×

We use cookies to help make LingQ better. By visiting the site, you agree to our cookie policy.


image

French LingQ Podcast 1.0, #12 Lise Anne of Le Centre Culturel de Vancouver

#12 Lise Anne of Le Centre Culturel de Vancouver

Steve: Bonjour

Lise Anne: Bonjour

Steve: D'abord, comment vous appelez vous? Lise Anne : Je suis Lise Anne Bruné, coordonatrice de production pour le Centre Culturel Francophone de Vancouver

Steve: Qu'est-ce-que c'est que le Centre Culturel Francophone de Vancouver? Lise Anne : En fait, on a des membres, on a près de mille membres au Centre Culturel puis notre mandat est bien sûr de représenter la communauté francophone et francophile de Vancouver par des activités qu'on organise, des concerts surtout au niveau de la culture mais aussi du communautaire donc bibliothèque, vidéothèque et tout ça. Steve: Et vous avez combien de membres?

Lise Anne : Près de mille membres, en fait, qui font partis du centre mais on a aussi beaucoup de gens qui passent sur Vancouver pour quelques semaines donc ils ne deviennent pas membres du centre mais ils viennent nous voir, visiter un peu pour voir ce qu'on fait. Ils sont intéressés à voir que la vie francophone est quand même assez présente dans une ville anglophone, dans une province anglophone donc c'est toujours un intérêt grand pour les gens qui viennent nous visiter. Steve : Moi, quand je viens ici, je mange toujours au restaurant parce que c'est assez bon marché et c'est aussi très bon. Lise Anne : On nous parle toujours du restaurant.

Le restaurant est une compagnie indépendante donc ça ne fait pas parti du centre culturel mais on a la chance qu'il soit dans nos locaux donc, pour nous aussi, c'est un plaisir d'aller manger là. C'est un restaurant français, le propriétaire est francophone et les serveurs sont bilingues. C'est très agréable parce qu'un anglophone qui va aller manger là a quand même la culture française là qui est tout près dans sa ville donc la clientèle est de toute sorte, pas seulement francophone. Il y a tout le monde qui va manger au restaurant. C'est très bon. Steve: Vous, vous êtes originaire d'où? Lise Anne : De Montréal, sur l'île de Montréal, donc je suis Québécoise et puis ça fait pas longtemps que je suis à Vancouver. Ça fait depuis le mois d'octobre donc même pas un an que je suis ici. Steve: Et comment, si je peux demander, comment est-ce que vous avez trouvé ce travail?

Lise Anne : En fait, je travaillais dans le domaine de la culture à Montréal pour une maison de disque et puis, sur internet, j'ai découvert ce poste, qui était ouvert, de coordination de production ici, puis j'avais déjà le goût de partir, voir un peu de pays. J'étais jamais sortie, j'avais déjà voyagé à l'extérieur du Canada mais jamais à l'intérieur donc j'avais le goût de voir surtout cette province, près de la Colombie Britannique. Au Québec, c'est un peu la province mystérieuse, méconnue et puis le gens sont intéressés, puis attirés vers ici, la côte ouest, donc voilà pourquoi je suis venue ici. Steve: Bon.

Quelle sont les activités ici, au centre?

Lise Anne : Tout d'abord on a une activité, les cours de français qui sont très populaires. On a différents niveaux, de débutants à avancés, donc tout le monde peut trouver son compte et son niveau pour apprendre dans nos cours. Ensuite de ça, on a les mercredis rencontres. A tous les mercredis, à tous les mois, les gens se rencontrent ici dans le lobby du centre ; on aménage un peu en lounge, ça fait plus agréable pour les discussions et puis voilà il y a de vingt à trente personnes chaque semaine qui viennent ici parler français mais sans sujet préconçu donc ils parlent de tout, de l'actualité, de ce qui se passe dans la ville, donc ça créé des liens, des amitiés se sont créées ici puis ensuite ils se rencontrent en d'autres moments donc c'est quand même agréable de savoir ça. On a aussi en fait des concerts, «Les concerts Nouvelle Scène» une fois par mois qu'on organise, donc des concerts avec des artistes francophones de la province, surtout de Vancouver, qui viennent faire une performance ici. On a aussi à chaque année bien entendu un grand festival en été « Le Festival D'été Francophone De Vancouver » qui donc pendant une semaine et demie se déroule mais une journée, le premier samedi du festival, qui se déroule sur la rue donc on a des grands concerts à l'extérieur. Les gens viennent nous voir et puis c'est très populaire comme activité à Vancouver. Steve: Vous êtes donc coordonatrice de production?

