est les aléas du vélo. Mais voilà pourquoi que je suis passé au vélo dans, je veux dire, les cinq ans. Ça fait… oui, on va dire cinq ans que je fais du vélo. À peu près.

M.

: Ça fait partie d'une association? Les compétitions, c'est toujours avec les mêmes… S.

: Ah oui. Oui, oui.

Il faut être… il faut être affilié à une fédération, il y a plusieurs fédérations dans tous les sports d'ailleurs, et en vélo en particulier il y a plusieurs fédérations. Il faut etre affilié dans une fédération et, après, on a une licence. Et puis, avec cette licence, on est autorisé à concourir dans les différentes courses, moyennant finance, bien sur. Et puis, voilà. Il y a une compétition je dirais tous les week-ends de… à partir de mars jusqu'à fin septembre à peu près, oui. Il y a, en gros, une compétition tous les week-ends. En moyenne. Donc il y a de quoi faire.

M.

: Cette année?

S.

: Bien, cette année, j'ai fait un petit peu l'impasse sur ces courses. Ce sont des courses très courtes qui ne durent pas plus de deux heures. Elles sont très, très rapides puisque c'est… on fait des moyennes de 40 km/h. Donc c'est quand même rapide. Et je me suis plutôt consacré sur des courses, bien, comme celle que j'ai fait dans les Pyrénées où ce sont des courses beaucoup plus longues avec des cols. Ce n'est pas du tout le même effort. C'est un effort de longue durée donc il est moins violent mais il est beaucoup plus long. Ça n'a rien à voir, en fait. Mais c'est très intéressant. Les deux types de compétition sont vraiment intéressants. Et l'année prochaine… là, je change de club. Je vais passer dans un autre club avec des gens que je connais. Des gens qui font vraiment beaucoup de compétition donc on va essayer de faire une équipe de… bien que le classement soit individuel. Mais on peut faire des courses d'équipe. Donc, là, on va être pas mal dans la même équipe. Donc, on va essayer de… si on peut aider un de l'équipe à gagner, voilà, c'est un peu une petite victoire pour soi-même, quoi. M.

: Ça occupe pas mal de ton temps ça, en dehors de ton travail?

S.

: Bien…

M.

: Plus le vélo. Tu en fais tous les week-ends ou alors aussi la semaine?

S.

: Ah bien, en période de compétition… c'est-à-dire, je vais arrêter le mois de novembre, en gros, de faire du vélo. Je ferai d'autres sports, hein, pour garder la forme. Mais je vais arrêter le vélo. Et je vais reprendre l'entraînement aux… oui, mi-décembre, à peu près. Et, à partir de mi-décembre…

M.

: Du vélo?

S.

: Oui.

Et à partir de mi-décembre jusqu'à mi-mars, où les compétitions vont commencer, on fait un entraînement crescendo. C'est-à-dire, on commence par rouler deux fois dans la semaine et… pour arriver à rouler cinq ou six fois dans la semaine un mois avant le début des compétitions. Et, de la même façon, on allonge aussi les durées d'entraînement. Au début, on fait des entraînements… des petites sorties de deux heures, et à la fin, plus on s'approche des compétitions, plus il faut durcir les entraînements au niveau de la violence de l'effort et au niveau de la durée. On fait des entraînements de trois, quatre heures après. Donc, oui, il faut rouler bien plus d'une fois dans la semaine. Donc c'est vrai que ça prend beaucoup, beaucoup de temps et... En fait, je partage mon temps libre entre l'apprentissage de l'anglais et puis le vélo. Donc c'est vrai que ça laisse peu de temps à la famille. Bon, ce que je regrette un peu mais… mais voilà, quoi. C'est une passion, alors. Enfin, l'anglais et le vélo sont mes deux passions. Je ne me vois pas vivre sans au moins une, voir les deux. Donc, il faut que je m'adapte. M.

: Bien, ce n'est pas du tout la même chose. Le vélo, c'est physique. Au moins, tu peux être actif.

S.

: Oui, c'est physique mais… c'est vrai, mais, je veux dire... Mais, enfin, moi je trouve du plaisir dans les deux… ces deux passions. Mais, oui, oui, elles n'ont rien à voir, hein, puisque... Quoique, il y a quand même des petits rapports puisque j'ai fait une expérience cet été, justement, pendant que je roulais dans le Midi, là, quand j'étais en vacances chez ma mère. Je suis parti, donc, en vélo tout seul parce que ça ne me dérange pas, j'aime bien rouler tout seul. Et, en fait, j'ai rencontré… dans une grande côte, j'ai rattrapé un coureur et puis… bon, bien, je l'ai doublé puis il est resté dans ma roue. Tu sais, rester dans la roue de quelqu'un, en fait, on s'abrite du vent et on profite un petit peu de l'aspiration. C'est un truc qui se pratique beaucoup en vélo. Et, en fait…

M.

: ça aide?

S.

: Voilà, ça aide. Et puis il m'a suivi toute la côte. Et, en haut de la côte, je me suis mis à sa hauteur pour discuter un petit peu et, donc, je lui ai demandé d'où il venait. Et, en fait, il me regardait avec des yeux un peu agrandis et puis, voilà « Qu'est-ce que tu dis? M.

: « Qu'est-ce que tu dis? S.

: Et, en fait, c'était un Suisse allemand et il était originaire de Zurich. Donc, en fait, là-bas, la langue c'est l'Allemand, leur langue natale. Donc, vu mon niveau d'allemand, j'ai dit : « Ce n'est pas la peine. » En français, il …

M.

: Il ne comprend pas?

S.

: … baragouinait, oui, quelques mots comme ça. Et bien, du coup, on a parlé anglais. Et comme en général ces gens-là, c'est vrai, ils parlent bien anglais. Donc, je ne veux pas dire que je parle bien l'anglais mais, en fait, on a fait… on a roulé pendant 80 km ensemble et on a parlé en anglais pendant tout le trajet. Donc, il y a quand même une relation entre le vélo et l'anglais, quand même. De temps en temps.

M.

: Eh bien, comme ça, tu as pratiqué tes deux passions. Tu as communiqué en anglais en faisant ton activité préférée.

S.

: Voilà. Voilà, donc c'était l'idéal. On ne peut pas rêver mieux, hein? Donc, en fait, ces vacances, c'est vrai, c'est passé vite et puis, après, on est rentré. Et puis on a profité un petit peu de la plage ici et puis du beau temps parce que c'est vrai qu'on eu quand même un mois de juillet plutôt beau. Et puis, au mois d'août, bien, je n'ai pas repris mon cartable pour aller à l'école mais j'ai repris mon cartable pour retourner au travail à la base, voilà. M.

: Et au mois d'août, le temps il a été bien, non? S.

: Le mois d'août? Il a été… Je dirais que ça n'a pas été un très, très beau mois d'août. Mais j'ai connu pire donc on ne va quand même pas se plaindre. Puis, comme j'étais au travail, en fait, je dirais que, égoïstement, ça m'était un petit peu égal quand il ne faisait pas beau. Et puis il y avait des J.O. à voir, donc c'était au mois d'août, je crois que… M.

