image

À 20 000 lieues de la mer

Fin des années '80,

combien de billets de train aller-retour Saint-Quentin / La Verrière / Elancourt j'ai dû raquer

À en craquer les vieilles poches de mon survêt' Challenger vert foncé Pour

un concert, une galère avant la levée du jour ?

Au passage,

autant de voyages sans titre comme sur mes premiers raps

Mais tellement d'insultes gratuites sur ces contrôleurs

Qui investissent le dernier wagon à la gare de Trappes

Ma ville, c'est un peu comme Tchernobyl

Même les chats dehors se font chier à mort

Aujourd'hui, visiblement rien ne change

Si ce n'est que l'ennui qui augmente comme le prix de la Carte Orange

Le cafard m'empoigne à en parler au passé

Ce serait te cracher à la figure et me considérer soigné cousin

Heureux d'être Parisien, même si ça craint sans que ça crame

Faut-il qu'un frère se fasse tuer pour s'éprendre d'un moment de solidarité ?

Je n'ai pas grandi au milieu les gravats, bien au contraire

Mais dans une charmante petite banlieue plutôt prisée pour ses grands espaces verts

Mais ça, c'était hier,

au cœur des entassements de pierre L'hiver toujours sans partenaire

L'été le trousseau de clés autour du cou

Les restrictions de ma grande sœur avant le couvre-feu de 22 heures

Si j'ai fait le deuil de mon enfance,

au seuil d'une tendre adolescence Avec une feuille et des idées noires comme exutoire

Non pas que j'ai du mal à y croire, bordel

Mais cette putain de ville nouvelle s'est crue immortelle

À chacun ses raisons d'enterrer de grandes illusions trop vite

Derrière ces plans de ravalement de constructions hypocrites

D'hypothétiques changements d'air nous fixent leur propre limite :

S'extirper du piège feutré des habitudes "Qu'après d'importantes années d'études" Réagiront des trentenaires un peu réactionnaires

Lesquels se heurtent au répondant sans faille

des éventuels resquilleurs Qui veulent d'abord de la maille avant de trouver du travail

Le ciel commence à se couvrir, à l'instar d'une marée furieuse

Dès que les subventions se retirent, la rue devient marécageuse

Et la répression aussi cruelle que la récession

L'actuel maire d'Élancourt n'est qu'une sale pédale

Qui ne peut se déplacer sans sa police municipale

Sur ces plages de gravier,

à la lisière de ces ex-quartiers Vivants et populaires,

à 20 000 lieues de la mer

[Refrain : Ekoué & Mourad] À 20 000 lieues de la mer

[Couplet 2 - Mourad] Loin des vérités toutes faites sur des tertres trop gros Des graines de fleurs jetées sur des hectares de pipeau De supers massifs de chiendent mis en valeur Un visage sombre d'une mégalopole miniature (une erreur) Une nécropole pour des crimes indécents Mais aussi pour des espoirs et des joies de fer-blanc Le pire n'existe que si le meilleur recule Des antagonismes qui se confondent et s'articulent Loin des polars noirs, des contes noirs qui tapissent les rêves Une ville paisible qui suinte le mièvre Un portrait éhonté, une caricature dans les gazettes du quartier "Vivre bien" qu'ils disent avec un sourire large et niais Loin, trop loin de toutes mes fausses attentes Les terrains en friche ont bien changé, ont-ils adouci les pentes ? De quoi cacher des regrets simples De petits malheurs comme autant de bleus de travail sur un cintre De la chaleur des terres arides au froid d'une cité Une ville où le voisin t'épie à travers les volets Loin des embruns, de mes plages, de ma terre De ma ville blanche, loin, à 20 000 lieues de la mer

[Refrain : Ekoué & Mourad] À 20 000 lieues de la mer



Want to learn a language?


Learn from this text and thousands like it on LingQ.

  • A vast library of audio lessons, all with matching text
  • Revolutionary learning tools
  • A global, interactive learning community.