Lise Anne : Exactement.

Steve: Qu'est ce que ça veut dire production, exactement? Lise Anne : En fait, c'est la production des activités donc tout ce qui touche à l'organisation, on pourrait appeler ça organisation parce que de l'embauche des artistes jusqu'à la planification de l'horaire jusqu'à la programmation de nos activités, trouver justement les artistes qui vont venir se produire ici, organiser les cours de français, les inscriptions, faire en sorte que tout se déroule avec une certaine logique puis que, aussi qu'on développe de nouvelles activités et puis essayer de plus en plus de toucher tout le monde parce que les francophones viennent d'un peu partout, ce n'est pas seulement du Québec. Et puis, il ne faut pas seulement non plus essayer d'atteindre ce public là, donc les français, il y a des africains donc il faut toucher toutes les communautés francophones, puis enfin attrayer tout le monde. Steve: Est-ce que le travail ici, est-ce que ça été un peu ce à quoi vous vous attendiez, est-ce que c'est avéré très différent, est-ce que c'est satisfaisant comme travail ? Lise Anne : C'est très satisfaisant. En fait, je sortais d'un milieu de la musique au Québec, c'est un milieu, ça joue dur quand même, c'est difficile et puis ici je suis arrivée puis la communauté, même si elle est petite, elle est quand même relativement grande, et puis surtout le fait que les anglophones ici ont une attirance pour le français, il veulent l'apprendre. Ce n'est pas du tout, c'est même bien vu, je crois, de parler deux langues et plus donc vraiment je suis même surprise, j'ai appris de choses sur mon pays que je ne savais pas. Puis ça me réconcilie même avec tout ça, les langues et puis le travail en communauté ; le communautaire c'est assez satisfaisant de voir à quel point on peut avoir un impact aussi sur la vie des gens. Les gens viennent ici parfois pour toutes sortes des choses, des ressources, pas nécessairement culturelles. Ils viennent d'arriver, ils ne savent pas où aller pour du logement, de l'emploi, donc, ce n'est pas nous nécessairement qui vont les aider là-dedans, mais on peut les guider vers les bonnes organisations, les bonnes personnes donc on sent qu'on fait quelque chose de bien aussi. Steve: Oui, je suis certain et est-ce que vous avez beaucoup de bénévoles?

Enfin, des gens qui viennent participer, aider, des bénévolats qui vous aident?

Lise Anne : Tout à fait, en fait, le centre ne pourrait pas fonctionner sans nos bénévoles.

En tant qu'employés, on n'a pas beaucoup d'employés ici, on est quatre donc… on a des stagiaires qui viennent bien entendu nous aider chaque année mais les bénévoles viennent pour justement assurer que les événements se déroulent bien. Au festival, on a plus de cent bénévoles qui viennent nous aider durant toute la durée du festival donc on ne pourrait pas engager cent personnes pour faire ça, on ne pourrait pas se le permettre donc une chance qu'ils soient là, bien entendu. Steve: Et les bénévoles, ils sont motivés donc par le désir de connaitre d'autre gens, pour pratiquer leur français ou quels sont…qu'est-ce que, eux, les bénévoles cherchent dans leur participation à ces activités? Lise Anne : Moi, c'est la première chose qui m'a surprise, en fait justement les gens veulent aider. On a beaucoup de bénévoles qui nous appellent pour nous demander « Avez-vous des besoins bientôt ? Je veux venir vous aider » On n'a pas besoin de les contacter pour qu'ils viennent. C'est la première chose qui m'a surprise et puis il y a deux catégories. Il y a vraiment les bénévoles anglophones ou qui parlent une autre langue à la maison qui viennent nous aider pour pratiquer la langue française parce qu'il n'ont pas beaucoup de chance de le faire à la maison et puis aussi les francophones qui viennent ici puis qui travaillent dans un milieu anglophone qui vivent leur vie maintenant en anglais puis qui veulent pas perdre leur côté, leur langue, leur culture et puis qui veulent continuer à fréquenter des gens francophones puis donc, il y a aussi beaucoup de bénévoles qui viennent pour ça, pour aussi aider la communauté puis faire leur marque un peu. Steve: Et les gens qui suivent les cours, est-ce que ce sont les gens donc qui n'avaient pas de contact avec le français sauf que, bien sûr comme dans tout canadien anglais, on a le français à l'école ou est-ce que c'est souvent par exemple des gens d'origine francophone ou la deuxième génération commencent à perdre le français et donc qui veulent renouveler leur français? Quelle est le prototype, le profil des étudiants que vous avez ici?