: Oui.

S.

: C'est vrai que, avec le décalage avec la Chine, ce n'est peut-être pas évident de le regarder mais moi j'ai profité aussi de cette période pour regarder un petit peu les Jeux Olympiques, comme j'aime bien aussi le sport à la télé. Donc, voilà, le mois d'août, en fait, est passé très, très vite. Et puis, la rentrée est arrivée et puis, là, il a fallu vraiment se mettre… vraiment, vraiment au travail, voilà.

M.

: Oui.

Oui, la seule chose que j'ai regardé des Jeux Olympiques c'est le spectacle au début. S.

: Ah oui. La cérémonie d'ouverture. En fait…

M.

: La cérémonie d'ouverture, oui. S.

: Je crois que je l'ai vue en pointillés. Je n'ai pas… je ne sais pas pourquoi mais je n'ai pas vraiment tout vu mais, oui, je crois que c'était grandiose, hein? D'après les… M.

: Oui.

S.

: Moi, en fait, j'ai vu… je crois que le défilé des… de toutes les nations qui… quand elles rentraient sur le terrain… voilà. M.

: Ah oui, la fin.

S.

: Eh bien, j'ai raté, je pense… M.

: Le plus beau.

S.

: Oui, d'ailleurs, il parait que… M.

: Parce que le défilé à la fin…

S.

: Oui, c'est un peu… oui, ce n'est rien d'extraordinaire, oui. Et, en fait,

M.

: Un peu long.

S.

: … j'ai vu… un peu le feu d'artifice… Oui, c'est vrai que c'est long, oui, tu as raison. Et il parait que la cérémonie de clôture aussi était assez grandiose. Je ne l'ai pas vue non plus mais j'ai eu des échos comme quoi, oui, elle était elle aussi très, très bien. Oui.

M.

: Oui.

Ils savent faire le grand spectacle, hein?

S.

: Oui, ils y ont mis les moyens. D'ailleurs, je crois que Londres, qui est la prochaine ville qui organise, ils ont déjà prévenu, je crois que, eux, ils ne pouvaient pas, de toute façon, mettre le mêmes… M.

: Ils ne pourront pas faire la même chose, non.

S.

: … les moyens et qu'il n'en est pas question. De toute façon, ça leur coûte très, très cher toutes les constructions de stades, de piscines, etcetera, pour accueillir les J.O. que, ils ne pourront pas… on ne peut pas lutter contre un pays comme la Chine. Ils ont des moyens énormes et puis ils ont la population qui va aussi de paire et puis ce n'est pas les mêmes mentalités, quoi. Je veux dire, donc, c'est difficilement comparable. M.

: On verra.

S.

: Oui.

M.

: Au mois d'août ici, je ne sais pas exactement le temps qu'il a fait. C'est que depuis la dernière semaine d'août jusqu'à la semaine dernière, il a fait un temps gris, pluvieux. S.

: Oui, c'est ça. Oui.

M.

: Mais là, depuis le début de la semaine, il fait beau ici.

S.

: Oui, on a eu… oui, on s'était cru revenir, d'ailleurs, vraiment en plein été, lundi ; par contre, mardi, bien, je suis allé rouler et j'ai goûté aux joies de la pluie que je n'avais pas eues depuis un petit moment. On s'est fait tremper jusqu'aux os ; mercredi, à nouveau, on se serait cru en été. Il faisait… je crois qu'on est monté à 29 ou 30 degrés ici, à Bordeaux. M.

: Ah oui?

S.

: Et aujourd'hui, à nouveau, ça a complètement changé. Il faisait beau ce matin et ça s'est couvert tout d'un coup et, là, les températures ont bien baissé et demain, je crois qu'au plus chaud ils annoncent 17 degrés pour Bordeaux. Donc c'est… M.

: Oui, ça descends.

S.

: Ah, oui, oui. C'est clair que… Oui mais enfin, bon… M.

: On verra.

Les trois… non, quatre jours qui ont passé, c'est très agréable parce que… S.

: Oui.

Mais tu n'es plus en vacances, de toute façon. Toi…

M.

: Non, je ne suis plus en vacances. Mais c'est quand même agréable de voir le soleil et le ciel bleu. S.

: Oui, oui, bien sur, oui.

M.

: Parce que, depuis que je suis rentrée, c'est la grisaille, la pluie. Donc, là, c'est quand même agréable, même si je travaille. S.

: Oui.

C'est vrai. M.

: Très bien. Eh bien, merci de nous avoir raconté…

S.

: Bien, de rien. C'était un plaisir, un plaisir. M.

: Et ta passion du vélo.

S.

: Oui, oui. J'aime bien en parler, c'est vrai. M.

: Donc on se reparlera très bientôt.

S.

: Oui.

Bien, peut-être qu'on parlera de tes vacances, pour changer. M.

: Oui, pourquoi pas?

S.

: Oui? Ok. Bien, écoute. Bonne soirée. Puis…

M.

: Bonne soirée, Serge.

S.

: … à très bientôt, alors.

M.

: À très bientôt. Au revoir.

S.

: Bye, bye.


# 28 Serge & Marianne - Vacation

M. Señor.

:            Bonjour Serge.

S.

:             Bonjour Marianne.

M.

:            Comment vas-tu après tout ce temps? : Wie geht es dir nach all der Zeit? : How are you after all this time? : ¿Cómo estás después de todo este tiempo?

S.

:             Après tout ce temps, bien, je vais très bien. : Nach all dieser Zeit geht es mir gut. : Después de todo este tiempo, bueno, estoy muy bien. Très bien.

M.

:            La dernière fois qu'on s'est parlé c'était quand? : ¿Cuándo fue la última vez que hablamos? Fin juin? End of June?

S.

:             Avant les vacances. Avant les vacances d'été, oui. Oui, oui.

M.

:            Avant les vacances. So, I did not leave immediately, I stayed a few days in Andernos since, my wife, she still had a week of work. Donc, tu es parti en vacances?

S.

:             Oui.

Oui, dès le mois de juillet. Ja, ab Juli. Yes, from July. J'en avais un petit peu assez du travail, du boulot. Ich war ein bisschen müde von der Arbeit, von der Arbeit. I was a little tired of work, of work. Estaba un poco cansado del trabajo, del trabajo. Alors, je crois que c'était le 28 juin même, quelque chose comme ça. So I believe it was June 28th, something like that. J'ai eu… j'avais une course de vélo, je crois, et je suis… le lendemain, j'étais en vacances. I had… I had a bike race, I think, and I'm… the next day I was on vacation. Yo tenía ... tenía una carrera de bicicletas, creo, y estoy ... al día siguiente estaba de vacaciones. Donc, je ne suis pas parti tout de suite, je suis resté quelques jours à Andernos puisque, ma femme, elle avait encore une semaine de travail. So I didn't leave right away, I stayed in Andernos for a few days since, my wife, she still had a week of work. Donc je ne suis parti qu'après ; histoire de changer d'air. Also bin ich erst danach gegangen; Geschichte des Luftwechsels. So I didn't leave until after; history of changing air. Así que no me fui hasta después; Historia de cambios de aire. M.

