image

Zeste de Science, La science des ballons - ZdS#1

Aujourd'hui on va parler de ballons! mais de ballons...

qu'on éclate !

Vous ne le savez peut-être pas, mais un ballon peut éclater de deux façons différentes.

Si on gonfle modérément, puis qu'on le perce,

on va se retrouver avec deux fragments différents, deux morceaux.

Si on gonfle à bloc jusqu'à ce qu'il éclate,

on va se retrouver avec plein de petits morceaux.

Des chercheurs du Laboratoire de Physique Statistique de Paris

se sont intéressés à ce phénomène.

Pour cela, ils ont utilisé un dispositif dédié, avec une caméra ultra rapide...

avec une caméra ultrarapide

et un système pour gonfler des feuilles de latex.

Ils se sont rendu compte que plus la surface est tendue,

plus la fissure va se déplacer rapidement à la surface du ballon.

Et c'est justement cette vitesse de déplacement qui va déterminer la forme de la fissure.

Une fois que la fissure atteint une vitesse limite, elle se sépare en deux nouvelles fissures.

C'est ce qui aboutit au réseau de fissures qu'on voit sur les images.

Cette vitesse limite, les chercheurs l'ont mesurée : 570 mètres par seconde.

Plus de 2000 km/heure !

Cette recherche paraît donc un peu loufoque, mais en fait elle est très sérieuse...

Elle permet de mieux comprendre la fragmentation des matériaux,

ce qui a des applications dans des domaines très variés

comme l'aéronautique ou le génie civil.

... tout ce qui est science des matériaux, en fait!

Et donc, bien au-delà de la fragmentation du latex !

Même si une fissure dans le latex...

ça peut avoir des conséquences... non négligeables :)

Hé pssst! Abonnez-vous !



Want to learn a language?


Learn from this text and thousands like it on LingQ.

  • A vast library of audio lessons, all with matching text
  • Revolutionary learning tools
  • A global, interactive learning community.

LingQでオンライン語学学習

Aujourd'hui on va parler de ballons! mais de ballons...

qu'on éclate !

Vous ne le savez peut-être pas, mais un ballon peut éclater de deux façons différentes.

Si on gonfle modérément, puis qu'on le perce,

on va se retrouver avec deux fragments différents, deux morceaux.

Si on gonfle à bloc jusqu'à ce qu'il éclate,

on va se retrouver avec plein de petits morceaux.

Des chercheurs du Laboratoire de Physique Statistique de Paris

se sont intéressés à ce phénomène.

Pour cela, ils ont utilisé un dispositif dédié, avec une caméra ultra rapide...

avec une caméra ultrarapide

et un système pour gonfler des feuilles de latex.

Ils se sont rendu compte que plus la surface est tendue,

plus la fissure va se déplacer rapidement à la surface du ballon.

Et c'est justement cette vitesse de déplacement qui va déterminer la forme de la fissure.

Une fois que la fissure atteint une vitesse limite, elle se sépare en deux nouvelles fissures.

C'est ce qui aboutit au réseau de fissures qu'on voit sur les images.

Cette vitesse limite, les chercheurs l'ont mesurée : 570 mètres par seconde.

Plus de 2000 km/heure !

Cette recherche paraît donc un peu loufoque, mais en fait elle est très sérieuse...

Elle permet de mieux comprendre la fragmentation des matériaux,

ce qui a des applications dans des domaines très variés

comme l'aéronautique ou le génie civil.

... tout ce qui est science des matériaux, en fait!

Et donc, bien au-delà de la fragmentation du latex !

Même si une fissure dans le latex...

ça peut avoir des conséquences... non négligeables :)

Hé pssst! Abonnez-vous !


×

LingQをより快適にするためCookieを使用しています。サイトの訪問により同意したと見なされます cookie policy.