Lise Anne : La plupart, la grande majorité sont des franc…des anglophones, pardon, qui viennent vraiment parce qu'ils n'ont pratiquement jamais eu de contact avec la francophonie mise à part un petit peu à la télévision par la biais de Radio Canada Français donc ils ont vu que ça existait et puis à l'école. Souvent la majorité des gens arrivent ici, disent « tout ce que j'ai comme français, c'est ce que j'ai appris à l'école » donc on s'entend qu'on ne peut pas faire une discussion très poussée avec ce français là donc non, une majorité des gens n'ont pas une grande connaissance de la langue en arrivant ici au centre pour apprendre la langue. Steve: C'est intéressant souvent les gens, ils ne font pas beaucoup d'efforts à l'école. Bien sûr de mon avis, le français et les langues sont mal enseignés à l'école mais enfin ça dépend aussi de la volonté de l'étudiant. Quelqu'un qui veut apprendre, même quand il est à l'école secondaire, pourrait apprendre mais la plupart des gens ne font pas d'efforts. Il n'aime pas le français, c'est ennuyant, etcetera. Puis, arrivé à un certain âge ou est-ce que c'est…je dois vous demander, est-ce que c'est les adultes ou est-ce que c'est des jeunes, qu'est-ce que c'est comme…? Lise Anne : Exactement, c'est surtout rendu à l'âge adulte en fait qu'ils se rendent compte que leur emploi...on va leur demander parfois de parler français, la majorité des emplois aujourd'hui, en fait, demande d'être bilingue, on ne sait pas quand on va être amené à parler avec quelqu'un du Québec ou quelqu'un de la France qui ne saura pas parler anglais. Donc, c'est vraiment pour un avancement professionnel souvent qu'ils viennent ici. Et puis justement c'est ça il y a, ils n'ont pas pris ça assez au sérieux qu'au secondaire mais c'est la même chose de notre côté, je veux dire l'enseignement des langues, que ce soit français ou anglais, dans les écoles… chacun trouve qu'il y a un manque à ce niveau là donc ils se rendent compte que bon, l'effort n'a pas été là à l'adolescence alors ils se reprennent en main à l'âge d'adulte. Oui, c'est vraiment pour ça. Steve: Bon, merci beaucoup pour nous expliquer le centre, c'était très intéressant et j'espère que je pourrais avoir d'autre occasions là de parler avec vous ou avec d'autre personnes ici au centre. Merci beaucoup.

Lise Anne: Merci beaucoup.


#12 Lise Anne of Le Centre Culturel de Vancouver

Steve: Bonjour

Lise Anne: Bonjour

Steve: D'abord, comment vous appelez vous? Steve: First, what's your name? Steve: Primero que nada, ¿cómo te llamas? Lise Anne : Je suis Lise Anne Bruné, coordonatrice de production pour le Centre Culturel Francophone de Vancouver Lise Anne: Soy Lise Anne Bruné, coordinadora de producción del Centre Culturel Francophone de Vancouver