:            Et tu es allé où? : ¿Y a dónde fuiste?

S.

:             Eh bien, je suis allé dans le Midi de la France puisque ma mère habite à Pierrefeu du Var. : Bueno, me fui al sur de Francia ya que mi madre vive en Pierrefeu du Var. C'est un petit village qui est au nord de Hyères ; Hyères, à côté de Toulon. M.

:            Vers la Méditerranée. : In Richtung Mittelmeer.

S.

:             Voilà. Sur le… bon, le village, il est un petit peu retiré dans les terres. Auf dem ... nun, dem Dorf, ist es etwas landeinwärts zurückgezogen. On the ... well, the village, it is a little withdrawn inland. En el ... bueno, el pueblo, está un poco apartado tierra adentro. Il est à, je dirais, une petite vingtaine de kilomètres de la mer. Es ist, würde ich sagen, ungefähr zwanzig Kilometer vom Meer entfernt. It is, I would say, about twenty kilometers from the sea. Mais c'est le Midi donc c'est très chaud, on est tout le temps assuré du beau temps, ce qui n'est pas le cas dans pas mal d'autres régions de France. But it's the South so it's very hot, we are always guaranteed good weather, which is not the case in a lot of other regions of France. Et, entre autres, du côté de Bordeaux, je ne crois pas qu'ils aient eu du très, très beau temps pendant que j'étais parti. Und unter anderem auf der Bordeaux-Seite glaube ich nicht, dass sie während meiner Abwesenheit sehr, sehr gutes Wetter hatten. And, among other things, around Bordeaux, I don't think they had very, very good weather while I was gone. Donc, je n'ai pas de regret. Ich bereue es also nicht. M.

:            Très bien. Qu'as-tu fait là-bas? Was hast du dort gemacht? Tu as eu des… certaines activités ou le repos complet? Did you have… certain activities or complete rest?

S.

:             Non. Jamais de repos complet. Nunca descanse por completo. Je ne peux pas. Et, bon, je pense que tu te doutes de mes activités que j'ai eues là-bas parce que j'ai bien sûr amené mon vélo. Und ich denke, Sie vermuten meine Aktivitäten, die ich dort hatte, weil ich natürlich mein Fahrrad mitgebracht habe. And, well, I think you can imagine my activities that I had there because of course I brought my bike. Parce que l'avantage là-bas, c'est qu'il y a des bosses, on va dire des petites montagnes, ce n'est quand même pas… ce sont les pré Alpes donc ce n'est pas très, très élevé mais il y a des cols qui sont quand même intéressants alors que, où j'habite ici, c'est complètement plat donc… Weil der Vorteil dort ist, dass es Unebenheiten gibt, werden wir sagen, kleine Berge, es ist nicht alles gleich ... das sind die Voralpen, also ist es nicht sehr, sehr hoch Aber es gibt Pässe, die immer noch interessant sind, wenn es hier, wo ich wohne, völlig flach ist, also ... Because the advantage there is that there are bumps, we will say small mountains, it is not all the same ... these are the pre-Alps so it is not very, very high but there are some passes that are still interesting when, where I live here, it's completely flat so ... M.

:            C'est plat.. : Es plano .. S.

:             Oui, c'est très, très, très monotone et…  Dès que j'ai l'occasion d'aller chez elle, bon, bien j'emmène mon vélo, je le démonte, j'accroche une partie à l'extérieur de la voiture, les roues qui sont fragiles, je les mets dans le coffre et puis, voilà, j'emmène toujours mon vélo. : Ja, es ist sehr, sehr, sehr eintönig und ... Sobald ich die Gelegenheit habe, zu ihr zu gehen, nehme ich mein Fahrrad, ich nehme es auseinander, ich hänge ein Teil draußen auf Aus dem Auto, den zerbrechlichen Rädern, lege ich sie in den Kofferraum und dann, siehe da, nehme ich immer mein Fahrrad. : Yes, it's very, very, very monotonous and… As soon as I have the opportunity to go to her place, well, well I take my bike, I take it apart, I hang a part outside of the car, the wheels which are fragile, I put them in the trunk and then, voila, I always take my bike. : Sí, es muy, muy, muy monótono y… En cuanto tengo la oportunidad de ir a su casa, bueno, bueno, me llevo la bici, la desarmo, cuelgo una pieza afuera del auto, las ruedas que son frágiles, las meto en el maletero y luego, voilá, siempre llevo mi bicicleta. Donc, beaucoup de vélo et puis peu ou pas de plage parce qu'en fait, les plages de la Méditerranée, quand on connaît les plages de l'Atlantique, elles sont assez fades. Also viel Radfahren und dann wenig oder gar kein Strand, denn tatsächlich sind die Strände des Mittelmeers, wenn man die Strände des Atlantiks kennt, ziemlich langweilig. So a lot of cycling and then little or no beach because in fact, the beaches of the Mediterranean, when you know the beaches of the Atlantic, they are quite bland. Entonces, mucho ciclismo y luego poca o ninguna playa porque de hecho, las playas del Mediterráneo, cuando conoces las del Atlántico, son bastante anodinas. Elles sont…  Oui. Elles sont surchargées de monde, on n'a pas de place, les plages sont petites. Sie sind voller Menschen, wir haben keinen Platz, die Strände sind klein. They are overcrowded with people, there is no room, the beaches are small. Están abarrotados de gente, no hay lugar, las playas son pequeñas. Bon, l'eau est plus chaude, ça c'est clair, la température est quand même plus élevée en Méditerranée qu'à l'océan, mais, bon, il y a… Nun, das Wasser ist wärmer, das ist klar, die Temperatur ist im Mittelmeer immer noch höher als im Ozean, aber es gibt… Well, the water is warmer, that's clear, the temperature is still higher in the Mediterranean than in the ocean, but, well, there is ... M.

:            C'est peut-être pour ça qu'il y a beaucoup de monde? : Vielleicht gibt es deshalb viele Leute? S.