LingQでオンライン語学学習

Fin des années '80,

combien de billets de train aller-retour Saint-Quentin / La Verrière / Elancourt j'ai dû raquer

À en craquer les vieilles poches de mon survêt' Challenger vert foncé Pour

un concert, une galère avant la levée du jour ?

Au passage,

autant de voyages sans titre comme sur mes premiers raps

Mais tellement d'insultes gratuites sur ces contrôleurs

Qui investissent le dernier wagon à la gare de Trappes

Ma ville, c'est un peu comme Tchernobyl

Même les chats dehors se font chier à mort

Aujourd'hui, visiblement rien ne change

Si ce n'est que l'ennui qui augmente comme le prix de la Carte Orange

Le cafard m'empoigne à en parler au passé

Ce serait te cracher à la figure et me considérer soigné cousin

Heureux d'être Parisien, même si ça craint sans que ça crame

Faut-il qu'un frère se fasse tuer pour s'éprendre d'un moment de solidarité ?

Je n'ai pas grandi au milieu les gravats, bien au contraire

Mais dans une charmante petite banlieue plutôt prisée pour ses grands espaces verts

Mais ça, c'était hier,

au cœur des entassements de pierre L'hiver toujours sans partenaire

L'été le trousseau de clés autour du cou

Les restrictions de ma grande sœur avant le couvre-feu de 22 heures

Si j'ai fait le deuil de mon enfance,

au seuil d'une tendre adolescence Avec une feuille et des idées noires comme exutoire

Non pas que j'ai du mal à y croire, bordel

Mais cette putain de ville nouvelle s'est crue immortelle

À chacun ses raisons d'enterrer de grandes illusions trop vite

Derrière ces plans de ravalement de constructions hypocrites

D'hypothétiques changements d'air nous fixent leur propre limite :

S'extirper du piège feutré des habitudes "Qu'après d'importantes années d'études" Réagiront des trentenaires un peu réactionnaires

Lesquels se heurtent au répondant sans faille

des éventuels resquilleurs Qui veulent d'abord de la maille avant de trouver du travail

Le ciel commence à se couvrir, à l'instar d'une marée furieuse

Dès que les subventions se retirent, la rue devient marécageuse

Et la répression aussi cruelle que la récession

L'actuel maire d'Élancourt n'est qu'une sale pédale

Qui ne peut se déplacer sans sa police municipale

Sur ces plages de gravier,

à la lisière de ces ex-quartiers Vivants et populaires,

à 20 000 lieues de la mer

[Refrain : Ekoué & Mourad] À 20 000 lieues de la mer

[Couplet 2 - Mourad] Loin des vérités toutes faites sur des tertres trop gros Des graines de fleurs jetées sur des hectares de pipeau De supers massifs de chiendent mis en valeur Un visage sombre d'une mégalopole miniature (une erreur) Une nécropole pour des crimes indécents Mais aussi pour des espoirs et des joies de fer-blanc Le pire n'existe que si le meilleur recule Des antagonismes qui se confondent et s'articulent Loin des polars noirs, des contes noirs qui tapissent les rêves Une ville paisible qui suinte le mièvre Un portrait éhonté, une caricature dans les gazettes du quartier "Vivre bien" qu'ils disent avec un sourire large et niais Loin, trop loin de toutes mes fausses attentes Les terrains en friche ont bien changé, ont-ils adouci les pentes ? De quoi cacher des regrets simples De petits malheurs comme autant de bleus de travail sur un cintre De la chaleur des terres arides au froid d'une cité Une ville où le voisin t'épie à travers les volets Loin des embruns, de mes plages, de ma terre De ma ville blanche, loin, à 20 000 lieues de la mer

[Refrain : Ekoué & Mourad] À 20 000 lieues de la mer


×

LingQをより快適にするためCookieを使用しています。サイトの訪問により同意したと見なされます cookie policy.