Steve: Qu'est-ce-que c'est que le Centre Culturel Francophone de Vancouver? Steve: What is the Center Culturel Francophone de Vancouver? Steve: ¿Qué es el Centre Culturel Francophone de Vancouver? Lise Anne : En fait, on a des membres, on a près de mille membres au Centre Culturel puis notre mandat est bien sûr de représenter la communauté francophone et francophile de Vancouver par des activités qu'on organise, des concerts surtout au niveau de la culture mais aussi du communautaire donc bibliothèque, vidéothèque et tout ça. Lise Anne: Tatsächlich haben wir Mitglieder, wir haben fast tausend Mitglieder im Kulturzentrum, und unser Mandat besteht natürlich darin, die frankophone und frankophile Gemeinschaft von Vancouver durch organisierte Aktivitäten und Konzerte zu vertreten, insbesondere im Kultur, aber auch Gemeinschaft, Bibliothek, Videothek und all das. Lise Anne: In fact, we have members, we have nearly a thousand members at the Cultural Center, and then our mandate is of course to represent the Francophone and Francophile community of Vancouver through activities that we organize, concerts especially at the level of culture but also community, therefore library, video library and all that. Steve: Et vous avez combien de membres?

Lise Anne : Près de mille membres, en fait, qui font partis du centre mais on a aussi beaucoup de gens qui passent sur Vancouver pour quelques semaines donc ils ne deviennent pas membres du centre mais ils viennent nous voir, visiter un peu pour voir ce qu'on fait. Lise Anne: Nearly a thousand members, in fact, who are part of the center but we also have a lot of people who pass through Vancouver for a few weeks so they don't become members of the center but they come to see us, visit a little to see what that we do. Ils sont intéressés à voir que la vie francophone est quand même assez présente dans une ville anglophone, dans une province anglophone donc c'est toujours un intérêt grand pour les gens qui viennent nous visiter. They are interested in seeing that francophone life is still quite present in an English-speaking city, in an English-speaking province, so it is always of great interest to the people who come to visit us. Steve : Moi, quand je viens ici, je mange toujours au restaurant parce que c'est assez bon marché et c'est aussi très bon. Steve: Me, when I come here, I always eat in restaurants because it's quite cheap and it's also very good. Steve: Yo, cuando vengo aquí, siempre como en restaurantes porque es bastante barato y también muy bueno. Lise Anne : On nous parle toujours du restaurant. Lise Anne: We are always told about the restaurant.

Le restaurant est une compagnie indépendante donc ça ne fait pas parti du centre culturel mais on a la chance qu'il soit dans nos locaux donc, pour nous aussi, c'est un plaisir d'aller manger là. The restaurant is an independent company so it is not part of the cultural center but we are lucky that it is in our premises so for us too, it is a pleasure to eat there. C'est un restaurant français, le propriétaire est francophone et les serveurs sont bilingues. C'est très agréable parce qu'un anglophone qui va aller manger là a quand même la culture française là qui est tout près dans sa ville donc la clientèle est de toute sorte, pas seulement francophone. It's very pleasant because an English speaker who goes to eat there still has French culture there which is very close to his city so the clientele is of all kinds, not just French speaking. Il y a tout le monde qui va manger au restaurant. Everyone is going to eat at the restaurant. Todos van a comer en el restaurante. C'est très bon. Steve: Vous, vous êtes originaire d'où? Steve: Where are you from? Lise Anne : De Montréal, sur l'île de Montréal, donc je suis Québécoise et puis ça fait pas longtemps que je suis à Vancouver. Lise Anne: From Montreal, on the Island of Montreal, so I'm from Quebec and I have not been in Vancouver for a long time. Ça fait depuis le mois d'octobre donc même pas un an que je suis ici. It's been since October so not even a year that I'm here. Steve: Et comment, si je peux demander, comment est-ce que vous avez trouvé ce travail? Steve: And how, if I can ask, how did you find this job? Steve: ¿Y cómo, si puedo preguntar, cómo encontró este trabajo?