:             C'est vrai que la Méditerranée, toute la côte Sud est quand même très prisée c'est…  Mais enfin, moi, personnellement, je préfère l'Atlantique puisque ici on a des plages, on n'en voit pas le bout, elles sont vraiment immenses. : It is true that the Mediterranean, the whole south coast is still very popular it is ... But finally, me, personally, I prefer the Atlantic since here we have beaches, we do not see the end, they are really huge. Depuis, en fait, depuis le Sud de la France, là, depuis la frontière Espagnole et, je crois, en remontant jusqu'à pas loin de La Rochelle, donc, ça doit faire, je ne sais pas, peut-être 200 kilomètres de plage, il n'y a quasiment que des plages de sable sans discontinuer, quasiment. Da es tatsächlich aus Südfrankreich, dort, von der spanischen Grenze und, glaube ich, nicht weit von La Rochelle entfernt ist, muss es, ich weiß nicht, vielleicht 200 Kilometer sein vom Strand gibt es fast nur durchgehende Sandstrände, fast. Since, in fact, from the South of France, there, from the Spanish border and, I believe, going up to not far from La Rochelle, so, it must be, I don't know, maybe 200 kilometers of beach, there are almost only sandy beaches without stopping, almost. Ya que, de hecho, desde el sur de Francia, allí, desde la frontera española y, creo, subiendo no muy lejos de La Rochelle, entonces, deben ser, no sé, tal vez 200 kilómetros. de playa, hay casi solo playas de arena sin parar, casi. Donc c'est vraiment immense, il y a de la place. Même s'il y a énormément de touristes, on trouve toujours un petit coin tranquille sur la plage, et puis… M.

:            Et c'est plus agréable. : Y es más agradable. S.

:             Moi, personnellement, je préfère. C'est vrai qu'il y a… je sais qu'il y a des gens qui préfèrent une température plus élevée de l'eau, donc là, la Méditerranée, c'est quand même idéal, hein. Puisque les…

M.

:            Il y a beaucoup de différence entre… de température entre l'Atlantique et…? S.

:             Oui.

Ça dépend un petit peu des coins de la Méditerranée mais, par exemple, si on s'approche de la Corse, je crois que cette année ils sont montés entre 27 et 28 degrés, l'eau autour de la Corse. Bon, c'est quand même vraiment une extrême. La Méditerranée, je dirais, 23 degrés alors que l'océan bon… si on est à 20 degrés, c'est pas mal, hein. Voilà, donc. Ce n'est pas le même plaisir de toute façon. It's not the same pleasure anyway. Dans l'océan, il y a beaucoup plus de grosses vagues et tout, donc, il y a plus de surfeurs. In the ocean there are a lot more big waves and everything, so there are more surfers. Pour le surf, c'est idéal. For surfing, this is ideal. Et puis, pour jouer dans l'eau, c'est idéal. Bon, c'est plus dangereux pour les enfants, il faut les avoir à l'œil parce que c'est beaucoup plus dangereux. Ça, c'est clair. Mais, voilà. Mais enfin, dans tous les cas, moi je descends quand même dans le Midi. But still, in any case, I still go down to the Midi. Je ne sais pas, j'ai besoin de changer d'air. Même si, ici j'habite près de la… constamment toute l'année près de la mer, enfin, de l'océan. C'est… on a toujours le besoin de changer d'air, toujours. Es ... siempre necesitamos un cambio de escenario, siempre. M.

:            Ce n'est pas les mêmes paysages. : No son los mismos paisajes. S.

:             Oui, en plus, ce n'est pas les mêmes puisqu'on est… là-bas, il y a la mer et tout de suite, si on se retourne, on est adossé à la montagne. : Yes, in addition, it is not the same since we are ... over there, there is the sea and immediately, if we turn around, we are leaning against the mountain. : Sí, además, no son iguales ya que nosotros estamos… allá está el mar y enseguida, si damos la vuelta, nos apoyamos contra la montaña. Je veux dire c'est vraiment très, très joli. C'est une belle région. : How long did you leave? Surpeuplée en été, c'est le seul problème mais, bon, je fais partie des gens qui sont là justement, l'été et qui engorgent les routes avec la voiture. Overcrowded in summer, that's the only problem, but hey, I'm one of the people who are there in the summer and who clog the roads with the car. Hacinamiento en verano, ese es el único problema, pero bueno, yo soy de las personas que están ahí en verano y que atascan las carreteras con el coche. Mais bon. Ma mère habite là, donc...

M.

:            Et il y a beaucoup de verdure, la forêt? : And is there a lot of greenery, the forest? : ¿Y hay mucha vegetación, el bosque?

S.

:             Dans le Midi?

M.

:            Oui.

S.

:             Bien, le problème, non, c'est très, très sec. Donc, il y a beaucoup d'incendies. C'est… cette année encore, je crois qu'il n'y en a pas eu. It's… this year again, I don't think there has been. Je n'ai pas vraiment entendu à la télévision ou je n'ai pas vu les informations. Il n'y a pas eu de gros incendie. There was no major fire. D'ailleurs, toutes les équipes de sauveteurs, de Canadair, de pompiers, étaient plutôt en secours dans… je crois qu'au Portugal et en Grèce, il me semble qu'ils ont eu des gros incendies. Besides, all the rescue teams, Canadair, firefighters, were rather in relief in ... I think that in Portugal and Greece, it seems to me that they had big fires. Además, todos los equipos de rescate, Canadair, los bomberos, estaban más bien en rescate en… Creo que en Portugal y Grecia, me parece que tuvieron grandes incendios. Donc, je crois qu'ils étaient allés en renfort là-bas. So I think they went as reinforcements there. Así que creo que fueron allí como refuerzos. Ça veut dire que, chez nous, on était quand même relativement tranquilles.

M.

:            Oui, parce que pendant plusieurs… quelques années, tous les ans il y avait des sacrées incendies dans le Sud. : Yes, because for several ... a few years, every year there were sacred fires in the South.

S.

:             Oui.

C'est vrai, oui. Encore l'année dernière d'ailleurs, je crois, et l'année d'avant. Again last year, I believe, and the year before. Oui, il y avait de gros, gros incendies, oui. Donc, c'est une région quand même très sèche. Así que sigue siendo una región muy seca. Mais cette année, effectivement, c'était quand même moins sec que d'habitude et on pouvait rouler, circuler – parce que dans cette région, en cette période de l'année, les randonnées en montagne sont quasiment interdites à cause des dangers d'incendie, justement – et, cette année, je ne pense pas que ça ait été le cas. Donc, moi, j'ai pu rouler partout, comme j'ai voulu, sans problème. Así que pude ir a todas partes, como quería, sin ningún problema. Et le reste, ça a été du repos. Y el resto fue descanso.

M.

:            Tu es parti combien de temps?

S.

:             On est parti un peu plus de 10 jours. Et, en plus, donc, ça a été l'occasion de rencontrer ma famille, mes frères et sœurs parce qu'en fait, on est… on se voit très, très rarement parce que j'ai un frère qui est dans l'armée lui aussi, il est officier dans l'armée de terre et en ce moment il est en poste à Phnom Penh, je crois, oui, comme attaché de défense auprès du… d'ambassade. And, in addition, therefore, it was the opportunity to meet my family, my brothers and sisters because in fact, we are ... we see each other very, very rarely because I have a brother who is in the In the army too, he is an officer in the army and at the moment he is stationed in Phnom Penh, I believe, yes, as a defense attaché with the embassy. Donc, voilà.

Donc, je le vois rarement. Ma sœur donc, Christine, qui habite en Haute Savoie et j'ai une autre sœur qui habite pas loin de Cannes, oui c'est ça. Et, en fait, c'est souvent l'occasion de se retrouver, justement, chez ma mère. Sinon…

M.

:            La réunion de famille.

S.

:             Voilà. Un petit peu. Sinon on se voit très, très rarement tous ensemble, en tous cas. Donc c'était une occasion… M.

:            Bien, vous êtes assez séparés, donc. : Bueno, entonces estás bastante separado.

S.

:             Oui.

Oui, oui.

Puis…

M.

:            Toi, à Bordeaux, tu es de l'autre côté. S.

:             Voilà. On est quand même un petit peu, un peu éloignés. We are still a little bit, a bit distant. Oui, c'est vrai. Au niveau de la France, oui.

M.

:            Et tu disais? : And you said? Avant de partir, tu as fait du vélo. C'était quoi? Une compétition?

S.

:             J'ai fait… j'ai fait deux compétitions à une semaine d'intervalle. : I did ... I did two competitions one week apart. La première, c'était dans les Pyrénées. Alors, on faisait des ascensions. So we were doing climbs. Así que estábamos subiendo. Donc, dans les Pyrénées, les cols sont quand même très élevés, ils sont très raides. So, in the Pyrenees, the passes are still very high, they are very steep. Entonces, en los Pirineos, los pasos siguen siendo muy altos, son muy empinados. Les pentes sont très raides. The slopes are very steep. Au point de vue altitude, c'est moins important que dans les Alpes mais les pourcentages des pentes sont quand même beaucoup plus importants. Donc « c'est » toujours des courses très dures. Et, en plus, cette année on a eu une chaleur torride. And, in addition, this year we had scorching heat. Il faisait 34 degrés dans les…

M.

:            Fin juin?

S.

:             … oui, oui. Le dernier… je crois que c'était… oui, le dernier week-end de Juin. Le 28 ou le 29 juin. Ça devait tomber un jour comme ça. It must have happened one day like this. Debe haber sucedido un día como este. Il faisait 34, mais température ambiante. It was 34, but room temperature. Ce qui veut dire que, sur la route, quand… sur l'asphalte, il fait, 40 ou 45 degrés, quoi. Which means that, on the road, when… on the asphalt, it's 40 or 45 degrees, whatever. C'est horrible. Et d'ailleurs, il y a eu beaucoup, beaucoup d'abandons à cause de la chaleur puisqu'on perd énormément d'eau donc il y a les crampes, entre autres. And besides, there were many, many abandonments because of the heat since we lose a lot of water so there are cramps, among others. Y además, ha habido muchísimos abandonos por el calor ya que perdemos mucha agua por lo que hay calambres, entre otros. Ce que j'ai eu, d'ailleurs. Lo que tengo, por cierto. J'ai eu des crampes mais, bon, je ne voulais pas abandonner parce que je n'aime pas ça. C'est l'amour propre qui parle. It is self-esteem that speaks. Es la autoestima lo que habla. Et puis, voilà. J'ai fini. Bon, en plus, j'ai fini. J'étais assez content de moi puisque j'ai fini à… je ne sais plus… cent soixantième sur mille ou un truc comme ça donc, ça va. I was pretty happy with myself since I ended up at… I don't remember… a hundred and sixtieth out of a thousand or something like that so it's okay. Estaba bastante contento conmigo mismo desde que terminé en ... no recuerdo ... ciento sesenta de mil o algo así, así que está bien. Je suis quand même content de moi. Todavía estoy feliz conmigo mismo. Et puis, une semaine après, on faisait une course. Mais, ce coup-ci, c'était juste à côté de Bordeaux. But this time it was right next to Bordeaux. À Saint-Émilion. Saint-Émilion où on fait du bon vin. D'ailleurs, on a… M.

:            Oui.

S.

:             Dans le lot, on… : In the lot, we…

M.

:            célèbre nom...

S.

:             Voilà. So there is something to do. Voilà. Et la course qui est assez réputée aussi. : Well, this year, I did a little stalemate on these races. Y la carrera que también es bastante famosa. On était… ce n'est pas le même type de course. C'est une course beaucoup plus rapide parce que, bien sur, il n'y a pas de… beaucoup moins de pentes. Es una carrera mucho más rápida porque, por supuesto, no hay ... muchas menos colinas. Il y a quand même des côtes mais ça n'a rien à voir avec les Alpes ou les Pyrénées. There are still coasts but it has nothing to do with the Alps or the Pyrenees. Mais…  Et, là aussi, bon bien malheureusement, j'ai encore eu des crampes. Donc je dois être sujet à ce genre de problème, c'est assez handicapant. So I must be subject to this kind of problem, it is quite disabling. Et, là, j'étais content aussi parce que j'ai fait… j'ai fini, je crois, cinquante-deuxième sur cinq cents, je crois qu'on était. And there, I was happy too because I did… I finished, I think, fifty-second out of five hundred, I think we were. Donc, voilà.

Je suis…

M.

:            Et tu fais ça très régulièrement. Ça fait combien de temps que…? Cuánto tiempo ha pasado ...?

S.

:             Le vélo? Le vélo, ça fait…  En fait, j'ai commencé le vélo quand j'ai arrêté la course à pied parce que j'avais… j'en avais un peu marre et puis j'avais… comme j'avais eu une interruption quand je suis parti dans les terres australes, en course à pied. Cycling is… In fact, I started cycling when I stopped running because I had… I was a little fed up and then I had… like I had had an interruption when I went to the southern lands, running. Quand je suis revenu, j'avais perdu beaucoup en… dans l'endurance, tout ça. When I came back, I had lost a lot in… endurance, all that. Je n'avais plus le même niveau. Et les premières courses que j'ai fait, enfin, même les premiers entraînements, j'ai vu tout de suite que j'étais… j'étais très loin. And the first races I did, well, even the first training sessions, I saw straight away that I was… I was very far away. Et je…  Donc, j'ai perdu un peu le… un peu le moral, on va dire. And I… So I lost my… a little morale, let's say. Et puis… et puis, bon, physiquement c'est quand même assez dur. Il y a beaucoup de chocs. There are a lot of shocks. Hay muchas conmociones. Surtout quand – moi, je courais les semi marathons et les marathons, donc quand on imagine le nombre de foulées qu'il y a sur un marathon, je crois… je ne sais pas combien de milliers de foulées on fait. Especially when - I was running half marathons and marathons, so when you imagine how many strides there are in a marathon, I think… I don't know how many thousands of strides you take. Especialmente cuando - estaba corriendo medias maratones y maratones, así que cuando imaginas cuántas zancadas hay en una maratón, creo ... no sé cuántos miles de zancadas das. Donc, à chaque fois, il y a le choc de la chaussure avec tout le poids du corps. So each time there is the shock of the shoe with the whole weight of the body. Así que cada vez hay un impacto del zapato con todo el peso del cuerpo. Donc ça tasse les vertèbres, ça abîme les genoux, c'est...   On dit que le sport est bon pour la santé mais… quand c'est fait avec modération et, dès qu'on est en course, il n'y a plus de modération. So it squeezes the vertebrae, it damages the knees, it's ... We say that sport is good for health but ... when it is done in moderation and, as soon as we are racing, there has more moderation. Entonces aprieta las vértebras, daña las rodillas, es ... Dicen que el deporte es bueno para la salud pero ... cuando se hace con moderación y, en cuanto estás en una carrera, no hay tiene más moderación. Donc, voilà.