Lise Anne : En fait, je travaillais dans le domaine de la culture à Montréal pour une maison de disque et puis, sur internet, j'ai découvert ce poste, qui était ouvert, de coordination de production ici, puis j'avais déjà le goût de partir, voir un peu de pays. Lise Anne: In fact, I worked in the cultural field in Montreal for a record company and then, on the internet, I discovered this position, which was open, of production coordination here, then I already had the want to go, see a little country. Lise Anne: De hecho, estaba trabajando en el campo de la cultura en Montreal para una discográfica y luego, en internet, descubrí este puesto, que estaba abierto, de coordinación de producción aquí, entonces ya tenía el Gusto a salir, ver un pequeño país. J'étais jamais sortie, j'avais déjà voyagé à l'extérieur du Canada mais jamais à l'intérieur donc j'avais le goût de voir surtout cette province, près de la Colombie Britannique. I had never been out, I had already traveled outside of Canada but never inside so I wanted to see especially this province, near British Columbia. Nunca había salido, ya había viajado fuera de Canadá pero nunca dentro, así que quería ver esta provincia especialmente, cerca de la Columbia Británica. Au Québec, c'est un peu la province mystérieuse, méconnue et puis le gens sont intéressés, puis attirés vers ici, la côte ouest, donc voilà pourquoi je suis venue ici. In Quebec, it's a bit of a mysterious, unknown province, and then people are interested, then attracted to here, the west coast, so that's why I came here. En Quebec, es una provincia un poco misteriosa y poco conocida, y luego la gente se interesa y luego se siente atraída por aquí, la costa oeste, por eso vine aquí. Steve: Bon.

Quelle sont les activités ici, au centre? What are the activities here in the center?

Lise Anne : Tout d'abord on a une activité, les cours de français qui sont très populaires. Lise Anne: First of all, we have an activity, the French courses which are very popular. On a différents niveaux, de débutants à avancés, donc tout le monde peut trouver son compte et son niveau pour apprendre dans nos cours. We have different levels, from beginners to advanced, so everyone can find their account and their level to learn in our courses. Tenemos diferentes niveles, desde principiantes hasta avanzados, para que todos puedan encontrar algo y su nivel para aprender en nuestros cursos. Ensuite de ça, on a les mercredis rencontres. Then from that, we have Wednesdays meetings. Luego, a partir de eso, tenemos reuniones los miércoles. A tous les mercredis, à tous les mois, les gens se rencontrent ici dans le lobby du centre ; on aménage un peu en lounge, ça fait plus agréable pour les discussions et puis voilà il y a de vingt à trente personnes chaque semaine qui viennent ici parler français mais sans sujet préconçu donc ils parlent de tout, de l'actualité, de ce qui se passe dans la ville, donc ça créé des liens, des amitiés se sont créées ici puis ensuite ils se rencontrent en d'autres moments donc c'est quand même agréable de savoir ça. Every Wednesday, every month, people meet here in the center lobby; we set up a little lounge, it's more pleasant for discussions and then there are twenty to thirty people each week who come here to speak French but without preconceived subject so they talk about everything, the news, what happens in the city, so it creates links, friendships are created here and then they meet at other times so it's still nice to know that. On a aussi en fait des concerts, «Les concerts Nouvelle Scène» une fois par mois qu'on organise, donc des concerts avec des artistes francophones de la province, surtout de Vancouver, qui viennent faire une performance ici. We also have concerts, “Les concerts Nouvelle Scène” once a month that we organize, so concerts with French-speaking artists from the province, especially from Vancouver, who come to perform here. On a aussi à chaque année bien entendu un grand festival en été « Le Festival D'été Francophone De Vancouver » qui donc pendant une semaine et demie se déroule mais une journée, le premier samedi du festival, qui se déroule sur la rue donc on a des grands concerts à l'extérieur. There is also, every year, of course, a big festival in summer, "Le Festival D'été Francophone De Vancouver", which therefore takes place for a week and a half but one day, the first Saturday of the festival, which takes place on the street. has great outdoor concerts. Les gens viennent nous voir et puis c'est très populaire comme activité à Vancouver. People come to see us and it is very popular as an activity in Vancouver. Steve: Vous êtes donc coordonatrice de production? Steve: Also bist du ein Produktionskoordinator? Steve: So you are production coordinator?

Lise Anne : Exactement. Lise Anne: Exactly.

Steve: Qu'est ce que ça veut dire production, exactement? Steve: What does production mean, exactly? Lise Anne : En fait, c'est la production des activités donc tout ce qui touche à l'organisation, on pourrait appeler ça organisation parce que de l'embauche des artistes jusqu'à la planification de l'horaire jusqu'à la programmation de nos activités, trouver justement les artistes qui vont venir se produire ici, organiser les cours de français, les inscriptions, faire en sorte que tout se déroule avec une certaine logique puis que, aussi qu'on développe de nouvelles activités et puis essayer de plus en plus de toucher tout le monde parce que les francophones viennent d'un peu partout, ce n'est pas seulement du Québec. Lise Anne: In fact, it is the production of activities so everything related to the organization, we could call it organization because from the hiring of the artists to the planning of the schedule to the programming of our activities, to find precisely the artists who are going to come to perform here, to organize the French lessons, the registrations, to make sure that everything takes place with a certain logic then that, also that we develop new activities and then try to more and more reach everyone because francophones come from everywhere, it is not only from Quebec. Et puis, il ne faut pas seulement non plus essayer d'atteindre ce public là, donc les français, il y a des africains donc il faut toucher toutes les communautés francophones, puis enfin attrayer tout le monde. And then, we must not only try to reach this audience there, so the French, there are Africans so we must reach all the French-speaking communities, then finally attract everyone. Y luego, no solo debemos tratar de llegar a este público tampoco, entonces los franceses, hay africanos, así que debemos llegar a todas las comunidades francófonas, luego finalmente atraer a todos. Steve: Est-ce que le travail ici, est-ce que ça été un peu ce à quoi vous vous attendiez, est-ce que c'est avéré très différent, est-ce que c'est satisfaisant comme travail ? Steve: Was the job here, was it kind of what you expected, did it turn out to be very different, is it satisfying as a job? Lise Anne : C'est très satisfaisant. En fait, je sortais d'un milieu de la musique au Québec, c'est un milieu, ça joue dur quand même, c'est difficile et puis ici je suis arrivée puis la communauté, même si elle est petite, elle est quand même relativement grande, et puis surtout le fait que les anglophones ici ont une attirance pour le français, il veulent l'apprendre. In fact, I came out of a music community in Quebec, it is a community, it plays hard anyway, it is difficult and then here I arrived then the community, even if it is small, it is when even relatively large, and above all the fact that the anglophones here have an attraction for French, they want to learn it. Ce n'est pas du tout, c'est même bien vu, je crois, de parler deux langues et plus donc vraiment je suis même surprise, j'ai appris de choses sur mon pays que je ne savais pas. It is not at all, it is even seen, I think, to speak two languages and more so really I am even surprised, I learned things about my country that I did not know. Puis ça me réconcilie même avec tout ça, les langues et puis le travail en communauté ; le communautaire c'est assez satisfaisant de voir à quel point on peut avoir un impact aussi sur la vie des gens. Then it even reconciles me with all that, languages and then community work; community it is quite satisfying to see how we can also have an impact on people's lives. Les gens viennent ici parfois pour toutes sortes des choses, des ressources, pas nécessairement culturelles. People come here sometimes for all kinds of things, resources, not necessarily cultural. La gente viene aquí a veces por todo tipo de cosas, recursos, no necesariamente culturales. Ils viennent d'arriver, ils ne savent pas où aller pour du logement, de l'emploi, donc, ce n'est pas nous nécessairement qui vont les aider là-dedans, mais on peut les guider vers les bonnes organisations, les bonnes personnes donc on sent qu'on fait quelque chose de bien aussi. They just arrived, they don't know where to go for housing, jobs, so it's not necessarily us who will help them in this, but we can guide them to the right organizations, the right ones people so we feel we are doing something good too. Steve: Oui, je suis certain et est-ce que vous avez beaucoup de bénévoles? Steve: Yes, I am sure and do you have a lot of volunteers? Steve: Sí, estoy seguro, ¿tienes muchos voluntarios?

Enfin, des gens qui viennent participer, aider, des bénévolats qui vous aident? Finally, people who come to participate, help, volunteers who help you? Finalmente, gente que viene a participar, ayuda, voluntarios que te ayudan?

Lise Anne : Tout à fait, en fait, le centre ne pourrait pas fonctionner sans nos bénévoles. Lise Anne: Absolutely, in fact, the center could not function without our volunteers.