M.

:            Mais il y a certains sports quand même qui sont assez… : Pero todavía hay algunos deportes que son bastante ...

S.

:             Oui, oui. Oui.

Donc, du coup, je suis passé au vélo. So, suddenly, I switched to cycling. Entonces, de repente, cambié a la bicicleta. Comme ça, pour voir. Et puis, en fait, le vélo est beaucoup moins traumatisant sur le plan, justement, des articulations, des chocs. And then, in fact, the bicycle is much less traumatic in terms of joints and shocks. Y luego, de hecho, la bicicleta es mucho menos traumática en términos de articulaciones y golpes. Enfin, c'est un peu plus traumatisant si on tombe parce que, là, le choc…  Mais ça, c'est les aléas du vélo. Finally, it's a little more traumatic if you fall because, there, the shock ... But that is the vagaries of the bike. Finalmente, es un poco más traumático si te caes porque, ahí, el susto… Pero esos son los vaivenes de la bicicleta. Mais voilà pourquoi que je suis passé au vélo dans, je veux dire, les cinq ans. Ça fait… oui, on va dire cinq ans que je fais du vélo. À peu près.

M.

:            Ça fait partie d'une association? Les compétitions, c'est toujours avec les mêmes… S.

:             Ah oui. Oui, oui.

Il faut être… il faut être affilié à une fédération, il y a plusieurs fédérations dans tous les sports d'ailleurs, et en vélo en particulier il y a plusieurs fédérations. Il faut etre affilié dans une fédération et, après, on a une licence. You have to be affiliated in a federation and, afterwards, you have a license. Et puis, avec cette licence, on est autorisé à concourir dans les différentes courses, moyennant finance, bien sur. And then, with this license, you are allowed to compete in the various races, for a fee, of course. Y luego, con esta licencia, se nos permite competir en las diferentes carreras, por una tarifa, por supuesto. Et puis, voilà. Il y a une compétition je dirais tous les week-ends de… à partir de mars jusqu'à fin septembre à peu près, oui. Il y a, en gros, une compétition tous les week-ends. There is basically a competition every weekend. Básicamente hay una competencia todos los fines de semana. En moyenne. Donc il y a de quoi faire. So there is plenty to do. Así que hay mucho que hacer.

M.

:            Cette année?

S.

:             Bien, cette année, j'ai fait un petit peu l'impasse sur ces courses. : Well, this year, I missed out on these races a bit. : Bueno, este año me perdí un poco estas carreras. Ce sont des courses très courtes qui ne durent pas plus de deux heures. Elles sont très, très rapides puisque c'est… on fait des moyennes de 40 km/h. They are very, very fast since it is… we are averaging 40 km / h. Donc c'est quand même rapide. Et je me suis plutôt consacré sur des courses, bien, comme celle que j'ai fait dans les Pyrénées où ce sont des courses beaucoup plus longues avec des cols. And I rather devoted myself to races, well, like the one I did in the Pyrenees where they are much longer races with passes. Ce n'est pas du tout le même effort. C'est un effort de longue durée donc il est moins violent mais il est beaucoup plus long. Ça n'a rien à voir, en fait. It has nothing to do with it, actually. Mais c'est très intéressant. Les deux types de compétition sont vraiment intéressants. Et l'année prochaine… là, je change de club. Je vais passer dans un autre club avec des gens que je connais. I'm going to go to another club with people I know. Des gens qui font vraiment beaucoup de compétition donc on va essayer de faire une équipe de… bien que le classement soit individuel. People who really compete a lot so we will try to make a team of… although the classification is individual. Mais on peut faire des courses d'équipe. Donc, là, on va être pas mal dans la même équipe. So there we will be quite a bit on the same team. Donc, on va essayer de… si on peut aider un de l'équipe à gagner, voilà, c'est un peu une petite victoire pour soi-même, quoi. So, we're going to try to… if we can help one of the team to win, that's it, it's a bit of a small victory for oneself, what. M.

:            Ça occupe pas mal de ton temps ça, en dehors de ton travail? : Does that take up a lot of your time, outside of your work? : ¿Eso te toma mucho tiempo, fuera de tu trabajo?

S.

:             Bien…

M.

:            Plus le vélo. : More cycling. Tu en fais tous les week-ends ou alors aussi la semaine? Do you do it every weekend or also during the week?

S.

:             Ah bien, en période de compétition… c'est-à-dire, je vais arrêter le mois de novembre, en gros, de faire du vélo. Je ferai d'autres sports, hein, pour garder la forme. Mais je vais arrêter le vélo. Pero voy a detener la bicicleta. Et je vais reprendre l'entraînement aux… oui, mi-décembre, à peu près. And I'm going to resume training in… yes, mid-December, roughly. Et, à partir de mi-décembre…

M.

:            Du vélo?

S.

:             Oui.

Et à partir de mi-décembre jusqu'à mi-mars, où les compétitions vont commencer, on fait un entraînement crescendo. And from mid-December until mid-March, when the competitions will start, we do a crescendo training. Y desde mediados de diciembre hasta mediados de marzo, cuando comenzarán las competencias, hacemos entrenamientos crescendo. C'est-à-dire, on commence par rouler deux fois dans la semaine et… pour arriver à rouler cinq ou six fois dans la semaine un mois avant le début des compétitions. That is to say, we start by riding twice a week and… to manage to ride five or six times a week one month before the start of the competitions. Et, de la même façon, on allonge aussi les durées d'entraînement. And, in the same way, we also extend the training times. Au début, on fait des entraînements… des petites sorties de deux heures, et à la fin, plus on s'approche des compétitions, plus il faut durcir les entraînements au niveau de la violence de l'effort et au niveau de la durée. At the beginning, we do training sessions… short outings of two hours, and at the end, the closer we get to the competitions, the harder the training sessions must be in terms of the intensity of the effort and the duration. Al principio hacemos entrenamientos ... pequeñas salidas de dos horas, y al final, cuanto más nos acercamos a las competiciones, más tenemos que endurecer el entrenamiento en cuanto a la violencia del esfuerzo y en cuanto a duración. On fait des entraînements de trois, quatre heures après. Donc, oui, il faut rouler bien plus d'une fois dans la semaine. Donc c'est vrai que ça prend beaucoup, beaucoup de temps et...  En fait, je partage mon temps libre entre l'apprentissage de l'anglais et puis le vélo. Entonces es cierto que se necesita mucho, mucho tiempo y ... De hecho, divido mi tiempo libre entre aprender inglés y luego montar en bicicleta. Donc c'est vrai que ça laisse peu de temps à la famille. Bon, ce que je regrette un peu mais… mais voilà, quoi. Well, which I regret a little but… but here it is, what. Bueno, lo que lamento un poco pero… pero aquí está, qué. C'est une passion, alors. Enfin, l'anglais et le vélo sont mes deux passions. Je ne me vois pas vivre sans au moins une, voir les deux. I can't see myself living without at least one, seeing both. No puedo verme viviendo sin al menos uno, viendo ambos. Donc, il faut que je m'adapte. So I have to adapt. M.