En tant qu'employés, on n'a pas beaucoup d'employés ici, on est quatre donc… on a des stagiaires qui viennent bien entendu nous aider chaque année mais les bénévoles viennent pour justement assurer que les événements se déroulent bien. As employees, we don't have many employees here, there are four of us so… we have interns who of course come to help us each year but the volunteers come to ensure that the events are going well. Au festival, on a plus de cent bénévoles qui viennent nous aider durant toute la durée du festival donc on ne pourrait pas engager cent personnes pour faire ça, on ne pourrait pas se le permettre donc une chance qu'ils soient là, bien entendu. At the festival, we have more than one hundred volunteers who come to help us throughout the duration of the festival so we couldn't hire a hundred people to do that, we couldn't afford it so a chance that they would be there, of course. En el festival, tenemos más de cien voluntarios que vienen a ayudarnos durante todo el festival, por lo que no pudimos contratar a cien personas para hacerlo, no podíamos permitirnos el lujo de que estuvieran allí, por supuesto. Steve: Et les bénévoles, ils sont motivés donc par le désir de connaitre d'autre gens, pour pratiquer leur français ou quels sont…qu'est-ce que, eux, les bénévoles cherchent dans leur participation à ces activités? Steve: And the volunteers, they are motivated therefore by the desire to know other people, to practice their French or what are ... what, them, the volunteers seek in their participation in these activities? Lise Anne : Moi, c'est la première chose qui m'a surprise, en fait justement les gens veulent aider. Lise Anne: Me, it was the first thing that surprised me, in fact people want to help. On a beaucoup de bénévoles qui nous appellent pour nous demander « Avez-vous des besoins bientôt ? We have a lot of volunteers who call us to ask us "Do you have any needs soon?" Tenemos muchos voluntarios que nos llaman para preguntarnos "¿Tienen alguna necesidad pronto?" Je veux venir vous aider » On n'a pas besoin de les contacter pour qu'ils viennent. I want to come and help you. ”We don't need to contact them to come. C'est la première chose qui m'a surprise et puis il y a deux catégories. It was the first thing that surprised me and then there are two categories. Il y a vraiment les bénévoles anglophones ou qui parlent une autre langue à la maison qui viennent nous aider pour pratiquer la langue française parce qu'il n'ont pas beaucoup de chance de le faire à la maison et puis aussi les francophones qui viennent ici puis qui travaillent dans un milieu anglophone qui vivent leur vie maintenant en anglais puis qui veulent pas perdre leur côté, leur langue, leur culture et puis qui veulent continuer à fréquenter des gens francophones puis donc, il y a aussi beaucoup de bénévoles qui viennent pour ça, pour aussi aider la communauté puis faire leur marque un peu. Es gibt wirklich englischsprachige Freiwillige, die zu Hause eine andere Sprache sprechen und uns beim Üben der französischen Sprache helfen, weil sie nicht viel Glück haben, dies zu Hause zu tun, und dann auch die Frankophonen, die hierher kommen dann, die in einem anglophonen Umfeld arbeiten, ihr Leben jetzt auf Englisch leben und die nicht ihre Seite, ihre Sprache, ihre Kultur verlieren wollen und dann weiterhin frankophone Leute treffen wollen, dann gibt es auch viele Freiwillige, die kommen das, um auch der Community zu helfen und sich ein wenig zu profilieren. There are really English-speaking volunteers or those who speak another language at home who come to help us practice the French language because they don't have much chance of doing so at home and then also French-speaking people who come here. then who work in an English-speaking environment who live their life now in English then who do not want to lose their side, their language, their culture and then who want to continue to frequent French-speaking people then therefore, there are also many volunteers who come to that, to also help the community then make their mark a little. Steve: Et les gens qui suivent les cours, est-ce que ce sont les gens donc qui n'avaient pas de contact avec le français sauf que, bien sûr comme dans tout canadien anglais, on a le français à l'école ou est-ce que c'est souvent par exemple des gens d'origine francophone ou la deuxième génération commencent à perdre le français et donc qui veulent renouveler leur français? Steve: And the people who take the courses, are these the people who had no contact with French except that, of course like in all English Canadian, we have French at school or are -Is it often for example people of French-speaking origin or the second generation begin to lose French and therefore who want to renew their French? Quelle est le prototype, le profil des étudiants que vous avez ici? What is the prototype, the profile of the students that you have here?