:            Bien, ce n'est pas du tout la même chose. Le vélo, c'est physique. Au moins, tu peux être actif. Al menos puedes estar activo.

S.

:             Oui, c'est physique mais… c'est vrai, mais, je veux dire...  Mais, enfin, moi je trouve du plaisir dans les deux… ces deux passions. : Yes, it's physical but… it's true, but, I mean… But, well, I find pleasure in both… these two passions. Mais, oui, oui, elles n'ont rien à voir, hein, puisque...  Quoique, il y a quand même des petits rapports puisque j'ai fait une expérience cet été, justement, pendant que je roulais dans le Midi, là, quand j'étais en vacances chez ma mère. But, yes, yes, they have nothing to do, eh, since ... Although, there are still small reports since I had an experience this summer, precisely, while I was driving in the South, there, when I was on vacation with my mother. Je suis parti, donc, en vélo tout seul parce que ça ne me dérange pas, j'aime bien rouler tout seul. Et, en fait, j'ai rencontré… dans une grande côte, j'ai rattrapé un coureur et puis… bon, bien, je l'ai doublé puis il est resté dans ma roue. And, in fact, I met ... on a big hill, I caught up with a runner and then ... well, well, I overtook him then he stayed in my wheel. Y, de hecho, me encontré ... en una gran colina, alcancé a un corredor y luego ... bueno, bueno, lo pasé y luego se quedó en mi rueda. Tu sais, rester dans la roue de quelqu'un, en fait, on s'abrite du vent et on profite un petit peu de l'aspiration. You know, staying in someone's wheel, in fact, we shelter from the wind and we enjoy a little bit of the suction. Ya sabes, estando en el volante de alguien, en realidad, te refugias del viento y aprovechas un poco la succión. C'est un truc qui se pratique beaucoup en vélo. They know how to do the big show, huh? Et, en fait…

M.

:            ça aide?

S.

:             Voilà, ça aide. Et puis il m'a suivi toute la côte. And then he followed me all the way. Et, en haut de la côte, je me suis mis à sa hauteur pour discuter un petit peu et, donc, je lui ai demandé d'où il venait. Et, en fait, il me regardait avec des yeux un peu agrandis et puis, voilà « Qu'est-ce que tu dis? And, in fact, he looked at me with slightly enlarged eyes and then, here is "What are you saying? M.

:            « Qu'est-ce que tu dis? S.

:             Et, en fait, c'était un Suisse allemand et il était originaire de Zurich. Donc, en fait, là-bas, la langue c'est l'Allemand, leur langue natale. Entonces, de hecho, el idioma allí es el alemán, su lengua materna. Donc, vu mon niveau d'allemand, j'ai dit : « Ce n'est pas la peine. So, given my level of German, I said: “You don't have to. »  En français, il …

M.

:            Il ne comprend pas?

S.

:             … baragouinait, oui, quelques mots comme ça. :… Quipped, yes, a few words like that. :… Jabbered, sí, unas pocas palabras así. Et bien, du coup, on a parlé anglais. Well, suddenly, we spoke English. Et comme en général ces gens-là, c'est vrai, ils parlent bien anglais. And as in general these people, it's true, they speak good English. Donc, je ne veux pas dire que je parle bien l'anglais mais, en fait, on a fait… on a roulé pendant 80 km ensemble et on a parlé en anglais pendant tout le trajet. So, I don't mean to say that I speak English well but, in fact, we did… we rode 80 km together and spoke English the whole way. Donc, il y a quand même une relation entre le vélo et l'anglais, quand même. So there is still a relationship between cycling and English, all the same. De temps en temps.

M.

:            Eh bien, comme ça, tu as pratiqué tes deux passions. Tu as communiqué en anglais en faisant ton activité préférée.

S.

:             Voilà. Voilà, donc c'était l'idéal. There you have it, so it was ideal. On ne peut pas rêver mieux, hein? Can't ask for better, eh? No se puede pedir algo mejor, ¿eh? Donc, en fait, ces vacances, c'est vrai, c'est passé vite et puis, après, on est rentré. So, in fact, these holidays, it's true, it went quickly and then, after, we came back. Et puis on a profité un petit peu de la plage ici et puis du beau temps parce que c'est vrai qu'on eu quand même un mois de juillet plutôt beau. And then we took advantage a little of the beach here and then the good weather because it is true that we still had a rather beautiful month of July. Et puis, au mois d'août, bien, je n'ai pas repris mon cartable pour aller à l'école mais j'ai repris mon cartable pour retourner au travail à la base, voilà. And then, in August, well, I didn't take my school bag to go to school but I took my school bag to go back to work at the base, that's it. M.

:            Et au mois d'août, le temps il a été bien, non? : And in August, the weather was good, right? S.

:             Le mois d'août? Il a été…  Je dirais que ça n'a pas été un très, très beau mois d'août. Fue ... Yo diría que no fue un agosto muy, muy hermoso. Mais j'ai connu pire donc on ne va quand même pas se plaindre. But I have known worse so we are not going to complain. Puis, comme j'étais au travail, en fait, je dirais que, égoïstement, ça m'était un petit peu égal quand il ne faisait pas beau. Then, since I was at work, in fact, I would say that, selfishly, I didn't care a bit when it was not sunny. Luego, como estaba en el trabajo, en realidad, yo diría, egoístamente, que no me importaba un poco cuando hacía mal tiempo. Et puis il y avait des J.O. And then there were the Olympics à voir, donc c'était au mois d'août, je crois que… M.

:            Oui.

S.

:             C'est vrai que, avec le décalage avec la Chine, ce n'est peut-être pas évident de le regarder mais moi j'ai profité aussi de cette période pour regarder un petit peu les Jeux Olympiques, comme j'aime bien aussi le sport à la télé. : It's true that, with the gap with China, it may not be easy to watch it, but I also took advantage of this period to watch the Olympic Games a little bit, as I like also sports on TV. : Es cierto que, a diferencia de China, puede que no sea fácil verlo, pero también aproveché este período para ver un poco los Juegos Olímpicos, como me gusta. también deportes en TV. Donc, voilà, le mois d'août, en fait, est passé très, très vite. Et puis, la rentrée est arrivée et puis, là, il a fallu vraiment se mettre… vraiment, vraiment au travail, voilà. And then, back to school arrived and then, there, we had to really get down ... really, really to work, that's it.

M.

:            Oui.

Oui, la seule chose que j'ai regardé des Jeux Olympiques c'est le spectacle au début. Sí, lo único que vi desde los Juegos Olímpicos fue el espectáculo al principio. S.

:             Ah oui. La cérémonie d'ouverture. En fait…

M.

:            La cérémonie d'ouverture, oui. S.

:             Je crois que je l'ai vue en pointillés. : I think I saw it in dotted lines. : Creo que lo vi en líneas punteadas. Je n'ai pas… je ne sais pas pourquoi mais je n'ai pas vraiment tout vu mais, oui, je crois que c'était grandiose, hein? I didn't… I don't know why but I didn't really see it all but, yeah, I think it was awesome, eh? D'après les… M.

:            Oui.

S.

:             Moi, en fait, j'ai vu… je crois que le défilé des… de toutes les nations qui… quand elles rentraient sur le terrain… voilà. : Me, in fact, I saw ... I believe that the parade of ... of all the nations which ... when they returned on the ground ... here. : Yo, de hecho, vi ... creo que el desfile de ... de todas las naciones que ... cuando volvieron a la tierra ... allí. M.

:            Ah oui, la fin.

S.

:             Eh bien, j'ai raté, je pense… : Well, I missed, I think ... : Bueno, me perdí, creo ... M.

:            Le plus beau.

S.

:             Oui, d'ailleurs, il parait que… M.

:            Parce que le défilé à la fin…

S.

:             Oui, c'est un peu… oui, ce n'est rien d'extraordinaire, oui. Et, en fait,

M.

:            Un peu long.

S.

:             … j'ai vu… un peu le feu d'artifice…  Oui, c'est vrai que c'est long, oui, tu as raison. : ... I saw ... a little fireworks ... Yes, it's true that it takes a long time, yes, you're right. Et il parait que la cérémonie de clôture aussi était assez grandiose. And it seems that the closing ceremony too was quite grand. Je ne l'ai pas vue non plus mais j'ai eu des échos comme quoi, oui, elle était elle aussi très, très bien. I didn't see her either but I did hear that yes, she was also very, very good. Oui.

M.

:            Oui.

Ils savent faire le grand spectacle, hein? They know how to put on a big show, don't they?

S.

:             Oui, ils y ont mis les moyens. : Yes, they have put the means there. D'ailleurs, je crois que Londres, qui est la prochaine ville qui organise, ils ont déjà prévenu, je crois que, eux, ils ne pouvaient pas, de toute façon, mettre le mêmes… M.

:            Ils ne pourront pas faire la même chose, non.

S.

:             … les moyens et qu'il n'en est pas question. :… The means and there is no question of it. :… Los medios y no se trata de eso. De toute façon, ça leur coûte très, très cher toutes les constructions de stades, de piscines, etcetera, pour accueillir les J.O. que, ils ne pourront pas… on ne peut pas lutter contre un pays comme la Chine. that, they will not be able… one cannot fight against a country like China. Ils ont des moyens énormes et puis ils ont la population qui va aussi de paire et puis ce n'est pas les mêmes mentalités, quoi. They have enormous means and then they have the population which also goes hand in hand and then it is not the same mentalities, what. Je veux dire, donc, c'est difficilement comparable. I mean, therefore, it's hardly comparable. M.

:            On verra.

S.

:             Oui.

M.

:            Au mois d'août ici, je ne sais pas exactement le temps qu'il a fait. : En agosto aquí, no sé exactamente cómo estuvo el clima. C'est que depuis la dernière semaine d'août jusqu'à la semaine dernière, il a fait un temps gris, pluvieux. It is because from the last week of August until last week, the weather was gray, rainy. S.

:             Oui, c'est ça. Oui.

M.

:            Mais là, depuis le début de la semaine, il fait beau ici. : But there, since the beginning of the week, the weather is nice here.

S.

:             Oui, on a eu… oui, on s'était cru revenir, d'ailleurs, vraiment en plein été, lundi ; par contre, mardi, bien, je suis allé rouler et j'ai goûté aux joies de la pluie que je n'avais pas eues depuis un petit moment. : Yes, we had… yes, we thought we'd come back, moreover, really in the middle of summer, Monday; on the other hand, Tuesday, well, I went for a ride and tasted the joys of the rain that I had not had for a little while. On s'est fait tremper jusqu'aux os ; mercredi, à nouveau, on se serait cru en été. We got soaked to the bone; Wednesday, again, it felt like summer. Nos empapamos hasta los huesos; El miércoles, de nuevo, parecía verano. Il faisait… je crois qu'on est monté à 29 ou 30 degrés ici, à Bordeaux. It was… I think we climbed to 29 or 30 degrees here in Bordeaux. M.

:            Ah oui?

S.

:             Et aujourd'hui, à nouveau, ça a complètement changé. Il faisait beau ce matin et ça s'est couvert tout d'un coup et, là, les températures ont bien baissé et demain, je crois qu'au plus chaud ils annoncent 17 degrés pour Bordeaux. The weather was fine this morning and it suddenly clouded over and the temperatures have dropped a lot and tomorrow, I believe that at the hottest point, they are announcing 17 degrees for Bordeaux. Donc c'est… M.

:            Oui, ça descends.

S.

:             Ah, oui, oui. C'est clair que…  Oui mais enfin, bon… M.

:            On verra.

Les trois… non, quatre jours qui ont passé, c'est très agréable parce que… S.

:             Oui.

Mais tu n'es plus en vacances, de toute façon. Pero de todos modos ya no estás de vacaciones. Toi…

M.

:            Non, je ne suis plus en vacances. Mais c'est quand même agréable de voir le soleil et le ciel bleu. S.

:             Oui, oui, bien sur, oui.

M.

:            Parce que, depuis que je suis rentrée, c'est la grisaille, la pluie. : Because, since I got home, it's been gray, the rain. : Porque, desde que llegué a casa, ha estado gris, la lluvia. Donc, là, c'est quand même agréable, même si je travaille. S.

:             Oui.

C'est vrai. M.

:            Très bien. Eh bien, merci de nous avoir raconté…

S.

:             Bien, de rien. C'était un plaisir, un plaisir. M.

:            Et ta passion du vélo.

S.

:             Oui, oui. J'aime bien en parler, c'est vrai. Me gusta hablar de eso, es verdad. M.

:            Donc on se reparlera très bientôt. : So we'll talk to each other again soon.

S.

:             Oui.

Bien, peut-être qu'on parlera de tes vacances, pour changer. M.

:            Oui, pourquoi pas?

S.

:             Oui? Ok. Bien, écoute. Bonne soirée. Puis…

M.

:            Bonne soirée, Serge.

S.

:             … à très bientôt, alors.

M.

:            À très bientôt. Au revoir.

S.

:             Bye, bye.