Lise Anne : La plupart, la grande majorité sont des franc…des anglophones, pardon, qui viennent vraiment parce qu'ils n'ont pratiquement jamais eu de contact avec la francophonie mise à part un petit peu à la télévision par la biais de Radio Canada Français donc ils ont vu que ça existait et puis à l'école. Lise Anne: Most, the vast majority are franc ... anglophones, sorry, who really come because they have practically never had contact with the Francophonie except for a little bit on television through Radio French Canada so they saw that it existed and then at school. Souvent la majorité des gens arrivent ici, disent « tout ce que j'ai comme français, c'est ce que j'ai appris à l'école » donc on s'entend qu'on ne peut pas faire une discussion très poussée avec ce français là donc non, une majorité des gens n'ont pas une grande connaissance de la langue en arrivant ici au centre pour apprendre la langue. Often the majority of people come here, say "all I have as French is what I learned at school" so we agree that we cannot have a very deep discussion with this French there therefore no, a majority of people do not have a great knowledge of the language when arriving here at the center to learn the language. Steve: C'est intéressant souvent les gens, ils ne font pas beaucoup d'efforts à l'école. Steve: It's interesting often people, they don't try very hard in school. Bien sûr de mon avis, le français et les langues sont mal enseignés à l'école mais enfin ça dépend aussi de la volonté de l'étudiant. Of course in my opinion, French and languages are badly taught at school but finally it also depends on the will of the student. Por supuesto, en mi opinión, el francés y los idiomas se enseñan mal en la escuela, pero también depende de los deseos del estudiante. Quelqu'un qui veut apprendre, même quand il est à l'école secondaire, pourrait apprendre mais la plupart des gens ne font pas d'efforts. Someone who wants to learn, even when he is in high school, could learn but most people do not make an effort. Il n'aime pas le français, c'est ennuyant, etcetera. He doesn't like French, it's boring, etcetera. Puis, arrivé à un certain âge ou est-ce que c'est…je dois vous demander, est-ce que c'est les adultes ou est-ce que c'est des jeunes, qu'est-ce que c'est comme…? Then, at a certain age or is it ... I have to ask you, is it adults or is it young people, what is it as…? Lise Anne : Exactement, c'est surtout rendu à l'âge adulte en fait qu'ils se rendent compte que leur emploi...on va leur demander parfois de parler français, la majorité des emplois aujourd'hui, en fait, demande d'être bilingue, on ne sait pas quand on va être amené à parler avec quelqu'un du Québec ou quelqu'un de la France qui ne saura pas parler anglais. Lise Anne: Exactly, it is mainly in adulthood in fact that they realize that their job ... we will sometimes ask them to speak French, the majority of jobs today, in fact, ask to be bilingual, we don't know when we are going to have to speak with someone from Quebec or someone from France who cannot speak English. Donc, c'est vraiment pour un avancement professionnel souvent qu'ils viennent ici. Et puis justement c'est ça il y a, ils n'ont pas pris ça assez au sérieux qu'au secondaire mais c'est la même chose de notre côté, je veux dire l'enseignement des langues, que ce soit français ou anglais, dans les écoles… chacun trouve qu'il y a un manque à ce niveau là donc ils se rendent compte que bon, l'effort n'a pas été là à l'adolescence alors ils se reprennent en main à l'âge d'adulte. And then precisely that is it, they did not take it seriously enough than in secondary school but it is the same thing on our side, I mean teaching languages, whether French or English, in schools… everyone finds that there is a lack at this level there so they realize that good, the effort was not there during adolescence so they take themselves in hand at age adult. Oui, c'est vraiment pour ça. Steve: Bon, merci beaucoup pour nous expliquer le centre, c'était très intéressant et j'espère que je pourrais avoir d'autre occasions là de parler avec vous ou avec d'autre personnes ici au centre. Steve: Well, thank you very much for explaining the center to us, it was very interesting and I hope I could have other opportunities there to speak with you or with other people here at the center. Merci beaucoup.

Lise Anne: Merci beaucoup.